Nicholas John Spykman l’invention de la géopolitique américaine

Olivier Zajec

Commander l’ouvrage

Table des matières

Préface

Note éditoriale

Prologue

Première partie. D’Amsterdam à Yale. Portrait du jeune philosophe en hollandais volant (1893-1925)

Chapitre I. De Spijkman à Spykman, un Bildungsroman entre Ancien et Nouveau Monde

Chapitre II. L’entrée dans l’arène académique du Nouveau Monde

Chapitre III. La translatio studii de Nicholas Spykman, de la sociologie aux Relations internationales

Deuxième partie. Un théoricien pionnier, de la sociologie simmelienne aux relations internationales (1925-1943)

Chapitre V. « Le but de l’enseignement n’est pas la connaissance mais la compréhension » : Spykman théoricien des relations internationales

Chapitre VI. Spykman, créateur du premier département de Relations internationales de Yale (1935-1943)

Troisième partie. Faut-il réévaluer la composante « géopolitique » dans l’œuvre générale de Nicholas Spykman ?

Chapitre VII. Illustration d’une méthode d’approche des RI : les deux articles « géopolitiques » de l’American Political Science Review (1938-1939)

Chapitre VIII. America’s Strategy in World Politics : la gloire et l’opprobre (1942)

Chapitre IX. The Geography of the Peace (1944) : le livre le plus célèbre de Spykman est-il de Spykman ?

Quatrième partie. Postérité de Spykman dans les modèles théoriques de la géopolitique et des relations internationales

Chapitre X. Spykman et l’historiographie théorique de la géopolitique : affiner les classifications

Chapitre XI. Spykman et l’historiographie théorique des relations internationales : un pionnier hétérodoxe sous-estimé

Conclusion. « L’intersection de ce que l’on attendait avec ce que l’on n’attendait pas »

Remerciements

Sources et bibliographie

Sigles et abréviations

Index

Les commentaires sont fermés.