Europe : repenser les alliances

Bruno Colson

Commander cet ouvrage

Depuis 1989, l’adaptation des alliances est un élément essentiel de la nouvelle donne stratégique en Europe. L’Alliance atlantique a été affectée par l’effondrement de l’Union Soviétique mais, face aux turbulences et aux incertitudes entraînées par celui-ci, elle a pu prolonger sa légitimité. La prééminence des Etats-Unis au sein de l’OTAN se justifie cependant de moins en moins, vu la diminution de leur présence militaire et leur refus de prendre les mêmes risques que les casques bleus européens dans des conflits comme celui de l’ex-Yougoslavie. Parallèlement s’affirme de plus en plus une « identité européenne de défense », dont la mise sur pied de l’Eurocorps est la manifestation la plus spectaculaire. L’originalité de cet ouvrage ne réside pas seulement dans la synthèse – fût-elle provisoire – d’un sujet d’une brûlante actualité, mais surtout dans la manière dont il est abordé. L’histoire, les théories des relations internationales et l’approche culturaliste des positions diplomatico-stratégiques permettent de dépasser l’agitation de surface et d’atteindre à un terreau plus profond, seul capable de faire germer l’avenir.

Docteur en sciences politiques, Bruno Colson enseigne à la Faculté de Droit de Namur et est conseiller du Président de l’Assemblée parlementaire de la CSCE. Il est l’auteur de nombreux articles sur les questions de politique étrangère et de sécurité et de deux ouvrages : La culture stratégique américaine. L’influence de Jomini (Economica-Fondation pour les Études de Défense nationale, 1993) et Le tiers monde dans la pensée stratégique américaine (Economica-ISC, 1994).

Table des matières

Introduction

Chapitre I – Des prolongations d’alliances

De Corinthe à Corinthe : les ligues grecques de 481 à 338
A la recherche de l’équilibre européen
Les dernières coalitions contre Napoléon et le traité de Chaumont (1814)
Sainte-Alliance, Quadruple-Alliance et Pentarchie (1815)
La puissance maritime et les préoccupations continentales
Alliés et « associé » en 1918
La Société des Nations ou l’illusoire alliance universelle
Dérobades américaines et anglaises (1919-1939)

Chapitre II – Le Creuset Atlantique : de la charte à l’alliance

Aux origines de l’atlantisme : la solidarité anglo-saxonne dans la guerre
La « pax americana »
Une hégémonie par invitation
Les limites de l’engagement américain
Une confusion entretenue avec la sécurité collective
De l’alliance à l’intégration des forces et aux malentendus
L’OTAN : bien moins et bien plus qu’une alliance
Le noyau d’un processus fédératif ou libre-échangiste mondial ?

Chapitre III – Variations théoriques sur les alliances victorieuses

Les effets du temps
Le problème des armes nucléaires
Détente externe et cohésion interne
L’inévitable désintégration après la victoire
Le maintien de l’équilibre des forces
De la recherche du statu quo au contrôle interne
Alliances et intégration
La similarité idéologique
L’ »hégémon » et ses alliés
La théorie de la stabilité hégémonique
La socialisation des élites des puissances secondaires
Petites, moyennes et grandes puissances

Chapitre IV – Styles diplomatiques et cultures stratégiques

Formalisme continental et pragmatisme maritime
Le trio stratégique occidental
La « relation spéciale » anglo-américaine
La France et les Anglo-Saxons
L’exception française
L’hégémonisme américain
L’Allemagne : une culture stratégique d’ »intégré »
L’atlantisme néerlandais
L’européisme belge
Atlantique et Méditerranée : l’Italie et l’Espagne

Chapitre V – Les premières adaptations à l’après-Guerre froide

L’OTAN, îlot de certitude
La guerre du Golfe et le sommet atlantique de Rome
Le nouveau concept stratégique de l’OTAN
Initiatives européennes : Maastricht, l’UEO, l’Eurocorps
Le Conseil de coopération nord-atlantique (CCNA)
Des missions « autres » que la défense collective
Ex-Yougoslavie : divergences euro-américaines
« Partenariat pour la paix » et « Groupes combinés de forces interarmées »
Le dilemme américain : hégémonie ou repli

Chapitre VI – Pour une Europe stratégique

Une dimension nécessaire de l’Union européenne
Une certaine idée de l’Europe
Des intérêts de sécurité spécifiquement européens
Les valeurs à défendre : économie et culture
Grande cause, grande querelle
Défense, culture, identité
Fins et moyens
Divergences franco-britanniques
Le couple franco-allemand et la thèse carolingienne
Concilier les dimensions nationale et collective de la défense
Les pays « sérieusement intéressés »

Chapitre VII – L’avenir des alliances

Alliances et civilisations
Permanence de la géopolitique
La notion d’ »Occident »
Un « nouveau partenariat »
L’européanisation de l’Alliance et la France
L’OTAN à la recherche d’un nouveau souffle
Structures modulables et coalitions
Penser la grande Europe

Conclusion

Bibliographie

Index

Les commentaires sont fermés.