Chapitre 8 – Les considérations d’ordre opérationnel

Section 1 – La redécouverte du terme « opérationnel »

L’apprentissage de l’art opérationnel a été confronté à un problème de vocabulaire dans les pays anglo-saxons car il n’existait pas de terme le désignant. Pour commencer, il convient de se poser la question de savoir comment le discours stratégique américain est remonté aux sources de ces conceptions linguistiques.

Pour ce faire, on trouvera des textes qui ont cherché a évaluer l’apport de différents pays européens dans l’élaboration de ce niveau de la guerre. On y note que l’art opérationnel est une notion soviétique. Le mot Operativ entrera ensuite en vigueur en Allemagne au XXe siècle. La France, elle, utilisait le terme grande tactique au XIXe siècle. En 1936, par contre, l’U.S. Army employait le terme stratégie pour désigner l’art opérationnel. Le mot Operational n’apparaît qu’en 1982 dans le manuel FM 100-5. Pour clarifier les concepts, une relecture de Jomini et de Clausewitz s’avéra concluante. Les réformateurs vont beaucoup utiliser le Prussien comme référence au niveau opérationnel. Pour eux, lorsque Clausewitz écrit à propos de la stratégie, il signifie art opérationnel. Pour ce faire, les réformateurs se réfèrent à sa définition de la stratégie conçue comme l’utilisation des combats en vue d’obtenir la victoire.[1] Il s’inspire aussi de Jomini qui décomposait l’art de la guerre en stratégie, grande tactique, logistique, « art de l’ingénieur » et tactique.[2]Mais c’est finalement Clausewitz qui sera privilégié. Pour les réformateurs, Clausewitz permet de créer une typologie comprenant les niveaux stratégique, opérationnel et tactique. Chaque niveau correspond respectivement à la guerre, la campagne et la bataille dans le temps. Dans l’espace, ces trois notions sont liées au pays, au théâtre d’opération et aux positions.[3]

Cette conception est pourtant critiquable au regard de la pensée de Clausewitz.[4] Les subdivisions établies soulèveront d’ailleurs quelques difficultés. L’introduction d’un niveau opérationnel est confuse pour certains. Ainsi, le colonel Lloyd J. Matthews se demandera d’abord pourquoi ne pas avoir nommé ce niveau métatactique ou grande tactique comme le faisaient Liddell Hart et Jomini. De plus, ce colonel rappelle qu’il est excessif de résumer le niveau opérationnel à la doctrine AirLand Battle qui est, avant tout, une façon de penser le combat et qui ne se raccroche pas à un échelon particulier.[5]

A contrario, John L. Romjue affirme justement qu’AirLand Battle est le niveau opérationnel. Cet auteur voit la naissance du niveau opérationnel comme directement liée à une filiation germanique. Il perçoit la source de l’art opérationnel chez Moltke l’Ancien et note également l’influence que le manuel HDv 100/100 a eu dans l’édification du FM 100-5. Mais, de façon paradoxale, alors que le FM 100-5 développait une vision opérationnelle, le HDv 100/100 laissait tomber la notion en 1973 – bien que dans les années 80, le terme soit réintroduit.[6]Notons aussi que Clausewitz servira, bien entendu, à lier la vision opérationnelle de la guerre à celle du politique.[7]

Ajoutons encore une remarque ici en ce qui concerne l’utilisation de Clausewitz et des autres auteurs classiques de la stratégie au niveau opérationnel. Comme le signalait le colonel Huba Wass de Czege, l’un des rédacteurs du manuel FM 100-5 de 1986, les travaux académiques tels que ceux de Peter Paret ou Michael Howard, sont bien souvent insuffisants pour le soldat. En effet, ces travaux ne donnent pas assez de poids aux idées de Clausewitz encore valables sur le champ de bataille. Que ce soit pour Sun Zi, Jomini ou Clausewitz, l’armée est avant tout intéressée par les concepts qu’il y a moyen de dégager de ces ouvrages.[8]C’est sur l’évolution de ces concepts dans le discours stratégique qu’il convient de s’attarder maintenant.

Section 2 – Les notions de friction, chance, incertitude et le rôle du renseignement

Précisons directement, les notions de friction, chance et incertitude renvoient directement à d’autres concepts. On retiendra principalement celui de renseignement dans cette partie. Le rôle des théories de la complexité aurait pourtant eu sa place (voir infra).[9]Mais frictions, chance et incertitude doivent une grande part de leur existence à la nature humaine des conflits. De façon quelque peu arbitraire, mais représentative des discussions menées au sein des forces armées américaines, il a donc été décidé de discuter, dans les paragraphes suivants, des concepts de génie et des forces morales qui sont étroitement liés.

En fait, le mécanisme de friction est officiellement reconnu dans de nombreux manuels des forces armées américaines. Les manuels FM 100-5 de 1982, 1986 et 1993 ainsi que certains manuels de l’U.S. Air Force, du Corps de Marines, et interarmes en font mention.[10]

Ensuite il faut bien constater que le concept de friction, ainsi que ceux de chance et incertitude, est principalement discuté en rapport avec deux notions elles-mêmes très liées : la surprise et le renseignement. En effet, s’il n’y avait pas de frictions, la guerre serait une activité parfaitement transparente (et le renseignement tout-puissant) et il n’y aurait donc plus de risque de se laisser surprendre par l’ennemi.

Mais s’il existe des frictions pour un camp, il en existera inévitablement pour l’adversaire de ce camp. Donc les frictions ne sont pas unilatérales. Elles peuvent même être employées avec profit. Elles peuvent constituer un levier puissant dans la lutte et pas seulement un obstacle. Cette constatation découle directement du point de vue interactif de l’acte de combat dans le Traité.[11] Ces considérations seront liées avec, comme nous l’avons déjà indiqué, le génie, le moral, mais aussi avec les modèles de guerre d’anéantissement et d’attrition, et le rôle de la manoeuvre (voir infra). Indiquons encore que le centre de gravité, qui est considéré comme toujours plus immatériel par le discours stratégique américain, se marie très bien avec un point de vue positif des frictions. Si le centre de gravité est constitué des moyens de commandement et de contrôle de l’adversaire, son attaque résultera en l’augmentation du niveau des frictions encourues par celui-ci. La paralysie de l’ennemi devient donc un objectif.[12]

On constate que certains ont reproché à Clausewitz d’accorder trop peu de place à la notion de surprise.[13] Il est vrai que Clausewitz évoque peu la surprise à proprement parler dans On War par comparaison à Sun Zi ou à Machiavel . Sun Zi est toujours considéré comme l’instigateur d’une stratégie basée sur la tromperie, la stratégie indirecte voire la « non bataille ».[14] Clausewitz est, lui, toujours perçu comme le père de la stratégie reposant principalement sur la bataille. Mais la surprise n’est-elle pas simplement la version unilatérale des frictions ? Quoi qu’il en soit, Clausewitz est souvent associé à l’Art de la guerre de Sun Zi lorsque l’on évoque le concept de surprise.

Si on s’intéresse maintenant plus particulièrement au rôle du renseignement, plusieurs remarques s’imposent. Premièrement, Clausewitz, tout comme Sun Zi, peut être mis en évidence quant à l’importance que ce phénomène prend dans la guerre. En reprenant, par exemple, deux études de cas liés à la guerre de l’information  – information warfare -, Clausewitz, autant que Sun Zi, est pris à témoin quant à la nécessité de connaître son ennemi.[15]

Mais parfois, le discours stratégique américain se montre perplexe à l’encontre du rôle que Clausewitz confère au renseignement. Le Prussien se contredirait en considérant que parfois le renseignement est utile, alors qu’à d’autres moments il le dénigrerait totalement.[16]Pour Victor M. Rosello, le problème du renseignement dans l’œuvre de Clausewitz est le fait d’une différence de concepts. Dans leur traduction de On War, Peter Paret et Michael Howard ont choisi le terme intelligence – renseignement – pour le mot allemand Nachtrichten. Mais le terme allemand signifierait simplement information, soit de la matière brute qui doit être retraitée pour devenir renseignement. Pour Peter Paret, la distinction n’existait pas à l’époque entre renseignement et information – ceci expliquant peut-être cela. Victor M. Rosello conclut que la vision du renseignement de Clausewitz est en fait dogmatique et insuffisante. Jomini s’avérerait meilleur maître à penser en ce domaine.[17]

Michael I. Handel apporte quelques clarifications supplémentaires en la matière. Pour lui, dans On War, Clausewitz discute du renseignement sur le champ de bataille. Or, à l’époque de Napoléon, les informations glanées sur le champ de bataille étaient souvent de qualité douteuse. Par contre, les informations dont Napoléon pouvait disposer au niveau stratégique et opérationnel lui étaient primordiales. Ce qui conduit à une deuxième remarque qui concerne les moyens de compenser l’incertitude présente sur le champ de bataille. Toujours pour Michael I. Handel, Clausewitz met plutôt en évidence des facteurs intangibles du commandement pour contrebalancer la faiblesse du renseignement : le Fingerspitzengefühl ou, en français, le coup d’œil , terme déjà employé par le chevalier de Folard en 1724.[18] Mais ces notions ne sont plus entièrement valides. La guerre, reconnaissent Michael I. Handel et John Ferris, est toujours le domaine des frictions et des actions réciproques. Les évolutions technologiques ne changent pas cet état de fait. Par contre, il existerait aujourd’hui deux types d’incertitude : le premier type concernerait l’ignorance ou l’inhabilité d’obtenir des renseignements fiables. Ce type d’incertitude trouverait sa place dans On War. Le deuxième type d’incertitude relèverait des systèmes C.3I. – Command, Control, Communication and Intelligence, soit commandement, contrôle, communication et renseignement -, et serait extérieur à On War. Le second type d’incertitude est le résultat du risque de disposer de trop d’informations et de ne pouvoir séparer le « signal » du « bruit ». Les auteurs concluent que le rôle du calcul dans la tâche du commandant moderne devrait être plus important qu’à l’époque de Clausewitz. Le Prussien  a donc sous-estimé le rôle du renseignement. Mais les moyens modernes, mis à la disposition du commandant aujourd’hui, induisent la démultiplication de la quantité d’informations disponibles. Par conséquent, le chef militaire est dans l’obligation de se poser de nombreuses nouvelles questions. Le risque du commandement dans trop de détails est aussi évoqué.[19]En conclusion, les moyens matériels des combattants aujourd’hui rendent la surprise plus facile à prévenir au niveau tactique, alors qu’au niveau stratégique, elle est devenue plus facile à réaliser par les possibilités de projeter des forces de grande dimension et à grande distance.[20]

En fait, de façon plus générale, il existe deux attitudes dans le discours stratégique américain face à l’incertitude du combat. La première attitude consiste à accepter les frictions comme inhérentes à la guerre. Pour certains, de façon peut-être trop marquée, la solution aux frictions est une attitude « agressive » qui consiste à continuer ce que l’on a commencé à entreprendre, poussant plus loin, gardant confiance en soi et ce malgré les informations ambiguës. Le concept de coup d’œil est également encore évoqué et défini comme une grande habilité à distinguer ce qui est important dans une grande masse de signaux. Bien entendu, la vitesse de réaction est toujours placée en exergue.[21]

Relevant toujours de la même attitude, Roger A. Beaumont, propose de soumettre le personnel militaire à la surprise et à l’échec, lors d’exercices, en vue d’apprécier l’ampleur du phénomène. Quant au général Raymond B. Furlong, il met en évidence la nécessité d’introduire l’incertitude clausewitzienne dans les jeux de guerre – war gaming / kriegspiel -, idée plus récemment partagée par Antulio Echevarria. Il s’agit en fait véritablement d’entraîner le soldat à s’habituer aux frictions.[22]

La deuxième attitude consiste à penser que les frictions disparaîtront à terme. Cette attitude est partagée parmi les tenants les plus acharnés de la R.M.A. Pour eux, le champ de bataille devrait devenir parfaitement transparent.[23] La vision managériale et mécaniste du commandement procède de la même approche, traditionnellement ramenée à Jomini. L’être humain y est perçu comme une sorte de boîte noire ou de machine. Notons aussi que la débauche de matériel sophistiqué dont disposent les forces armées américaines n’est pas toujours de nature à faciliter l’appréciation de facteurs intangibles.[24]

Remarquons aussi que pour Jay Luvaas, les frictions réduisent la confiance à accorder aux principes de la guerre. Selon Luvaas, il est également essentiel de tenir compte des forces morales et du concept de génie pour se constituer une image réelle du déroulement de la guerre.[25] Et J.E. King d’ajouter que les frictions ont bien entendu un sens physique mais aussi psychologique. C’est dans ce second sens que la notion de génie et le moral prennent place.[26]

Section 3 – Le génie militaire

Bien que non mentionné dans des documents doctrinaux comme le FM 100-5, le concept de génie est souvent discuté en filigrane de réflexions sur la notion de commandement.[27] Directement lié à l’ensemble de la théorie clausewitzienne, le génie s’intercale de façon prééminente au regard du mécanisme de friction, des différences qui existent entre la guerre en théorie et en pratique, des forces morales – la guerre est une activité sociale, le fait d’êtres humains qui, à la différence des objets, interagissent de façon relativement imprévisible. Si cette notion s’avère cruciale, elle n’en est pas moins assez floue par rapport à nos critères psychologiques modernes.

Plusieurs auteurs américains se sont donc penchés sur l’idée du génie de façon plus ou moins élaborée. Jay Luvaas attire l’attention sur la dualité du concept de génie ; un bon chef de guerre doit à la fois faire preuve d’intelligence et de tempérament.[28] Comme cela a été indiqué, le génie étant un concept relativement flou, la remarque de Luvaas est complétée par d’autres textes tentant de détailler ce que recouvre la notion. Ainsi, on note que le génie a un caractère équilibré mais fort, le génie fait preuve de contrôle sur soi, il est instruit et imaginatif. Il fait également montre de courage, courage que Clausewitz répartit en plusieurs catégories : courage physique (le plus « primitif »), courage moral (beaucoup plus rare, et comportant un élément de responsabilité), détermination (à long terme) et hardiesse – boldness (elle est toujours nécessaire).[29]

Il est intéressant de noter que les écrits sur le génie se positionnent, grossièrement, dans deux grandes catégories, visant toutes deux à comprendre comment « parvenir » au génie. La première, de manière assez souple, penche en faveur de l’utilisation de l’expérience et de l’apprentissage par erreurs. La coopération au sein des unités prend également de la valeur dans ce processus. Ce faisant, l’officier est en mesure de développer sa confiance personnelle, qui l’aide à obtenir la détermination nécessaire à l’action. La culture de l’intellect s’impose parallèlement. Nul doute que l’institution de centre d’entraînement tel le N.T.C., National Training Center de Fort Irwin en Californie répond à la possibilité de s’entraîner en commettant des erreurs dans un cadre très réaliste mais néanmoins encore fort éloigné des véritables conditions de la guerre.[30] Il est aussi question de génie à propos d’un commandant capable d’équilibrer ses ressources à ses objectifs.[31]

La seconde approche cherche à raccrocher l’idée de génie à une structure plus « scientifique », soit en combinant le concept de génie avec des outils de la psychologie et des statistiques.[32]Cette seconde approche, dans son contenu, partage pourtant des caractéristiques identiques avec la première. Le rôle de l’intellect, les capacités d’apprentissage et d’adaptation sont largement mis en valeur. L’accent est aussi porté sur l’importance de l’expérience qui, à défaut de combat, s’acquiert par la simulation. Le courage et la détermination sont également placé en exergue. L’insistance sur ces notions s’avère encore accentuée par l’arrivée de concepts tels que celui d’information warfare.[33] Au total, le chef militaire est confronté à une quantité toujours plus importante d’informations qu’il doit gérer avec sang-froid.

Poussée à son extrémité, cette approche reprend simplement les attributs que Clausewitz confère au génie et les transforme en un modèle psychologique. C’est de cette manière que procède le lieutenant colonel Phillip N. Brown de l’U.S. Air Force lorsqu’il étudie le cas de Claire Lee Chennault.[34] Notons aussi l’existence de tentatives de conciliation entre l’idée de commandement chez Clausewitz avec des approches plus managériales.[35]

Le concept de génie est même transposé au niveau de la Grand Strategy, où il est en passe de devenir un attribut collectif hautement souhaitable. En dehors des caractéristiques déjà mentionnées précédemment, le génie doit ici être en mesure d’élaborer ses propres règles, de développer un nouveau paradigme de pensée. Cette vision cadre bien avec la recherche d’une Revolution in Military Affairs adaptée aux changements dans l’ordre des relations internationales. Et bien entendu, ici, le génie est capable de combiner toutes les ressources d’une nation : économiques, militaires, informationnelles et diplomatiques.[36]

En fait, la plupart du temps, le discours stratégique américain est en peine de rendre compte de la notion de génie en tenant compte des subtilités de Clausewitz. Encore une fois, ce concept, comme bien d’autres, a subi une dérive « mécaniste ».

Il convient également de citer la notion d’Auftragstaktik, qui correspond à une forme très souple et décentralisée de commandement. Le concept est souvent lié à Clausewitz aux Etats-Unis. Pourtant, Clausewitz n’en est qu’indirectement à la source. Bien que l’on puisse concevoir cette idée comme la suite logique de la pensée du Prussien, elle est généralement attribuée à Moltke l’Ancien.[37] L’historien israélien Martin van Creveld, lui, fait remonter cette forme de commandement aux unités de la Hesse, sous le général Lossow, qui combattait lors de la Révolution américaine.[38]

L’Auftragstaktik a en fait beaucoup d’affinités avec les concepts clausewitziens de génie et de friction. Le génie permet de surmonter les frictions, mais il ne peut prendre toute sa mesure que si on lui en donne la possibilité, qu’on lui laisse l’initiative comme le recommande l’Auftragstaktik.[39] Quoi qu’il en soit, cette notion a largement inspiré la doctrine opérationnelle américaine. Indéniablement, une doctrine qui vise l’initiative, la flexibilité et l’adaptabilité ne peut qu’être intéressée par cette méthode de commandement.[40]A partir de 1982, les éditeurs du manuel FM 100-5 veulent que celui-ci développe un esprit, une façon de penser et soit moins un « livre de recettes ».[41] Le commandement décentralisé fait partie de l’approche.[42] Toutefois, certains pensent qu’elle est encore insuffisamment développée au début des années 80.[43]D’autres, au contraire, reprochent à ce concept de constituer une simple excuse pour ceux qui ne désirent pas s’investir dans les nouvelles technologies de communication et de commandement.[44]

Section 4 – Le moral

L’importance du moral est fondamentale à l’édifice clausewitzien. Tout d’abord, pour le Prussien, la guerre est une activité humaine. Ensuite, répétons-le encore, les frictions, la chance, l’incertitude, la surprise sont liées à la nature humaine de cette activité.

Dans le discours stratégique américain, on retrouve de nombreuses références à la notion de moral. On le verra par exemple dans les manuels FM 100-5 d’août 1982 et de 1986. En s’inspirant de Clausewitz, ces documents affirment que le but de la guerre n’est pas uniquement la destruction physique de l’ennemi mais que le combat doit viser son effondrement moral. L’apport de Clausewitz est ici librement combiné avec celui de Liddell Hart et Sun Zi et à la notion de surprise.[45]Mais plus encore, pour l’édition de 1982, il semble bien que le rôle du moral, largement poussé en avant par le lieutenant général Richard E. Cavazos, ait été inspiré par la lecture d’Ardant du Picq et de John Keegan, respectivement au travers des livres Battle Studies et The Face of Battle.[46]

En fait, dans le discours américain, la valeur du moral, est prise au sens large. C’est un facteur qui est évoqué non seulement au niveau du soldat individuel, mais aussi pour le commandement, le décideur politique et pour la nation dans son entièreté. Ce dernier point avait été largement mis en évidence par les travaux de H.G. Summers sur la trinité paradoxale quant au rôle du soutien populaire. Globalement, le moral est perçu comme un levier de force – force multiplier – qui permet de dépasser l’épuisement matériel.[47]

En résumé, la notion de moral, et son importance dans le combat, est peu remise en cause dans le discours stratégique américain. Mais parfois, on aura l’impression que la façon dont ce facteur est abordé confine à une réduction mécaniste de l’être humain, tout comme dans le cas du génie. Il est vrai que l’approche managériale ne semble pas avoir été éradiquée dans l’étude du soldat. L’être humain donne souvent l’impression d’être conçu comme une machine à combattre.

Section 5 – Offensive, défensive et combinaisons

Il existe un certain consensus dans le discours stratégique américain sur la valeur de la défense et de l’offensive. Globalement, l’idée selon laquelle la défense est la forme la plus forte de la guerre est bien acceptée. De même, le discours marque généralement son accord sur la nécessité de passer à l’offensive dès que possible.[48] Dans ces considérations, il n’est pas rare de retrouver le nom de Clausewitz. On notera également que le manuel FM 100-5 d’août 1982 reprend la comparaison entre la défense active et le bouclier de coups portés à l’ennemi décrite par le Prussien.[49]Dans l’édition de 1986 du même manuel, les notions d’offensive et de défense sont directement traitées par le biais des classiques : Clausewitz, Jomini et Sun Zi.[50] L’édition de 1993 ne sera pas aussi explicite, mais la tonalité reste néanmoins très clausewitzienne. L’offensive y est définie comme la forme décisive de la guerre, le moyen ultime pour le commandant d’imposer sa volonté à l’ennemi. Quant à la défense, elle est considérée comme la forme la moins décisive mais la plus forte du combat.[51]

Ces idées se sont généralisées dans l’ensemble du discours stratégique à l’exception de l’U.S. Air Force. Les penseurs de cette Arme affirment que l’offensive est la forme la plus forte de la guerre pour la puissance aérienne. L’absence de relief dans les airs, donc l’absence de possibilités de se retrancher, la mobilité et la rapidité expliqueraient cet état de fait (voir aussi infra sur John Warden et l’école de la paralysie stratégique).

Les textes évoquant la relation entre défense et offensive sur base de Clausewitz méritent toutefois une critique générale. En effet, peu d’auteurs confèrent une dimension dynamique à cette relation. James Schneider fait exception en la matière. Pour lui, le commandant d’une armée est confronté à un dilemme : soit il cherche à défendre une portion de son territoire, soit il marche vers le centre de gravité ennemi, qui se résume bien souvent au gros des forces massées de l’adversaire. D’où la tension entre la possibilité de concentrer ses forces et de risquer de se faire envelopper ou de les répartir sur la ligne de front de manière linéaire.[52]Dans le même ordre d’idées, Richard M. Swain a remis en question l’affirmation de la supériorité de la défense. Selon lui, chacune des deux formes possède des avantages et des désavantages – le moral des troupes est plus mis à mal en position défensive tandis que l’offensive permet de profiter du terrain que l’attaquant choisi et il oblige l’ennemi à réagir.[53] Lorsque Clausewitz affirme la valeur (relativement) supérieure de la défense, il le fait par omission de nombreux facteurs : le courage, les considérations numériques, l’entraînement, etc.[54] Quoi qu’il en soit, Swain rejette la défense passive au profit d’un modèle plus actif.

Quelques-uns ne voient pas en quoi la défense peut être déclarée forme la plus forte de la guerre. Les situations trop particulières du combat ne permettent pas cette généralisation. Tout au plus peut-on déclarer que la défense est une forme de combat plus facile à mettre en œuvre car elle consiste en la préservation d’un objet au changement.[55]Mais Richard M. Swain rappelle que ce type de raisonnement n’est pas spécialement incompatible avec celui de Clausewitz qui n’a jamais fait de la défense, la forme la plus forte de la guerre un dogme mais une « tendance ».[56] Le rôle de la technologie est aussi mentionné comme facteur de nature à affecter l’équilibre entre les deux types d’opérations.[57]

Section 6 – Le centre de gravité

Le centre de gravité conduit, comme pour quasiment tous les concepts légués par Clausewitz, dans plusieurs directions. On le lie facilement à la pensée du Prussien centrée sur la bataille ou les idées selon lesquelles il existe une proportionnalité entre les moyens employés et le résultat, le principe de concentration des forces, l’anéantissement de l’ennemi sur le théâtre, et le rôle du nombre de combattants.[58]

Mais il convient surtout de noter l’importance de ce concept dans l’élaboration de la doctrine opérationnelle de l’armée de terre américaine. Le centre de gravité peut être considéré comme une pépite d’or tirée de l’oeuvre de Clausewitz pour le stratégiste moderne. Par conséquent, on remarquera que le concept n’est que marginalement remis en cause.

Commençons par identifier les références au centre de gravité dans les manuels doctrinaux. Pour l’armée de terre, sans le nommer, le FM 100-5 de 1982 adapte déjà le concept à partir de la notion de Schwerpunkt que l’on retrouve dans le document allemand HDv 100/100.[59]Mais la première véritable référence au centre de gravité se trouve dans l’édition de 1986 du FM 100-5, où il est combiné avec les conceptions inspirées de Jomini sur les points décisifs et les lignes d’opération.[60] On le retrouve aussi dans l’édition de 1993, de nouveau associé aux concepts de Jomini. Ici, le centre de gravité peut prendre plusieurs formes : l’armée ou la structure de commandement de l’ennemi, l’opinion publique, la volonté nationale ou la cohésion d’une alliance / coalition. On y considère que le centre de gravité n’est pas toujours directement discernable ; il peut ne pas être activé. Son activation, au niveau opérationnel, ne se fait que par l’initiation du combat.[61] Il existe aussi une nécessaire réévaluation permanente du concept. Ensuite, le centre de gravité est lié aux lignes de communication qui sont des orientations directionnelles pour l’utilisation des unités, dans le temps et l’espace, en rapport avec l’ennemi. Les forces peuvent ainsi opérer sur les lignes intérieures ou sur les lignes extérieures. Le second précepte lié est celui des points décisifs. Ils apportent un grand avantage au commandant qui les possède. Ils peuvent représenter une colline, une ville ou une base d’opération, mais peuvent aussi revêtir une dimension moins matérielle comme un poste de commandement, une centre de communication, etc. Il existe normalement, sur le champ de bataille, trop de points décisifs pour que le commandant puisse tous les détenir, ou les détruire. Les points décisifs doivent par conséquent être sélectionnés en fonction du centre de gravité.[62]

Comme on vient de le voir, le FM 100-5 de 1993 donne déjà de multiples exemples du centre de gravité.[63] Dans différents textes issus de publications de l’armée de terre, les autres « candidats » centres de gravité proposés sont beaucoup plus nombreux : l’armée, le point de jonction entre deux unités, le moral de l’armée, le moral du chef de guerre, le moral de la nation, la capitale de l’Etat ennemi, les zones industrielles (voire simplement l’économie), les élites politiques (ou le système politique, ou encore la cohésion politique), le cycle de prise de décision, la sphère informationnelle, la géographie, les lignes de communication, la logistique, la société dans son ensemble, ou un mélange de ces éléments.[64] Deux remarques s’imposent ici. D’une part, certains centres de gravité proposés sont de nature plus stratégique qu’opérationnelle, les auteurs en conviennent. On l’évoque parfois même au niveau tactique.[65] D’autre part, le fait de considérer la société dans son ensemble comme un centre de gravité est propre aux développements relatifs à la guerre de guérilla mais montre également une certaine convergence avec les approches de l’U.S. Air Force – sorte de néo-douhetisme.En fait, le centre de gravité est reconnu changeant, moral ou physique (voire immatériel), et variable selon l’échelon de force analysé.[66]

Ensuite, on remarquera que le centre de gravité a une fonction d’intégration dans la planification. C’est ce concept qui permettra de donner un cadre d’analyse dynamique aux principes de la guerre  ; concentration – et unité de l’effort -, manœuvre, initiative, lui sont adjoints.[67]En d’autres termes, il est une fois de plus mis en regard de l’apport jominien. Le colonel Huba Wass de Czege, qui s’était chargé de la rédaction de la partie sur le centre de gravité dans le FM 100-5 de 1986, note aussi que ce concept doit être relié aux facteurs M.E.T.T.-T. – Mission, Enemy, Troops, Terrain and Weather, and Time Available.[68]

Mais le centre de gravité est une notion dont la compréhension s’est bien souvent avérée épineuse pour le discours stratégique américain. Le problème fondamental est la confusion entre le centre de gravité, qui est en fait un point fort, et les points décisifs, qui servent de « levier » à l’attaquant, et les vulnérabilités qui permettent de prendre d’assaut les points décisifs.[69] Il est vrai que la confusion a même été constatée dans le manuel FM 100-5 de 1986.[70]Un article de Lawrence Izzo tenta de rectifier ces conceptions erronées. Pour lui, le centre de gravité est un point de force dans le dispositif ennemi. Un point décisif est par contre une faiblesse – weakness. Cette faiblesse peut être vulnérable ou non aux attaques. Les points vulnérables – vulnerabilities – peuvent donc être attaqués avec « facilité », mais tout point vulnérable n’est pas lié à un point décisif. Il convient de ne pas tous les prendre d’assaut sous prétexte de garder l’initiative ou d’obtenir des succès tactiques. Les attaques doivent entretenir une relation avec l’objectif de la campagne.[71]Malgré la mise au point introduite par cet article, il n’empêche que la confusion entre point décisif et centre de gravité perdure.[72] De plus, la publication de l’article de Lawrence Izzo valut à son auteur une critique rapide par un détracteur du concept, lui préférant purement et simplement les idées de Jomini sur les points décisifs. L’auteur de cette critique reprochant aussi à Clausewitz de ne pas introduire les lignes de communication sous la rubrique centre de gravité.[73] Certains désireront même remplacer le concept de centre de gravité par celui de centre de force – center of strength – et de lui adjoindre les notions de point de vulnérabilité – vulnerability point – et point focal de synergie – synergistic focal point.[74]

Ailleurs, le centre de gravité, combiné aux points décisifs de Jomini, est présenté sous forme de matrice valable aux niveaux tactique, opérationnel, stratégique militaire, et de la stratégie nationale. Il comprend donc les éléments de puissance politique, économique, psychologique et militaire. Les différents niveaux et outils de puissance jouent sur la matrice :

 

  Centre de gravité Points décisifs
Allié Planifier des manœuvres contre les points décisifs ennemis, à partir de directions  inattendues, en utilisant des forces supérieures relatives. Cacher les points décisifs par des mouvements et des ruses. Les protéger si nécessaire.
Ennemi Eviter une confrontation directe entre les centres de gravité.  Viser les points décisifs pour détruire la cohésion de l’adversaire. Utiliser tous les moyens disponibles pour identifier et confirmer les points décisifs. Connaître leur degré de connexion et les effets secondaires de leur destruction.

 

L’auteur définit ensuite un axe conceptuel de la manœuvre, du centre de gravité allié vers les points décisifs ennemis.[75]

En résumé, on vient de constater que le centre de gravité était un concept combinable avec les lignes de communication, les points décisifs et les principes de la guerre. En d’autres termes, on peut lui adjoindre la plupart des outils jominiens. Mais les combinaisons ne s’arrêtent pas là. Le centre de gravité est aussi mis en rapport avec les travaux de Liddell Hart et de Sun Zi. Ainsi, pour le lieutenant général Raymond B. Furlong de l’U.S. Air Force, en temps de guerre, l’un des principes majeurs d’une force est de rester concentré en vue d’attaquer le centre de gravité de l’adversaire. Mais ce faisant, l’auteur pense que l’on risque de reproduire les résultats de la Première Guerre mondiale, soit l’échec de toute opération qui tente de confronter le centre de gravité des deux forces. Raymond B. Furlong pense donc que Liddell Hart ajoute énormément à Clausewitz en évoquant la possibilité d’attaquer un point faible dans le but de renverser un point fort.[76]Quant à Sun Zi, il permet de rajouter une « couche d’immatérialité » au concept. Au travers des écrits du Chinois, la dynamique des forces morales, la lutte des volontés des commandants, l’attaque de la stratégie de l’adversaire – et non de ses forces – prennent une importance plus grande.[77]La mutation du centre de gravité en un concept postindustriel, avec insistance sur la massification des effets à produire au détriment de la simple massification de la puissance de feu, et le rôle dévolu à la guerre informationnelle permettent aussi à certains auteurs de rendre le concept compatible avec l’Art de la guerre de Sun Zi.[78] Mais l’ensemble de ces élaborations tendent à éloigner le centre de gravité de sa filiation originale avec le Prussien. Le nom de Clausewitz est de moins en moins cité lorsque le concept est décrit.

Il convient ensuite de faire remarquer que le centre de gravité tel qu’utilisé par le discours stratégique américain est bien souvent peu dynamique. Tout comme la notion de trinité paradoxale, on lui assure rapidement une certaine « fixité structurelle ».[79] L’inspiration des théories de la complexité tentera de dépasser cette limitation.

A ce propos, une méthodologie a été développée au sein du Center for Strategic Leadership de l’U.S. Army War College en vue de déterminer, analyser et utiliser la notion de centre de gravité. Le document composé de trente-deux pages est en fait un vaste « questionnaire » établi par dix-sept étudiants de l’armée de terre, de l’armée de l’air, de la marine de guerre, ainsi que des étudiants étrangers en provenance d’Egypte, de Thaïlande, des Philippines et d’Allemagne. La méthode se décompose en quatre phases : situer, déterminer, analyser et appliquer le concept de centre de gravité, valable aux niveaux stratégique et opérationnel. Situer requiert d’aborder les facteurs démographique, économique, géographique, historique et international, militaire, politique, psychosocial et les intérêts et objectifs politiques affectant un adversaire au travers de questions telles que : quelles sont les forces et les faiblesses militaires ; quelle est la forme du gouvernement ; quel type d’économie soutient les forces militaires, etc. La détermination du centre de gravité est la seconde phase. On y étudie la composition des forces, les éléments de commandement, le type de gouvernement, le niveau de civilisation – préindustriel, industriel ou informationnel – et d’autres éléments comme les groupes clefs non politiques. A ce stade, un seul candidat au centre de gravité doit subsister. On en arrive à la phase d’analyse du centre de gravité stratégique qui cherche principalement à établir si la meilleure approche est de type direct ou indirect. Le centre de gravité opérationnel est, lui, considéré comme nettement plus simple à identifier car il est avant tout composé des forces de combat ennemies. La dernière phase, celle de l’application, confère une dimension dynamique à ce questionnaire car elle implique une réévaluation du centre de gravité à la lueur de l’évolution des hostilités. Il faut remarquer que la méthodologie en question établit de manière claire la différence entre centre de gravité et points décisifs. Elle affirme de plus que le centre de gravité stratégique est fixe, sauf cas d’élimination pure et simple, alors qu’il est changeant au niveau opérationnel. En plus, elle postule que le centre de gravité est valable pour les opérations autres que la guerre ou les opérations de basse intensité.[80] Mais le problème principal résultant de cette analyse est d’affirmer se nature non linéaire, mais d’agir comme en situation linéaire. L’analyse est dynamique en ce qu’elle implique la réévaluation régulière du centre de gravité. Par contre la dialectique d’opposition des forces et les tentatives mutuelles d’attaques – la dimension interactive – des centres de gravité n’est que brièvement évoquée à la fin du document.[81] Pat Pentland a, par contre, introduit une dimension nettement plus dynamique à la conception de centre de gravité. Pour lui, vaincre un centre de gravité est possible de quatre manières : (1) en l’isolant du système dont il fait partie ; (2) en bloquant les boucles de rétroactions à l’intérieur du système ; (3) en appliquant une quantité immense d’énergie sur le système ; (4) en surchargeant et détruisant chacun des éléments du système – en les désarticulant en quelque sorte.[82]

Le centre de gravité revêt aussi une grande importance pour les planificateurs de l’U.S. Air Force.[83]La notion est aujourd’hui présente dans la doctrine de cette Arme. On la retrouve, par exemple, dans le manuel AFDD 1.[84]Toutefois, l’utilisation du concept n’est pas exempte de critiques. Le centre de gravité dans l’U.S. Air Force reposerait sur une approche du ciblage démultipliant en fait le concept en autant de points à éliminer qu’il semble nécessaire.[85] On aurait donc une équation centres de gravité = cibles. Officiellement pourtant, la définition du concept par l’U.S. Air Force affirme l’existence d’un seul centre de gravité d’où émanerait la liberté d’action et la volonté de combattre de l’ennemi (voir aussi infra sur l’école de la paralysie stratégique).

Quant à l’U.S. Navy, elle vient de reconnaître le centre de gravité en 1994 dans son manuel NDP 1, Naval Warfare.[86]On retrouve aussi ce concept dans un White Paper commun à la Navy et au Corps des Marines. Le centre de gravité y est défini comme physique ou non-matériel, le plus souvent intangible.[87]

Le Corps des Marines est par contre un grand consommateur de ce concept. Ainsi, les manuels MCDP 1, Warfighting de juin 1997, MCDP 1-2, Campaigning de août 1997, MCDP 1-1, Strategy de novembre 1997, MCDP 1-0, Marine Corps Operations de juin 2000 citent tous le centre de gravité. On a néanmoins reproché au Corps des Marines de confondre le centre de gravité avec le concept de vulnérabilité dans le dispositif de l’adversaire.[88]

Toutefois, d’après les documents consultés, le Corps des Marines fait bien la différence entre la notion de centre de gravité et celle de vulnérabilité critique. A titre d’exemple, les manuels FMFM 1 et MCDP 1-1 appellent vulnérabilité critique un facteur dont l’attaque ou l’exploitation doit permettre de détruire ou mettre à mal un centre de gravité.[89]

Malgré tout, un officier de réserve du Corps des Marines a écrit un article montrant un grand scepticisme par rapport au centre de gravité et à la notion de critical vulnerabilities – vulnérabilités  critiques. L’auteur, le colonel Mark Cancian, pense qu’il n’existe pas toujours de centre de gravité. Les activités humaines se déroulent en réseau. Cela signifie qu’il existe en permanence des « chemins alternatifs » et que l’idée de la destruction d’un centre de gravité puisse produire un effet disproportionné au point de réduire l’ennemi à néant est douteuse. De plus, les êtres humains sont des acteurs dynamiques qui échappent à une vision figée du centre de gravité. Or, on ne trouve aucune notion parallèle à celle du réseau dans les conceptions de Clausewitz. Il existe bel et bien un risque de créer des centres de gravité là où il n’en existe pas. L’auteur critique en fait une certaine vision du coup décisif, « rêve » de tout planificateur opérationnel, mené par un service unique au détriment d’une conception interarmées – joint – du combat.[90]Pourtant, le centre de gravité revient aussi dans la littérature interarmées où il est appréhendé comme un outil intégrateur des forces.[91]

On peut ajouter que le centre de gravité a parfois été utilisé dans les réflexions sur les forces nucléaires durant la guerre froide. Pour une certaine école, les forces nucléaires adverses constituaient alors le centre de gravité ennemi.[92] Cette conception se rapproche bien entendu de la conception war-fighting, qui soulève un problème en rapport avec la notion de centre de gravité. En effet, en cas de guerre nucléaire, le potentiel disponible en armements de destruction massive était (et reste encore) tellement élevé qu’on peut se demander si celui qui décide de s’en servir ne lancera pas ses engins sur tout ce qui ressemble de près ou de loin à un centre de gravité.[93] Or, comme cela a déjé été vu, la démultiplication des centres de gravité rend le concept de moins en moins utile.[94]

Et pour terminer, constatons que le centre de gravité est aussi devenu un instrument d’analyse historique. Par exemple, une analyse de la campagne américaine menée sur le théâtre des opérations européennes lors de la Seconde Guerre mondiale reproche le manque d’attention porté au centre de gravité par le commandement allié. Les considérations humanitaires comme la libération des populations civiles, le manque de confiance, l’expérience de la Première Guerre mondiale, la tyrannie de la logistique et du terrain inhibèrent les actions menées à l’encontre des centres de gravité des forces de l’Axe.[95] Le centre de gravité est aussi évoqué au niveau stratégique dans le cadre d’opérations très récentes. Dans le cas de l’ex-Yougoslavie, le centre de gravité lors de la guerre en Bosnie aurait été la Serbie.[96]

Section 7 – Le point culminant de l’attaque ou de la victoire[97]

Ce concept est indiqué dans les éditions de 1986 et 1993 du FM 100-5 ainsi que dans le récent FM 3-0. Dans l’édition de 1986 du FM 100-5, il est nommé culminating point of victory alors que dans l’édition de 1993, il est devenu, simplement, culmination. Le FM 3-0 reprend le concept de culminating point.

Il est défini comme le point à partir duquel l’offensive perd son avantage principalement sous l’effet de l’extension extrême des forces. Elle survient lorsque les unités doivent, par exemple, protéger leurs lignes de communication contre des attaques de flanc ou contre des opérations menées par des partisans. Si l’attaquant poursuit par delà ce point, la défaite est à craindre. Mais la notion s’avère aussi applicable à la défense. Le point culminant est dépassé par le défenseur quand il n’est plus en mesure de contre-attaquer. Dans le cas de l’attaque, le rôle de la logistique et du renseignement est souligné dans le processus de renforcement en vue de repousser le point culminant. Le point culminant est considéré comme valable aux niveaux stratégique et opérationnel. A l’échelon tactique, on parlera plutôt d’une trop grande extension due à un manque de ressources.

Mais, le manuel FM 100-5 de 1986 affirmait tout de même que l’offensive peut se poursuivre au-delà du point culminant dans certains cas. Parfois le concept de point culminant peut perdre sa raison d’être. Si l’attaquant est excessivement puissant et que le défenseur ne peut agir de manière significative, ou si l’attaquant est si faible que son point culminant est sa ligne de départ, le concept perd beaucoup de sa valeur.

En fait, il y aurait quatre raisons qui interviennent dans la précipitation du point culminant : (1) les pertes, (2) la difficulté de calculer le point culminant, (3) la notion erronée de l’héroïsme qui pousse le commandant à aller toujours de l’avant, et (4) l’obsession et le désir de vaincre à tout prix.[98]

L’édition de 1993 du FM 100-5, quant à elle, donnait quelques exemples historiques du concept. Sur le plan stratégique, il s’agit de l’offensive allemande en France en 1914 et l’invasion allemande en Russie de 1941. Sur le plan opérationnel, il s’agit de la contre-offensive allemande dans les Ardennes en 1944, l’avance de Patton à travers la France qui s’embourba en Lorraine par manque de ravitaillements, etc.[99]

On retrouve aussi le concept de point culminant dans les manuels FMFM 1 et MCDP 1-1 du Corps des Marines et dans la publication Joint Doctrine Capstone and Keystone Primer  de 1997. Dans la doctrine, la description qu’en donne actuellement l’U.S. Air Force est peut-être la plus intéressante. Selon cette Arme, le point culminant ne doit plus être considéré dans un schéma linéaire de la guerre. Alors que traditionnellement, lorsque l’opération ennemie atteignait son point culminant, les forces amies commençaient à se préparer à passer à la contre-offensive, maintenant il est recommandé d’agir en vue de forcer l’ennemi à dépasser ce point. Il ne faut pas nécessairement attendre, selon le manuel AFDD 1, que l’ennemi ait atteint le point pour préparer ses forces à intervenir.[100]

En fait, en dehors des manuels, le concept de point culminant est, malgré tout, et assez curieusement, peu discuté dans la littérature stratégique américaine.[101]Michael I. Handel y voit un des exemples des contradictions que l’on peut relever dans l’œuvre de Clausewitz. Le point culminant serait en contradiction directe avec le principe de continuité, ou principe d’exploitation, énoncé par le Prussien. De plus, ce concept serait trop nébuleux pour avoir un impact réel dans la pratique. Il s’avère par contre très enrichissant sur le plan théorique.[102]

Dans la seconde édition de son ouvrage Masters of War, Michael I. Handel s’est pourtant attardé sur cette notion. Il a tenté de la représenter graphiquement sur base d’une carte de l’invasion de la Russie par Napoléon en 1812 et des opérations menées en Afrique du Nord entre 1940 et 1943 par les Allemands. De même, il utilise un graphe abscisse / ordonnée, mettant en relation le temps et la force relative des adversaires aidant à situer le point culminant de la victoire ou de l’attaque. Il mentionne également que, comme tout principe, le principe de continuation – pendant au point culminant – peut devenir conflictuel avec d’autres principes lorsqu’il est poussé à son point extrême.[103]

Pour John E. Tashjean, le concept de point culminant permettrait d’appréhender la dichotomie entre l’espoir de mener des guerres courtes – rapides et décisives – et le risque de s’embourber dans un conflit (il mentionne d’abord que le concept entretient des relations avec des éléments théoriques de l’astrologie et de l’astronomie et qu’il peut être étudié dans l’usage des réserves chez Montecuccoli, ou à partir du concept classique de victoire chez Machiavel  et de l’importance de la logistique chez Frédéric II). En appliquant le point culminant au niveau des relations internationales, il permet de comprendre les guerres de courte durée en faisant abstraction de phénomènes qui étaient inconnus, selon l’auteur, de Clausewitz, comme la haine génocidaire, la croisade militaire ou l’existence d’armes de très grande puissance destructive, ces derniers phénomènes encourageant la prolongation et la polarisation du conflit.[104]

Une autre application, originale, du point culminant est faite par Edward N. Luttwak. Pour l’auteur, la guerre est partout faite de paradoxes. Ces paradoxes contiennent en eux le germe du point culminant. Par exemple, le point culminant est appliqué à la technologie militaire : le matériel est utile jusqu’au moment où l’ennemi dispose de contre-mesures efficaces. Passé ce moment, le point culminant est franchi. De la même manière, la surprise est un facteur vanté parmi les principes de la guerre, mais ce principe est en contradiction avec la rapidité d’action. Pour surprendre son ennemi, le combattant devra emprunter un itinéraire plus long. Un équilibre doit être trouvé dans ces contradictions. L’auteur note aussi qu’en temps de paix, les nations disposent d’une capacité à conduire la guerre d’un niveau donné. En temps de guerre, ce potentiel diminue inévitablement, alors que c’est à ce moment qu’il devient le plus indispensable de le maintenir à son point le plus élevé. C’est un autre paradoxe qu’il est aussi possible de raccrocher au point culminant.[105]

Section 8 – Relecture de Clausewitz par H. Delbrück, ou éclairage des concepts d’anéantissement et d’attrition, ainsi que le rôle de la manœuvre

Hans Delbrück (1848-1929) était un historien allemand qui consacra une bonne part de son travail à l’histoire militaire. Indépendant de l’armée, il travailla avant tout à l’université de Berlin. Son indépendance lui valu d’ailleurs des difficultés avec l’état-major. En effet, Delbrück critiqua la façon dont cette institution avait mené la Première Guerre mondiale. Durant ce conflit, l’historien contribua pourtant à l’éducation militaire du public. D’un point de vue historique, Hans Delbrück se raccroche à l’école de Leopold von Ranke qui cherchait à établir les faits historiques derrière les légendes – matérialisme historique, histoire scientifique.[106] Delbrück retournait donc aux sources premières et reconstruisait, de manière parfois surprenante, le passé. Son œuvre maîtresse est intitulée Geschichte der Kriegkunst im Rahmen der politischen Geschichte dont le premier volume a paru en 1900. Il faudra néanmoins attendre 1983 pour que la première traduction américaine des quatre premiers volumes soit achevée sous le titre The History of the Art of War.[107]La traduction en question a été réalisée par un officier de West Point. En 1990, les quatre ouvrages sont republiés par les Presses Universitaires du Nebraska sous la forme de paperback (soit sous une forme non cartonnée). Selon Arden Bucholz, l’œuvre de Delbrück est bien connue des officiers de l’armée d’active de l’U.S. Army vu la rapidité à laquelle l’ouvrage s’est vendu dans les librairies.[108]

Dans cette histoire de la guerre, Delbrück effectua une relecture de Clausewitz. Il en dégagea d’abord l’idée de soumission du militaire au politique. Mais, c’est aussi à partir de Vom Kriege, qu’il conçut l’existence de deux types de stratégie dont il repère la présence à travers le temps : Niederwerfungsstrategie et Ermattungsstrategie. La Niederwerfungsstrategie est dite d’anéantissement alors que l’Ermattungsstrategie est une stratégie d’épuisement ou d’usure – exhaustion en anglais. La stratégie d’anéantissement est celle de Napoléon, Alexandre et César, alors que la stratégie d’épuisement est celle de Wallenstein, Périclès, Gustave Adolphe et Frédéric II. Alors que la stratégie d’anéantissement a un seul pôle, la bataille, la stratégie d’usure est bipolaire : elle s’organise autour de la bataille et de la manoeuvre.[109]

Cette interprétation de Clausewitz est actuellement considérée comme erronée (toutefois, cela ne diminue guère la valeur du travail de Delbrück). La stratégie d’anéantissement est apparentée à la guerre absolue de Clausewitz. Or ce concept n’est pas matériel mais purement « idéel ». La stratégie d’épuisement est raccrochée à la guerre dans la réalité qui, chez Clausewitz, n’est pas incompatible avec une notion comme la guerre d’anéantissement. Herbert Rosinski a employé une bonne image pour représenter l’erreur de Delbrück : ce dernier place sur un même plan deux dimensions différentes.[110]

En tout cas, bien que le plus souvent indirectement inspirées de Delbrück, les notions d’anéantissement et d’attrition[111] ont donné lieu à différentes formes de conceptualisation dans la pensée stratégique américaine. Dans The American Way of War, l’historien Russel F. Weigley affirme dans son introduction que la stratégie d’anéantissement  – annihilation et donc par opposition au modèle d’usure, attrition, exhaustion, ou erosion – est devenue typique des Etats-Unis.[112] Il est vrai que l’on retrouve souvent l’influence du modèle napoléonien dans le style américain de la guerre. On peut donc postuler qu’il existe une sorte de paradigme de l’anéantissement reposant sur une lecture des campagnes françaises de la révolution, lecture effectuée à partir de Jomini et de Clausewitz.

Or, c’est bien suite à cette constatation que les réformateurs ont réagi dans les années 80. Mais ces réformateurs vont pratiquer un glissement dans le sens des expressions anéantissement et usure. Si pour Weigley l’anéantissement, annihilation, était la stratégie typique des forces armées américaines, les réformateurs, eux, utiliseront le terme attrition. Dans son sens premier l’attrition, chez Delbrück, est le modèle de la stratégie d’usure qui utilise la manœuvre et cherche des objectifs limités, comme Frédéric II la pratiqua. La stratégie d’anéantissement – annihilation – est celle qui implique l’emploi de la « puissance brute », avec une grande insistance sur le rôle du feu. Les réformateurs vont confondre les deux notions. Pour Luttwak par exemple, l’armée américaine fait trop usage de la stratégie d’attrition. Mais ici, l’attrition n’est plus conçue comme une stratégie d’usure par le mouvement. Elle est comprise dans le sens d’une stratégie d’anéantissement selon les critères de Delbrück. Luttwak insiste sur le fait que l’armée américaine prend trop appui sur la puissance de feu et pas assez sur les capacités manœuvrières. Il conseillait d’adopter ce qu’il nommait la manoeuvre relationnelle, basée sur l’emploi de la technologie et le mouvement.[113] A l’époque, cette approche avait été décriée par John J. Mearsheimer. Mearsheimer notait par ailleurs le modèle d’attrition – qu’il utilise dans le même sens que Luttwak – qui sert à qualifier le style américain de la guerre est un style qui n’est pas propre aux Etats-Unis mais aux forces occidentales en général.[114] John J. Mearsheimer semblait, de plus, assimiler Clausewitz à la guerre d’attrition.[115] En fait, lorsque l’on consulte l’ouvrage classique de Mearsheimer sur la dissuasion conventionnelle – Conventional Deterrence -, on remarque qu’il utilise très librement l’apport des classiques. Clausewitz est en effet assimilé à la stratégie d’attrition et Liddell Hart, assez logiquement, lui, sert à illustrer la Blitzkrieg. Pour Mearsheimer, ces deux types de stratégie ont pour but d’infliger une défaite décisive à l’ennemi. Il définit ensuite la stratégie à objectif limité dont le but est d’acquérir une partie du territoire de l’adversaire.[116] Cette stratégie à objectif limité est pourtant bien présente dans l’œuvre de Clausewitz. C’est aussi à partir de cette source que Delbrück s’est inspiré pour élaborer le concept de stratégie d’attrition dans son sens premier. Il existe donc une certaine confusion dans la façon dont Mearsheimer prend appui sur les classiques. Il faut noter que Mearsheimer ne mentionne qu’une seule fois Delbrück dans Conventional Deterrence (dans une citation qui précède l’introduction). Mais cette citation ne se réfère même pas aux deux types de stratégie. Delbrück ne figure par contre pas dans la bibliographie. Mais, on retrouve plusieurs références à Clausewitz, liées à l’idée de stratégie d’attrition dans l’étude de Mearsheimer.

Ensuite, au sein du Corps des Marines, les  notions d’attrition ou de manœuvre sont encore très présentes. Par exemple, on les retrouve dans le document FMFM 1. Quant au manuel MCDP 1-1, également des fusiliers marins, il reconnaît l’existence des stratégies d’érosion et d’anéantissement. Mais, ce dernier manuel se montre nuancé à l’encontre de ces concepts. Selon le texte, il est parfois difficile de déterminer à quelle catégorie appartient une stratégie qui ne s’est pas encore pleinement développée. De plus, les deux concepts peuvent parfois se recouvrir dans la réalité. D’autre part, dans le cas où un belligérant, ou même deux belligérants, décide de pratiquer une stratégie d’anéantissement, elle peut tourner à l’érosion s’il(s) ne dispose(nt) pas de moyens suffisants pour prendre le dessus sur son (leur) adversaire.[117] On retrouve aussi une trace des concepts d’attrition et de manœuvre dans le document NDP 1 de l’U.S. Navy. Le rôle de la manœuvre est ici cité aux côtés de Sun Zi.[118]

Quoi qu’il en soit, selon un article de la Military Review, attrition ou manœuvre serait un choix à poser à tous les niveaux de la guerre. La politique peut cibler les ressources économiques ou militaires de l’adversaire ; la stratégie peut être directe ou indirecte ; l’art opérationnel est soit d’attrition soit de manœuvre ; la tactique est soit centrée sur l’utilisation de la puissance de feu, soit sur le mouvement. Dans chacun des cas apparaît la dichotomie attrition vs manœuvre. La question reste pourtant posée de savoir si l’attrition est véritablement une stratégie ou une absence de stratégie.[119]

En d’autres termes, il semble que l’influence de Delbrück, et de Clausewitz au travers de Delbrück, dans le discours stratégique américain est mitigée. Pour rappel, l’histoire de la guerre de Delbrück est traduite tardivement, en 1983. Arden Bucholz précise que celle-ci s’est bien vendue. Néanmoins, The History of the Art of War totalise plus de 2000 pages. On est en droit de se demander si beaucoup d’officiers ont lu l’entièreté de l’œuvre. De plus, peu d’autres textes de Delbrück sont disponibles en anglais. L’œuvre de Delbrück semble donc majoritairement connue par des sources de seconde main, comme les deux éditions du Makers of Modern Strategy qui lui consacrent chacun un chapitre. Mais plus encore, on peut penser que c’est grâce à l’ouvrage The American Way of War de R.F. Weigley que les concepts d’annihilation et d’attrition se sont diffusés. A partir de là, les réformateurs ont beaucoup usé, et mal usé, de ces concepts dans leur recherche d’une stratégie plus manœuvrière et leur évaluation du rôle de la bataille. Il est donc temps de se demander ce que le discours stratégique américain a retenu de Clausewitz, et uniquement de Clausewitz, à propos de ces deux notions.

Concernant la bataille, on constate qu’il existe toujours un certain espoir de la part du stratégiste de ne pas devoir passer à l’engagement réel et d’obtenir une décision par la menace.[120] Une lecture approfondie du Prussien permet d’ailleurs à certains textes de postuler que la destruction réelle des forces ennemies n’est pas nécessaire. Mais ici la corrélation avec Sun Zi s’impose bien souvent. Cela est déjà perceptible dans le manuel FM 100-5 de 1982 où le Chinois est retenu comme exemple de pensée refusant le modèle d’anéantissement.[121] Michael I. Handel met toutefois en garde contre une trop grande confiance en Sun Zi et la possibilité de vaincre sans faire couler de sang. Selon lui, se battre sans tuer ou blesser nécessiterait comme prérequis une sorte d’accord tacite entre les deux camps.[122] On retrouve bien dans ce raisonnement un lien avec la pensée de Clausewitz.

En fait, alors que Clausewitz était largement considéré comme le penseur de l’anéantissement avant la fin de la guerre du Vietnam, cette référence a régressé depuis. Bien sûr, cette façon d’étudier le Prussien est encore très souvent présente, en particulier dans les textes relatifs au centre de gravité (voir supra), mais le discours stratégique désire aller plus loin. C’est ainsi qu’à côté des notions d’usure et d’anéantissement, une nouvelle modalité a vu le jour, celle de disruption – perturbation, interruption, dérangement. On retrouve cette approche dans les manuels FM 100-5 les plus récents. Dans l’édition de 1993, on peut lire : Le défenseur perturbe le tempo et la synchronisation de l’attaquant en contrant ses initiatives et en l’empêchant de masser une puissance de combat écrasante. Les commandants défenseurs utilisent également les perturbations pour attaquer la volonté de l’ennemi à poursuivre. Ils le font en vainquant ou induisant en erreur les forces de reconnaissances ennemies, séparant les forces ennemies, isolant ses unités, et brisant ses formations de telle manière à ce qu’elles ne puissent se battre en un tout intégré. Le défenseur interrompt le feu de soutien, le soutien logistique, et les capacités de commandement et de contrôle. Il fait illusion quant à ses véritables dispositions et intentions, il défait la coordination des unités de soutien armé, et brise le tempo des opérations offensives. Il n’est jamais permis à l’attaquant de prendre pied. Il est frappé par des attaques visant à l’expulser avant qu’il ne puisse rassembler sa puissance de combat et est contre-attaqué avant qu’il ne puisse consolider ses gains.[123]

En d’autres termes, un nouveau paradigme semble se créer face à celui de la bataille d’anéantissement – et des corollaires qui lui sont généralement attribué : Jomini, Clausewitz, Napoléon, et la révolution industrielle. Ce paradigme serait composé de l’apport de Sun Zi, de Liddell Hart, du concept de révolution post-industrielle.[124] Centrant son développement sur les idées d’attaque de la stratégie adverse, ou du cycle de décision, ou de la sphère informationnelle, la composante violente de la guerre en est diluée. Cet état de fait a déjà été observé suite à l’étude du concept de centre de gravité qui revêt une dimension toujours moins matérielle. Depuis les années 80, ce paradigme gagne de plus en plus d’importance. Il s’agit là d’une évolution qui s’est poursuivie pendant la décennie 90. On peut y voir une réaction contre le modèle d’anéantissement. Dans ces changements, le legs de Clausewitz est loin d’être oublié même s’il est plus souvent relégué en arrière-plan.[125] Pour finir, on en vient a affirmer l’existence de trois types de stratégie : attrition, anéantissement et disruption.[126] On verra ultérieurement que ce terreau d’idées a été fertile au développement de l’école dite de la paralysie stratégique par John Boyd et John Warden.

Qu’en est-il des enseignements de Clausewitz en matière de manœuvre ? Dans le discours stratégique américain, il faut bien constater que le Prussien est peu présent en la matière.[127] Il existe pourtant quelques exceptions. Par exemple, Christopher Bassford fait remarquer la place qu’occupe les manoeuvres concentriques dans les écrits du Prussien.[128] Ensuite, il y a James J. Schneider qui évoque l’importance des opérations distribuées dans l’espace dans le Traité. Selon lui, il serait incorrect de stigmatiser Clausewitz en lui conférant le titre de penseur des armées de masses – masses devenues inertes sous leur propre poids.[129] Il faut encore mentionner un document, traduit et édité en 1984 par l’U.S. Army War College, sur base des correspondances de l’officier prussien. Le document en question a servi de fondement à une discussion sur l’apport de Clausewitz à l’art opérationnel dans le cadre d’une conférence. On y retrouve de nombreuses considérations sur les lignes intérieures, les lignes extérieures, les bases, les lignes de communication, etc.[130] Il faut encore prendre en compte l’existence d’un texte de Harold Nelson sur la relation entre le temps et l’espace chez Clausewitz. L’auteur évoque le lien très fort existant entre ses deux composantes dans On War. Harold Nelson met en évidence ce que l’on pourrait appeler la dimension morphologique du combat. Pour lui, le commandant doit tenir compte du terrain, de la vitesse, des forces en présence, des différences de niveaux – tactique, opérationnel, stratégique – pour mener à bien ses tâches. Il se sert de cette conclusion pour affirmer que la doctrine de l’armée de terre américaine, le FM 100-5 de 1982 à l’époque, a insuffisamment développé les considérations sur le temps et l’espace. Or ces considérations sont pourtant vitales sur le plan opérationnel, en particulier en vue de distinguer ce niveau du niveau tactique.[131]

Au total, la plupart du temps, les évocations en rapport avec la manoeuvre reviennent, assez naturellement, à Jomini, Liddell Hart et Sun Zi, comme c’est le cas dans le manuel FM 100-5 de 1986.[132] Régulièrement aussi, le discours stratégique américain donne plus de voix aux grands capitaines, comme Patton et Rommel, qu’aux théoriciens en matière de manœuvre.[133] Pour Patrick M. Cronin, Clausewitz donne peu d’indications sur les moyens de manœuvrer, car ce qui compterait avant tout pour lui, ce serait la précision et la supériorité dans l’application, l’ordre, la discipline, et la peur.[134]

Section 9 – Les théories de la complexité

Alan Beyerchen publia un article important sur Clausewitz et les théories non linéaires dans la revue International Security en 1992-93. Alors que les difficultés de comprendre Clausewitz avaient pour origine la nature incomplète de On War pour Raymond Aron , le manque de conscience historique pour Peter Paret, ou les changements de la guerre à travers les âges pour Michael I. Handel, Alan Beyerchen va proposer un nouveau cadre d’interprétation. Pour lui, il faut d’abord se rendre compte que notre univers intellectuel est fait d’idées de proportionnalité, de vérités simples, stables et régulières. A contrario, les théories non linéaires et de la complexité proposent un modèle reposant sur des boucles de rétroactions incessantes, des retards entre causes et effets, des changements qualitatifs et pas seulement quantitatifs dans l’évolution des phénomènes, des « effets papillons », etc. Les notions de chance, frictions et interactions présentes chez Clausewitz prennent plus d’ampleur dans ce schéma. Pour le militaire, elles permettent d’envisager une réflexion sur l’effet multiplicateur de force. On peut se servir des frictions que subit l’armée adverse à son propre avantage.[135] Les frictions peuvent être envisagées dans un sens physique mais aussi comme des « bruits » dans le système causant des distorsions et des surcharges. Ici, il n’existe pas de proportionnalité entre le degré de friction et l’impact que celles-ci peuvent produire. La chance, notion très présente dans On War, interprétée par les nouvelles théories, montre la possible amplification de microcauses. L’auteur pense qu’il serait toutefois faux de considérer que la non-linéarité s’applique partout chez Clausewitz. Alan Beyerchen insiste donc sur la nécessité de limiter la vision « prescriptive » et linéaire des théories et par conséquent de revoir les manuels militaires dans ce sens, d’approfondir la relation entre guerre et politique et de donner plus de poids non seulement à la relation du politique au militaire mais aussi à celle du militaire vers le politique. En effet, l’auteur rappelle que la guerre provient du milieu politique, politique qui en est l’environnement.[136] Dans un autre article, il met en évidence ce qu’il considère comme les trois fondements de la non-linéarité chez Clausewitz : (1) les interactions entre entités  animées, (2) les frictions, et (3) la chance. La chance est répartie en trois catégories : (1) liée aux probabilités, (2) fonction de microcauses indécelables, (3) due à des œillères analytiques.[137] Indéniablement, cette approche a l’avantage de mettre en avant le côté dynamique de la pensée de Clausewitz.[138]

L’article de Beyerchen mentionné en premier va marquer d’une pierre blanche le rapprochement entre doctrine militaire, Clausewitz et théorie de la complexité. Progressivement, la métaphore non linéaire s’introduit dans tout le discours stratégique ainsi que dans la doctrine des forces armées américaines.[139]

Il convient aussi de noter deux travaux d’importance non négligeable dans la nouvelle manière d’appréhender Clausewitz. Tout d’abord, en 1995, Robert P. Pellegrini écrit une thèse au sein de la faculté de la School of Advanced Airpower Studies à propos des liens entre science et philosophie dans les théories militaires. Le travail consiste principalement en deux analyses de cas : Clausewitz et J.F.C. Fuller. Fuller est surtout mis en relation avec Herbert Spencer, qui discuta en termes philosophiques les découvertes de Darwin. Clausewitz, lui, est placé au carrefour de l’univers intellectuel de Newton et de celui de Kant. De Kant – ou des idées de Kant diffusées à son époque, car on ne peut affirmer que Clausewitz ait lu le philosophe de première main – l’auteur retrace l’origine des concepts de génie et de morale. De Newton (et Galilée), il retrouve les frictions, le centre de gravité et la guerre conçues comme le fruit d’une trinité, objet suspendu comme un aimant entre trois masses métalliques. Robert P. Pellegrini met en évidence le rôle de la métaphore dans les travaux de Clausewitz, métaphores allant au-delà de la superficie et servant d’outils unificateurs dans On War. L’auteur utilise son analyse pour mettre en évidence le rôle de la science comme moyen de décrire la société et de développer une structure d’investigation. La science, elle-même, exerce une grande influence sur les imaginations et peut servir de modèle aux entreprises humaines. Ensuite, la philosophie, se consacrant à l’étude de la place de l’homme dans l’univers, tente de réduire le niveau d’incertitude de l’environnement. Et la théorie militaire cherche à décrire la meilleure façon de combattre dans un univers, dont la connaissance est le fruit de la science et de la philosophie. Par conséquent, l’auteur met en évidence l’utilité d’adapter les nouvelles théories de la complexité, associées aux sciences du chaos, aux théories militaires. Il insiste par exemple sur l’apport possible de la discipline dans la recherche sur l’adaptation des systèmes et ce qui peut en découler dans le commandement décentralisé.[140] En filigrane de ce document, on retrouve l’obsessionnelle question de savoir comment gérer l’incertitude à défaut de la contrôler.

Le deuxième travail est celui de Barry D. Watts. Watts a étudié la notion de friction chez Clausewitz au regard des technologies militaires disponibles aujourd’hui. Il se pose la question de savoir si l’avènement de moyens de communication et de renseignements très sophistiqués permettra à terme de mettre fin aux frictions. En reprenant les modèles des théories non linéaires, il en conclut que les frictions ne sont pas près de disparaître. Ce phénomène semble faire partie de la structure même de la guerre. Les frictions ne sont donc pas un résidu dont on peut se débarrasser par la technique. Il faut tenter de les employer à son avantage. Il importe d’augmenter les frictions, qui peuvent être cumulatives, de l’adversaire et d’essayer de réduire celles qui peuvent apparaître dans notre propre camp. Barry D. Watts en revient quasiment au point de départ de Clausewitz ; la guerre étant une activité humaine, elle continuera à baigner dans une atmosphère d’incertitude.[141]

La métaphore non linéaire s’impose de plus en plus, en particulier dans le cadre du commandement dans un environnement perçu comme chaotique. Le travail de l’officier est alors comparé au « kayakeur » qui se sert du courant et utilise les turbulences de l’eau pour avancer. Par conséquent, la planification et le commandement direct sont de plus en plus remis en question au profit d’une « direction par influence ».[142]

Section 10 – L’école de la paralysie stratégique de l’U.S. Air Force

Ces dernières années, les Etats-Unis ont été témoins d’un important regain d’intérêt pour l’arme aérienne. Dans la foulée, au sein de l’U.S. Air Force, se développe une école de pensée dite de la « paralysie stratégique », pensée qui emprunte quelques concepts aux théories du chaos. Cette école est principalement représentée par deux penseurs : John Boyd et John Warden.[143]

Tout d’abord, il faut définir la notion de paralysie stratégique. Cette notion prend racine dans la pensée stratégique classique et partage en particulier des similitudes avec les idées de Sun Zi. La clef du concept est de rendre l’ennemi impotent sans avoir à l’anéantir. Pour ce faire, il convient d’engager non seulement sa sphère physique mais surtout sa sphère mentale dans le but de briser sa volonté de combattre. L’intention s’avère non létale, quoique certains mettent plutôt en évidence la capacité technologique non létale que l’intention. L’insistance porte ensuite sur l’économie des forces et la manœuvre. La paralysie ne tombe ni dans la catégorie anéantissement, ni dans la catégorie attrition définies par Delbrück.[144] Il ne fait aucun doute que la paralysie stratégique ait trouvé un terreau fertile dans le mouvement de réforme militaire, son attachement au niveau opérationnel de la guerre et dans les effets de la manœuvre.

Pour John Warden, l’ennemi peut être représenté comme un système fait de cercles concentriques. Les cinq cercles symbolisent, de l’épicentre vers la limite extérieure : la direction, les fonctions organiques essentielles – comme le réseau de distribution électrique -, l’infrastructure, la population et les forces déployées. Chaque cible est composée de ces différents facteurs. L’analogie entre l’ennemi et le système use de la métaphore du corps humain doté d’un cerveau (la direction), de cellules (une population), de leucocytes (mécanismes de lutte contre les agressions), etc.  Pour paralyser l’ennemi, il faut donc préalablement identifier ses centres de gravité – John Warden en reconnaît un à chaque niveau des opérations – suivant la méthode d’analyse basée sur les cercles concentriques. A titre d’exemple, pour la composante aérienne, les centres de gravité sont représentés par la dotation en équipements, la logistique, la géographie, le personnel, ou la chaîne de commandement. Mais une certaine confusion existe quand l’auteur prône à la fois l’approche indirecte et la concentration des forces ou le taux d’attrition. Ensuite, il s’avère très optimiste quant aux potentialités de l’arme aérienne lorsqu’il affirme qu’un gouvernement ne peut tenir longtemps si des avions ennemis, qui disposent de la maîtrise aérienne, opèrent au-dessus de son espace aérien. Malgré tout, il constate la difficulté de briser le moral des populations par des moyens directs. Il remarque aussi qu’au niveau terrestre, la défensive est peut-être bien la forme la plus forte de la guerre. A contrario, dans le domaine aérien, la mobilité, la rapidité, et l’absence de positions fortifiées, ont tendance à donner la supériorité à l’offensive.[145] Concentration des moyens et des forces sont probablement les maîtres-mots de la pensée de John Warden.[146]

Notons que c’est à partir des théories de John Warden que fut réalisé le plan de la campagne aérienne de la guerre du Golfe. Le général Schwarzkopf rencontra John Warden et lui demanda, ainsi qu’à son équipe, d’établir un plan de bataille pour une phase initiale de guerre aérienne. Il avait été convenu de ne pas détruire l’Iraq en tant que nation. Le général Schwarzkopf pensait que l’Iraq devait continuer à exister en vue de jouer le rôle de contrepoids face à l’Iran. Le système de commandement de l’armée iraqienne fut donc choisi comme centre de gravité. Le général Schwarzkopf demanda ensuite quels seraient les objectifs prioritaires en cas de poursuite des opérations et d’invasion de l’Iraq. Warden lui répondit qu’il s’agirait de désactiver le système de défense aérien, tâche difficile, en particulier sur le sol du Koweït. Mais c’est l’officier de l’armée de terre qui insista sur la nécessité de détruire la Garde Républicaine de Saddam Hussein, en demandant l’emploi d’un véritable feu d’attrition, conduit par des B-52. Les B-52 étaient en mesure de pilonner leurs cibles en restant hors de portée du système de défense aérien irakien. Dans ses mémoires, le général Schwarzkopf avoue avoir été agacé par l’ouvrage de John Warden sur la campagne aérienne. Il comparait Warden à un nouveau Curtis LeMay – le type d’officier qui croit en la nature décisive de la puissance aérienne. Mais, il semblerait que John Warden était en fait très flexible dans sa façon de concevoir son plan.[147]

Quoi qu’il en soit, l’ouvrage de John Warden ne fait pas pour autant l’unanimité. Ce qu’il considère comme le centre de gravité de l’ennemi n’a quasiment plus rien à voir avec la définition qu’en donne Clausewitz. John Warden confond le centre de gravité et la façon dont un commandant choisit d’attaquer ou d’affaiblir l’ennemi.[148]Le centre de gravité est devenu une force autant qu’une faiblesse, en somme, une espèce de points décisifs. De plus, Warden considère avant tout de viser le centre de commandement qui n’est pas toujours l’objectif le plus important. Ensuite, il accorde trop de poids à l’aspect physique du combat. Ce n’est qu’indirectement que celui-ci se répercute dans les autres sphères. Et pour terminer, le modèle de Warden est unilatéral ; il ne prend pas en compte les mécanismes d’interactions.[149]

Ensuite, les idées de  John Boyd, elles, s’inspirent en partie des théories du chaos, mais combinent aussi des métaphores et concepts empruntés aux mathématiques, à la logique et à la thermodynamique. Plutôt que physiques et spatiales, ses idées sont psychologiques et temporelles. Pour John Boyd, les frictions doivent être employées à l’avantage du combattant, en vue de donner forme – to shape – à la bataille. Pour cela, l’adaptabilité est fondamentale. Les frictions doivent être manipulées de manière à ce qu’elles soient plus marquées pour l’adversaire. Sa théorie vise l’agilité mentale. Elle s’adresse à tous les niveaux du combat. Plutôt que de détruire le centre de gravité adverse, Boyd « retourne » Clausewitz et veut créer des centres de gravité non coopératifs en attaquant les liens entre le moral, le mental et le physique qui donnent de la cohésion à ces centres. Il se réfère largement au cycle de prise de décision qu’il nomme O.O.D.A. loop, soit Observation, Orientation, Decision, Action. C’est cette boucle qui permet au combattant de s’adapter à son environnement ; elle devient la cible primordiale. En accélérant son cycle O.O.D.A. par rapport à celui de l’ennemi, il devient possible de le déséquilibrer et de produire un niveau de frictions intenable pour lui. Le problème de cette théorie est que si l’adversaire refuse de « jouer le jeu » et tente systématiquement de ralentir le déroulement des opérations, en d’autres termes de recourir à une stratégie d’attrition, comme l’exposent par exemple les écrits de Mao Zedong, elle perd sa validité.[150] Les idées de John Boyd, quoique développées pour l’U.S. Air Force[151] ont été largement diffusées en dehors de cette arme. En effet, elles se sont avérées particulièrement intéressantes pour la doctrine manœuvrière de l’U.S. Army (voir supra sur Clausewitz et Delbrück) et apparaissent aussi dans la littérature doctrinale du Corps des Marines.[152]

En définitive, en reprenant la conclusion de David S. Fadok, John Warden s’avère un penseur très jominien alors que Boyd est nettement plus clausewitzien d’approche. Alors que Boyd reconnaît l’incertitude, Warden veut la dissoudre. De plus, Warden est très « prescriptif », tandis que Boyd est plus stimulant pour l’intellect.[153]

Au sein de l’U.S. Air Force, les théories de la complexité sont aussi reprises dans le cadre d’idées holistes sur le bombardement. En considérant la société comme « un tout interconnecté » – un réseau – il serait possible en détruisant certains points de produire des effets synergiques disproportionnés aux coûts de l’attaque. Des modèles mathématiques, biologiques et informatiques sont adaptés à ce profit. On fait également appel à des analyses de cas qui décrivent l’attaque d’un pipe-line ou d’un réseau de distribution électrique.[154] Toutes ces tentatives cherchent en fait à dépasser le modèle du centre de gravité fixe et mécanique.

Toutefois, dans la pratique, comme le mentionnait Eliot A. Cohen à propos de la guerre du Golfe, l’U.S. Air Force attache encore beaucoup trop d’importance aux destructions physiques et pas assez aux destructions fonctionnelles.[155] De plus, il est clair que le principe de concentration est encore souvent mis en valeur. L’apparition d’armes technologiquement très développées, comme les appareils furtifs, n’annule pas la valeur de ce vieux principe.[156] Les théories de la paralysie sont encore l’objet d’une critique classique : elles ne tiennent pas réellement compte de l’être humain, de ses réactions, ou de sa psychologie, en cas de bombardement.[157]

Section 11 – Remise en cause de la moralité de Clausewitz – la « guerre à zéro mort »

Il est aisé de lier les réflexions sur la paralysie stratégique avec celle de la « guerre à zéro mort » (mais aussi avec la notion de guerre juste déjà abordée, voir supra). Un des propagateurs du concept n’est autre que Edward N. Luttwak. Luttwak constate que la société américaine est de plus en plus rebelle à l’idée de risquer la vie de ses militaires. En d’autres termes, « l’utilité marginale » des hommes de troupes dans l’élaboration de la politique étrangère décline. Pour compenser cet état de fait, l’auteur pense que les forces armées de son pays doivent donc plus compter sur le matériel « utilisant » le moins possible d’hommes – ou pratiquer l’embargo. Dans ce contexte, on comprend que la puissance aérienne convienne particulièrement bien.[158]Luttwak pense malgré tout que l’utilisation de l’Airpower nécessite, comme l’embargo, beaucoup de patience avant de parvenir au résultat escompté.[159]Quoi qu’il en soit, « zéro mort » reste l’objectif à atteindre pour les forces américaines ; l’ennemi, lui, risque de plus souffrir… Il convient maintenant de se demander quelle est la place de Clausewitz dans l’édifice de Luttwak. A ce point de vue, force est de constater que pour le chercheur, Clausewitz est bien souvent synonyme du paradigme napoléonien de la guerre centré sur la bataille d’anéantissement. Or il s’agit justement du schéma que Luttwak rejette. En contrepartie du dépassement du paradigme napoléonien de la guerre, l’auteur pense que les Etats-Unis devraient s’habituer à ne pas obtenir de résultats décisifs dans les conflits où ils s’engageront.[160]

En tout cas, l’idée selon laquelle l’Airpower serait la panacée aux problèmes américains n’est pas unanimement partagée. Pour certains, l’utilisation de la puissance aérienne risquerait de toute façon de conduire à l’engagement de troupes au sol et le risque d’embourbement équivalent à celui connu au Vietnam est toujours présent. Les dirigeants américains doivent s’en rendre compte car dans le contexte des interventions liées à l’O.N.U., comme en ex-Yougoslavie, le spectre de l’échec du sud-est asiatique plane encore.[161]

De façon plus générale, la R.M.A., le développement des armes non létales, l’école de la paralysie stratégique convergent dans une même direction ; celle de la réduction des victimes américaines sur le champ de bataille.[162]Dans ce contexte, le nom de Clausewitz est encore parfois perçu comme le penseur type de la guerre napoléonienne et industrielle. On peut même retrouver le nom du Prussien lié aux sanglantes opérations du général Sherman dans sa marche vers l’Océan. Considéré comme le chantre de la bataille à tout crin, Clausewitz ne peut être, ici, qu’immoral.[163]

Section 12 – Guerre de guérilla, « conflits de basse intensité » et « opérations autres que la guerre »[164]

Après la guerre du Vietnam, les stratégistes américains garderont encore un œil attentif sur le tiers monde. La politique étrangère américaine se recentre d’abord sur le Proche-Orient. Ensuite, la guerre en Afghanistan, et l’implication soviétique dans ce conflit, renforcera l’attention portée au Sud.[165] Les réflexions sur la guerre de guérilla, la guerre limitée, les opérations autres que la guerre perdurent donc après l’engagement dans le Sud-Est asiatique. Plus proche, les conflits de basse intensité, les violences politiques internes, le terrorisme[166]ont également encouragé ces réflexions. 

Il convenait donc de se poser des questions sur le rôle de Clausewitz dans la pensée stratégique américaine liée aux opérations dites L.I.C. – Low Intensity Conflict – devenues O.O.T.W. – Operations Other Than War. D’emblée, pour Walter Laqueur, Clausewitz a sa place dans le panthéon des théoriciens de la guérilla. Il cite l’officier prussien aux côtés de Bugeaud et Callwell.[167] Quant à Michael I. Handel, il considère l’apport de Clausewitz dans la guerre de guérilla comme aussi important que celui de Mao Zedong.[168] Il arrive également que les cinq caractéristiques que Clausewitz juge nécessaires pour pratiquer une guerre populaire soient mentionnées : (1) elle doit être menée au cœur du pays ; (2) elle ne se décide pas en une bataille décisive ; (3) le théâtre des opérations doit être suffisamment grand ; (4) le caractère national doit convenir à une telle sorte de guerre ; (5) et le terrain doit être difficilement accessible.[169] De plus Clausewitz ne met pas l’emphase sur la technologie si peu présente dans la guérilla. Le discours stratégique lié aux L.I.C. et O.O.T.W. retient ensuite divers éléments du Traité : connexion entre politique et militaire, équilibre de fins et des moyens, guerre en tant qu’acte de force dont le but est de faire valoir sa volonté, etc. L’oeuvre de Clausewitz permet aussi de mieux comprendre la véritable nature des conflits. En prenant la violence comme élément central, la guerre peut être déclinée en autant de variations que d’acteurs – groupes religieux, ethniques, seigneurs de guerre, etc. – exprimant une volonté politique.[170] Face à des opérations dites humanitaires, Clausewitz oblige à ne pas perdre de vue le versant politique des conflits.

Mais pour certains, il ne faut pas aller trop loin dans cette direction. Le peacekeeping, les actions de police menées par des forces armées, l’interposition entre forces combattantes ne ressortent pas directement du concept de guerre. Il serait possible d’en discuter la place par rapport à ce que Clausewitz définit comme l’état d’observation des armées. En d’autres termes, il s’agit de ce que l’officier prussien considère comme l’état le plus faible d’opposition entre forces. Malgré tout, ces opérations sont plus démonstratives que coercitives : elles ne consistent pas réellement à asseoir leur volonté par la force sauf si on tombe dans la catégorie peace-enforcement – imposition de la paix.[171]

Quoi qu’il en soit, pour le discours stratégique américain, la démultiplication des tâches qui ne relève pas directement de combat soulève un malaise. La frontière entre mission de police et mission militaire semble devenir de plus en plus floue et le risque de politisation de l’armée est envisagé à long terme sous un jour négatif (de même que la montée en puissance des forces dans le processus de développement d’une doctrine unifiée – joint – où les différentes Armes seraient de moins en moins des contrepoids entre elles).[172]

Il conviente également de rappeler le travail de Harry G. Summers. Dans On Strategy, Summers postule que la guerre du Vietnam aurait dû être combattue comme une guerre conventionnelle – et non révolutionnaire comme le pensait le général Westmoreland. Il identifie le centre de gravité communiste au Nord-Vietnam. C’est donc là que les forces américaines devaient agir. De cette manière, la guérilla sévissant dans le Sud-Vietnam aurait été coupée de tout soutien logistique et de sanctuaire. Il considère qu’une guérilla ne peut parvenir à rien en elle-même. Les guérilleros n’ont jamais été assez puissants que pour vaincre le Sud. De plus, la guerre s’est terminée par l’arrivée de chars dans Saigon, donc des unités conventionnelles. Et pour Summers, si la guerre de Corée a bien montré aux Etats-Unis qu’il était nécessaire de mener des guerres limitées, limitées dans leur objectif politique, il n’en reste pas moins que le but des unités sur le champ de bataille est la victoire.[173] En d’autres termes, Summers refuse la nature particulière de cette guerre, réduit à néant sa dimension politique interne (par exemple le clivage religieux qui traversait la société sud-vietnamienne) et ne tient pas compte du mécanisme d’escalade régional potentiel en cas d’intervention directe sur le sol du Vietnam du Nord. On Strategy est bien symptomatique du malaise américain de pratiquer le combat sur un autre mode que celui de l’anéantissement.

Cette lecture du conflit vietnamien fera de nombreux émules, insistant tous sur le rôle de la force dans les opérations autres que la guerre.[174]Le nom de Harry G. Summers revient aussi dans les réflexions sur le rôle du soutien populaire – moral et trinité paradoxale – dans les O.O.T.W. Le soutien populaire est non seulement celui que les populations américaines doivent apporter à leur armée, mais aussi celui qu’il convient d’obtenir des pays d’accueil.[175] On retrouve une fois de plus, à ce sujet, des considérations sur la guerre juste  : le soutien nécessaire aux forces américaines ne pourrait être obtenu que si celles-ci font preuve de responsabilité morale.[176]

Section 13 – L’absence de références clausewitziennes en matière logistique

Comme le fait remarquer l’historien militaire britannique Michael Howard, Clausewitz a peut-être trop séparé les activités de guerre des autres activités militaires. Clausewitz néglige apparemment la préparation au combat. En ce sens, Clausewitz n’a peut-être pas rendu un si grand service à la stratégie. L’attention portée à la logistique s’atténue dans ce schéma.[177] Edward N. Luttwak partagera d’ailleurs cette conclusion.[178]Il est vrai que Clausewitz discute (vraiment) très peu de logistique. Jomini, par contre, a nettement plus mis en avant cette question.[179] C’est pour cette raison qu’il est plus régulièrement cité à ce propos.[180] Au total, une seule référence intéressante sur Clausewitz et la logistique a été décelée. Il s’agissait d’un auteur qui considérait que le Prussien touchait implicitement à la matière dans le sens où une bonne part de son travail relève de l’équilibre des ressources en vue d’atteindre un objectif.[181]


[1] Handel M.I., Who Is Afraid of Carl von Clausewitz ?, op. cit.

[2] Bruno Colson précise que le terme grande tactique est en fait celui de Guibert et de Napoléon. De plus, la typologie ici établie oublie la politique de la guerre citée par Jomini. Colson Br., La culture stratégique américaine – L’influence de Jomini, Paris, FEDN / Economica, 1993, p. 265.

[3] Franz W.P., « Maneuver: The Dynamic Element of Combat », Military Review, mai 1983, pp. 4-5 ; Schneider J.J., « The Loose Marble – and the Origins of Operational Art », Parameters, mars 1989, p. 90.

[4] Raymond Aron  fait remarquer : Il [Clausewitz] ne veut pas admettre d’intermédiaire entre tactique et stratégie parce qu’à ses yeux on use ou des forces armées ou des combats mais qu’à ce niveau d’abstraction, à partir de la définition de la guerre [l’utilisation de la force en vue d’imposer sa volonté], il n’y a pas de troisième terme. Aron R., Penser la guerre, Clausewitz, t. I, op. cit., p. 167. Voir aussi : Sude G., « Clausewitz in US and German Doctrine », art. cit., p. 41 (il s’agit d’un officier de l’armée allemande).

[5] Matthews J.L., « Thoughts and Second Thoughts: Operationalese Mania », Army, février 1987, pp. 19-25.

[6] L’ajout de l’expression niveau opérationnel était due à la réflexion du général Glenn K. Otis dans l’édition de 1982 du FM 100-5. Romjue J.L., From Active Defense to AirLand Battle: The Development of Army Doctrine 1973-1982, op. cit., p. 61.

[7] Rampy M.R., « Campaign Planning – Paradox or Paradigm? », Military Review, août 1990, p. 42.

[8] de Czege H.W., « Clausewitz: Historical Theories Remain Sound Compass References ; The Catch Is Staying on Course », Army, septembre 1988, pp. 39-42.

[9] Voir par exemple : Mazarr M.J., The Revolution in Military Affairs: A Framework for Defense Planning, juin 1994, U.S.A.W.C., S.S.I.

[10] Romjue J.L., « The Evolution of AirLand Battle Concept », art. cit., p. 14 ; Galloway A., « FM 100-5: Who Influenced Whom? », art. cit., pp. 46-51 ; Headquarters Department of the Army, FM 100-5, Operations, 1993, pp. 2-7 ; AFDD 1, Air force Basic Doctrine, op. cit., p. 6 ; Joint Publication 1, Joint Warfare of the Armed Forces of the United States, janvier 1995, pp. I-2 et I-3.

[11] Voir par exemple : Betts R.K., Surprise Attack, op. cit., pp. 186-187 ; Cronin P.M., « Clausewitz Condensed », art. cit., p. 47 ; Herbig K.L., « Chance and Uncertainty in On War« , dans Handel M.I., Clausewitz and Modern Strategy, op. cit., pp. 95-116.

[12] Argersinger S.J., « Karl von Clausewitz: Analysis of FM 100-5 », art. cit., p. 31.

[13] Voir par exemple : Handel M.I., Who Is Afraid of Carl von Clausewitz ?, op. cit.

[14] Sauf par : Ries T., « Sun Tzu et la stratégie soviétique », Revue internationale de défense, n°4, 1984, p. 390.

[15] McLendon J.W. (Col., U.S.A.F.), Information Warfare, Impact and Concerns (A research submitted to the faculty in fulfillment of the curriculum requirement), Air War College, Maxwell A.F.B., 1994, 35 p.

[16] Handel M.I., Who Is Afraid of Carl von Clausewitz ?, op. cit.

[17] Rosello V.M., « Clausewitz Contempt for Intelligence », Parameters, printemps 1991, pp. 103-114.

[18] Handel M.I., « Leaders and Intelligence », Intelligence and National Security, juillet 1988, pp. 6 et 21 ; voir aussi dans le même numéro de cette revue Luvaas J., « Napoleon’s Use of Intelligence: The Jena Campaign of 1805 », Intelligence and National Security, juillet 1988, pp. 52-53. Sur Folard et le coup d’œil, voir par exemple : Chaliand G. & Blin A., Dictionnaire de stratégie militaire, Paris, Perrin, 1998, pp. 95, 101, 103, 230 et 257.

[19] Handel M.I. & Ferris J., « Clausewitz, Intelligence, Uncertainty and the Art of Command in Military Operations », Intelligence and National Security, janvier, 1995, pp. 49-54. John Ferris est professeur à l’Université de Calgary au Canada . Voir aussi Kahn D., « Clausewitz and Intelligence », dans Handel M.I., Clausewitz and Modern Strategy, op. cit., pp. 117-126 ; Cohen E.A., « The Mystique of U.S. Air Power », Foreign Affairs, janvier-février 1994, pp. 109-124.

[20] Handel M.I., Masters of War, op. cit., p. 131.

[21] Cronin P.M., « Clausewitz Condensed », art. cit., pp. 44-45 ; Newell C.R., « Fog and Friction – Challenges to Command and Control », Military Review, août 1987, pp. 18-26.

[22] Beaumont R.A., « Certain Uncertainty: Inoculating for Surprise », Air University Review, juillet-août 1984, pp. 8-16 ; Furlong R.B., « Clausewitz and Modern War Gaming », Air University Review, juillet-août 1984, pp. 4-7 ; Echevarria A.J., « Dynamic InterDimensionality: A Revolution in Military Theory », Joint Forces Quarterly, printemps 1997 (http://www.dtic.mil/doctrine/jcl/jfg-pubs/spring1997.htm) ; Lec M.J., « Clausewitz on Friction », Marine Corps Gazette, février 1999, pp. 47-48.

[23] Sullivan B.R., « The Future Nature of Conflict: A Critique of « The American Revolution in Military Affairs » in the Era of Jointry », art. cit., pp. 91-100 ; Murray W., « Clausewitz Out, Computer In – Military Culture and Technological Hubris », The National Interest, été 1997, p. 62 ; Cohen E.A., « A Revolution in Warfare », Foreign Affairs, mars-avril 1996, p. 40.

[24] Fabyanic T.A., « War, Doctrine, and the Air War College », Air University Review, hiver 1986, pp. 2-15.

[25] Luvaas J., « Thinking at the Operational Level », art. cit., pp. 2-6.

[26] King J.E., « On Clausewitz: Master Theorist of War », art. cit., pp. 18-20.

[27] Sur Clausewitz et le commandement voir : Creveld M. van, Command in War, Harvard, Harvard University Press, 1985, pp. 18 et 266.

[28] Luvaas J., « Napoleon on the Art of Command », Parameters, été 1985, p. 30.

[29] Voir par exemple : Chipman D.D., « Clausewitz and the Concept of Command Leadership », Military Review, août 1987, p. 28.

[30] Otis H.G., « Developing Military Genius », Military Review, novembre 1989, pp. 43-51. La plupart des articles tentant de condenser la pensée de Clausewitz, ou mentionnant simplement la notion de génie, n’apportent guère plus. Voir par exemple : McIsaac D., « Master at Arms: Clausewitz in Full View », art. cit., pp. 90-91 ; King J.E., « On Clausewitz: Master Theorist of War », art. cit., p. 13 ; Gibbs N.H., « Clausewitz on the Moral Forces in War », art. cit., p. 21 (Gibbs est un auteur britannique). Sur le N.T.C., voir : Bolger D.P., Dragons at War, New York, Ivy Books, 1991, 299 p. Le rôle qu’a joué ce centre dans la préparation des forces américaines avant la guerre du Golfe est souligné.

[31] Jablonsky D., « Strategy and the Operational Level: Part I », art. cit., p. 74.

[32] Voir par exemple : Moore M.K., In Search of Military Genius – Selection Criteria for Wargamers (A research paper presented to the Research Department Air Command and Staff College – In partial fulfillment of the graduation requirements of A.C.S.C.), Air War College, Maxwell A.F.B., mars 1997, 37 p.

[33] Killion Th.H., « Clausewitz and Military Genius », Military Review, juillet-août 1995, pp. 97-100.

[34] Claire Lee Chennault s’est particulièrement illustré en fondant les « Tigres Volants ». Brown Ph.N., Claire Lee Chennault: Military Genius (A research submitted to the faculty in fulfillment of  the curriculum requirement), Air War College, Maxwell A.F.B., 1995, 42 p.

[35] Foote E.P., « Drucker, Clausewitz and US … », Military Review, juillet 1980, pp. 51-54.

[36] Metz S., « The Mark of Strategic Genius », Parameters, Autumn 1991, pp. 49-59 ; Chilcoat R.A., Strategic Art: The New Discipline for 21st Century Leaders, op. cit.

[37] Rothenberg G.E., « Moltke, Schlieffen, and the Doctrine of Strategic Envelopment », dans Paret P. (dir.), op. cit., p. 296.

[38] Creveld M. van, Fighting Power, op. cit., p. 36.

[39] Bolger D.P., « Command and Control », Military Review, juillet 1990, pp. 69-79 ; Dubik J.M., « Decentralized Command – Translating Theory Into Practice », Military Review, juin 1992, pp. 27-38. Voir aussi un article publié dans la Military Review par un colonel de l’armée britannique : Rogers C.T., « Intuition: An Imperative of Command », Military Review, mars 1994, pp. 38-50.

[40] Romjue J.L., « The Evolution of AirLand Battle Concept », art. cit., p. 11.

[41] C’est principalement sur l’initiative du général Schoemaker du FORSCOM que le concept d’Auftragstaktik a été adapté au FM 100-5 de 1982. Id., From Active Defense to AirLand Battle: The Development of Army Doctrine 1973-1982, op. cit., pp. 58-59.

[42] Holly J.W., « The Forgotten Dimension of AirLand Battle », art. cit., pp. 18-25.

[43] Murray W., « Clausewitz: Some Thoughts on What the Germans Got Right », dans Handel M.I., Clausewitz and Modern Strategy, op. cit., pp. 267-286.

[44] Beaumont R.A., « Wehrmacht Mystique Revisited », art. cit., pp. 64-75.

[45] Romjue J.L., « The Evolution of AirLand Battle Concept », art. cit., p. 13 ; Galloway A., « FM 100-5: Who Influenced Whom? », art. cit., pp. 46-51 ; Hall W.M., « A Theoretical Perspective of AirLand Battle Doctrine », Military Review, mars 1988, pp. 36-37.

[46] Romjue J.L., From Active Defense to AirLand Battle: The Development of Army Doctrine 1973-1982, op. cit., pp. 53-55. Les références des deux ouvrages cités sont : Ardant du Picq, Battle Studies – Ancient and Modern Battle, (translated from the eight edition in the French by Greely J.N. and Cotton R.C.), Harrisburg, The Military Service Publishing Company, 1946, 273 p. ; Keegan J., The Face of Battle, 1976, New York, The Viking Press, 354 p.

[47] Betts R.K., Surprise Attack, op. cit., p. 5 ; Cronin P.M., « Clausewitz Condensed », art. cit., pp. 47-48 ; Vaughn Th.B., « Morale: The 10th Principle of War? », art. cit., p. 36-38 : Rinaldo R.J., « The Tenth Principle of War », art. cit., pp. 55-62 (voir aussi supra sur la trinité) ; Handel M.I., Who Is Afraid of Carl von Clausewitz ?, op. cit. Voir aussi un article d’un officier allemand : Zimmer W., « Clausewitz and the Human Dimension of War », Military Review, mars 1994, pp. 51-56.

[48] Argersinger S.J., « Karl von Clausewitz: Analysis of FM 100-5 », art. cit., p. 71 ; Betts R.K., « Conventional Deterrence: Predictive Uncertainty and Policy Confidence », World Politics, janvier 1985, pp. 163-164.

[49] Romjue J.L., art. cit., p. 14 ; id., From Active Defense to AirLand Battle: The Development of Army Doctrine 1973-1982, op. cit., p. 59.

[50] Headquarters, Department of the Army, FM 100-5, Operations, Washington D.C., 1986, p. 129.

[51] Headquarters, Department of the Army, FM 100-5, Operations, 1993, pp. 6-16; 6-19. Voir aussi, par exemple, pour le Corps des Marines: Headquarters United States Marine Corps, FMFM 1, Warfighting, Washington D.C., 1989, p. 24.

[52] Schneider J.J., « The Loose Marble – and the Origins of Operational Art », art. cit., p. 97.

[53] Voir aussi : Cronin P.M., « Clausewitz Condensed », art. cit., p. 46.

[54] Swain R.M., « The General and the Philosopher », Military Review, mai 1988, pp. 70-75.

[55] Forbes J., « On Jomini and the Stronger Form of War », Military Review, octobre 1998, p. 84.

[56] Swain R.M., « Swain Responds », Military Review, octobre 1988, p. 85.

[57] Furlong R.B., « Strategymaking for the 1980’s », art. cit., p. 13.

[58] Handel M.I., Masters of War,  op. cit., pp. 89-98 ; 213 ; 235.

[59] John L. Romjue le traduit par point d’effort principal de l’attaque – point of main effort of attack. Romjue J.L., From Active Defense to AirLand Battle: The Development of Army Doctrine 1973-1982, op. cit., p. 59.

[60] Galloway A., « FM 100-5: Who Influenced Whom? », art. cit., pp. 46-51.

[61] Schneider J.J. & Izzo L.I., « Clausewitz’s Elusive Center of Gravity », Parameters, septembre 1987, p. 48.

[62] Headquarters, Department of the Army, FM 100-5, Operations, 1993, pp. 6-7 ; 6-8.

[63] Le centre de gravité est également présent dans le nouveau FM 3-0, Operations.

[64] Cronin P.M., « Clausewitz Condensed », art. cit., p. 45 ; Vaughn Th.B., « Morale: The 10th Principle of War? », art. cit., p. 36 ; Schneider J.J., « Theoretical Implications of Operational Art », art. cit., p. 22 ; Argersinger S.J., « Karl von Clausewitz: Analysis of FM 100-5 », art. cit., pp. 72-73 et 75 ; Coroalles A.M., « On War in the Information Age: A Conversation With Carl von Clausewitz », Army, mai 1996, pp. 24-34 ; D’Amura R., « Campaigns: The Essence of Operational Warfare », Parameters, été 1987, p. 48 (article republié par l’U.S. Navy: The U.S. Naval War College, NWC 2040, Operations Department) ; Swain R.M., « Clausewitz, FM 100-5, and the Center of Gravity », Military Review, février 1988, p. 83 ; Metz S. & Downey F.M., « Centers of Gravity and Strategic Planning », Military Review, avril 1988, pp. 22-33 ; Tashjean J.E., « Transatlantic Clausewitz », art. cit., p. 78.

[65] Vego M., « Center of Gravity », Military Review, mars-avril 2000, pp. 23-29.

[66] Hall W.M., « Learning to Focus on Combat Power », Military Review, mars 1988, p. 68.

[67] Id., « A Theoretical Perspective of AirLand Battle Doctrine », art. cit., p. 36.

[68] Soit en français : mission, ennemi, troupes, terrain et météo, et temps disponible. de Czege H.W., « Clausewitz: Historical Theories Remain Sound Compass References ; The Catch Is Staying on Course », art. cit., p. 42.

[69] La confusion est présente dans les documents suivants : Staudenmaier W.O., « Vietnam, Mao, and Clausewitz », art. cit., p. 88 ; Hall W.M., « Learning to Focus on Combat Power », art. cit., p. 66.

[70] Schneider J.J. & Izzo L.I., « Clausewitz’s Elusive Center of Gravity », art. cit., pp. 49-52

[71] Izzo L., « The Center of Gravity is Not an Achilles Heel », Military Review, janvier 1988, pp. 76-77. (article également republié par l’U.S. Navy ; The United States Naval War College, NWC 4200, Operations Department).

[72] Voir par exemple : Dougherty K.J., « Bridging Doctrinal Concepts of The Decisive Point », Military Review, juillet-août 1995, pp. 62-65.

[73] Forbes J., « An Undeserved Aura », Military Review, juillet 1988, p. 88.

[74] Rosello V.M., « Goodbye, Center of gravity », Military Review, décembre 1990, pp. 88-89.

[75] Marcy S.A., « Operational Art: Getting Started », Military Review, septembre 1990, p. 109. Nous avons librement reproduit le schéma à partir de cet article.

[76] Furlong R.B., « Strategymaking for the 1980’s », art. cit., pp. 9-16 (aussi publié comme Instructional Circular, Department of Military Employment, Phase 1, Military Strategy, Maxwell A.F.B., Air University, A.Y. 1983-1984, p. 12.

[77] O’Dowd E. & Waldron A., « Sun Tzu for Strategists », art. cit., pp. 28-29.

[78] Mazarr M.J., The Revolution in Military Affairs, op. cit.

[79] Voir les boucles de rétroaction incomplètes chez : Hall W.M., « Learning to Focus on Combat Power », art. cit., p. 71. L’auteur reconnaît prendre des libertés par rapport à la notion de centre de gravité tel que défini par Clausewitz (p. 65).

[80] Ce point ne fait pas l’unanimité. Metz S. & Downey F.M., « Centers of Gravity and Strategic Planning », art. cit., p. 26.

[81] Giles Ph.K. & Galvin Th.P., Center of Gravity – Determination, Analysis and Application, Center for Strategic Leadership, U.S. Army War College, janvier 31 1996, Carlisle Barracks, 26 p.

[82] Pentland P., « From Center of Gravity Analysis and Chaos Theory, or How Societies Form, Function and Fail », dans Czerwinsky T., Coping With the Bounds: Speculations on Nonlinearity in Military Affairs, Washington D.C., National Defense University Press, 1998 (http://www.dodccrp.org/copind.htm). Texte initialement publié comme : Pentland P.A., Center of Gravity Analysis and Chaos Theory, or How Societis Form, Function and Fail, Master’s Thesis, Maxwell A.F.B., S.A.M.S., A.Y. 1993-1994.

[83] Possehl W.A., « To Fly and Fight at the Operational Level », art. cit., pp. 20-28.

[84] AFDD 1, Air Force Basic Doctrine, op. cit., p. 17.

[85] Giles Ph.K. & Galvin Th.P., Center of Gravity – Determination, Analysis and Application, op.cit., p. 20.

[86] Il apparaît que les idées de vulnérabilités critiques, principes de la guerre et centre de gravité ne sont pas parties intégrantes de la doctrine de l’U.S. Navy mais plutôt des déclarations majeures de politique – major statements of policy. Tritten J.J. & Donaldo L., A Doctrine Reader – The Navies of United States, Great-Britain, France, Italy and Spain, op. cit., p. 132.

[87] Operational Maneuver from the Sea, op. cit., p. 5.

[88] Giles Ph.K. & Galvin Th.P., Center of Gravity – Determination, Analysis and Application, op. cit., p. 19.

[89] Headquarters United States Marine Corps, MCDP 1-1, Strategy, 1997, pp. 86-88; Headquarters United States Marine Corps, FMFM 1, Warfighting, Washington D.C., 1989, pp. 35-36. Voir aussi : Headquarters United States Marine Corps, MCDP 1-2, Campaigning, Washington D.C., 1997, pp. 45-47

[90] Cancian M., « Centers of Gravity Are a Myth », United States Naval Institue Proceedings, septembre 1998, vol. 124/9/1, 147 (voir site : http://www.usni.org/Proceedings/PROcancian.htm) (Colin L. Powell Joint Warfighting Essay Contest Second Honorable Mention).

[91] Joint Publication 1, Joint Warfare of the Armed Forces of the United States, janvier 1995, pp. II-8, III-9, IV-2, IV-9, A-2, A-3 ; Joint Doctrine Capstone and Keystone Primer, juillet 1997, pp. A-7 ; A-8 ; AFSC Pub. 1, The Joint Staff Officer’s Guide 1997, National Defense University, Armed Forces Staff College, Norfolk, VA, p.0-5 (dans le glossaire de ce dernier manuel).

[92] Fritz N.H., « Clausewitz and U.S. Nuclear Weapons Policy », art. cit., p. 26.

[93] Metz S. & Downey F.M., « Centers of Gravity and Strategic Planning », art. cit., p. 27.

[94] Mendel W.W. & Tooke L., « Operational Logic: Selecting the Center of Gravity », Military Review, juin 1993, p. 6

[95] Blumenson M., « Deaf Ear to Clausewitz: Allied Operational Objectives in World War II », Parameters, été 1993, p. 26.

[96] Chilcoat R.A., Strategic Art: The New Discipline for 21st Century Leaders, op. cit.

[97] Les concepts de point culminant de l’attaque et / ou point culminant de la victoire sont très proches chez Clausewitz. Echevaria A.J. II, « Clausewitz: Toward a Theory of Applied Strategy », art. cit.

[98] Hall G.M., « Culminating Points », Military Review, juillet 1989, pp. 78-86. (article également republié par l’U.S. Navy ; The United States Naval War College, NWC 4201, Operations Department).

[99] Galloway A., « FM 100-5: Who Influenced Whom? », art. cit., pp. 46-51 ; Headquarters, Department of the Army, FM 100-5, Operations, Washington D.C., 1986, p. 109 ; Headquarters, Department of the Army, FM 100-5, Operations, 1993, p. 6-8 ; Headquarters United States Marine Corps, FMFM 1, Warfighting, Washington D.C., 1989, p. 26 ; Headquarters United States Marine Corps, MCDP 1-1, Strategy, 1997, p. 27. Dans ce dernier document, il est quasiment considéré sous l’angle de la grand strategy, dans les relations entre nations et pas sur le champ de bataille.

[100] AFDD 1, Air Force Basic Doctrine, op. cit., pp. 41-42.

[101] Tashjean J.E., « The Classics of Military Thought: Appreciations and Agenda », art. cit., p. 254.

[102] Handel M.I., Who Is Afraid of Carl von Clausewitz ?, op. cit.

[103] Id., Masters of War, op. cit., pp. 99-120.

[104] Tashjean J.E., « The Short-War Antinomy Resolved: or from Homer to Clausewitz », Defense Analysis, août 1992, pp. 165-171.

[105] Luttwak E.N., Le paradoxe de la stratégie, (The Logic of Peace and War, 1987 – traduit de l’américain par Saporta M.), Paris, Editions Odile Jacob, 1989, pp. 317-318.

[106] Sur la vie de Delbrück, voir : Bauer R.H., « Hans Delbrück (1849-1929) » dans Schmitt B.E. (Edited by), Some Historians of Modern Europe, Chicago, University of Chicago Press, 1942, pp. 100-129.

[107] Le titre de cet ouvrage, jamais traduit en français, pourrait être : Histoire de l’art de la guerre dans le cadre de l’histoire politique. L’édition originale en allemand comprenait sept volumes mais seuls les quatre premiers peuvent être réellement considérés comme ceux de Delbrück. Les cinquième (1928) et sixième (1932) volumes ont été écrits par Emil Daniels et le septième (1936) par Emil Daniels et Otto Haintz. Sur Delbrück, Clausewitz et l’histoire, voir par exemple : Gilbert F., « From Clausewitz to Delbrück and Hintze: Achievements and Failure of Military History », dans Perlmutter A. & Gooch J., Strategy and The Social Sciences, op. cit., pp. 11-20.

[108] Delbrück H. (edited and translated by Bucholz A.), Delbrück Modern Military History, Lincoln et Londres, University of Nebraska Press, 1997, p. 39.

[109] Craig G.A., « Delbrück: The Military Historian », dans Paret P. (dir.), op. cit., pp. 326-330 ; 341-342.

[110] Rosinski H., « Scharnhorst to Schlieffen: The Rise and Decline of German Military Thought », art. cit., p. 92. Il semblerait que Michael Howard pratique parfois la confusion. Voir, par exemple : Howard M., « When Are Wars Decisive? », Survival, printemps 1999, p. 128 (initialement texte d’une conférence à l’I.I.S.S., en septembre 1998).

[111] Certains auteurs font remonter le concept d’attrition à Clausewitz sans mentionner Delbrück. Voir par exemple : Tooke L., « Blending Maneuver and Attrition », Military Review, mars-avril 2000, pp. 7-13.

[112] Weigley R.F., The American Way of War, op. cit., p. xxii.

[113] Luttwak E.N., « The Operational Level of War », art. cit., pp. 61-79 ; id., « The American Style of Warfare and the Military Balance », art. cit., pp. 57-60.

[114] Mearsheimer J.J., « Maneuver, Mobile Defense, and the NATO Central Front », art. cit., p. 121.

[115] Hughes D.J., « Whence Military Doctrine? » Military Review, octobre 1988, p. 73.

[116] Mearsheimer J., Conventional Deterrence, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1983, 295 p.

[117] Headquarters United States Marine Corps, FMFM 1, Warfighting, 1989, p. 28 ; Headquarters United States Marine Corps, MCDP 1-1, Strategy, 1997, pp. 58-60. Notons que certains postulent même que pour la stratégie d’anéantissement ou d’attrition – exhaustion – le but est identique, il s’agit de posséder le terrain, seuls les moyens changeraient. Jones A., « Jomini and the Strategy of the American Civil War, A Reinterpretation », art. cit., p. 127.

[118] Naval Doctrine Publication 1, op. cit.

[119] Antal J.F., « Maneuver versus Attrition – A Historical Perspective », Military Review, octobre 1992, pp. 22-25 et 31.

[120] Jablonsky D., « Strategy and the Operational Level of War : Part I », art. cit., p. 62

[121] Romjue J.L., « The Evolution of AirLand Battle Concept », art. cit., p. 14.

[122] Handel M.I., Masters of War, op. cit., p. 86 ; id., Who Is Afraid of Carl von Clausewitz ?, op. cit.

[123] (Traduit par nous). The defender disrupts the attacker’s tempo and synchronization by countering his initiative and preventing him from massing overwhelming combat power. Defending commanders also use disruption to attack the enemy’s will to continue. They do this by defeating or misleading enemy reconnaissance forces, separating the enemy’s forces, isolating his units, and breaking up his formations so that they cannot fight as part of an integrated whole. The defender interrupts the attacker’s fire support, logistics support, and C². He deceives the enemy as to his true dispositions and intentions, unravels the coordination of the enemy’s supporting arms, and breaks the tempo of the offesinve operations. The attacker is never allowed to get set. He is hit with spoiling tax before he can focus his combat power and is counterattacked before he can consolidate any gains. Headquarters, Department of the Army, FM 100-5, Operations, 1993, p. 9-1.

[124] Voir par exemple : Furlong R.B., « Strategymaking for the 1980’s », art. cit., pp. 13-14 ; Wriston W.B., « Bits, Bytes, and Diplomacy », Foreign Affairs, septembre-octobre 1997, p. 180 ; Ronfeldt D. & Arquilla J., « Cyberwar Is Coming! », The Journal of Comparative Strategy, vol. 12, n°2, 1993, pp. 141-165 ; Rampy M.R., « Campaign Planning – Paradox or Paradigm? », art. cit., p. 43.

[125] Voir par exemple : Henry R. & Peartree C.E., « Military Theory and Information Warfare », Parameters, Autumn 1998, pp. 121-135 ; Argersinger S.J., « Karl von Clausewitz: Analysis of FM 100-5 », art. cit., p. 73.

[126] Taylor J.W., « Strategic Military Employment Options: Theory and Application », Comparative Strategy, 1991, vol. 10, n°2, pp. 155-164.

[127] Voir par exemple : Rothenberg G.U., « Maurice of Nassau, Gustavus Adolphus, Raimondo Montecuccoli, and the « Military Revolution » of the Seventeenth Century », dans Paret P. (dir.), Makers of Modern Strategy, op. cit., p. 56.

[128] Bassford Ch., Jomini and Clausewitz: their interaction, op. cit.

[129] Schneider J.J., « The Loose Marble – and the Origins of Operational Art », art. cit., pp. 85-99.

[130] Le document en question est Clausewitz C. von (édité et traduit par Paret P. et Moran D.), Two Letters on Strategy, op. cit., 46 p. Franz P. Wallace, « Two Letters on Strategy: Clausewitz’ Contribution to the Operational Level of War », dans Handel M.I., Clausewitz and Modern Strategy, op. cit., pp. 171-194.

[131] Nelson H.W., « Space and Time in On War« , dans Handel M.I., Clausewitz and Modern Strategy, op. cit., pp. 134-149.

[132] Galloway A., « FM 100-5: Who Influenced Whom? », art. cit., pp. 46-51 ; Aucoin G.C. Jr., « Clausewitz or Jomini », Marine Corps Gazette, août 1988, pp. 102-104.

[133] Par exemple : Helms R.F., « The Indirect Approach », art. cit., pp. 2-9.

[134] Cronin P.M., « Clausewitz Condensed », art. cit., p. 46.

[135] Voir aussi : Jervis R., « Complex System: The Role of Interactions », dans Czerwinski Th.J. & Albert D.S. (dir.), Complexity, Global Politics, and National Security, National Defence University, 1997, Washington D.C. (voir site : www.ndu.edu/ndu/inss/books/complexity/ch03.htm).

[136] Beyerchen A.D., « Clausewitz, Nonlinearity and the Unpredictability of War », International Security, hiver 1992-93, pp. 59-90 (article reproduit dans: Czerwinski T., Coping With the Bounds: Speculations on Nonlinearity in Military Affairs, op. cit.

[137] Id., « Clausewitz, Nonlinearity, and the Importance of Imagery », dans Czerwinski Th.J. & Albert D.S. (dir.), Complexity, Global Politics, and National Security, op. cit.

[138] Il ne fallait toutefois pas attendre ces théories pour arriver à ce résultat si l’on constate, par exemple, les réflexions d’un officier allemand : Hobe W. von (German Army), « Clausewitz », Military Review, mars 1981, pp. 56-61.

[139] A titre d’exemple voir Joint Doctrine Capstone and Keystone Primer, juillet 1997, p. A-9, ainsi que les plus récentes livraisons de la revue Joint Forces Quarterly.

[140] Pellegrini R.E., The Links Between Science and Philosophy and Military Theory: Understanding the Past ; Implications for the Future (A Thesis Presented to the Faculty of the School of Advanced Airpower Studies), Air University, Maxwell A.F.B., 1995, 97 p.

[141] Watts B.D., Clausewitzian Friction and Future War, National Defense Washington D.C., University / INSS, 1996, 133 p. (il existe une nouvelle version de ce document datant de 2000).

[142] Czerwinski Th.J., « Command and Control at the Crossroads », Parameters, automne 1996, pp. 121-132. Article reproduit dans : id., Coping With the Bounds: Speculations on Nonlinearity in Military Affairs, op. cit. Voir aussi : Schmitt J.F., « Command and (Out of) Control: The Military Implications of Complexity Theory » dans le même ouvrage.

[143] Notons également la publication des travaux suivants : Pape R.A., « Coercion and Military Strategy: Why Denial Works and Punishment Doesn’t », The Journal of Strategic Studies, décembre 1992, pp. 423-475 ; Luttwak E., La renaissance de la puissance aérienne stratégique, (Traduit de l’américain par un groupe de stagiaires Air du Collège Interarmées de Défense, sous la direction du colonel F. Lenne), Paris, Economica / ISC / FED, 1998, 156 p.

[144] Fadok J.S., John Boyd and John Warden: Airpower’s Quest for Strategic  Paralysis, Paper, The School of Advanced Airpower Studies, 1994, pp. 7-16 (sur Delbrück, voir supra).

[145] Nous retrouvons aussi cette opinion dans : Meilinger Ph.S., Ten Propositions Regarding Airpower, op. cit.

[146] John Warden III, La campagne aérienne – planification en vue du combat, (The Air Campaign: Planning for Combat, publié par la National Defense University en  1988 – traduit de l’américain et préfacé par Steininger Ph.), Paris, Economica / ISC, 1998, 206 p. L’ouvrage comprend également la traduction de l’article « The Enemy as a System » (« L’ennemi en tant que système ») publié au printemps 1995 par l’Airpower Journal. L’article a été traduit par le Comité de réflexion et d’études stratégiques aérospatiales de l’Association des anciens élèves de l’Ecole de l’Air (pp. 175-199). (pp. 25 ; 52-53 ; 56-57 ; 64-65 ; 80-81 ; 182 ; 186).

[147] Schwarzkopf H.N. (written with Petre P.), It Doesn’t Take a Hero – The Autobiography, op. cit., pp. 318-320. Voir aussi : E.C.L., « From Obscurity to Omnipotence : Theory Influences the Air War », Army, mars 1991, pp. 16-18. 

[148] Murphy T.G., « A Critique of The Air Campaign« , Airpower Journal, printemps 1994 (http://www.132.60.140.12/airchronicles/apj/apj94/murphy.htm).

[149] Fadok J.S., John Boyd and John Warden: Airpower Quest for Strategic Paralysis, op. cit., pp. 40-41.

[150] Ibid., 1994, pp. 17-29.

[151] On les retrouve par exemple dans le manuel AFDD 1, Air force Basic Doctrine, op. cit., p. 32.

[152] Lind W.S., « Defining Maneuver Warfare for the Marine Corps », Marine Corps Gazette, mars 1980, p. 56 ; Headquarters United States Marine Corps, MCDP 1-1, Strategy, 1997, pp. 80-82.

[153] Fadok J.S., John Boyd and John Warden: Airpower Quest for Strategic Paralysis, op. cit., pp. 48-49.

[154] Voir : Rinaldi S.M., Beyond the Industrial Web: Economic Synergies and Targeting Methodologies (A thesis presented to the faculty of School of Advanced Airpower Studies for completition of graduation requirements), School of Advanced Airpower Studies, Air Command and Staff College, Air University, Maxwell A.F.B., juin 1994, 115 p.

[155] Cohen E.A., « The Mystique of U.S. Air Power », art. cit., pp. 119-124.

[156] Mann E., « One Target, One Bomb – Is the Principle of Mass Dead? », Airpower Journal, printemps 1993, pp. 13-20. (article reproduit dans la Military Review de septembre 1993).

[157] Fracker M.L., « Psychological Effects of Aerial Bombardment », Airpower Journal, automne 1992, pp. 56-67.  

[158] Luttwak E.N., « A Post-Heroic Policy », Foreign Affairs, juillet-août 1996, pp. 33-44. Voir aussi : id., « From Vietnam to Desert Fox: Civil-Military Relations in Modern Democraties », Survival, printemps 1991, pp. 99-112.

[159] Edward N. Luttwak n’était pourtant pas un partisan de l’idée d’Airpower comme moyen décisif. Au contraire, il pensait plutôt qu’aucune arme seule ne peut se prévaloir de ce statut, même pas l’arme nucléaire. Luttwak E.N., Le paradoxe de la stratégie, op. cit., pp. 208-225. Dans un ouvrage plus récent, il se montrera par contre beaucoup plus positif à l’égard de la puissance aérienne. Luttwak E., La renaissance de la puissance aérienne stratégique, op. cit.

[160] Id., « Toward Post-Heroic Warfare », art. cit., pp. 109-122. Voir aussi : id., The Grand Strategy of the Roman Empire, Londres, The Johns Hopkins University Press, 1976, pp. ix et xi ; id., La renaissance de la puissance aérienne stratégique, op. cit., p. 97.

[161] Cerami J.R., « Presidential Decisionmaking and Vietnam : Lessons for Strategists », art. cit.

[162] Sullivan B.R., « The Future Nature of Conflict: A Critique of « The American Revolution in Military Affairs » in the Era of Jointry », art. cit., pp. 91-100. A propos des armes non létales voir : TRADOC Pamphlet 525-73, Military Operations – Concepts for Nonlethal Capabilities in Army Operations, Dpt. of the Army, H.Q. U.S. Army, Training and Doctrine Command, Fort Monroe, VA 23651-5000, premier septembre 1996 ou l’ouvrage de vulgarisation Toffler A. & H., Guerre et contre-guerre, op. cit., 431 p.

[163] Mattox J.M., « Fifth-Century Advice for 21st Century Leaders », art. cit., pp. 73-80.

[164] O.O.T.W. signifie Operations Other Than War, que nous traduirons en français opérations autres que la guerre. Ce concept récent recouvre en fait une grande quantité d’opérations : guérilla, contre-guérilla, lutte anti-subversive, maintien de la paix, lutte contre le narcotrafic, guerre psychologique, etc.

[165] Atkeson E.B., « International Crises and the Evolution of Strategy and Forces – Part II », Military Review, novembre 1975, pp. 47-55.

[166] Sur les conflits contemporains, voir par exemple : Balencie J.-M., de La Grange A. (sous la direction de), Rufin J.-C. (présenté par), Mondes rebelles, guerres civiles et violences politiques, Paris, Editions Michalon, 1999 (édition revue et augmentée), 1561 p.

[167] Laqueur W., « The Origin of Guerilla Doctrine », The Journal of Contemporary History, juillet 1975, p. 356. Opinion partagée par le spécialiste allemand de Clausewitz, Werner Hahlweg. Hahlweg W., « Clausewitz and Guerilla Warfare », dans Handel M.I., Clausewitz and Modern Strategy, op. cit., pp. 127-133.

[168] Handel M.I., Who Is Afraid of Carl von Clausewitz ?, op. cit.

[169] Townsend P.L., « Clausewitz Would Have Wondered at the Way We Fought in Vietnam », Marine Corps Gazette, juin 1978, pp. 55-57.

[170] Sullivan G.R. & Dubrik J.M., « Land Warfare in the 21st Century », Military Review, septembre 1993, pp. 20-21.

[171] Swain R.M., « Square Pegs for Round Holes – Low Intensity Conflict in Army Doctrine », Military Review, décembre 1987, pp. 10-11 et 14.

[172] Dunlap Ch.J., « The Origins of the American Military Coup of 2012 », Parameters, hiver 1992-93, pp. 2-20 ; Ricks Th.E., « Colonel Dunlap’s Coup », The Atlantic Monthly, janvier 1993, pp. 23-25.

[173] Summers H.G., On Strategy, op. cit., 224 p.

[174] Voir par exemple, avec citation de Clausewitz : Lacey B.P., Bartan Th.L., Hoehl R.F., Furgurson G.H. III, & Sissoko M., Peace Operations: A New Use of Force?, (A Research Paper Presented to the Director of Research Air Command and Staff College, In Partial Fulfillment of the Graduation Requirement of A.C.S.C.), avril 1996, p. 83.

[175] On notera qu’il existe toute une littérature doctrinale à ce sujet. Littérature qui concerne les opérations dites de Public Affairs (affaires publiques) et Civil Affairs (affaires civiles). Citons par exemple : Joint Pub. 3-57, Joint Doctrine for Civil Military Operations, 8 février 2001 ; Joint Pub. 3-61, Doctrine for Public Affairs in Joint Operations, 14 mai 1997 ; FM 46-1, Public Affairs Operations, 30 mai 1997 ; Air Force Doctrine Document (AFDD) 2-54, Public Affairs Operations, 25 octobre 1999 ; MCWP 3-33.3, Marine Corps Public Affairs, U.S. Marine Corps, 18 janvier 2000 ; etc.

[176] Fromm P., « War and OOTW », Military Review, septembre-octobre 1995, pp. 57-62.

[177] Howard M., « The Forgotten Dimensions of Strategy », art. cit., pp.  975-986.

[178] Luttwak E.N., Le paradoxe de la stratégie, op. cit., 332 p.

[179] Voir : Colson B., La culture stratégique américaine, op. cit., pp. 295-296 ; (et par exemple) Krause M.D., « Getting to Know Jomini », Joint forces Quarterly, printemps 1995, p. 126.

[180] Le lecteur intéressé par les problèmes de logistique pourra consulter : Creveld M. van, Supplying War, Cambridge, Cambridge University Press, 1977, (sur Clausewitz et la logistique) pp. 70-71.

[181] Newell C.R., The Framework of Operational Operation, Londres et New York, Routledge, 1991, p. 99.

 

Les commentaires sont fermés.