L’océan Indien dans la Seconde Guerre mondiale

Avant-propos 

Les océans représentent environ 70 % de la surface de la terre. Ils constituent une partie importante de notre écosystème global. Par leur interaction avec l’atmosphère ils affectent le climat de la planète. Ils jouent aussi un rôle important dans les processus biolo­gique, physique et chimique et dans les moyens de communications. Ils constituent une réserve considé­rable de protéines par les produits de la pêche. Ils sont une source d’énergie dans la production d’électricité par l’utilisation des vagues et les marées. Par la désalini­sation ils fournissent de l’eau potable. Les fonds marins et leurs sous-sols, bientôt exploités, livreront les nodules polymétalliques contenant divers minéraux. Enfin la récupération de l’uranium à partir de l’eau de mer est du domaine de la réalité. D’après les travaux britanniques, russes et japonais, les océans renfermeraient 4 milliards 160 millions de tonnes d’uranium en suspension dans l’eau de mer.

*
*     *

Par sa superficie, l’océan Indien est le troisième océan du monde. Il couvre 73 402 000 km2, soit 14 % de la surface de la planète. Son volume est estimé à 292 millions de km3. Ses États riverains sont au nombre de 37. Il est fréquenté par toutes sortes de navires : porte-containers, pétroliers, car-ferries, navires de guerre à propulsion classique ou nucléaire, cargos “roll-on roll off”. L’accroissement de ce trafic pose de réels problèmes dans certains détroits comme les détroits de Malacca et de Singapour, le détroit d’Hormuz et le détroit de Bab el-Mandeb. Son littoral comprend les régions côtières du Sud et de l’Est de l’Afrique, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique, du sud-est asiatique, y compris l’Indoné­sie,et de l’Australie occidentale.

*
*     *

Les limites de l’océan Indien ont fait l’objet de nombreuses discussions, en particulier entre le Bureau hydrographique international et l’Académie des sciences de la Russie. En définitive, l’accord semble être réalisé sur les limites suivantes :

–      limite Sud-Ouest – longitude 20° E – soit le méridien du cap des Aiguilles en Afrique du Sud ;

–      limite Sud-Est – longitude 146” 53’ E – soit le méridien du Southeast Cape en Tasmanie.

L’océan Indien comprendrait la mer Rouge, le golfe Arabo-Persique, le détroit de Bass, la mer de Timor, la mer d’Arafura, le détroit de Torres, les détroits de Malacca et de Singapour et les eaux archipélagiques de l’Indonésie au sud de l’équateur[1].

Le traité de l’Antarctique, signé à Washington en 1959 et entré en vigueur deux ans plus tard, a fixé la limite sud de l’océan Indien au parallèle 60° Sud.



[1]      Vivian Louis Forbes, The Maritime Boundaries of the Indian Ocean Region, Singapore University Press, National University of Singapore, 1995.

Une réflexion au sujet de « L’océan Indien dans la Seconde Guerre mondiale »

  1. Ping : L’océan Indien dans la Seconde Guerre mondiale | INSTITUT DE STRATEGIE ET DES CONFLITS (ISC – CFHM)