Entre vent et eau. Un siècle d’hésitations tactiques et stratégiques 1790-1880

Michel Depeyre

Commander cet ouvrage

Table des matières

Introduction générale

I. Histoire et pensée navale

II. Les grandes phases chronologiques de la pensée navale

III. Niveaux d’une problématique

IV. Culture tactique et culture stratégique

Livre I – Vers la fin de la culture tactique (1790 – 1840)

Introduction

Chapitre Premier – À l’apogée de la marine à voiles

I. La tactique navale à la fin du xviiie siècle

A. Une tactique portée à sa perfection

B. Une pensée tactique bien structurée

II. Une continuité par delà la Révolution

A. Aux origines des livres de tactique

B. Des livres officiels

C. Les escadres d’évolutions

III. Le temps des héritiers

A. Le retour des traités

B. Truxtun recueille le savoir tactique

C. Charner ou la tradition française des études expérimentales

Chapitre II – La flotte mixte ou les hésitations de la tactique navale

I. Derniers travaux sur la tactique à voiles

A. Les premiers essais de Maissin

B. Un héritier des Lumières, Chopart

II. Réviser les fondements

A. La révolution de Paixhans

B. Les temps indécis

III. Vers une tactique à vapeur spécifique ?

A. “L’Angleterre s’égarait dans le passé…”

B. Travaux et intuitions de John Ross

Chapitre III – Des aléas de la stratégie opérationnelle aux premières ébauches théoriques

I. De l’implicite à l’explicite

A. Une stratégie pratique

B. Penser la stratégie

II. L’émergence progressive d’une approche stratégique

A. Sur la puissance maritime

B. Considérations sur la guerre navale

C. Préparer la nouvelle guerre sur mer

Livre II – Une transition matérielle et doctrinale (1840-1860)

Introduction

Chapitre Premier – Une prise de conscience

I. Une tactique mixte qui s’impose

A. Face aux transformations

B. Des distorsions entre le savoir technique et la pratique

C. La coexistence de deux tactiques

II. Une nouvelle fondation

A. Les conceptions classiques de l’amiral Bouet-Willaumez

B. 1857 ou la reconnaissance officielle de la tactique à vapeur

III. Une prise de conscience qui progresse

A. Les incertitudes anglaises

B. Un général qui s’intéresse à la mer, Sir Howard Douglas

C. Entre modernité et continuité

Chapitre II – Quand la menace vient de la mer

I. Vers une nouvelle conception du littoral

A. Epitome d’histoire de la frontière maritime

B. Des facteurs propices au changement

C. Se doter de moyens appropriés

II. La trilogie de la guerre contre la terre

A. Sur le débarquement

B. Des bombardements par mer

C. Et le blocus ?

III. La mer au cœur du dispositif stratégique

A. Signification d’une expédition lointaine

B. La Marine, un vecteur

C. Un banc d’essai pour les innovations

D. Une démonstration navale hors d’Europe : la chute de Canton

Chapitre III – Une pensée stratégique qui ne dit pas son nom

I. Une pensée stratégique latente

A. Les analyses stratégiques du “prince marin”

B. Les ébauches stratégiques de Reybaud

C. Les réticences de Bouet-Willaumez

D. James H. Ward

II. Éléments composants du discours stratégique

A. Une flotte, un objectif

B. Des références géographiques

C. Une dimension temporelle

III. Vers un début de formulation

A. Exhumer des principes implicites

B. Inachèvement

Livre III – Une culture stratégique (1860-1890)

Introduction

Chapitre Premier – Une tactique nouvelle à éprouver

I. Des héritages à prendre en considération

A. Des épigones de Douglas

B. Adaptation dans la continuité

C. Analyses historiques de Jurien de La Gravière

II. Tactique et technologies de pointe

A. Engouement pour une arme nouvelle

B. L’amiral Grigori Boutakov, le pionnier russe

III. Le courant cinématique s’impose

A. Des initiateurs

B. Un porte-parole, Siméon Bourgois

C. Un disciple : Penfentenyo de Kervereguin

D. Un discours d’ingénieur

Chapitre II – Une nouvelle dimension de la guerre navale

I. Un vieux rêve qui prend forme : le sous-marin

A. Une lente mise au point

B. Les travaux de Montgery

C. Vers une guerre sous-marine

II. Premières ébauches de synthèse

A. Barnes

B. Un auteur belge sur les pas de Barnes

C. Analyses d’ingénieurs

III. De nouvelles possibilités d’action

A. La guerre des côtes se diversifie

B. Des bâtiments pour une nouvelle guerre sur mer

B. Opérations fluviales et maintien de l’ordre

C. Une occasion perdue

Chapitre III – Vers une stratégie navale autonome

I. Stratégie et conditions nouvelles

A. Une technologie révolutionnaire

B. Des discours idéologiques favorables

II. Des structures favorables ?

A. Perfectionnement des institutions militaires

B. De nouveaux lieux de propositions

III. Un discours qui se structure

A. Théorie et adaptation

B. Des principes et des concepts stratégiques

C. Les prémices de théories nouvelles

D. Vers des écoles nationales ?

Conclusion générale

Sources et bibliographie

Sources

I. Sources manuscrites

A. Archives nationales

B. Archives du Service Historique de la Marine

II. Sources imprimées

A. Ouvrages de tactique

B. Autres sources thématiques

C. Presse

Grands instruments de travail

I. Outils de recherche

A. Outils bibliographiques et archivistiques

B. Annuaires navals

II. Grands dictionnaires

A. Dictionnaires généraux

B. Dictionnaires biographiques

C. Dictionnaires portant sur la période

Travaux

I. Ouvrages généraux

A. Sur la période

B. Sur la guerre

C. Sur la pensée militaire

II. Histoire maritime et navale

A. Synthèses historiques

B. Aspects techniques

C. Etudes biographiques

III. Guerres maritimes

A. Campagnes et combats principaux

B. Formes nouvelles de combat

IV. Réflexion théorique

A. Stratégie

B. Ouvrages sur la géopolitique et la géostrategie

C. Ouvrages sur la pensée navale

Index

Les commentaires sont fermés.