La petite guerre au XVIIIe siècle. L’exemple des campagnes de Flandre de la guerre de Succession d’Autriche, mises en perspective dans la pensée française et européenne

Sandrine Picaud-Monnerat

Commander cet ouvrage

Table des matières

REMERCIEMENTS
REMARQUES DE FORME
PREFACE

INTRODUCTION

I – Le vocabulaire de la petite guerre
1. Richesse des mots, richesse de l’héritage
2. Le problème des traductions au XVIIIe siècle
II – Définitions
1. Critères de définition : la tactique ou l’effectif ?
2. Troupes légères, hussards et petite guerre : le lien entre les hommes et le type de combat
3. Distinction entre “petite guerre” et “guérilla”
III – L’intérêt du sujet
1. La place de la petite guerre dans les guerres limitées du XVIIIe siècle
2. Une approche originale
IV – Problématique
1. L’analyse d’un phénomène complexe
2. La dernière étape d’une problématique d’ensemble

PREMIERE PARTIE – LA PERCEPTION DE L’ELITE INTELLECTUELLE, REFLET DES DISPUTES SUR L’IMPORTANCE ET L’UTILITE DE LA PETITE GUERRE

CHAPITRE PREMIER – UNE CERTAINE DESAFFECTION

I – À la ville et à la cour
1. La part de la petite guerre dans les nouvelles du temps
2. Des hordes barbares ? Une réprobation morale
II – Une tactique dénigrée
1. La formation routinière des officiers
2. La tactique de la petite guerre, perçue par ses détracteurs
3. La critique théorique des troupes légères
III – Préjugés et préséances : une désaffection d’ordre social
1. Une guerre de l’ombre : des missions dépréciées
2. Une guerre de vilains : des chefs et une troupe méprisés
Conclusion

CHAPITRE II – UNE PERCEPTION LIEE AUX HERITAGES ?
I – Au XVIIe siècle, une tactique au carrefour des cultures militaires
1 – La place du XVIIe siècle dans l’historiographie de la petite guerre
2. Essai de définition de la “guerre de partis” du XVIIe siècle
3. La tactique vue par les théoriciens du XVIIe siècle : exemples et remarques
II – Les zones d’ombre de la guerre de partis
1. La sombre petite guerre : contributions et dévastations
2. La complexité des antécédents historiques
3. Le problème des troupes dites “légères”

CHAPITRE III – LA PETITE GUERRE REHABILITEE : PUBLICATION DE TRAITES SPECIALISES

I – Les auteurs de traités : y a-t-il un profil du théoricien de la petite guerre ?
1. Une guerre de “grands capitaines” ou de capitaines ?
Profil professionnel et profil social
2. Des officiers de mérite
II – La genèse des traités : en accord avec leur sujet et avec leur temps ?
1. Pourquoi écrire sur la petite guerre ?
2. Le bagage culturel : les Anciens, les Modernes, le goût de l’histoire
III – La portée des traités. Auteurs de valeur, traités remarqués ?
1. L’accueil par le public français
2. Le rayonnement à l’étranger
Conclusion

DEUXIEME PARTIE – LA PETITE GUERRE, UN ART ?

CHAPITRE PREMIER – CONSEILS DE THEORICIENS

I – Avant l’action : l’organisation du corps
1. Le choix des hommes et des chevaux
2. L’équipement et l’armement
3. Entraînement ; santé des hommes
II – L’action : reconnaissances et combats
1. Connaissance du terrain, reconnaissance de l’ennemi : un but et un moyen
2. La surprise, premier principe de combat
3. Les types de combat : quelques exemples
4. Troupes légères et hussards aux marges de la petite guerre : dans les sièges et les batailles
III – Après l’action
1. La retraite
2. Les prises : jus in bello et société militaire
Conclusion

CHAPITRE II – PETITE GUERRE ET PROGRES TECHNIQUE : LE CAS DES ARMES A USAGE DU CORPS ENTIER (THEORIE ET PRATIQUE)
I – Les armes anciennes
1. La tradition : le pétard
2. La théorie sans la pratique : les catapultes
II – L’innovation : le canon
1. L’introduction du canon “à la suédoise”
2. L’emploi de l’artillerie à la petite guerre : la théorie à la suite de la pratique ?
Conclusion

CHAPITRE III – LA PETITE GUERRE, CHRONIQUE D’OPERATIONS OUBLIEES

Introduction – Des opérations oubliées ? Une guerre pourtant quotidienne
I – Les auteurs : exemple de deux corps de spécialistes, les hussards de Beausobre et les arquebusiers de Grassin
1. Le recrutement géographique : “faire des Hongrois” ?
2. Les autres critères de la qualité des troupes légères
II – Une année avec les hussards de Beausobre et les Grassins (1746), ou Les assertions des théoriciens, à l’épreuve des faits
1. Le siège de Bruxelles (campagne d’hiver de 1746, janvier-février)
2. La seconde campagne de 1746 jusqu’à la prise d’Anvers (mai – 1er juin)
3. D’Anvers aux Cinq Étoiles, une lente descente (2 juin – 30 juillet)
4. Hussards de Beausobre et arquebusiers de Grassin dans la manœuvre de la Mehaigne (31 juillet – 29 août)
5. Vers Rocoux (septembre – octobre)
III – La petite guerre des Alliés, vue par les sources anglaises en 1747
1. Les troupes légères au service britannique, une présence encore modeste
2. En 1747 : quelques exemples
Conclusion : une tactique qui vise à son économie

TROISIEME PARTIE – DECIDEURS ET VICTIMES AUX PRISES AVEC LA PETITE GUERRE

CHAPITRE PREMIER – LA POPULATION LOCALE DANS LA TOURMENTE

I – L’impact de la guerre de partis sur la population : jus in bello et société civile
1. La nécessaire humanité
2. La mise à contribution du pays
3. Le règne de la peur ?
Conclusion : la seule guerre ressentie par les villageois
II – L’implication de l’administration locale : l’exemple du Hainaut en 1746
1. Introduction : administration locale et conquête militaire
2. La marge de manœuvre de l’intendant et la place de la petite guerre dans ses domaines de compétence
3. L’intendant, les gouverneurs de places et la levée de contributions
4. Face aux raids ennemis

CHAPITRE II – LE MARECHAL DE SAXE, INSPIRATEUR DE LA PETITE GUERRE FRANÇAISE AU MILIEU DU XVIIIE SIECLE

I – Le comte de Saxe et la pensée militaire de son temps
1. Praticien ou théoricien de la petite guerre ?
2. La place de Maurice de Saxe dans la réflexion sur la petite guerre
3. La place de la petite guerre dans la réflexion de Maurice de Saxe
II – Le maréchal de Saxe maître d’œuvre : l’exemple de la manœuvre de la Mehaigne (août 1746)
1. Les objectifs et les moyens
2. De la fin du siège de Charleroi (31 juillet) à la marche du 15 août : un apparent immobilisme
3. Du 15 au 29 août : l’accentuation de la pression
Conclusion : la manœuvre de la Mehaigne, révélatrice d’un “art” de la petite guerre

CHAPITRE III – L’ATTITUDE DU COMTE D’ARGENSON PENDANT LA GUERRE DE SUCCESSION D’AUTRICHE : LA PETITE GUERRE VUE DU SOMMET DE L’ÉTAT

I – Au quotidien : une attention constante pour les missions
de petite guerre
1. Le souci d’être informé
2. Commentaires et directives du comte d’Argenson
3. Les raisons d’une telle attention
II – D’Argenson et la logique de la grande guerre
1. Une claire compréhension de la logique de la petite guerre
2. Privilégier la logique de la grande guerre : l’exemple de la prise de Bruxelles
3. Sièges, batailles et petite guerre : la hiérarchie des opérations
III – Le soutien apporté aux troupes légères et aux hussards
1. Le cas de la levée des Volontaires de Saxe
2. Au fil de la campagne de 1746
3. Vers l’honorabilité de la troupe : l’exhortation au maintien de la discipline des troupes légères et des hussards
4. Pour les officiers : l’honneur du service à la petite guerre
Conclusion

CONCLUSION GENERALE
Mise en perspective : les partisans des troupes légères face à la politique de la cour au long du XVIIIe siècle
Retour à la tactique : du XVIIIe au XIXe siècle, entre ruptures et continuité

ANNEXES

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE
1ère Partie – Archives non publiées
I – Service historique de la Défense, département de l’Armée de Terre
II – Bibliothèque Nationale de France (Paris)
III – Archives cantonales vaudoises
IV – Archives royales, château de Windsor
V – National Army Museum
2e Partie : archives publiées (postérieurement au XVIIIe siècle)
I – L’art de la petite guerre
II – Documents concernant les troupes légères ou les hussards
III – Histoire militaire, mémoires, journaux
Sources publiées (XVIIIe siècle, voire début XIXe siècle, et antérieurement)
I – Publications sur l’art de la petite guerre ou les troupes légères
II – Traités sur l’art de la guerre en général
III – Histoire militaire, mémoires, journaux
IV – Ordonnances, règlements
V – Dictionnaires, encyclopédies
VI – Anthologies
VII – Catalogues, tables

Bibliographie
INDEX DES LIEUX
INDEX DES NOMS DE PERSONNES
INDEX DES TERMES DEFINIS DANS LE TEXTE
TABLE DES DOCUMENTS

Les commentaires sont fermés.