Partenariats permanents

L’Institut de Stratégie Comparée collabore avec tous les organismes désireux de mener ou de publier des recherches stratégiques. La liste des partenariats permanents s’établit actuellement comme suit (dans l’ordre chronologique de leur lancement) :

– Convention avec le Centre d’Histoire de l’Aéronautique et de l’Espace (CHAE), dirigé par le professeur Claude Carlier, conclue dès la création de l’ISC. L’ISC a publié la Chronologie aérospatiale et Sera maître du monde qui sera maître de l’air de Claude Carlier. Il accueille les actes des colloques organisés par le centre, ainsi que d’autres travaux d’histoire de l’aéronautique, et de l’espace sur son site Internet. Le CHAE collabore au programme sur l’histoire de la pensée aérienne.

– Convention avec l’Institut d’Histoire des Conflits Contemporains (IHCC), conclue dès la création de l’ISC : les deux instituts mettent leurs moyens en commun pour la publication de la collection Hautes Études Militaires et pour le site stratisc.org. L’IHCC collabore au Corpus des écrivains militaires en langue française.

– Convention avec le Centre d’Analyse Politique Comparée (CAPC) de l’Université Montesquieu-Bordeaux IV, dirigé par le professeur Jean-Louis Martres, conclue dès la création de l’ISC. Le CAPC a collaboré à des recherches lancées par la FEDN et continuées par l’ISC, notamment sur l’histoire de la pensée navale et sur l’histoire du désarmement naval. Certains de ses travaux ont été publiés par l’ISC, notamment la thèse de Nathalie Blanc-Noël sur La politique de neutralité active de la Suède. La convention n’a pas été renouvelée après 2003.

– Convention avec la Fondation pour la Recherche Stratégique, conclue en 1997. La FRS a fourni à l’ISC une aide annuelle pour la diffusion de la revue Stratégique qui a paru sous double timbre (l’ISC conservant la propriété et assurant la rédaction et l’édition). Elle a également participé à l’édition de quatre ouvrages en 1997, un en 2000, trois en 2001, avant la dénonciation de ce partenariat par la FRS en 2002.

– Convention avec le Centre Européen d’Étude des Conflits dirigé par Gérard Chaliand dans le cadre de la FRS jusqu’en 2000. Cette coopération a permis la réalisation du n° 66-67 de Stratégique sur les terrorismes contemporains, ainsi que l’édition de La renaissance de la puissance aérienne stratégique d’Edward Luttwak.

– Convention avec le Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur les Structures Régionales (CIER-SR) de l’Université de Saint-Étienne, dirigé par le doyen Jacqueline Bayon, conclue en 1998. Ce Centre a créé une antenne stéphanoise de l’ISC qui a organisé un colloque en novembre 1999. Les ouvrages de Michel Depeyre ont été publiés sous double timbre.

– Convention avec la Société d’études historiques des Relations Internationales Contemporaines (SEHRIC), qui publie la revue trimestrielle Relations internationales consacrée à l’histoire des relations internationales au XXe siècle. L’ISC accueillait les tables de la revue sur son site Internet. Cette convention a pris fin lorsque la revue a été reprise par les Presses universitaires de France.

– Convention avec la Commission Française d’Histoire Militaire conclue en 2000, pour la mise en commun des moyens d’édition historique. Une soixantaine d’ouvrages ont été publiés sous double timbre. L’ISC a édité, pour le compte de la Commission, trois numéros de la Revue Internationale d’Histoire Militaire (n° 81, 82, 83). Aujourd’hui, ce partenariat se consacre en priorité au Corpus des écrivains militaires en langue française.

– Convention avec l’Agence Nationale de la Recherche, conclue en 2007 pour deux ans, dans le cadre du programme “Conflictus. Les transformations de la guerre”. Ce programme a permis la publication d’une dizaine de volumes et le lancement du Corpus des écrivains militaires en langue française.

– Convention avec la Fondation Saint-Cyr, conclue en 2007, pour la publication de la première tranche du Corpus des écrivains militaires en langue française.

– Convention avec la Compagnie Européenne d’Intelligence Stratégique, conclue en 2007 pour trois ans, pour la publication de Stratégique sous double timbre, à partir du n° 89-90.

À côté de ces conventions permanentes, un certain nombre d’accords ponctuels ont été conclus, pour des opérations déterminées, avec :

– le Centre d’Histoire Militaire et d’Études de Défense Nationale de Montpellier, créé en 1968 par le professeur André Martel qui en a longtemps assuré la direction. Les livres de Sabine-Marie Decup et de Jean-Charles Jauffret ont bénéficié de cette formule.

– le Laboratoire sur la Communication et l’information stratégique (LABCIS) de l’Université de Poitiers, dirigé par le professeur Pierre-Marie Fayard, pour la préparation du n° 69 de Stratégique consacré à l’information et à la communication.

– le Centre Lyonnais d’Études de Sécurité Internationale et de Défense (CLESID) de l’Université Jean-Moulin – Lyon III, dirigé par le professeur Jean-Paul Joubert, pour la réédition de Petites guerres du général Callwell.

– le Collège Interarmées de Défense pour la réédition des Théories stratégiques de l’amiral Castex (avec le Centre d’Enseignement Supérieur de la Marine), l’édition du livre de Michel Grintchenko Atlante-Aréthuse et celle des Conférences de stratégie de Hervé Coutau-Bégarie.

– le Centre de Relations Internationales et de Stratégie (CRIS) de l’Université Paris I, dirigé par le professeur Jean Klein, pour l’édition des actes des colloques sur La réforme de la politique française de défense en 1997 et sur La défense de l’Europe en 2002.

– l’Institut de Recherche sur les Civilisations de l’Europe Moderne (IRCOM) de l’Université Paris-Sorbonne, pour la tenue et l’édition des actes du colloque organisé à Coëtquidan en 1996 sur La révolu¬tion militaire en Europe XVe-XVIIIe siècle.

– le Centre de Recherches des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC), pour l’édition de la Théorie de combat de Clausewitz, du Métier des armes du général Claude Le Borgne, de la thèse du lieutenant-colonel Fassy sur Le Commandement français en Orient et du colloque Clausewitz et la pensée stratégique contemporaine.

– la Commission Portugaise d’Histoire Militaire, pour l’édition de la version française de la thèse du Professeur Nuño Severiano Teixeira, L’entrée du Portugal dans la Grande Guerre.

– l’armée de l’Air, pour l’édition de trois ouvrages consacrés à la stratégie aérienne : David S. Fadok, La paralysie stratégique par la puissance aérienne ; Colonel John F. Warden, La campagne aérien¬ne ; Edward Luttwak, La renaissance de la puissance aérienne stratégique.

– le Secrétariat d’État à la Défense, chargé des Anciens combattants, pour l’édition des biographies des généraux Collet, Brosset et Monclar.

– le Centre d’histoire des sociétés de l’Université de Picardie-Jules Verne, pour l’édition des livres de Philippe Boulanger, La géographie militaire française, et de Philippe Nivet, Les réfugiés français de la Grande Guerre et des actes du colloque Les femmes et la guerre, de l’Antiquité à nos jours.

– le Centre d’Histoire de l’Europe et des Relations Internationales (CHERI) de l’Université Paris IV, dirigé par le professeur Georges-Henri Soutou, pour l’édition de la thèse de Christian Malis, Raymond Aron et le débat stratégique français.

– le Centre Morris-Janowitz de Toulouse, pour l’édition de la thèse de Thomas Lindemann, Les doctrines darwiniennes et la guerre de 1914.

– le Commandement de la Doctrine et de l’Enseignement Supérieur de l’armée de terre (CDES), pour l’édition de De la Conduite de la guerre de Foch et la traduction des œuvres de Clausewitz.

– le Musée de l’Armée, pour l’édition du colloque Austerlitz. Napoléon au cœur de l’Europe.

– l’Institut Catholique d’Etudes Supérieures de La Roche-sur-Yon, pour l’édition de Armées et marines au temps d’Austerlitz et de Trafalgar et de L’océan Indien dans la seconde guerre mondiale, ainsi que pour le programme sur l’histoire militaire des guerres de Vendée. L’ICES créé un Groupe de Polémologie et Stratégie (GPS), affilié à l’ISC.

– l’Ecole pratique des Hautes Études, pour l’édition des mélanges offerts à Jean Chagniot et le programme “Conflictus” financé par l’Agence nationale de la recherche.

– l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale, pour l’édition de la thèse de Benoît Durieux, Clausewitz en France.