COMMÉMORATION DES  ANCIENS  DU  « GROUPE O »

 

 

            Le président Bernard Dufour remet aux cinq anciens du « Groupe O » une médaille commémorant les cinquante ans de Snecma.

            Le professeur Cyrill von Gersdorff, adjoint d’Herman Oestrich, prononce ensuite une allocution en français.

            Monsieur le Président,

            Mesdames et Messieurs,

 

            Au nom de mes amis et collègues de l’ancien « Groupe O » intégré dans la Snecma en 1950, je remercie très cordialement le président Bernard Dufour des mots aimables qu’il a trouvé pour notre travail et de son invitation.

            Depuis notre dernière rencontre, en 1985, quarantième anniversaire de la Snecma, beaucoup de choses se sont passées. La situation politique a changé complètement et, en conséquence de la détente, la technique a également évolué. La réduction des personnels dans l’aviation mondiale a été accompagnée de la conversion partielle du secteur militaire au secteur civil. Cette dernière tendance, souhaitable en soi, et l’essor prévisible de l’aviation civile, va nous conduire, espérons le, dans les deux à trois ans à venir au réembauchage.

            Naturellement, plus que jamais, la coopération est exigée. Cela est particulièrement vrai pour les deux maisons allemandes, relativement petites par rapport à la Snecma, à savoir MTU dépendant de Daimler Benz Aerospace et BMW Rolls Royce. Etant donné que ces deux maisons exercent des activités importantes dans la région de Munich, nos séminaires propulseurs aéronautiques et turbines à gaz, à l’Université Technique de Munich, représentent un lieu de communication idéal. Nous y retrouvons nos anciens élèves qui travaillent chez MTU et BMW Rolls Royce même s’ils sont quelquefois concurrents. Nous y retrouvons aussi avec plaisir plusieurs spécialistes français venant de Snecma, de l’ONERA, d’Airbus, etc.

            La communauté scientifique se rencontre chez nous depuis longtemps. Bien sûr, la coopération ne concerne pas uniquement les maisons allemandes mais s’impose en Europe et mondialement. La Snecma est depuis longtemps, je le souligne volontiers, à la tête de ces engagements.

            Revenons à l’origine. Il y a cinquante ans, le ministère de l’Air français a regroupé quelques maisons travaillant dans le secteur propulsion à savoir principalement Gnome et Rhône et les moteurs Renault : la Snecma était née.

            Presque en même temps, ce ministère a créé en Allemagne l’Atelier aéronautique de Richenbach, prés de Landau, jadis zone d’occupation française. En 1950, le « Groupe O » a été intégré dans la Snecma présidée par Henri Desbruères. Herman Oestrich est devenu directeur technique.

            Depuis, plusieurs membres de la direction technique, français ou allemand, sont disparus. Il est impossible de tous les nommer ici. Je citerai seulement le docteur Oestrich, créateur de la famille des Atar, décédé en 1973, à l’âge de 69 ans et son adjoint, Michel Garnier, succombé en 1988 à l’âge de 72 ans. Monsieur Garnier, ingénieur général était le successeur de Monsieur Oestrich, depuis 1960, comme directeur technique général.

            Je voudrais ajouter que la coopération entre les hommes est aussi importante que la coopération technologique. Compréhension et tolérance pour la situation du partenaire sont demandées aujourd’hui plus que jamais.

            Mes collègues et moi-même sommes bien attachés à la France, la preuve est que la moitié d’entre-nous est restée dans ce pays ; les autres, dont je fais partie, reviennent toujours avec plaisir.

            Nous vous remercions, Monsieur le Président de nous avoir invité. 

 

 Copyright www.stratisc.org - 2005 - Conception - Bertrand Degoy, Alain De Neve, Joseph Henrotin