Les femmes et la guerre. De l’antiquité à 1918. Les auteurs

Christelle Balouzat-Loubet est agrégée d’histoire et docteur en histoire.

David Bellamy est maître de conférences à l’Université de Picardie. Ses travaux portent essentiellement sur l’histoire du gaullis­me. Il a également participé à plusieurs colloques du Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits de l’UPJV.

Nadine Bernard est maître de conférences d’histoire grecque à l’Université de Rouen. Elle a publié Femmes et société dans la Grèce classique (Colin, 2003).

Nadine-Josette Chaline est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Picardie. Spécialiste d’histoire reli­gieuse contemporaine et d’histoire de la Grande Guerre, elle a publié notamment Chrétiens dans la première guerre mondiale (Editions du Cerf, 1993) et une étude sur les monuments aux morts dans l’Allier.

Aude Cirier est docteur en histoire de l’Université de Poitiers.

Marie-Claude Dinet est maître de conférences (HDR) à l’Uni­versité de Picardie. Elle a publié Les sœurs hospitalières en France aux xviie et xviiie siècles, la charité en action (Champion, 2005) et dirigé la publication du colloque d’Amiens, Les hôpitaux, enjeux de pouvoir, France du Nord et Belgique ive-xxe siècles (Revue du Nord, 2008)

Olivier Forcade est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-IV, après l’avoir été à l’Université de Picardie. Spécialiste de l’histoire du renseignement, il a publié La République secrète, histoire des services spéciaux français de 1918 à 1939 (Nou­veau monde éditions 2008). Il vient de codiriger avec Philippe Nivet la publication du colloque du Centre d’histoire des sociétés Les Réfugiés en Europe aux époques moderne et contemporaine (Nouveau monde éditions 2008).

Stéphanie Gaudillat est doctorante à l’Université de Lyon-II. Elle prépare une thèse sur La Construction sociale et culturelle du viol en France au xvie siècle.

Dominique Godineau est maître de conférences à l’université de Rennes-II. Elle a publié notamment Citoyennes tricoteuses : les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française (Alinéa, 1988) et Les Femmes dans la société française (Colin, 2003).

Amandine Hamon est membre du Centre d’études et de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO).

Gwendoline Hancke est docteur en histoire de l’Université de Poitiers.

Xavier Hélary est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Paris-IV.

Geneviève Hoffmann est professeur d’histoire grecque à l’Uni­versité de Picardie. Elle a notamment publié La Culture grecque (Ellipses, 2002) et, en collaboration avec Catherine Grandjean, Les Mondes hellénistiques (Armand Colin, 2008).

Marie Houllemare, agrégée et docteur en histoire, est maître de conférences à l’Université de Picardie. Sa thèse, soutenue à l’université de Paris-IV sous la direction de Denis Crouzet, portait sur Politiques de la parole : le Parlement de Paris au xvie siècle.

Sylvie Joye est maître de conférences à l’Université de Reims, membre du Centre d’études et de recherches en histoire culturelle (CERHIC). Sa thèse, La Femme ravie. Le mariage par rapt dans les sociétés occidentales du haut Moyen Âge (vie-xe siècle), soutenue en 2006, a été publiée aux éditions Brepols.

Nicolas Le Roux est professeur d’histoire moderne à l’Univer­sité de Lyon-II. Spécialiste du xvie siècle, il a notamment publié Un régicide au nom de Dieu, l’assassinat d’Henri III (Gallimard, 2006).

Julie Mazaleigue est ATER et doctorante à l’Université de Picardie. Elle prépare actuellement, sous la direction de François Delaporte, une thèse sur l’histoire du concept de perversion sexuelle.

Philippe Nivet est professeur d’histoire contemporaine à l’Uni­versité de Picardie et directeur du Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits. Il travaille sur l’histoire des civils ayant subi l’occupation pendant la première guerre mondiale et a publié Les Réfugiés français de la Grande Guerre, les Boches du Nord (Econo­mica, 2004). Il vient de codiriger avec Olivier Forcade la publication du colloque du Centre d’histoire des sociétés Les Réfugiés en Europe aux époques moderne et contemporaine (Nouveau monde éditions 2008).

Manon Pignot est maître de conférences à l’Université de Picardie. Elle a soutenu en 2007, à l’EHESS, une thèse Allons enfants de la Patrie ? Filles et garçons dans la Grande Guerre, expériences communes, construction du genre et invention des pères (France, 1914-1920), dirigée par Stéphane Audoin-Rouzeau, et publié La Guerre des crayons (Parigramme, 2004).

Marion Trévisi est maître de conférences à l’Université de Picardie. Spécialiste de l’histoire de la population et de la famille, elle a publié Au cœur de la parenté, oncles et tantes dans la France des lumières (Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2008).

Clémentine Vidal-Naquet est doctorante à l’EHESS et prépare une thèse sur le couple en France pendant la Grande Guerre.

 

Une réflexion au sujet de « Les femmes et la guerre. De l’antiquité à 1918. Les auteurs »

  1. Ping : Les femmes et la guerre. De l’antiquité à 1918 | INSTITUT DE STRATEGIE ET DES CONFLITS (ISC – CFHM)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.