Y A-T-IL EU UNE PENSÉE NAVALE ROMAINE ?

 

Jean PAGÈS

 

 

On ne possède pas de textes d'historiens ou de penseurs de l'Antiquité latine ou grecque qui auraient traité de cette question telle qu'on l'énonce, peut-être avec trop de facilité, de nos jours ; en Grèce, la marine avait toujours tenu une grande part dans les préoccupations des politiques, surtout après Salamine, mais n'avait donné lieu qu'à des déclarations de politique navale, sans qu'il soit fait référence à une pensée stratégique plus affinée qui restait sous-jacente. Il en allait autrement à Rome : pour le citoyen moyen, la marine jouait un rôle secondaire et était méprisée par comparaison aux services glorieux des légions. En revanche, ceux qui eurent la charge de la destinée de Rome, tant durant la période républicaine que sous l'Empire, avaient compris l'importance de la marine et Auguste le premier eut l'intuition d'une stratégie navale à l'échelle de l'empire.

Le chapitre de l'histoire de Rome concernant la marine, tant républicaine qu'impériale, a été négligé par les historiens de l'Antiquité, qui ne nous ont donné que des renseignements imparfaits. Le seul auteur qui aurait pu nous éclairer sur la pensée navale romaine de la période républicaine est Polybe (200-125 avant J.-C.) ; malheureusement la partie de son œuvre qui aurait pu nous apprendre comment, en si peu de temps, les Romains ont atteint une telle supériorité sur mer est perdue. Quant à Tite Live (64 avant à 17 après J.-C.), son Histoire n'apporte que peu de renseignements. De même les auteurs de l'époque impériale ne se sont guère intéressés à la création des flottes de Misène et de Ravenne et curieusement Auguste lui-même, qui en était le père, n'en dit rien dans l'inscription d'Ancyre considérée pourtant comme son testament. Dion Cassius (IIe/IIIe siècle après J.-C.) n'en dit pas plus. Strabon (63 avant/19 après J.-C.) a bien forgé le concept de thalassocratie (thalassokratia. géographie, 48), qui connaîtra plus tard une grande vogue, mais la perte de ses écrits historiques empêche d'apprécier l'importance qu'il lui accordait. quant à Suétone (69 à 122 après J.-C.), il rapporte que les Romains, dans leurs préjugés tenaces contre la marine, ont estimé que l'existence de ces flottes était pour eux un fait négligeable.

Cependant, certains chercheurs contemporains ont tenté d'étudier, non pas le problème de la pensée navale romaine, mais celui de la rencontre de Rome avec la mer et ses conséquences.

La marine romaine de la République

Les historiens modernes sont partagés sur cette question et la plupart d'entre eux répondraient sans doute par la négative. Cependant, on peut estimer que si les Romains n'ont pas eu une pensée navale structurée et exprimée, du moins au commencement, ils ont, par la force des choses, été à même de saisir l'importance de la marine de guerre chez un peuple qui leur était géographiquement proche comme les Etrusques ou encore chez les Grecs de Syracuse : les premiers n'avaient-ils pas remporté une douteuse victoire sur les Phocéens au large de la Corse en 540/535 avant notre ère et les seconds la victoire d'Himère sur les Puniques en 480, l'année de Salamine ? Jacques Heurgon remarque qu'"on entrevoit en particulier que Rome, avant de se doter à Ostie d'un port qui lui fût propre, utilisa la flotte de Caeré aux fins de sa politique maritime naissante" 1. De même, les Romains n'étaient pas sans connaître l'activité des marines marchandes des cités grecques de Campanie et de Grande Grèce, Naples et Tarente, ainsi que les succès des escadres syracusaines contre les Puniques.

L'événement le plus ancien de l'histoire de la marine romaine remonte à 394, année au cours de laquelle un navire romain se rendant à Delphes avec une ambassade religieuse fut arraisonné et capturé par des navires des îles Lipari et emmené dans ces îles ; les gens de Lipari avaient pris ce navire pour un pirate étrusque. Après enquête, les Romains purent continuer leur voyage, escortés par des navires de guerre lipariens jusqu'à Delphes et revenir ensuite à Rome (Diodore, XIV, 93).

Il est attesté que dès le début du IVe siècle, à une date indéterminée, Rome a entrepris une colonisation outre-mer2. Les textes laissent entendre que Rome "agissait en association avec Pyrgi, le port de Caeré ou mieux utilisait ses flottes". Serait-ce cette expédition que, d'après Théophraste Rome fit "autrefois" en Corse avec 25 navires ? De son côté, Diodore (XV, 27, 24) parle de 500 colons envoyés par elle en Sardaigne en 377.

En 349, des pirates grecs s'attaquèrent à la côte du Latium. Rome, ne devant pas posséder de forces navales à cette époque, se contenta d'envoyer des troupes qui s'opposèrent avec succès au débarquement ; les Grecs, à court de vivres et surtout d'eau, abandonnèrent l'opération (Tite Live, VII, 25, 3-4 ; 26, 10-15).

Mais c'est l'exemple de la prise d'Antium (aujourd'hui Porto d'Anzio), au sud de Rome en 348, qui est le plus typique. Antium était un repaire de pirates étrusques que les Romains auraient dû réduire par une action navale ; ce furent des légionnaires qui s'emparèrent de la flotte d'Antium ; cette soi-disant victoire sur mer fut à l'origine de la colonne rostrale décorée d'éperons de navires ennemis pris par des soldats ! (Tite Live, VIII, 13 et 14)

Malgré cela, Rome apparaît comme une petite puissance maritime naissante à cette époque : le renouvellement de l'alliance carthaginoise en 348, l'enrôlement des pirates d'Anzio, la fondation d'une colonie à Ostie à l'embouchure du Tibre (ostium Tiberis) dont elle fera un port en 335, l'occupation militaire de l'île de Ponza au large des côtes de Campanie montrent que le destin de Rome allait se jouer désormais autant sur mer que sur terre3.

A partir de 311, Rome nomme chaque année deux magistrats chargés de la marine (duoviri navales) qui seront chacun à la tête d'une petite escadre de dix navires de guerre pour lutter contre la piraterie en Tyrrhénienne. Ces deux escadres n'eurent pas grand succès : l'une d'elles tenta un débarquement contre Nuceria, près de Naples, qui échoua, la ville fut prise par des troupes de terre ; dans le conflit entre Rome et Tarente, une de ces deux escadres fut sévèrement malmenée par les forces navales adverses en 2824.

Les types de navires de guerre employés par les Romains, dans leurs escadres commandées par les duoviri navales, ne nous sont pas connus ; on peut supposer raisonnablement que ce devaient être des trières (à trois rangs de rames) et des pentécontères (à cinquante rameurs). Ainsi on sait qu'en 264, au début de la première guerre punique, Rome n'avait plus de marine et dut faire appel à ses socii navales, les cités de Grande Grèce et de Campanie  : Tarente, Locres, Vélia, Naples, pour mettre à sa disposition des trières et des pentécontères permettant à ses troupes de franchir le détroit de Messine (Polybe, I, 20).

En définitive, dans les années précédant la première guerre punique, Rome ne possède qu'une faible marine militaire et n'a qu'une très mince expérience maritime, toute occupée qu'elle est par la conquête de la péninsule, conquête dans laquelle elle réussit mieux que sur mer, avec son esprit "terrien".

J.H. Thiel a étudié d'une manière approfondie les premières actions sur mer des Romains et les juge avec trop de sévérité et surtout sans nuances quand il dit qu'ils étaient de "vrais terriens" et des "marins d'eau douce". Jusqu'à la première guerre punique, et même plus tard, ils ont été des marins maladroits et de piètres tacticiens, malgré leurs victoires acquises grâce à la discipline plutôt qu'à la connaissance intime de la mer et à leur sens tactique. "Le caractère général de l'histoire romaine au cours de cette période (jusqu'à la première guerre punique) ne laisse que peu de place pour une quelconque action sur mer de leur part : ce n'est pas l'histoire d'une puissance navale, mais celle d'une puissance continentale caractéristique, celle d'un peuple d'agriculteurs qui a conquis, patiemment et obstinément, toute l'Italie par l'intérieur, sans qu'apparaisse une seule fois la marine de guerre dans le tableau" 5.

Selon Jean Rougé, cette conception "terrienne" de la puissance maritime a conduit les Romains, qui n'avaient vraisemblablement pas profité de l'expérience de marins des cités de Grande Grèce, à défendre leur territoire du côté de la mer par une action purement terrestre de troupes légionnaires ou par "l'intermédiaire des colonies maritimes situées dans des positions stratégiques". Cet auteur ajoute que "le témoignage de Polybe concorde mal avec une certaine idée que l'on a tendance à se faire actuellement de la puissance maritime avant les guerres puniques" 6. Cela a été vrai jusqu'à la première guerre punique et non au-delà.

Jacques Heurgon remarque que les intérêts navals de Rome s'affirmèrent aux environs des années 306-302 "par plusieurs faits diplomatiques importants ; c'est à cette époque que Polybe fait remonter l'amitié de Rome et de Rhodes (XXX, 5, 6), le troisième traité conclu avec Carthage en 306 définissant les zones respectives des deux parties excluant Rome de la Sicile et Carthage de l'Italie... L'accord intervenu vers 302 entre Rome et Tarente où Rome s'engageait à ne pas dépasser vers le nord le cap Lacinien..." 7

La victoire de Rome sur Pyrrhus en 275 et son alliance avec Tarente en 272, qui fut, comme Naples, astreinte à lui fournir en temps de guerre des navires et des équipages, firent d'elle une puissance méditerranéenne. Des quaestores classici furent créés en 267 ; ils n'étaient pas destinés à un commandement dans une flotte encore inexistante, mais plutôt à contrôler la mobilisation des escadres des cités alliées de Rome, les socii navales 8.

On sait d'après Polybe comment les Romains construisirent une flotte de 100 quinquérèmes et de 20 trières en prenant modèle, pour les premières, sur une quinquérème punique échouée et tombée entre leurs mains. Polybe nous présente la capture de la quinquérème punique comme l'événement qui détermina les Romains à combattre sur mer les Puniques.

Si donc cet incident ne s'était pas produit, il est clair que, du fait de leur inexpérience, les Romains n'auraient jamais eu les moyens de réaliser leurs desseins (I, 20).

 

Au yeux de certains historiens modernes comme Gilbert Charles-Picard, qui le qualifie d'"historiette", cet événement de la capture de la galère a paru suspect ; quelle que soit la genèse de la flotte romaine, la décision de la construire dénote chez les Romains une ferme résolution de combattre les Puniques sur leur propre terrain avec leur arme : la quinquérème, dont ils ont la maîtrise. Ce n'est pas le fruit d'une pensée navale, plutôt une forme de stratégie primaire mais efficace, et qui n'est pas le moindre élément constitutif de cette pensée. En outre, la méthode choisie par le commandement romain pour l'entraînement des équipes de nage des quinquérèmes montre également une systématisation digne des marines "matérialistes" du XXe siècle9. Comme le remarque Jean Rougé, "Il est évident que le récit de Polybe, tout à la gloire de la détermination et de l'esprit d'initiative de Rome, doit être forcément enjolivé, car pour ses équipages Rome disposait de ses socii navales, de ses alliés maritimes" 10.

L'idée qui ressort des études des historiens contemporains est que les essais initiaux de l'activité navale des Romains ne doivent être ni exagérés, ni minimisés, et ils s'accordent pour reconnaître avec Polybe que c'est dans son récit qu'

on verra l'élévation et la hardiesse du tempérament romain (...car) "il ne fallait pas laisser ignorer quand, comment et pourquoi les Romains se sont lancés pour la première fois sur mer..." (I, 20).

 

Carthage, face à la petite puissance continentale romaine, exerce son hégémonie entre les Syrtes et Gibraltar, s'est installée en Sicile et en Sardaigne, exploite les minerais du sud de l'Espagne. C'est une cité de commerçants et surtout de rouliers des mers. Sa flotte de guerre est puissante et combative. Carthage sera l'ennemie principale de Rome et l'obstacle majeur à l'impérialisme romain entre le IIIe et le milieu du IIe siècle.

A la lumière des remarques de Thiel11 dans son analyse de la première guerre punique, il est aisé de comprendre pourquoi la pensée navale romaine a eu si peu de consistance et aussi pourquoi une compétition entre les deux marines était improbable. En effet, l'auteur, observant minutieusement la stratégie des deux adversaires par le biais des événements de la guerre, porte un jugement sur chacun d'eux :

1) Rome semble à première vue avoir une stratégie navale peu solide, incohérente et surprenante ; en réalité, ce n'est pas uniquement le manque de traditions maritimes qui est en cause, mais la nécessité ; le Sénat romain n'était pas libre de faire ce qui lui paraissait être le meilleur, car il avait à compter avec l'opinion publique, romaine d'abord et plus généralement avec celle des cités italiennes : "La mer était loin d'être familière aux Romains et surtout, ils redoutaient le combat naval ; si on décidait de construire des navires, c'était à Rome d'en supporter la dépense et aux Romains à servir de soldats de marine sur les bâtiments de la flotte ; c'était aux alliés italiens de Rome de fournir la plus grande partie des équipages et des rameurs" 12.

Thiel estime qu'en 259, un an après la victoire de Mylae, les Romains auraient pu lancer une opération de débarquement en Afrique ; cela n'a pas été possible puisqu'il fallait une nouvelle flotte plus nombreuse que la précédente. Le Sénat n'aurait pu convaincre les Romains peu connaisseurs des choses navales. La construction d'une nouvelle flotte après une victoire leur aurait paru une absurdité.

Toutefois, en 257-256, les Romains construisirent une flotte bien plus puissante que celle de 260, ce qui représente le deuxième grand programme de construction de toute la guerre qui dura de 264 à 241. Enfin, ce fut la mise en service de la flotte, entièrement neuve et très efficace, avant la victoire des îles Aegades sous le commandement d'un amiral exceptionnel, le consul Caius Lutatius Catulus.

Les énormes pertes en vies humaines et en bâtiments, dues aux actions militaires ou aux tempêtes, décimèrent littéralement la population adulte mâle à Rome : Thiel parle de 20 % entre 264 et 246, soit 50 000 hommes ; Rome alla jusqu'à ne plus reparaître sur mer entre 249 et 24313.

2) Au sujet de Carthage, sans entrer dans les erreurs qu'elle commit dans cette guerre, on peut dire qu'elle possédait une flotte puissante et efficace et des amiraux habiles et courageux.

Cependant, les Carthaginois souffraient d'une faiblesse qui les poussait à la facilité, enclins qu'ils étaient à prendre la voie la moins ardue et à sous-estimer leurs adversaires. Carthage, il ne faut pas l'oublier, était une cité de marchands paisibles, qui désiraient éviter les guerres chaque fois que c'était possible ou bien relâchaient leurs efforts, en temps de guerre, quand le danger était momentanément écarté. Thiel parle de la "quiétude punique", une sorte de torpeur, de paralysie qui se manifeste par une apathie leur faisant manquer des occasions et perdre un conflit dans lequel ils auraient dû triompher.

Par ailleurs, Carthage ne pouvait à la fois entretenir une grande flotte et une armée de nombreux mercenaires ; une conséquence désastreuse de cet état de fait fut la défaite d'une flotte punique mal armée, surchargée, avec des équipages peu entraînés, face aux forces navales romaines en excellente condition au large des îles Aegades en 241.

Rome, à la fin de la première guerre punique, se trouva être la seule puissance navale de la Méditerranée occidentale ; elle joua son rôle de "fleet in being" au cours des 60 années qui séparent la bataille des îles Aegades (241) du début de la deuxième guerre punique. De plus, sans qu'elle eût une quelconque volonté d'expansion maritime, avec la possession de la Sardaigne et de la Corse, Rome commença à se constituer, à partir de la Tyrrhénienne, un embryon de mare nostrum, plutôt comme protection de son territoire que comme zone d'opérations navales. Thiel remarque qu'au cours du IIe siècle "la puissance navale romaine montra de plus en plus des symptômes de faiblesse alors que le centre de gravité se déplaçait vers les excellentes marines de Pergame et surtout de Rhodes ; dans la guerre contre Antiochos, ce furent les forces navales rhodiennes qui gagnèrent les batailles".

Thiel peut conclure : "Avant le règne d 'Auguste, il n'était pas question pour Rome de posséder une marine de guerre permanente ; quand on ne craignait pas de guerre navale, les Romains n'entretenaient pas de navires de guerre armés..., Pendant près d'un siècle et exactement pendant la période de l'histoire de Rome qui correspond à sa plus grande expansion, la marine de guerre romaine fut presque inexistante" 14.

Les flottes des derniers siècles de la République furent très différentes de celles des guerres puniques. Depuis ses débuts, à la fin du IVe siècle, l'activité sur mer des Romains avait beaucoup profité de l'expérience des Grecs et des Etrusques ; toutefois, il faut rappeler que pendant les guerres puniques, c'est Rome qui a armé en partie ses escadres avec ses propres citoyens, a construit ses navires avec ses propres deniers et a mis à leur tête un consul ou un préteur romain. Cependant, à partir de 200 avant J.-C., Rome fit reposer sa puissance maritime sur ses alliés grecs et surtout sur les forces navales rhodiennes, dont l'entraînement était exceptionnel.

Les cités alliées d'Ionie, de Phénicie, de Pamphylie et de Syrie fournirent la plupart des navires des escadres romaines, à l'exception de ceux que Rome construisait, qui étaient armés par des équipages de ces cités, si bien que les techniques navales grecques et orientales s'imposèrent de plus en plus dans la marine romaine à l'époque de la guerre sociale (90-88). Quant aux commandants en chef de ces flottes, qui étaient parfois des Grecs, Rome les subordonnait aux commandants des troupes de terre, preuve qu'elle n'avait pas entièrement compris le rôle d'une force navale.

Ces dispositions n'empêchèrent pas Mithridate, roi du Pont, lors de la première guerre qu'il mena contre Rome entre 89 et 85 avant J.-C., de s'emparer de la maîtrise de la mer Egée, ce qui entraîna, après sa défaite en 84, l'apparition d'une flotte permanente pour la première fois dans l'histoire de la marine romaine et par conséquent l'abandon du désarmement des forces navales après une victoire, ce qui avait été courant par le passé. Cette évolution laisse présager qu'une pensée navale est en gestation et qu'un embryon de marine impériale est en place, ce qui permet à C.G. Starr de dire que "si l'on demande à quelqu'un de citer un événement qui marque les débuts de la marine impériale romaine, cet événement serait à coup sûr celui de la première guerre de Rome contre Mithridate" 15.

Une autre conséquence de cette évolution fut la mise en place par Sylla, probablement en 85, d'un plan de défense des côtes de l'Asie mineure : des cités maritimes de cette région devaient construire des navires de guerre et les conserver en réserve pour une utilisation future ; cela permit à Rome d'avoir la maîtrise de la mer pendant la troisième et dernière guerre contre Mithridate (83-82) ; C.G. Starr observe qu'il était difficile pour l'Etat romain de poursuivre la réalisation d'un plan à cause des changements annuels de ceux qui avaient la responsabilité de son exécution.

Cette évolution se poursuivit quand Pompée, en 67 avant J.-C., triompha en trois mois des pirates qui infestaient presque toutes les eaux méditerranéennes. Selon Pline (Histoire naturelle, VII, 98) Pompée aurait "redonné la maîtrise de la mer à Rome" qui l'avait perdue au point que des pirates eurent l'audace de couler une flotte consulaire dans le port même d'Ostie (Plutarque, Pompée, XXXVIII à XLIV).

C'est l'époque où le comportement de Rome dans l'exercice de la maîtrise de la mer va commencer à se préciser et où la marine romaine va jouer un rôle capital dans les guerres civiles et après elles dans l'Empire. Les guerres contre Mithridate et la rapide campagne contre les pirates avaient montré l'importance de la puissance navale oubliée depuis les guerres puniques. F.E. Adcock remarque que "dans sa campagne la plus difficile, Pompée s'appuyait sur la puissance navale et César faisait confiance à la mer ; dans les situations graves, le dernier mot resta à la mer" 16. Il fait allusion aux opérations autour de Dyrrachium (Durazzo) où la très puissante flotte de Pompée fut mise en échec par les forces césariennes. On possède là une preuve supplémentaire que l'exercice de la maîtrise de la mer était considéré par les généraux romains comme un gage de victoire.

Pendant la guerre civile, les flottes devinrent de plus en plus puissantes ; Pompée, en faisant appel aux cités maritimes d'Asie, réussit à rassembler une force d'environ 300 navires au début de 48 ; ce sera Sextus Pompée, fils du grand Pompée, qui, possédant la maitrise de la Méditerranée occidentale, s'attaquera au ravitaillement en grains de Rome et fera des descentes sur les côtes italiennes pour un pillage en règle entre 42 et 40 avant J.-C.

En 38, le futur Auguste et Agrippa, son conseiller militaire et technique, vont construire une flotte de 400 navires qui triomphera de celles de Sextus Pompée à Mylae en 37, à Nauloque en 36 et finalement à Actium en 31. Cette force navale sera le noyau de la future flotte impériale. Ne doit-on pas voir dans cette œuvre une ébauche déjà bien avancée d'une pensée navale où Octave, le futur Auguste, représente la part politique et stratégique et Agrippa la collaboration du technicien et surtout du tacticien ; n'a-t-il pas été l'inventeur du harpax, espèce de grappin lancé par catapulte et ne fut-il pas honoré par le nouveau César qui lui donna une couronne navale, jamais jusqu'à ce jour octroyée à quiconque ? (Tite Live, CXXIX).

A cette flotte, il fallait une base qui, curieusement, fut choisie avant 37 dans la Provincia, à Forum Julii (Fréjus) où une partie de la flotte fut construite ; un port militaire fut créé plus près de Rome à Portus Julius, dans le golfe de Puteoli (Pouzzoles), et un centre d'entraînement dans le lac Averne, qui occupe un cratère parfaitement abrité de tous les vents

La pensée navale embryonnaire de l'époque républicaine a pu
au début être la conséquence d'une conception rationnelle de la division des tâches dans un conflit ; elle laissait aux alliés des cités maritimes le soin des opérations navales alors que les opérations militaires terrestres revenaient de droit aux Romains. La même division des tâches apparut au XXe siècle dans les conflits où les hégémonies maritimes de la Grande-Bretagne ou des Etats-Unis se trouvaient impliquées.

La marine impériale romaine

Il faut citer l'opinion originale de C.G. Starr17 à propos des conséquences de la bataille d'Actium :

"Pour l'histoire de la marine impériale romaine, Actium en soi n'est qu'un événement insignifiant... Ce dernier combat naval des guerres civiles, l'ultime grand conflit en Méditerranée jusqu'à celui qui opposera sur mer Constantin à Licinius en 324, est plus un prélude que les premières notes d'une ouverture dans l'histoire de la marine impériale romaine. La mission historique de cette marine n'était pas de livrer des batailles mais de les rendre impossibles".

 

Végèce, dans son Art militaire (4, 31), précise les raisons de l'existence de la marine impériale :

"Le peuple romain a toujours eu une flotte prête, pour montrer et défendre sa puissance ; il ne l'organisait pas pour faire face aux exigences d'un conflit mais pour ne jamais être pris au dépourvu".

 

A la mort d'Auguste en 14 après J.-C., outre le port de Forum Julii qui n'abritait qu'une flottille et devenait une base secondaire, les forces navales romaines étaient partagées en deux flottes, l'une en Tyrrhénienne avec Misène, près de Pouzzoles, pour base, la Classis Misenensis, et la seconde en Adriatique attachée au port de Ravenne, la Classis Ravennas. La création de la flotte de Misène remonterait à une date comprise entre 27 et 15 avant J.-C., alors que celle de Ravenne daterait d'environ 24 avant J.-C. Cette répartition des forces navales due à Octave et à Agrippa répondait sans doute à un plan stratégique conforme à une pensée navale plus solide.

- La flotte de la Tyrrhénienne, dont l'état-major resta pendant quatre siècles à Misène, possédait des bases secondaires à Puteoli (Pouzzoles), Ostie (à l'embouchure du Tibre), Centumcellae (près de Civitavecchia), Mariana et Aléria en Corse, Carales en Sardaigne (Cagliari). La flotte surveillait la Tyrrhénienne et plus particulièrement les îles turbulentes de Corse et de Sardaigne. En outre, elle étendait son contrôle sur tout le bassin occidental de la Méditerranée : Gaules, Espagne, Maurétanie (Végèce, 4, 31). Mais bien entendu, elle opérait de concert avec la flotte de Ravenne, qui lui était sans doute subordonnée, en Méditerranée orientale depuis la Libye jusqu'à la mer Egée. Elle détachait des flottilles dans certains ports de ces régions comme à Séleucie de Syrie pendant les guerres contre les Parthes.

- La flotte de l'Adriatique basée à Ravenne avait pour mission de surveiller la côte dalmate où elle avait une base secondaire à Salona (Split) capitale de la Dalmatie et une autre à Brundisium (Brindisi) pour assurer les relations des officiels avec Dyrrachium (Durazzo/ Durrès) ; la station d'Ancône n'est pas sûre, en revanche celle d'Aquileia, dans le golfe de Trieste est attestée. Hors de l'Adriatique, la flotte de Ravenne prêtait son appui à celle de Misène dans le bassin oriental ; des unités de l'Adriatique faisaient escale dans les ports de la Tyrrhénienne et tout particulièrement à Centumcellae qui devint leur base vers 100 après J.-C.18 

C.G. Starr note que probablement Rome ne perdait pas de vue la question de son approvisionnement en bois de construction navale car la péninsule n'est pas riche en forêts ; il pense que les stations navales de Mariana et d'Aléria en Corse et le port de Ravenne sur l'Adriatique, relié au Pô, contrôlaient ces trafics du bois destiné aux chantiers de Misène et de Ravenne. Il est possible que la flottille de Syrie basée à Séleucie ait rempli la même tâche, les forêts de la région produisant les essences que Végèce (4, 34) estime convenables pour la construction navale : cyprès, pin, mélèze et sapin. Rostovtseff indique que l'empereur était propriétaire du sol de la Corse et sans doute des forêts ; d'où l'importance du port d'Aléria pour le contrôle du transport du bois de construction navale19. Cette importante question stratégique ne pouvait recevoir de solution qu'inspirée par une véritable pensée navale.

Les escadres provinciales et les flottilles fluviales faisaient également partie des forces navales impériales au même titre que les flottes de Misène et de Ravenne. L'organisation et la défense de l'empire exigeaient des forces indépendantes dans les provinces : Syrie, Egypte, Maurétanie, et aussi en mer Noire et dans la Manche ; en outre des flottilles fluviales surveillaient le Rhin et le Danube : celles de Mésie et de Pannonie sur le Danube et ses affluents et celle de Germanie sur le Rhin. Certaines de ces formations remontent à l'époque augustéenne, comme l'escadre d'Egypte basée à Alexandrie et peut-être, mais c'est moins sûr, celle de Syrie attachée au port de Séleucie.

La marine impériale, telle qu'Auguste et Agrippa l'avaient conçue et telle que la considérèrent les empereurs suivants, était destinée, contrairement aux flottes républicaines toujours improvisées, à entrer en action dans les plus brefs délais dès l'apparition d'un perturbateur. Or, il n'y eut pas de perturbateur extérieur avant le IIIe siècle, avec l'invasion des Goths, et surtout avant le Ve siècle, avec l'arrivée des Vandales.

Les missions de la marine impériale permanente et professionnelle n'étaient pas uniquement dissuasives comme l'avaient sans doute prévu Auguste et Agrippa, elles étaient avant tout offensives dans l'esprit romain ; cet aspect a été perdu de vue par certains historiens modernes qui ont eu tendance à minimiser l'importance stratégique de la flotte20. De même, contrairement à ce qui a été dit, l'action des forces navales n'a pas été policière mais militaire. Il s'agissait d'étendre la maîtrise des mers à toute la Méditerranée, qui assurait l'unité de l'empire et la protection de ses communications maritimes21.

Les forces navales impériales ont continué tout au long des siècles à maintenir leur niveau d'entraînement en vue d'une bataille d'escadre qui ne vint jamais ; les flottes de Misène et de Ravenne et les autres faisaient des patrouilles, opéraient des débarquements en liaison avec les forces terrestres, assuraient le transport des troupes, participaient au ravitaillement des armées, n'escortaient pas les navires de commerce, mais luttaient contre les restants de piraterie. Quant aux forces fluviales, elles avaient un rôle très important, car elles permettaient aux troupes de traverser un fleuve, d'opérer des débarquements sur les arrières de l'ennemi, d'assurer la logistique des stations tenues le long des fleuves, bref de contribuer à la défense du limes 22 ; la colonne Trajane nous donne une représentation vivante de ce que furent les opérations des flottilles fluviales.

En outre, la flotte offrait un moyen de transport aux personnages officiels qui rejoignaient un poste ou qui accomplissaient une mission : Agrippa se fit accompagner en 14 avant J.-C. par une escadre lors d'une tournée d'inspection des ports d'Asie avec tout le décorum de l'amiral en mission qui montre le pavillon de son pays (Flavius Josèphe, XVI, 21). Tacite (Annales, II, 53ss) rapporte que Germanicus entreprit un voyage semblable en 18 après J.-C.

D'autre part, des navires rapides de la flotte transportaient les ordres et les dépêches depuis Rome jusqu'aux plus lointaines provinces accessibles par mer ; la flotte avait le monopole de l'acheminement du courrier officiel, même par terre, puisque c'étaient des marins qui assuraient la liaison entre Rome et les ports de la péninsule.

L'empereur Claude (41-54) continua la politique navale d'Auguste et probablement créa d'autres escadres provinciales ; ce sera Trajan (98-117) à l'époque de la plus grande extension de l'empire, qui donnera une expression définitive à l'organisation des forces navales qui restera en vigueur jusqu'au bas-Empire.

Il faut dire un mot du matériel naval qui constituait les flottes impériales et dont l'évolution depuis les types de la période républicaine est l'expression d'une pensée navale "matérialiste". Pour leurs forces navales, Auguste et surtout Agrippa se contentèrent d'unités plus légères réclamant moins d'hommes d'équipages que les unités de la flotte de Pompée et donc moins coûteuses.

L'unique héxère des forces impériales, une "6", servait de navire amiral à la flotte de Misène ; elle avait 3 rameurs sur le même aviron à un niveau supérieur et 3 autres au niveau inférieur ; les autres unités étaient des quinquérèmes, des "5", des quadrirèmes, des "4", des trières, des "3" directement issues des trières grecques et enfin des liburnes qu'Agrippa incorpora et qui provenaient d'un modèle de navire léger utilisé par les pirates de la côte nord de l'Illyrie : la Liburnie.

Agrippa avait eu soin d'améliorer l'artillerie mécanique embarquée ainsi que les divers projectiles utilisant le feu, les traits, les flèches et le harpax dont il était l'inventeur. La marine byzantine sera l'héritière directe de la marine impériale romaine.

Ces unités, surtout les plus importantes, ne pouvaient longtemps tenir la mer par suite des contraintes qui les obligeaient à relâcher souvent pour faire de l'eau et des vivres ce qui imposait aux forces navales d'avoir un réseau d'escales. Les navires étaient peu aptes aux escortes de convois, à la tenue d'un blocus et aux patrouilles de longue durée, à moins que ces dernières ne soient faites à la voile.

Pour C. de la Berge "la création d'Auguste avait été, dès le début, fortement méditée et convenablement appropriée, tant aux besoins publics qu'aux instincts et aux intérêts des populations" 23.

*

* *

Tout ce qui vient d'être dit prouve que les Romains ont eu assez tôt conscience de l'importance stratégique de la mer, bien qu'ils aient été relativement étrangers à cet élément ; par la suite une pensée navale relativement évoluée a pu naître, permettant l'organisation et la mise en œuvre des forces navales impériales qui, pendant plus de trois siècles, ne connurent que le temps de paix en l'absence d'adversaires à leur taille : il n'y avait aucune force adverse à dissuader. Rome ne peut être considérée comme une thalassocratie car sa maîtrise de la Méditerranée a d'abord résulté du contrôle de la totalité de ses côtes.

 

Les bases et escales de la Marine impériale romaine d'Auguste à Marc Aurèle de 14 avant J.C. à 161 après J.C.

1 - Forum Julii (Fréjus) base navale jusqu'en 70 ap. J.-C.

2 - Misène, base de la flotte de Misène à partir de 12 avant J.-C.

3 - Ravenne, base de la Classis Ravennas à partir de 39 avant J.-C.

4 - Alexandrie, base de la Classis Alexandrina à partir d'Auguste.

5 - Séleucie, base de la Classis Syriaca, à partir de Vespasien (69-79) ( ?).

6 - Trébizonde, base de la Classis Pontica, à partir de Claude, en 47-48 ou mieux de Néron (54-68).

7 - Boulogne/Douvres, bases de la Classis Britannica, à partir de Claude (41-54) ou même avant.

8 - Ostie, port de Rome, était un des principaux arsenaux de la marine républicaine ; devient une base secondaire de la marine impériale au moins depuis le règne de Claude.

9 - Centumcellae (Civitavecchia), base secondaire ; relais à la fois vers la Sardaigne et la Corse.

10 - Aleria, base secondaire ; contrôle le commerce des bois de l'île.

11 - Cagliari, base secondaire.

12 - Brindes (Brindisi).

13 - Aquilea.

14 - Salone (Split).

15 - Athènes/le Pirée servait encore d'escale pour la marine républicaine ; sous l'empire elle joua le rôle de relais pour les flottes de Ravenne et de Misène.

16 - Ephèse ; c'est là qu'Antoine rassembla sa flotte avant Actium ; ce port a été actif tout au long de l'empire jouant un rôle très important dans le transit des troupes, notamment pendant la guerre des Parthes sous Trajan et Marc-Aurèle en 114 et en 161.

17 - Cyzique, base d'une division de la flotte de Misène à la fin du premier ou début du second ; plus tard a pu être la base de la Classis Pontica.

18 - Césarée de Mauritanie (Cherchel) ; aurait été la base d'une flottille indigène sous Juba II avant l'annexion de la Maurétanie en 40 après J.-C. ; il n'est pas sûr qu ce port ait été une base de la marine impériale.

19 - Cologne/Alteburg semble avoir été le principal port de la Classis Germanica : sa création remonterait à Claude (41-54). Elle disposait probablement de nombreux autres ports sur le Rhin inférieur.

20 - Carnuntum aurait été une base de la Classis Pannonica où celle-ci devait avoir une flottille permanente détachée de sa base principale de Taurunum.

21 - Brigetio, autre station fluviale de la Classis Pannonica.

22 - Taurunum, près de Belgrade, est la grande base navale attestée de la Classis Pannonica depuis Vespasien (69-79).

23 - Ratiaria, aurait été une des bases de la Classis Mœsica en aval des Portes de Fer où commençait sa zone de patrouille ; elle remonterait à l'époque augustéenne.

24 - Noviodunum (Isaaccea) est la grande base de la Classis Mœsica dont la création date également de Vespasien ; cette flotte devait aussi contrôler la façade maritime de la Mésie.

25 - Istrus, port fréquenté par la Classis Mœsica.

26 - Chersonèse Taurique, port fréquenté par la Classis Mœsica sous Néron (54-68) à l'époque de la guerre d'Arménie.

27 - Panticapée est un port où le passage de la flotte est attesté.

28 - Sinope aurait été une base pour les escadres romaines et alliées ; elle était fréquentée en 14 avant J.-C. par Agrippa et le port servait d'abri à une flotte sous Trajan vers 115.

29 - Calchedon face à Byzance, a servi à plusieurs reprises de base aux escadres impériales.

30 - Périnthe a joué un rôle semblable à celui de Calchedon et plus particulièrement aussi de base de transit pour les troupes en provenance du front du Danube et destinées à l'Orient.

31 - Thessalonique (Salonique) a reçu des escadres appartenant à la flotte de Misène dès le Haut Empire ; ce port constituait une escale vers l'Orient.

32 - Palerme a occasionnellement reçu des escadres de Misène se rendant vers l'Espagne ou vers l'Afrique.

33 - Syracuse a été une escale pour les escadres à destination de l'Orient.

A - Classis Germanica ; B - Classis Pannonica ; C - Classis Mœsica

Source : M. Reddé, Mare Nostrum, les infrastructures, le dispositif et l'histoire de la marine militaire sous l'empire romain, Ecole française de Rome, 1986.

 

 

Notes:

1 Jacques Heurgon, Rome et la Méditerranée occidentale jusqu'aux guerres puniques, PUF, 1980, pp . 110.

2 Jacques Heurgon, op. cit., p. 301.

3 Jacques Heurgon, op. cit., p. 337.

4 André Piganiol, La conquête romaine, Alcan, 1930, p. 132 ; J.H. Thiel, A History of Roman Sea-Power before the Second Punic War, North Holland Publishing, Amsterdam, 1954.

5 J.H. Thiel, op. cit., p. 46. E. Pais, Storia critica di Roma durante i primi secoli, E. Loeschner puis P. Maglione et C. Strini, Rome, 1918-1920, l'auteur pense que malgré la psychologie "continentale" du peuple romain, Rome "fut aussi une grande puissance maritime", "sans maîtrise de la mer, Rome n'aurait ni conquis l'empire, ni pu le conserver".

6 Jean Rougé, La marine dans l'Antiquité, PUF, 1975, p. 111s.

7 Jacques Heurgon, op. cit., p. 337. Le cap Lacinien est aujourd'hui le cap Rizzuto à l'entrée du golfe de Tarente.

8 J.H. Thiel, op. cit., p. 160 ; Jean Rougé, op. cit., p. 112.

9 La marine marchande américaine pendant la seconde guerre mondiale a créé à terre un centre d'entraînement pour les états-majors et les marins qui serviront sur les "Liberty-ships" où ce personnel faisait le quart et vivait absolument comme à la mer.

10 Jean Rougé, op. cit., p. 113.

11 J.H. Thiel, op. cit., pp. 320 ss.

12 J.H. Thiel, op. cit., p. 325.

13 J.H. Thiel, op. cit., pp. 328-329.

14 J.H. Thiel, Studies on the History of Roman Sea-Power in Republican Times, Amsterdam, North Holland Publishing, 1946, p. 131

15 C.G. Starr, The Roman Imperial Navy 31 BC-AD 324. Westport, Connecticut, Greenwood Press, 1975, p. 1.

16 Cité par C.G. Starr, op. cit., p. 3.

17 C.G. Starr, op. cit., p. 4 ss.

18 C.G. Starr, op. cit., pp. 13-24.

19 C. de la Berge, "Etudes sur l'organisation des flottes romaines", Bulletin épigraphique, tome 6, 1886, p. 227 ; M.I. Rostovtseff, Histoire économique et sociale de l'empire romain, Laffont, 1988, p.165.

20 A. Piganiol a consacré une demi-page à la marine dans son manuel d'histoire de l'empire romain !

21 C.G. Starr, op. cit., pp. 106 ss.

22 C.G. Starr, op. cit., pp.124 ss.

23 C. de la Berge, art. cit., p. 3.

 

 Copyright www.stratisc.org - 2005 - Conception - Bertrand Degoy, Alain De Neve, Joseph Henrotin