La géographie militaire française (1971-1939)

Philippe Boulanger

Commander cet ouvrage

Table des matières

Introduction

Première Partie – La formation de l’école française de géographie militaire

Chapitre Ier – Les origines de la géographie militaire

A) Le rapport ancien entre géographie et guerre

I. La géographie, un élément de l’art militaire

II. Théophile Lavallée, premier théoricien de la géographie militaire

III. Le retard de la géographie militaire francaise

B) L’impact de la défaite de 1870-1871

I. La pensée géographique en question

II. La recherche de nouvelles bases

C) Les premiers fondements (1871-1875)

I. Une démarche critique et ouverte aux influences extérieures

II. Naissance d’un nouveau concept : la géographie stratégique de Fervel

III. L’introduction de la géographie militaire terrestre et maritime

Conclusion : Les débuts difficiles de la géographie militaire

Chapitre II – L’âge d’or de la géographie militaire (1875-1914)

A) L’enracinement de la géographie militaire

I. Une approche reconnue de l’art militaire

II. La combinaison des méthodes traditionnelles et nouvelles

III.Une géographie sous influence

B) Les fondateurs de l’école de géographie militaire française

I. La Géographie militaire de Gustave-Léon Niox (1876-1895)

II. La Géographie militaire de Marga (1880-1884)

III.La géogénie de Barré (1897-1899)

C) Le rayonnement limité de l’école de géographique militaire

I. Le déterminisme géographique

II. Une ouverture limitée vers la géographie universitaire

III. Une école de pensée réservée au milieu militaire

Conclusion : Une pensée géographique en mutation

Chapitre III – De la géographie de guerre au déclin de la géographie militaire

A) Vers la géographie de guerre (1914-1918)

I. L’influence de la géographie dans la guerre

II. L’organisation d’une géographie de guerre

III. La mobilisation des géographes universitaires

B) Le renouvellement de la pensée géographique militaire (1919-1935)

I. Une géographie militaire en mutation

II. Une géographie militaire nouvelle

III. Vers la géostratégie

C) Une école de pensée marginalisée (1935-1939)

I. Les limites de la pensée géographique

II.La crise d’identité d’une école de pensée

III.La critique des géographes universitaires

Conclusion : Le fragile retour en force de la géographie militaire

Deuxième Partie – Géographie et guerre

Chapitre IV – Les institutions de la géographie militaire

A) Le développement du service géographique de l’armée

I. Une institution au service de la géographie militaire (1874-1914)

II. Le service géographique, acteur de la géographie de guerre (1914-1918)

B) L’enseignement dans les écoles militaires

I. L’essor de la discipline géographique dans les écoles militaires

II. Un enseignement théorique aux approches problématisées

III.La dimension appliquée de l’enseignement de la géographie militaire

Conclusion : Deux institutions au service de la géographie militaire

Chapitre V – Une géographie militaire appliquée

A) Le terrain, les hommes et la guerre

I. Le terrain, élément géographique fondamental dans la tactique

II. Les composants géographiques du terrain et leur influence dans la tactique

III. L’organisation militaire du terrain

B) L’espace, les hommes et la guerre

I. Les concepts géographiques généraux

II. Les objectifs géographiques dans la stratégie

III. Les réseaux de transports dans la stratégie

C) Le territoire, les hommes et la guerre

I. Une géographie militaire des frontières

II. Le territoire des puissances

III.Le territoire des nations

Conclusion : La triple échelle spatiale de l’art militaire

Chapitre VI – une géographie militaire différenciée

A) Une géographie militaire avant tout terrestre

I. L’Europe, théâtre des guerres

II. Une conception révélatrice d’une culture militaire

III. Les axes géographiques de la guerre

B) L’essor de la géographie militaire maritime

I. Des espaces géographiques spécifiques

II. La stratégie dans l’espace maritime et littoral

III. De la stratégie des espaces maritimes à la géostratégie navale

C) Les débuts de la géographie militaire de l’espace aérien

I. L’émergence d’une pensée géographique de l’espace aérien

II. Les composants géographiques de l’espace aérien

III. L’apport de la géographie militaire de l’espace aérien

Conclusion : La spécialisation progressive de la pensée géographique militaire

Troisième Partie – Les échiquiers militaires

Chapitre VII – Les France militaires

A) L’espace militaire face à la menace extérieure

I. La menace permanente de l’Allemagne

II. Les grandes lignes d’invasion

III.La régionalisation de l’espace militaire

B) Les régions stratégiques du Nord et du Nord-Est

I. L’axe fondamental du Rhin

II. La Lorraine, théâtre perpétuel de guerre

III. Le paradoxe géographique et stratégique de la région Nord

C) Les théâtres d’opérations secondaires

I.La frontière militaire contrastée de l’Est

II. Des frontières sans menace au Sud et à l’Ouest

III. Les centres stratégiques de la France

Conclusion : Les deux France militaires

Chapitre VIII – Les échiquiers européens

A) L’Allemagne, vaste espace de guerre

I. Un axe de guerre européen

II. La défense renforcée des façades orientales et occidentales

III. Les théâtres d’opérations secondaires

B) Les échiquiers instables de l’Europe centrale et orientale

I. La Suisse, centre stratégique de l’Europe

II. Une Europe centrale vulnérable et instable

III. Les puissances secondaires de l’Europe Sud-Orientale

C) Les périphéries insulaires et péninsulaires

I. L’insularité stratégique des îles Britanniques

II. La périphérie scandinave marginalisée

III.Les puissances péninsulaires du Sud de l’Europe

Conclusion : L’éclatement des échiquiers européens

Chapitre IX – Les échiquiers marginalisés

A) La naissance des grandes puissances

I. Des puissances montantes marginalisées

II. La puissance nouvelle des Etats-Unis

III. L’état russe face au défi stratégique de son immensité

B) La construction des empires coloniaux

I. La spécificité de la géographie militaire des colonies

II. Des zones d’influence entre grandes puissances mondiales

III. Les espaces de rivalités coloniales

C) Les espaces oubliés de la géographie militaire

I. Des espaces excentrés

II. Des conditions géographiques particulières

III. Les aires géographiques oubliées

Conclusion : Des échiquiers excentrés

Conclusion générale – L’expérience géographique dans la pensée militaire

La formation d’une école de pensée géographique

La géographie, instrument de guerre

La connaissance d’un ordre stratégique du monde

Archives

Sources imprimées

Bibliographie sur la géographie militaire

Index

Table des documents

Table des cartes

Les commentaires sont fermés.