Les stratégies navales soviétiques et les programmes de construction navale (1921 - 1941)

 

Jürgen ROHWER 

 

Introduction

Depuis la seconde guerre mondiale de nombreuses publications ont paru en Union Soviétique sur l'histoire de la marine soviétique depuis la révolution1. Elles apportaient beaucoup de précisions sur l'évolution générale de la politique navale et sur les conférences aux divers niveaux, en suivant bien entendu la ligne du parti. Les renseignements touchant les personnes étaient limités à celles qui n'avaient pas été poursuivies sous le régime de Staline ; sur les constructions navales en cours, on s'en tenait à quelques détails sans liens entre eux à propos de plusieurs types d'unités et à un récapitulatif de celles construites ou mises sur cale pendant les trois premiers Plans quinquennaux ; toutefois, on ne donnait aucune précision sur les dates de construction. Les experts occidentaux avaient toutes les peines du monde à découvrir la vérité sur les programmes de constructions navales au milieu de ces documents superficiels et incomplets2.

Depuis le début de la Perestroika et de la Glasnost, on a vu paraître des publications plus nombreuses et plus détaillées3 ; trois années plus tard, de nouvelles précisions ont été mises à la disposition des chercheurs après la levée du secret sur les archives. Si bien que, tenant compte des premières publications et des tout derniers documents, il est possible à l'heure actuelle d'arriver à une meilleure compréhension du développement de la pensée navale soviétique dans les milieux naval, militaire et du parti, ainsi qu'à une présentation plus rigoureuse des programmes de construction et de modernisation des années 1922 à 1941, sans oublier quelques éclaircissements sur le quatrième plan quinquennal4.

La phase de reconstitution

A la fin de la première guerre mondiale et de la révolution d'octobre, en 1922, la flotte russe de la Baltique ne se composait plus que de quelques unités endommagées ou obsolètes ; l'accession à l'indépendance de la Finlande et des états baltes la contraignit à se terrer tout au fond du golfe de Finlande. En mer Noire, les dernières unités en état avaient appareillé avec les restes de l'armée Wrangel pour Istamboul, et de là vers Bizerte ; seuls des épaves irrécupérables et des navires inachevés restaient dans les bases. Finalement, la révolte des marins de Kronstadt en mars 1921, auparavant glorifiés à cause de la part qu'ils avaient prise dans la révolution et maintenant réprimés d'un manière sanglante, contribua grandement à tempérer la bonne volonté de Lénine et de la direction du parti soviétique à faire quoi que ce soit pour la Flotte. En conséquence de quoi, étant donné l'état du matériel et les purges subies par le personnel, la Flotte était contrainte de passer par une renaissance5.

Le manque d'expérience des chefs de la future marine soviétique contraignit le commissaire à la Guerre Léon Trotsky à conserver quelque-uns des officiers de la marine impériale en tant que spécialistes. Cela a pu être une des raisons justifiant l'étonnante continuité dans la recherche des buts à long terme de la pensée navale stratégique entre les années 1911 et 1925/1927. Alors que les jeunes officiers recrutés dans l'organisation de la Jeunesse des Komsomol et poussés à faire des études en tant qu'élèves à l'Académie navale6, avaient à faire face à des conditions insuffisantes dans les domaines matériel, financier et personnel, Trotsky lui-même fut au début opposé à toute révision de la stratégie fondamentale militaire et navale. C'est ainsi que l'enseignement donné à l'École de guerre navale et à l'Académie navale correspondait à une conception scolaire classique7.

Le professeur de l'époque tsariste Klado, le Mahan russe, fut conservé dans son grade de contre-amiral à la tête de l'Académie navale jusqu'à sa mort en 1919 ; de même, jusqu'à la fin des années vingt, les deux représentants éminents de l'école classique, les professeurs B.B. Gervais et M.A. Petrov, continuèrent à enseigner dans des organismes centraux d'entraînement pour les candidats aux plus hauts grades. Gervais admettait que le sous-marin pourrait avoir de l'importance, mais soutenait qu'il ne pourrait se substituer aux canons de gros calibres des navires de ligne ; quant à Petrov, qui devint par la suite chef du département des constructions navales, il considérait que l'épine dorsale de la flotte devait être constituée de bâtiments de ligne et non de sous-marins, afin d'assurer une stratégie offensive et défensive qui bénéficiait en outre de l'appui de l'arme aérienne moderne8.

C'est ainsi que la doctrine de la maîtrise de la mer fondée sur des escadres de navires de ligne resta bien vivante, non seulement en théorie mais aussi en pratique. Alors que les vieux navires furent vendus, principalement aux Allemands, comme ferraille, entre 1921 jusqu'à 1925 on s'activa à réparer et à mettre en service les trois dreadnoughts restants : le Marat (ex Petropavlovsk), l'Oktyabrskaya revolyutsiya (ex Gangut) et le Parishskaya kommuna (exSevastopol). Des pourparlers eurent lieu avec le gouvernement français pour qu'il autorise le retour dans l'escadre de la mer Noire du bâtiment de ligne General Alekseev (ex Volya, ex Imperator Aleksandre III) que les Russes blancs avaient emmené à Bizerte ; toutefois, quand le gouvernement français accorda cette autorisation, les Soviets déclinèrent l'offre, trouvant le bâtiment en trop mauvais état. On envisagea aussi de terminer les coques abandonnées du croiseur de bataille Ismail en Baltique ou du bâtiment de ligne Demokratiya (ex Imperator Nikolai I) en mer Noire9. Un des plus ambitieux programmes de construction navale de cette époque comportait la mise sur cale de 8 bâtiments de ligne, de 16 croiseurs et plus de 40 destroyers.

Une conférence des puissances navales non représentées à la Conférence de Washington fut tenue à Rome en février 1924 afin de discuter de la limitations des armements navals. C'est au cours de cette conférence que le délégué soviétique E.A. Berens, qui avait été de mai 1919 jusqu'à février 1920 chef des forces navales, exigea que soit attribué à l'Union Soviétique un déplacement total de 491 000 tonnes de bâtiments de ligne, légèrement moins que la Grande-Bretagne et les Etats-Unis à qui Washington avait accordé 525 000 tonnes10.

La rÉforme militaire de M.V. Frounze et la nouvelle jeune école

Avec le départ de L.D. Trotsky, remplacé par M.V. Frounze le 26 janvier 1925, commence une période de réforme de l'Armée des Travailleurs et des Paysans soviétiques (RKKA). Frounze était hostile à l'idée d'une milice de travailleurs voulue par Trotsky en tant que conception correcte d'une armée socialiste. Au contraire, il était partisan d'une armée permanente, unique moyen de mener le genre de guerre de mouvement offensive que les "spécialistes" comme le chef de l'état-major général de la RKKA, M.N. Toukhatchevski, et d'autres proposaient en cas d'attaque par les puissances "bourgeoises". Frounze essaya d'instituer une doctrine unifiée militaire et navale, appelée "doctrine prolétarienne militaire". Ainsi, le 22 juillet 1926, le commandement des forces navales de l'Union Soviétique fut réorganisé en tant que "commandement des forces navales de la RKKA USSR" ; quatre semaines plus tard, le commandant en chef de la Flotte, V.I. Zof, fut relevé de ses fonctions et remplacé par R.A. Mouklevitch.

Tandis que Toukhatchevski et ses camarades comme V.K. Triandafillov précisaient leurs conceptions d'attaques massives par des forces mobiles s'enfonçant profondément en territoire ennemi, dans la Marine, apparaissaient de jeunes officiers qui devaient occuper de hautes fonctions à partir de 1925-1926, apportant avec eux de nouvelles idées dans la pensée stratégique, lesquelles prirent de plus en plus d'importance. Déjà en 1925, V.I. Zof, parlant à l'École de guerre navale, rappelait à ses auditeurs quelques conditions pour pouvoir satisfaire aux théories classiques de la puissance maritime ; quelques-uns demandèrent même des porte-avions, mettant en avant des études de chantiers concernant les coques de l'Ismail ou du cuirassé Poltava, endommagé par un grave incendie dans sa première chaufferie le 24 novembre 1919, ou encore proposant le navire-école Komsomolets 11. En raison de l'écrasante supériorité de la flotte britannique, considérée comme l'ennemi le plus probable dans la situation politique du moment, si la flotte rouge désirait remplir sa mission de protection du territoire soviétique contre les menaces de "débarquements contre révolutionnaires et interventionnistes", préoccupations des officiers qui avaient fait la guerre civile, elle se devait de compter sur une énergique défense côtière menée avec des moyens navals simples, qui pouvaient être produits sans grandes dépenses financières12. K.I. Doushenov, I.K. Kojanov, I.M. Loudri et A.P. Alexandrov devinrent les principaux tenants de cette nouvelle Jeune école.

Cependant, les partisans d'une flotte de dreadnoughts possédaient encore une certaine influence. Les divergences entre les deux groupes apparaissent dans la comparaison des propositions formulées par le département Opérations du grand état-major naval devant le Conseil pour le Travail et la Défense le 26 novembre 1926 et du programme adopté le jour suivant. L'état-major demandait un porte-avions, avec 50 appareils et un rayon d'action de 3 000 milles, qui aurait été le croiseur de bataille Ismail reconstruit, un grand mouilleur de mines pour 600 mines, 12 nouveaux destroyers, 27 sous-marins y compris 6 croiseurs sous-marins avec un rayon d'action de 10 000 milles pour le Nord, 4 monitors, 23 dragueurs de mines, 60 vedettes lance-torpilles, 36 patrouilleurs et 6 patrouilleurs protégés. Il demandait en outre la reconstitution de l'escadre de Bizerte avec 1 cuirassé, 6 destroyers et 4 sous-marins, reconstruits et modernisés. La flotte aurait ainsi atteint 4 cuirassés, 4 croiseurs, 1 porte-avions, 26 destroyers, 40 sous-marins, 4 monitors, 12 canonnières, 2 mouilleurs de mines, 60 vedettes lance-torpilles, 36 patrouilleurs et 13 patrouilleurs protégés.

Face à cette proposition, le premier programme de construction arrêté le jour suivant devait tenir compte de l'état et des possibilités de l'industrie de la construction navale : il ne prévoyait, pour les années 1926-1927 jusqu'à 1929-1930, que 6 nouveaux sous-marins, 8 patrouilleurs (Storojeyoï korabli) qui serviraient d'escorteurs d'escadre et 6 vedettes lance-torpilles, à quoi il faut ajouter les croiseurs achevés Krasny Kavkaz (ex Admiral Lazarev) et Vorochilov (ex Admiral Boutakof) ainsi que 3 destroyers. Un deuxième programme, s'étendant de 1927-1928 à 1931-1932, comprenait un monitor, 6 sous-marins, 10 patrouilleurs et 30 vedettes lance-torpilles neufs, ainsi que la remise en état du cuirassé Frounze (ex Poltava) à la suite d'une modernisation très poussée et la mise en service de deux destroyers supplémentaires13.

Entre 1926 et 1929, la controverse à propos de la question : "De quelle flotte avons-nous besoin ?" devint de plus en plus aiguë, mais la balance entre les deux partis pencha en faveur de la Jeune école qui prônait l'emploi massif des mines, des petits sous-marins, des vedettes lance-torpilles et des avions. son porte-parole le plus actif était le professeur A.P. Alexandrov, qui tenta d'imposer silence à ses collègues, Gervais et Petrov entre autres, avec son article : "Une analyse critique de la théorie de la suprématie navale" paru dans Morskoi sbornik qui se terminait par le cri : "A bas l'idée de la suprématie navale !" 14

Les tenants de la Jeune Ecole obtinrent l'appui des chefs de haut rang de l'armée rouge, particulièrement celui de son chef d'état-major général, M.N. Toukhatchevski. Ceux-ci désiraient employer les maigres ressources disponibles principalement pour développer l'artillerie, les chars de combat, l'arme aérienne et les forces parachutistes, en vue d'attaques massives en profondeur dans le territoire ennemi pour détruire les forces adverses. Le 8 mai 1928 le Conseil de guerre révolutionnaire discuta du "Rôle et des tâches des Forces navales dans le système des Forces armées du Pays". Il comprenait le président du Conseil, K.E. Vorochilov, le délégué commissaire pour l'Armée et la Flotte, J.S. Unshlikht, Mouklevitch et Toukhatchevski, les commandants des districts militaires et d'autres officiers de haut rang comme S.M. Boudienny, A.I. Egorov, P. Ye. Dybenko, A.I. Kork, J.E. Jakir, V.K. Triandafillov et B.M. Chapochnikov, les commandants des escadres de la Baltique et de la mer Noire, M.V. Viktorov et V.M. Orlov, ainsi que le chef du Département Entraînement et Construction, M.A. Petrov, et d'autres encore.

Après les prestations antagonistes de Toukhatchevski et de Petrov, 17 participants prirent la parole. Quelques uns exigèrent qu'on ne gaspille pas les ressources en les mettant à la disposition de la Flotte mais qu'au contraire elles servent à l'Armée. Finalement, il y eut accord pour renforcer la Marine dans le cadre d'une doctrine militaire acceptée et des possibilités économiques du pays. On souligna fortement l'importance des navires légers de surface, des sous-marins et de l'aviation, celle des mines et de l'artillerie de côte pour la défense côtière ; quant aux grands bâtiments disponibles, ils étaient destinés à appuyer les forces légères15.

Dans les "Instructions pour le combat de l'Armée rouge des travailleurs et des paysans (RKKA) édition de 1930 (BUMS-30)", il est dit que : "Les forces navales de la RKKA, qui sont partie intégrante de l'Armée rouge, défendent avec cette dernière les intérêts des travailleurs, doivent être prêtes par une action courageuse et déterminée à lutter contre l'ennemi pour assurer la défense des côtes de l'URSS, appuient les opérations des forces terrestres de l'Armée rouge en les protégeant sur mer, sur les fleuves et dans les mers intérieures" 16.

Cette décision devint le fondement de toute la planification correspondant au premier Plan quinquennal. Le 4 février 1929, le Conseil pour le Travail et la Défense ordonna la construction de 3 destroyers conducteurs de flottilles, de 10 sous-marins dont 3 de fort tonnage, 3 de moyen tonnage et 4 de faible tonnage, ainsi que la construction de 16 vedettes lance-torpilles17. Par ailleurs, on dut surseoir à la construction du cuirassé Frounze, du croiseur Vorochilov et d'un destroyer, car cela présentait un trop gros effort ; en compensation, on modernisa les 3 cuirassés disponibles18.

Quand on se rendit compte que la Turquie renforçait sa flotte en modernisant le croiseur de bataille Yavouz avec l'aide de la France et en s'adressant aux chantiers italiens pour la construction de 4 destroyers et de 2 sous-marins, les Soviets décidèrent de faire passer en décembre 1929/janvier 1930, le cuirassé Parizhskaya kommuna et le croiseur Profintern (ex Svetlana) de la Baltique en mer Noire, où se trouvait déjà un croiseur relativement moderne, le Tchervonaya Ukraina (ex Admiral Nakhimov), de façon à contrebalancer le poids des forces navales turques19.

Un nouveau danger apparut avec l'occupation japonaise de la Mandchourie en 1931 ; les Soviets y répondirent en créant en Extrême-Orient, le 21 avril 1932, des forces navales. Comme il n'y avait pas de bâtiments de guerre disponibles et que des chantiers de construction devaient être créés au préalable, on commanda à ceux de Leningrad et de Sverdlovsk 12 sous-marins de moyen tonnage et 24 autres de petit tonnage pour être envoyés, démontés, par le Transsibérien jusqu'à Vladivostok, où ils furent remontés et armés20.

Pour protéger la côte arctique on organisa le 1er juin 1933 la Flottille du Nord. De mai à septembre 1933, grâce à deux opérations conduites par I.S. Isakov, 3 destroyers, 3 patrouilleurs et 3 sous-marins furent transférés de la Baltique par le canal récemment terminé de cette mer à la mer Blanche jusqu'à Sévéromorsk où Staline lui-même accueillit avec son entourage ces bâtiments ; par la suite ils continuèrent leur voyage vers Polyarnyi qu'ils atteignirent en septembre 193321.

La reconstruction et la finition des bâtiments de surface et des sous-marins de la marine impériale furent achevées au début de 1932. Mais le programme de construction des nouveaux navires souffrit quelque retard du fait du peu d'expérience des techniciens et des ouvriers des chantiers. Ainsi, outre la refonte des 3 bâtiments de ligne, de 5 croiseurs, de 17 destroyers et de 14 sous-marins, seuls 6 nouveaux sous-marins et 8 patrouilleurs, ainsi que de nombreuses vedettes lance-torpilles, furent terminés. Quant à l'aviation navale, elle reçut un nombre important d'appareils, surtout des hydravions. Quelques-uns des bâtiments de surface et des sous-marins durent être reconstruits pour pallier leurs défauts décelés au cours des essais. Cela incita les autorités à faire appel à l'étranger pour une aide technique.

L'aide étrangère à la construction navale soviétique

Déjà en 1921/22, la jeune Armée rouge avait tenté d'établir des relations avec la Reichswehr, qui de son côté avait intérêt à faire des recherches sur les armements qui lui étaient interdites par le Traité de Versailles. A la suite du Traité germano-soviétique de Rapallo négocié du 16 avril au 29 juillet 1922, des accords spéciaux avaient défini une coopération en matière d'armements. En avril 1925, un centre d'entraînement pour l'aviation fut créé à Lipetsk, puis en 1928, une école pour la guerre des gaz à Tomka, près de Saratov, et au printemps 1929, à Kazan naquit celle de l'arme blindée22. En outre, il y eut des échanges d'officiers de haut rang au cours des manœuvres, ainsi que d'autres échanges au sein des écoles d'entraînement dépendant des académies de l'état-major général. Cette collaboration entre l'Armée rouge et la Reichswehr se poursuivit à la satisfaction des deux parties jusqu'à l'été 1933, des mois après l'arrivée d'Hitler au pouvoir.

La marine de guerre allemande fut moins encline à apporter son aide aux Soviets. A la suite d'une demande de ces derniers en 1923 pour obtenir des plans de sous-marins, de mines et d'avions, il y eut en 1926 quelques échanges de visites d'officiers et on fournit des plans des sous-marins du type UB III, construits en grand nombre pour la marine impériale allemande en 191623. Cependant, quand Mouklevich, en décembre 1926, déclara au chef de la mission commerciale d'échanges ne pas être intéressé par des plans de bâtiments obsolètes de la première guerre mondiale et quand il proposa de créer un centre d'entraînement analogue aux centres qui existaient déjà pour l'Armée en demandant la fourniture de plans d'unités modernes, le chef de la marine allemande, l'amiral A. Zenker, refusa24.

Les Soviets essayèrent alors d'obtenir la collaboration d'autres pays. Les chantiers navals italiens Cantiere dell'Adriatico fournirent les plans pour un sous-marin, qui servirent à l'ingénieur soviétique B.M. Malinine pour la construction de 6 unités de la série I, type D du premier programme. L'expérience acquise dans la remise en état d'un sous-marin britannique après son relevage, le L 55, permit la construction des 6 unités suivantes de la série II, type L en mouilleurs de mines25. Les premiers bâtiments de surface d'une certaine importance, les conducteurs de flottille du projekt I, classe Leningrad, furent influencés par les contre-torpilleurs rapides français26.

La marine soviétique au cours du deuxième Plan quinquennal

A cette époque, les chefs de la marine avaient adopté les idées de la Jeune Ecole. L'effort principal dans le nouveau programme de construction devait porter sur les sous-marins et les vedettes lance-torpilles, ainsi que sur le développement de l'aviation navale et des mines. Des grands bâtiments de surface n'étaient envisagés que pour donner plus de consistance aux forces de défense côtière.

Les plans pour le deuxième Plan quinquennal furent élaborés pendant l'année 1932 et finalement examinés par le Conseil pour le Travail et la Défense le 11 juillet 1933. Ils prévoyaient 8 nouveaux croiseurs, 10 conducteurs de flottille, 49 destroyers, 369 sous-marins dont 69 grands, 200 moyens et 100 petits, 37 dragueurs de mines, 30 chasseurs de sous-marins, 8 canonnières, 28 vedettes protégées et 25 vedettes lance-torpilles, ainsi que la refonte totale du vieux yacht impérial Standart en croiseur mouilleur de mines Marti ; ce programme devait être réalisé pour 1938.

Pour surmonter les insuffisances dues à l'inexpérience des bureaux d'études et des chantiers, les Soviétiques entrèrent en relation d'abord avec la France au cours de l'été de 1933 pour obtenir sa collaboration dans la mise sur cale de croiseurs, de destroyers, de sous-marins et pour le développement des torpilles27. Les Français se montrant peu coopérants, les Soviétiques se tournèrent vers l'Italie où les chantiers Ansaldo, qui avaient déjà construit deux navires garde-côtes pour le NKVD d'Extrême-Orient, furent autorisés par le gouvernement italien à fournir les plans du croiseur léger Montecuccoli, espérant avoir par la suite d'autres commandes. Ces plans servirent à la construction des croiseurs soviétiques du projekt 26, classe Kirov. 28 Les ingénieurs italiens du chantier Ansaldo furent chargés également des premières études des destroyers du projekt 7, classe Gnevny et en 1934, les chantiers Odero-Terni-Orlando reçurent une commande pour un nouveau conducteur de flottille rapide, le Tachkent, livré en 193929.

Cependant, il fallut attendre le dernier trimestre de 1935 avant que les 2 premiers croiseurs ainsi que les 6 premiers destroyers puissent être mis sur cale, avec 3 conducteurs de flottille supplémentaires ; ces constructions furent suivies en 1936 par 2 autres croiseurs et 40 destroyers. Certaines unités de la classe Gnevny eurent des ennuis techniques au cours des essais de machine ; il en résulta des retards à la livraison et dans la refonte des 18 derniers transformés en projekt 7u, classe Storojevoi : ceux-ci bénéficièrent d'une nouvelle disposition des machines, mais celle-ci retarda encore leur mise en service jusqu'en 1940/194130.

de tous les bâtiments de surface prévus et mis sur cale, seul le premier conducteur de flottille Leningrad et 16 des 18 patrouilleurs ainsi qu'un des dragueurs de mines purent être terminés à la fin de 1937, en dehors des premières séries de vedettes lance-torpilles31.

Les flottes de surface n'avaient donc à leur disposition que des unités de la marine tsariste refondues et modernisées. La flotte la plus importante, celle de la Baltique, comprenait 2 bâtiments de ligne, 1 croiseur école, 1 destroyer conducteur de flottille, 7 destroyers, 5 patrouilleurs et un nouveau dragueur et d'autres plus anciens. La flotte de la mer Moire se composait d'un bâtiment de ligne, de 4 croiseurs, de 5 destroyers et de 2 patrouilleurs. Comme on l'a déjà dit, 3 destroyers et 3 patrouilleurs furent transférés de la Baltique vers la flotte du Nord ; également de la Baltique, par la route arctique, 2 destroyers rallièrent la flotte du Pacifique, qui reçut aussi 6 patrouilleurs préfabriqués dans l'ouest : ils furent transportés par le Transsibérien pour être réassemblés dans les récents chantiers d'Extrême-Orient32.

On fit des efforts intenses pour construire des sous-marins ; les unités de la série II mouilleurs de mines de la classe L bénéficièrent d'améliorations et devinrent les séries XI et XIII, dont 6 et 7 unités étaient destinées à la flotte du Pacifique. Après l'échec des 3 sous-marins de la série IV, classe P, terminés en 1936, l'ingénieur A. Roudnitski conçut les KE-9, série XIV, classe K, croiseurs sous-marins dont 12 furent commandés et mis sur cale au début de 1938. Parmi les sous-marins de moyen tonnage des séries III,V,V bis et V bis2, classe Chtch, 43 furent prêts en 1936, suivis par les 32 unités de la série améliorée X, classe Chtch, pour la plupart terminées avant la fin de 193733 ; quant à ceux de la série de faible tonnage VI,VI bis, classe M, 50 étaient prêts fin 1936 et la version améliorée, la sérieXII, classe M, fut lancée en 193734.

Il y eut un exemple d'aide étrangère à la construction des sous-marins, car les Allemands autorisèrent une firme installée aux Pays-Bas pour développer l'arme sous-marine, l'Ingenieurskantor voor Scheepsbouw (IVS), à fournir les plans du sous-marin E 1, en construction en Espagne et vendu à la Turquie après essais. Un accord fut conclu en 1934 et six ingénieurs russes vinrent à la Haye alors qu'un groupe de spécialistes allemands se rendait à Leningrad surveiller la construction de 3 sous-marins de la série IX, type N, devenu plus tard type S, qui dura de décembre 1934 au tout début de 1937 ; ces sous-marins furent suivis par ceux de la nombreuse série IXbis, dont 20 unités furent mises sur cale fin 1937 et bientôt suivies de commandes supplémentaires pour le programme suivant35.

Même si l'on était loin du nombre d'unités prévues par le programme, étaient livrées à la fin de 1937 : 25 de fort tonnage sur 69 prévues, 72 de moyen tonnage sur 200 prévues et 52 de faible tonnage sur les 100 prévues ; tous ces sous-marins furent armés et entrèrent en service.

Dans la répartition des sous-marins, le commandement soviétique fit tout son possible pour renforcer la défense en Extrême-Orient : la flotte du Pacifique reçut 4 unités de fort tonnage, 34 de moyen tonnage et 28 de faible tonnage, toutes préfabriquées dans l'ouest et transportées par voie ferrée pour être remontées par les chantiers de la côte Pacifique. La flotte de la Baltique eut 6 sous-marins de fort tonnage, 22 de moyen tonnage et 16 de petit tonnage et 2 sous-marins obsolètes ; quant à celle de la mer Noire, elle reçut respectivement 6, 10 et 6 unités, auxquelles il faut ajouter 5 sous-marins hors d'âge. La flotte du Nord, qui avait déjà 3 unités de fort tonnage, incorpora 4 sous-marins de moyen tonnage venus par le canal de la mer Blanche, ou Canal Staline, en 193736.

Parallèlement on développa l'aviation navale ; outre les hydravions de reconnaissance déjà hors d'âge, elle comprit des chasseurs et des bombardiers ainsi que des escadrilles spécialisées dans le mouillage des mines et des avions torpilleurs des modèles déjà en service dans les forces terrestres comme les chasseurs I 153 et I 16 et le bombardier DB 337.

Évolution internationale et politique étrangère de Staline

Entre 1934 et 1936, pour différentes raisons, la politique de Staline et de ses conseillers commença à prendre un autre tour. Cela eut une influence considérable pour la marine. Les développements en Extrême-Orient firent naître un sentiment de menace, le Japon devenant le nouvel ennemi probable dans cette région. En Europe, la politique anti-soviétique de Hitler fit de celui-ci un autre ennemi à l'ouest de l'Union Soviétique. Cela devint une évidence quand l'Allemagne conclut un "Pacte de non-agression et d'amitié" avec la Pologne le 26 janvier 1934, pays qui avait été considéré comme l'ennemi commun durant la période de coopération avec la Reichswehr. La mise en vigueur de la conscription en Allemagne le 16 mars 1935, puis l'accord naval anglo-allemand du 18 juin 1935, ajoutèrent encore d'autres inquiétudes, tandis que la conclusion du "Pacte anti-komintern" entre l'Allemagne et le Japon daté du 25 novembre 1936 fut considéré comme une menace encore plus dangereuse38.

L'Union Soviétique tenta alors de trouver des appuis pour s'opposer aux dangers évidents que faisait courir la politique expansionniste du Japon, de l'Italie et de l'Allemagne. Au début, Staline suivit une double politique ; avec le XVIIe Congrès du Parti en mars 1934, il entama une campagne en faveur du "patriotisme soviétique", premier indice visible d'un renoncement à l'idée de révolution communiste mondiale. Dans cet ordre d'idées, il faut noter le retour aux anciennes dénominations des grades dans la hiérarchie de l'armée et de la marine à partir du 22 septembre 1935. Au même moment, le Komintern opta pour une politique de coalition avec les Front populaires et les syndicats ouvriers en Occident. L'autre volet de cette politique était la "sécurité collective", telle qu'elle avait été proposée par les Français et reprise par le Commissaire du Peuple pour les affaires étrangères, M.M. Litvinov. L'Union soviétique adhéra à la Société des Nations le 18 septembre 1934 et signa en mai 1935 des traités d'assistance militaire avec la France et la Tchécoslovaquie39.

Mais la conquête italienne de l'Ethiopie, qui conduisit au "Pacte d'acier" entre Hitler et Mussolini le 25 octobre 1936, ainsi que l'appui apporté par l'Italie et l'Allemagne au soulèvement du général Franco, accrurent les craintes des Soviétiques. Quand des navires de commerce soviétiques apportant des armes pour les républicains espagnols furent coulés par des bâtiments de surface ou des sous-marins nationalistes espagnols ou italiens et que les patrouilles de non-intervention se révélèrent inefficaces, alors que la marine côtière soviétique était incapable d'apporter une aide aux républicains espagnols, Staline fut contraint de conclure que, si l'Union Soviétique désirait jouer le rôle d'une grande puissance, elle se devait de posséder une marine de haute mer qui la ferait prendre au sérieux40.

Quand les Britanniques, redoutant de voir échouer les nouvelles limitations des armements navals qui avaient été arrêtées à Londres en 1935/1936, commencèrent à rechercher des accords bilatéraux avec les puissances maritimes non représentées, l'Union soviétique répondit favorablement et la signature eut lieu le 17 juillet 1937, en même temps que celle d'un nouvel accord germano-britannique41. Les Soviétiques acceptaient (en théorie) les limitations du Traité de Londres du 25 mars 1936, qui fut ratifié par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la France le 29 juillet 1937.

Cependant, les Soviétiques prévinrent qu'ils construiraient 7 croiseurs avec des canons de 180 m/m, permettant ainsi à l'Allemagne de remplacer les canons de 150 m/m de ses croiseurs de 10 000 tonnes par des canons de 203 m/m, alors qu'elle avait déjà 3 croiseurs lourds sur cale. Une clause, secondaire aux yeux des Britanniques, mais plus importante en réalité, exemptait les forces navales soviétiques en Extrême-Orient des limitations en raison de la dénonciation des traités par le Japon42.

Le début des changements dans la politique navale et les purges

Ces événements permirent aux partisans d'une marine de bâtiments de ligne de retrouver une audience, particulièrement depuis que la Conférence navale de 1935/1936 de Londres avait remplacé les traités navals de Washington de 1922 et de Londres de 1930, provoquant ainsi une nouvelle course aux armements navals entre les grandes puissances43. Vers la fin de 1936, lors d'une Conférence des chefs des flottes convoquée par Staline, des opinions divergentes apparurent au sein du commandement : le chef de la flotte de la mer Noire, le Flagman Flota 2 Ranga I.K. Kojanov, principal porte-parole des tenants de la Jeune Ecole, plaida pour continuer la politique de construction de sous-marins et de bâtiments légers, tandis que le chef de la flotte du pacifique, le Flagman Flota 1 Ranga M.V. Viktorov, représenta ceux qui voyaient dans le navire de ligne l'épine dorsale de la marine. Staline observa : "il est possible que vous ne sachiez pas ce qu'il vous faut" ; il était arrivé à la conclusion que l'Union Soviétique avait besoin d'une flotte de haute mer44.

En janvier 1937, Staline commença une profonde réorganisation du commandement naval, éliminant peu à peu les tenants de la "poussière navale" ; l'adjoint au commandant des forces navales, L.M. Loudri, fut envoyé à l'Académie navale pour être démonté six mois plus tard. Il fut remplacé par L.M. Galler, chef de la flotte de la Baltique, partisan des grosses unités qui avait déjà commandé un cuirassé à la fin de la première guerre mondiale. Son successeur fut A.K. Sivkov, appuyé par I.S. Isakov, appartenant au même clan et également diplômé de l'Académie navale impériale où leur professeur avait été le commandant Klado45. Bientôt, Isakov remplaça Sivkov pendant quelques mois avant de prendre la direction du département des Constructions navales, en remplacement de R.A. Mouklevitch arrêté en mai. Ensuite, les partisans les plus en vue de la Jeune Ecole furent arrêtés : le commandant en chef des forces navales, V.M. Orlov, fut remplacé par M.V. Viktorov en juillet et le chef de la flotte de la mer Noire, I.K. Kojanov, par P.I. Smirnov en octobre ; de même, on arrêta les professeurs Jeune Ecole qui enseignaient à l'Académie sous la houlette du professeur A.P. Alexandrov46.

Les charges retenues contre les officiers victimes de cette purge ne sont pas connues, même à l'heure actuelle ; nous savons seulement qu'une de celles retenues contre le Maréchal Toukhatchevski, dans le procès intenté contre les huit principaux chefs militaires de haut rang, fut son refus d'ajouter de nouveaux bâtiments de surface à la flotte soviétique47. La condamnation à mort du maréchal et de ses camarades dans le premier procès fut motivée par l'accusation d'avoir conspiré sous l'influence de l'Allemagne fasciste pour renverser le gouvernement soviétique48. On ne pouvait utiliser de telles accusations contre les chefs de la marine, car ils n'avaient jamais eu avec la Reichsmarine des relations aussi étroites que celles des officiers de l'Armée avec la Reichswehr, même si Mouklevitch, Orlov, Sivkov et d'autres avaient visité des bases navales allemandes49. Il est possible aussi que Staline se soit défié des spécialistes provenant de la vieille armée tsariste et qu'il utilisa ces accusations absurdes pour se débarrasser d'eux ; cela a pu jouer pour les officiers de l'Armée, mais pour la marine, des spécialistes provenant de la flotte tsariste comme Galler, Isakov ou le nouveau chef de la flotte de la Baltique, G.I. Levtchenko, furent confirmés dans les postes les plus importants50.

Planification de la Flotte de haute mer : le Troisième plan quinquennal

Ces changements dans le personnel permirent à Staline d'ouvrir la voie vers la construction d'une Flotte de haute mer ; mais les premières décisions dans cette direction avaient été prises bien avant ; en août 1935, le chantier Ansaldo à Gênes reçut une demande pour l'étude de plans d'un cuirassé de 42 000 tonnes, lesquels furent fournis sous le sigle UP 41, le 14 juillet 193651. Cette étude servit de base à la construction d'un nouveau bâtiment de ligne soviétique, remplaçant des études plus anciennes d'un cuirassé de 33 000 tonnes, préparées par l'ingénieur A.N. Krylov52. En juin 1936, le clan partisan des grosses unités avait présenté un plan pour la construction d'une flotte de 24 bâtiments de ligne, 20 croiseurs et environ 350 sous-marins53. Le Comité pour la Défense du Conseil des Commissaires du Peuple refusa. Néanmoins ce programme fut repris et modifié en mai 1937. Le nombre des unités destinées à la nouvelle Flotte était fixé comme suit :

- 8 cuirassés type A de 41 500 tonnes,

- 16 cuirassés type B de 26 000 tonnes,

- 14 croiseurs d'un type nouveau de 7 500 tonnes,

- 6 croiseurs de 7 300 tonnes de la classe Kirov,

- 10 conducteurs de flottille d'un type nouveau de 2 020 tonnes,

- 1 conducteur de flottille de 2 790 tonnes, sur cale en Italie,

- 6 conducteurs de flottille de 2 020 tonnes de la classe Leningrad,

- 1 destroyer expérimental de 1 200 tonnes, plus tard l'Opytny,

- 107 destroyers de 1 425 tonnes type 7u, classe Storojevoi.

- 20 destroyers de 1 425 tonnes, type 7, classe Gnevny

- 350 sous-marins de divers types.

Ce schéma fut discuté et un nouveau plan pour "Construire une Grande Flotte" fut adopté le 15 août 1937, présenté le 7 septembre 1937 par le Commissaire du Peuple pour la Défense nationale, Maréchal de l'Union soviétique K.E. Vorochilov. Dans ce dernier plan, le nombre de bâtiments de ligne semble avoir été réduit, mais en réalité, il inclut de nouveaux types de navires et augmente les déplacement des unités comme suit :

- 6 cuirassés du type A de 57 000 tonnes,

- 14 cuirassés de type B de 48 000 tonnes,

- 10 croiseurs de bataille de poche de 23 000 tonnes,

- 2 porte-avions de 10 000 tonnes,

- 16 croiseurs de 10 000 tonnes,

- 6 croiseurs de 7 300 tonnes, classe Kirov,

- 13 conducteurs de flottille de 2 020 tonnes,

- 1 conducteur de flottille de 2 790 tonnes (Tachkent),

- 6 conducteurs de flottille de 2 020 tonnes, classe Léningrad,

- 113 destroyers de 1 700 tonnes

- 1 destroyer expérimental de 1 200 tonnes,

- 30 destroyers de 1 425 tonnes, classe Gnevny,

- 84 sous-marins de fort tonnage,

- 175 sous-marins de tonnage moyen,

- 116 sous-marins de petit tonnage54.

La répartition des unités entre les quatre flottes devait se faire de la manière suivante55 :

 

Flottes

Types

Pacifique

Baltique

mer noire

du nord

Cuirassés A

4

-

-

2

Cuirassés B

4

6

4

-

Cuirassés anciens

-

2

1

-

Porte-avions

1

-

-

1

Croiseurs de bataille

4

2

1

3

Nouveaux croiseurs

6

4

4

4

Croiseurs classe Kirov

2

2

2

-

Croiseurs anciens

-

-

3

-

Conducteurs de flottille

8

4

4

4

Destroyers

4 8

40

28

28

Sous-marins

       
- grands

39

14

11

20

- moyens

70

4 6

31

28

- petits

46

28

28

12

La flotte la plus importante devait être celle du Pacifique pour s'opposer à la puissante marine japonaise et couvrir le Kamtchatka, la mer d'Okhotsk et les parages de Vladivostok ; elle assurait la défense des côtes proches de la Corée du nord contre les débarquements japonais et était en mesure de menacer les lignes de communications du Japon.

Après la flotte du Pacifique, celle de la Baltique était la deuxième en importance ; elle devait surveiller les marines allemande, suédoise, finnoise, estonienne et lettone ; elle avait pour mission d'assurer le contrôle du golfe de Finlande et des parages septentrionaux des eaux suédoises.

La flotte de la mer Noire devait se tenir prête à assurer la surveillance de toute l'étendue de cette mer et défendre les côtes de l'Union.

Quant à la flotte du Nord, elle était chargée de la défense des côtes de la mer de Barents et de menacer les lignes de communications de l'Atlantique nord.

Nouvelles purges et réorganisation du commandement naval

Des groupes critiques, dans l'Armée comme dans la Marine, réalisèrent que ce programme extravagant dépassait de beaucoup les possibilités de l'industrie et entraînait de grands bouleversements dans les priorités56 ; c'est probablement ce qui provoqua de nouvelles purges dans la Marine. Pour réduire au silence ces critiques et réorganiser le commandement selon ses désirs, Staline institua un Commissariat des Peuples particulier pour la Marine. Le Flagman Flota 1 Ranga P.A. Viktorov fut relevé de ses fonctions et remplacé par l'ancien Commissaire de l'Armée de 1er rang P.A. Smirnov avec le titre de Premier commissaire des Peuples pour la Marine. En janvier 1938, le successeur de Viktorov à la tête de la flotte du Pacifique, G.I. Kireev, ainsi que celui de Kojanov à la tête de la flotte de la mer Noire, P.I. Smirnov, furent arrêtés ; il en fut de même en mars pour I.N. Kadatski de la flottille de l'Amour, et en juin pour K.I. Douchenov de la flotte du Nord. Tous furent exécutés entre 1938 et 194057.

Il est possible que l'intention réelle de Staline en purgeant les officiers généraux de sa Marine ait été de se débarrasser d'eux parce qu'ils s'opposaient à la création d'une puissante flotte de haute mer et qu'ils continuaient à prôner les théories de la Jeune Ecole ; le faux prétexte servant à leur condamnation fut l'accusation de relations avec l'Allemagne fasciste. Une exception dans ce tableau pourrait être celle de Viktorov, mais la raison de sa condamnation est inconnue ; voyait-il dans cet extravagant programme une incompatibilité avec l'état réel de l'industrie soviétique incapable de faire face à ses exigences techniques ?

Le 16 février 1938, pour répondre à ces critiques, Staline et Molotov décrétèrent des modifications dans le programme de 1937 et le 27 février, P.A. Smirnov et le nouveau chef de l'état-major général, Flagman Flota 2 Ranga L.M. Galler, firent un rapport à Staline et à Molotov au sujet de cette révision du plan. D'après cette nouvelle version, les deux cuirassés de type A et B ne formaient plus qu'un seul type de 58 000 tonnes et, au lieu de 6 + 14 unités à construire, seules 15 du nouveau type étaient prévues. Toutefois cette réduction du nombre des cuirassés était plus que compensée par l'augmentation du nombre des croiseurs de bataille de poche, qui passaient de 10 à 15, ainsi que celle des croiseurs légers, de 16 à 22. Ces changements furent accompagnés de diverses réaffectations dans les flottes ; finalement, ce programme révisé fut accepté, sa réalisation devait s'étaler sur huit années jusqu'au 31 décembre 194558.

Pour faire admettre de force ce programme, Staline et Molotov organisèrent en mars un Conseil de guerre des forces navales, avec à sa tête P.A. Smirnov et composé du secrétaire du parti (Léningrad) A.A. Jdanov, du chef de l'état-major général L.M. Galler, du chef du Département des constructions navales I.S. Isakov et enfin des nouveaux commandants des flottes du Pacifique et de la Baltique, N.G. Kouznetzov et G.I. Levtchenko, deux partisans des grosses unités de combat59.

Nouvelles tentatives pour obtenir une aide étrangère

Pour lutter contre les déficiences de l'industrie navale en Union soviétique, on s'efforça de nouveau de trouver une collaboration étrangère. Outre les relations avec l'Italie, des pourparlers eurent lieu avec la France, mais sans résultats ; il y en eut également avec la Tchécoslovaquie, lesquels furent matérialisés en août 1938 par un accord sur la création d'un bureau d'études dans l'usine Skoda pour la fourniture de canons de marine. Toutefois, cet accord devint caduc après la crise des Sudètes en automne 1938. En outre, en 1937, les Soviétiques commandèrent à Brown, Boveri et Cie, entreprise suisse établie à Baden, quatre ensembles de turbines de 77 000 CV destinés à deux cuirassés60. Ce matériel ne fut jamais livré à cause de l'invasion soviétique de la Pologne.

Mais ce sont les négociations avec les Etats-Unis qui furent les plus fructueuses. Elles commencèrent par une demande de l'ambassadeur soviétique à Washington adressée au Département d'etat le 26 novembre 1936 pour la fourniture de pièces d'artillerie navale de gros calibre ainsi que de plaques de blindage61 ; en août 1938, l'amiral W.D. Leahy, chef des opérations navales, donna son accord au département d'Etat pour la construction dans un chantier des Etats-Unis d'un bâtiment de ligne pour l'Union soviétique ; cet accord reçut l'appui du président Roosevelt62. En octobre 1937, l'autorisation fut donnée de fabriquer trois tourelles triples de pièces de 406 m/m pour la marine soviétique. Le 21 décembre 1937, l'ambassadeur soviétique demanda une licence en vue de la commande à des firmes américaines d'un projet de cuirassé, ce qui fut accordé. Plusieurs commissions soviétiques allèrent aux Etats-Unis pour discuter des projets proposés63 ; la firme Gibbs and cox de New-York fournit d'abord trois versions d'un cuirassé porte-avions : le type A déplaçant 66 074 tonnes armé de 8 pièces de 457 m/m et portant 40 avions, le type B déplaçant 71 859 tonnes armé de 12 pièces de 406 m/m portant 40 avions et enfin le type C, de 44 200 tonnes, armé de 10 pièces de 406 m/m et 28 avions64. Le 5 juin 1938, Staline lui-même se plaignit à l'ambassadeur américain de retards alors que l'Union soviétique était prête à verser immédiatement 60 à 100 millions de dollars65. Toutefois, le secrétaire à la Marine informa le président le 8 juin 1938 qu'il n'y avait aucune objection à la fourniture de ces plans préparés par Gibbs and Cox, mais qu'il n'était pas possible de construire de tels bâtiments aux Etats-Unis car ils dépassaient par trop les clauses limitatives du Traité de Washington66. De toute manière, les Soviétiques n'étaient pas satisfaits des plans67. C'est alors que Gibbs and Cox prépara un nouveau plan pour un cuirassé classique déplaçant 45 000 tonnes, armé de 10 pièces de 406 m/m avec une vitesse de 31 nœuds68 ; pour discuter de ces plans et de la commande, une délégation soviétique conduite par I.S. Isakov arriva en mars 1939 ; les négociations aboutirent, mais à la suite du traité germano-soviétique d'août 1939 et de l'invasion de la Pologne orientale par les Soviétiques en septembre, les Etats-Unis arrêtèrent toute coopération le 9 octobre 193969.

Les modifications apportées au Programme naval 1939/1940

Tandis que ces pourparlers étaient en cours, Moscou décida d'apporter de nouvelles modifications au Programme naval ; le Commissaire du Peuple P.A. Smirnov ne put se soustraire aux obsessions de Staline et fut remplacé en septembre 1938 par le terrible Commissaire du Peuple aux Affaire intérieures, Commander du NKVD, M.P. Frinovski, un des proches collaborateurs de N.I. Ejov, chef sanguinaire de ce même NKVD. Smirnov disparut mais dès mars 1939, Frinovski partagea le sort de son ancien chef Ejov et tous deux furent fusillés70.

Le 28 avril 1939, Staline appela à Moscou le jeune chef de la flotte du Pacifique N.G. Kouznetzov pour le nommer Commissaire du Peuple pour la Marine et commandant en chef des forces navales. En 1937, il n'était que capitaine de vaisseau quand il revint de sa mission de conseiller en chef auprès de la marine républicaine espagnole. Cet homme énergique eut la tâche de conduire la marine soviétique tout au long de sa nouvelle phase d'expansion, tâche rendue encore plus difficile par les coupes sombres faites par les purges dans les cadres71. La plupart des hauts commandements changèrent de titulaires en 1939 : L.M. Galler et I.S. Isakov permutèrent, la flotte de la Baltique reçut pour chef V.F. Tributs en mai, V.P. Drozd prit en juin la tête de la flotte du Nord, en juillet A.G. Golovko devint chef de la flottille de l'Amour, en août ce fut au tour de F.S Oktiabrski pour la flotte de la mer Noire et le même mois I.S. Yumachev fut nommé à la tête de la flotte du Pacifique72.

Les nouvelles autorités commencèrent à nouveau à réviser les programme de constructions navales selon leur perception des réalités ; les cadences de construction étaient modifiées en fonction des capacités des chantiers. Le programme fut divisé en deux périodes, la première s'étendant jusqu'au 1er janvier 1943 et la seconde jusqu'au 31 décembre 1947. Le 10 août 1939, N.G. Kouznetzov présenta un nouveau programme qui comprenait, outre un nombre réduit de grosses unités, une addition considérable de patrouilleurs (Storojevoy korabl', en réalité de petits destroyers), de dragueurs de mines, de canonnières, de bâtiments de barrages, de mouilleurs de mines et de chasseurs de sous-marins73.

En attendant, l'industrie de la construction navale reçut une priorité ; les grands chantiers de Léningrad et de Nikolaiev furent modernisés, tandis que l'ouverture d'autres chantiers s'accéléra avec ceux de Komsomolsk et de Molotovsk à l'occasion du deuxième Plan quinquennal. De nouveaux chantiers furent mis en route à Marioupol et sur le lac Onega74. Les fabriques de canons de gros calibre poursuivirent leurs efforts ainsi que les industries construisant les appareils propulseurs (turbines et moteurs Diesel) et les chaudières. C'est à la Marine que fut confiée la production des blindages, au moins pour partie. Enfin on conçut une large planification pour assurer le recrutement et l'entraînement du personnel devant armer les nouveaux navires75.

La très forte opposition de l'Armée à ce plan grandiose de constructions navales ne se manifestait pas ouvertement à cause des graves purges qui avaient frappé ses chefs. La redistribution des priorités avait dû rendre très difficile la planification comme on peut le voir par les nombreuses retouches apportées aux programmes navals soumis à Molotov et à Staline pour décision ; cela est évident par le nombre de types modifiés dans leur déplacement et leur construction. Le programme d'août 1939 fut révisé par le Comité d'Etat pour la défense du 9 janvier 1940 ; à la demande du Commissaire du Peuple pour la construction navale, I.T. Tervosyan, le nombre des unités du programme fut réduit. Un nouveau plan fixant les dates de mise sur cale des nouveaux navires ainsi que le temps nécessaire à leur construction donné pour chaque type fut signé par l'amiral Kouznetzov le 27 juillet 194076.

Les plans pour les gros cuirassés, appelés projekt 23, fixèrent le déplacement standard à 59 150 tonnes, avec un armement de 9 pièces de 406 en trois tourelles triples et une vitesse de 28 nœuds. Par rapport aux 15 unités programmées en février 1938, la Marine proposait maintenant de terminer 8 navires dans la première partie et 6 dans la seconde partie du programme. Tervosyan réagit et exigea que l'on réduise ces nombres à 6 et 4. Le 5 septembre 1938, le gouvernement soviétique avait informé les Britanniques, en vertu des clauses de l'"Accord anglo-soviétique sur les armements navals qualitatifs" de 1938, des caractéristiques de ces navires dont le déplacement était de 44 190 tonnes. Le Sovetskii Soyouz et le Sovetskaya Ukraina furent mis sur cale le 28 septembre et le 28 novembre, au chantier de la Baltique à Léningrad et au chantier Marti à Nikolaiev ; ces mises sur cale furent suivies par celle du Sovetskaya Rossiya le 28 novembre 1939 au nouveau chantier de Molotovsk près d'Arkhangelsk, où la quatrième unité, le Sovetskaya Belorossia, devait être commencée en novembre 194077.

On ne sait que peu de choses des décisions à propos des porte-avions. Dans le programme de 1937, deux, déplaçant chacun 10 000 tonnes, étaient prévus pour les flottes du Pacifique et du Nord ; ils devaient être terminés en 1943 et 1945. Ils ont dû être conçus d'après les unités semblables des grandes puissances maritimes et particulièrement le Ryujo japonais de 8 000 tonnes, terminé en 193378. Il a pu exister également d'autres projets pour des 15 000 et 25 000 tonnes (projekt 71) 79.

Mais le projet intéressant est celui du "croiseur de poche" (Tyajeliye kreiseri), nom donné par les Soviétiques à leurs croiseurs de bataille lourds. On les avait conçus d'abord comme une réponse aux croiseurs de 10 000 tonnes Washington armés de canons de 203 m/m, en leur donnant un déplacement de 23 000 tonnes et une artillerie de 254 m/m à grand débit. Mais quand apparurent les cuirassés de poche allemands de la classe Deutchsland avec du 280 m/m et que des rumeurs parlèrent des unités suivantes les Gneisenau et Scharnhorst de 26 000 tonnes, le projet soviétique s'avéra insuffisant par Staline ; il fit arrêter l'ingénieur responsable du projet V.L. Bjezinski et son assistant V.P. Rimski-Korsakov et fit réunir une commission sous la direction du Flagman 2 Ranga S.V. Stavitski pour étudier à nouveau la question. Staline, se basant sur les résultats de cette commission, ordonna de poursuivre dans une voie différente avec le projekt 69, approuvé le 12 avril 1940 ; un nouveau type de navire était envisagé sous la forme d'un croiseur de bataille de 35 240 tonnes, trois tourelles triples de 305 m/m et une vitesse de 33 nœuds que développaient trois ensembles de turbines de 77 000 CV80. Au début, on comptait affecter une unité de ce type à la flotte de la Baltique sur 16 construites, puis on convint de construire 5 autres dans la première partie du programme, et 6 dans la seconde partie. Tervosyan réduisit ces chiffres à 8 en tout, à raison de 4 à mettre sur cale dans chaque partie du programme81. Les deux premiers, le Kronstadt et le Sévastopol, furent commencés les 30 et 5 novembre 1939 à Léningrad et à Nikolaiev respectivement, alors que le troisième, le Stalingrad, ne fut même pas commencé82.

Cette intervention de Staline dans la réalisation de ces croiseurs de bataille peu souhaités présente une similitude avec le comportement de Hitler, qui annula la commande de 12 nouveaux "cuirassés de poche" de 22 145 tonnes armés de 6 pièces de 280 m/m appartenant au plan Z de 1939 au profit de la construction de 3 croiseurs de bataille de 28 900 tonnes et 6 pièces de 380 m/m83.

Quant aux croiseurs légers de la classe Kirov de 8 200 tonnes et 9 pièces de 180 m/m, leur nombre fut d'abord accru de 22 à 26, mais, par la suite, réduit sur proposition de la Marine à 16 et enfin à 14 sur l'intervention de Tervosyan, à raison de 10 pour la première partie du programme et de 4 pour la seconde ; toutefois le déplacement de ces unités fut porté à 8 600/11 300 tonnes avec un armement de 12 pièces de 152 pour le projekt 68 84. De 1938 à 1940, les seuls croiseurs légers en construction furent le Tchapaiev, le Jelezniakov et le Tchkalov à Léningrad et le Frounze, le Kuibichev, l'Orjonikidze et le Sverdlov à Nikolaiev85.

On continua la construction des destroyers conducteurs de flottille du projekt 48 et celle des destroyers du projekt 30, mais leur déplacement passa de 2 020 à 2 600 tonnes pour les premiers et de 1 700 à 2 240 tonnes pour les seconds ; les nouveaux conducteurs de flottille passèrent de 13 à 30 et les destroyers de 99 à 115 ; cependant, à nouveau, sur proposition de la Marine le nombre de conducteurs de flottille fut réduit à 1586. Outre les navires à terminer appartenant au Deuxième Plan quinquennal, devaient être prêts 11 conducteurs de flottille et 63 destroyers au cours de la première partie du programme et 4 conducteurs de flottille et 36 destroyers au cours de la seconde87. En réalité, jusqu'en 1940, on ne mit sur cale que 4 conducteurs de flottille et 26 destroyers. Une des unités du nouveau projekt 7 concernant les destroyers destinés à la flotte du Pacifique se perdit dans la traversée de Komsomolsk vers les chantiers de finition en novembre 1935 et dut être remplacée par un bâtiment de la mer Noire. Quant à la flotte du Nord, elle reçut 5 destroyers du projekt 7, qui transitèrent par le canal Staline88. Le ralentissement des grosses unités fut compensé jusqu'à un certain point par l'augmentation des petits bâtiments. De plus, aux 18 patrouilleurs terminés, un nouveau type, projekt 29 de 650 tonnes, plus tard de 905 tonnes, fut ajouté. En 1938, 96 unités de ce type furent prévues ; en 1939, ce nombre fut porté à 148 et compris dans le programme proposé par la Marine en automne 1939 ; dans la première partie de ce programme jusqu'en 1942, il était question de 44 patrouilleurs, parmi lesquels seuls 32 furent autorisés par Tervosyan et 15 mis sur cale89.

Il existait trois types de dragueurs de mines : ceux propulsés par diésel de la classe Tral, projekt 53, de 434 tonnes de déplacement au lieu des 395 prévues ; 40 unités de cette classe furent mises sur cale à partir de 1933 et on envisageait d'augmenter leur nombre90. Puis apparut un nouveau dragueur d'escadre à turbine de la classe V. Polukhin, projekt 59, de 700 tonnes au lieu des 600 prévues. 72 unités de cette classe furent programmées en 1938 ; ce nombre fut porté à 90 en 1939, avec une tranche de 46 prévue dans la première partie du programme. Jusqu'au début de la guerre, on en mit sur cale 2291. On pensa construire en plus un petit dragueur de mines en acier de faible déplacement (300 tonnes) pour les eaux côtières ; ce projekt 253 l sera celui de la classe T - 351 de 108 tonnes. On en programma d'abord 99, puis 120, mais de 1943 à 1945, seuls 92 dragueurs de ce type furent armés92.

Un important rôle était réservé aux vedettes lance-torpilles dont la planification de 1938 et 1939 prévoyait la construction de 348 ou 358 unités93. De 1933 à la fin de la guerre, 329 vedettes de type G-5 furent armées et de 1939 à 1945, 75 unités de la classe D-3 le furent également. Il faut y ajouter un certain nombre d'unités expérimentales94.

Quant aux patrouilleurs et aux chasseurs de sous-marins, des classes BO - et MO -, 115 furent d'abord prévus, puis 274 ensuite. seulement 10 unités de la classe BO -, de 249 tonnes, furent mises sur cale jusqu'en 1941 et 23 furent terminées avant la fin de la guerre. 219 unités de la classe MO-IV, de 57 tonnes, furent mises en service entre 1937 et 194595.

Il a existé trois types de mouilleurs de mines de 5 000, 4 000 et 400 tonnes ; le programme prévoyait aussi deux types de poseurs de filets, un de 1 000 et l'autre de 462 tonnes. Pour la flotte de la Baltique, 2 gros monitors de 12 000 tonnes et 4 canonnières de 3 500 tonnes furent prévus, mais on ne possède aucun détail à leur sujet96.

Entre 1938 et 1940, le programme de construction des sous-marins fut fréquemment remanié. Dans sa version du 28 février 1938, pour les grosses unités, ce programme prévoyait la finition des 9 sous-marins mouilleurs de mines des séries XI et XIII, ainsi que la construction de 6 unités supplémentaires de la nouvelle série améliorée XIII bis. Outre les 12 croiseurs sous-marins de la série XIV, entre 1941 et 1944, 30 unités supplémentaires devaient être construites. Un nouveau type apparut, le ZP de 1 200 tonnes, pour lequel nous n'avons aucun renseignement, si ce n'est qu'il représentait un "type spécial" ; en 1940/1941, 8 unités de ce type devaient être livrées. Finalement le nombre des sous-marins de fort tonnage atteignit 84 unités à la fin de 194597. Quant aux sous-marins de tonnage moyen, les derniers de la série X et un de la série IX devaient être terminés et, outre 8 nouveaux sous-marins d'une série améliorée X bis, le nombre des unités de la série IX bis fut porté à 77 unités ; le total des sous-marins de moyen tonnage atteignait 16398. Pour les sous-marins de petit tonnage, 46 unités des séries XII et XII bis déjà en construction devaient être terminées, portant leur total à 9899. Une tentative intéressante concerne les sous-marins dont l'appareil moteur aurait été du type à circuit fermé ; outre 2 sous-marins expérimentaux, Pigmei et S 92 (dénomination du chantier), deux autres, le M-400 et le M-401, furent commandés100.

La répartition des sous-marins entre les flottes se fit de la façon suivante101 :

 

nombre d'unités

Flottes

grands

moyens

petits

du Pacifique

39

70

28

de la Baltique

14

38

28

de la mer Noire

11

31

18

du Nord

20

24

12

Il faut souligner qu'il y eut en 1939 et 1940 des transferts d'unités pour renforcer les flottilles sous-marines des flottes du Pacifique et du Nord, malgré leurs capacités de réparation encore limitées. La flotte du Nord reçut, en 1939, 4 unités de la série X bis et 6 de la série XII, et en 1940, 2 grands sous-marins série XIV venant de la Baltique. La flotte du Pacifique se vit attribuer 4 unités de la série VI bis provenant de la Baltique et 2 autres de la mer Noire qui auraient été suivies de 2 unités de la série XII.

Cependant, en 1939, ce programme reçut des modifications : les 30 unités supplémentaires de la série XIV et les 8 de la classe ZP furent annulées ; le nombre des unités des séries IX et IX bis fut ramené à 49 tandis que celui des unités de la série X bis était porté à 40. Le nombre des sous-marins de petit tonnage des séries XII et XII bis s'accrut jusqu'à atteindre 53, auxquels s'ajoutaient 29 unités de la série très améliorée XV. Le nombre total des sous-marins de petit tonnage passa de 202 à 198, mais on souligna la nécessité de construire de préférence des unités de tonnages moyen et faible pourvues d'une grande vitesse102.

Avant l'automne de 1940, des sous-marins des types les plus récents furent commandés : 51 de la série IX bis, 13 de la série X bis, 28 de la série XII bis, 6 de la série XIII bis, 12 de la série XIV, 33 de la série XV et 8 de la série XVI, en plus des unités appartenant aux programmes précédents103.

L'aviation navale fut dotée d'appareils plus modernes dérivés des types de l'aviation terrestre ; en outre, elle reçut des hydravions de reconnaissance104.

La seconde guerre mondiale et ses conséquences pour la Marine

Les modifications du Troisième Plan quinquennal pour la Marine furent influencées par le développement politique et militaire en Extrême-Orient et en Europe.

Les craintes de voir les ambitions japonaises s'étendre au continent dans un élan impérialiste conduisirent à renforcer la flotte du Pacifique en lui affectant de nouveaux sous-marins, ainsi que des bâtiments de surface supplémentaires. Ces craintes furent amplifiées par des incidents qui se produisirent le long de la frontière de la Mandchourie. Le premier de ces incidents fut en juillet/août 1938 un engagement à l'échelon de la division autour des collines de Changkufeng à environ 200 km au nord de Vladivostok ; cette opération ne satisfit pas Staline qui en profita pour destituer le commandant en chef des forces soviétiques en Extrême-Orient, le maréchal V.K. Blucher, qui fut condamné à mort en novembre. Le second incident eut lieu en mai 1939 le long de la frontière avec la Mongolie à Nomonhan et dégénéra en engagement à l'échelon de l'armée ; il prit fin à la fin d'août avec la victoire écrasante des forces blindées soviétiques sous les ordres du général G.K. Joukov qui battit la VIe armée et la 23e division japonaises105. Ces événements peuvent expliquer le renforcement de la flotte du Pacifique comme le montre le tableau ci-après106 :

Date de la

Flottes

de la planification

Pacifique

Baltique

Mer Noire

Mer du Nord

Totaux

07 / 09 / 1937

796 000

514 000

342 000

338 000

1 990 000

28 / 02 / 1938

910 692

581 787

396 393

343 629

2 232 501

10 / 08 / 1939

1 154 078

797 113

558 082

518 628

3 027 901

En Europe également, les événements conduisirent à des modifications importantes dans la politique suivie et dans les priorités. Quand Hitler écrasa la Tchécoslovaquie en mars 1939, prit à la Lituanie la région de Memel une semaine plus tard, se porta contre la Pologne pour résoudre la question du "couloir" de Dantzig en avril, dénonça l'accord naval avec la Grande-Bretagne, Staline eut à choisir entre une alliance avec les démocraties occidentales ou avec Hitler ; il commença à négocier avec les deux adversaires, remplaçant le Commissaire du Peuple pour les affaire étrangères M.M. Litvinov, qui était juif, par le président du Conseil des Commissaires des Peuples, V.M. Molotov. Quand les Britanniques refusèrent de signer une alliance permettant aux forces soviétiques de pénétrer en Pologne, alors qu'Hitler offrait de partager ce pays et proposait une collaboration économique, Staline choisit cette dernière solution. Le 23 août 1939, un pacte de non-agression germano-soviétique fut signé à Moscou, complété par un protocole secret définissant les sphères d'influence respectives qui aboutissait au partage de la Pologne et des états baltes entre les deux dictateurs107.

Dorénavant Hitler avait les mains libres pour se lancer à la conquête de la Pologne le 1er septembre 1939, qui provoqua la déclaration de guerre de la Grande-Bretagne et de la France le 3 septembre. Quand on se rendit compte que l'armée et les forces aériennes allemandes étaient sur le point de remporter la victoire, Staline donna l'ordre à l'armée rouge d'envahir la Pologne orientale le 17 septembre ; le 28 du même mois, un nouveau traité fut signé, définissant les frontières et instituant une "amitié" entre les deux alliés. S'appuyant sur ce traité, le 28 septembre et les 5 et 10 octobre, les Etats baltes, Estonie, Lettonie et Lituanie, furent mis en demeure d'accorder des bases militaires à l'Union Soviétique. Quand la Finlande refusa aux Soviétiques de céder une partie de la Carélie au nord-ouest de Léningrad ainsi que des bases, le 30 novembre 1939 l'Armée rouge attaqua la Finlande ; au début de l'offensive, elle fut repoussée et elle ne fut victorieuse qu'en février-mars 1940 après avoir été réorganisée et renforcée. La "guerre d'hiver" se termina par un traité de paix le 11 mars, qui stipulait la cession de parties de la Carélie ainsi que la péninsule des pêcheurs et un bail sur le port de Hanko108.

Pendant la "Guerre d'hiver", la flotte de la Baltique basée à Kronstadt protégea les flancs de l'Armée rouge par des tirs d'artillerie exécutés par des destroyers et même par des bâtiments de ligne anciens ; des sous-marins, certains basés dans les ports nouvellement acquis d'Estonie, s'attaquèrent à la navigation marchande à destination de la Finlande ; leurs succès furent très limités et un sous-marin se perdit après avoir heurté une mine. Du printemps à l'automne de 1940, la flotte de la Baltique exécuta un programme d'entraînement avec les unités nouvellement entrées en service, en profitant de la récente expérience acquise pendant la courte guerre ; de plus la Marine se consacrait au développement des nouvelles bases.

Pendant ce temps les négociations germano-soviétiques conduisirent vers de nouveaux accords en matière d'économie. Dans le domaine naval, les Soviétiques autorisèrent l'utilisation d'une baie dans les parages de Mourmansk appelée "Base Nord", pour permettre aux navires marchands allemands venant d'outre-mer à travers le blocus britannique de bénéficier d'un mouillage sûr. Tandis que l'alliance fonctionnait bien, jusqu'au début du printemps 1940, l'usage de cette base pour des opérations militaires n'apporta aucun avantage. Le navire-usine baleinier Jan Welem, chargé de combustible destiné aux destroyers, fut envoyé de cette base à Narvik avant l'attaque alliée ; cependant, la Norvège conquise en juin 1940, les Allemands cessèrent d'utiliser la "Base Nord"109.

Il y eut aussi des pourparlers pour l'utilisation de la route arctique pour le trafic commercial entre l'Allemagne et le Japon et aussi pour le passage des raiders. Cette route ne fut utilisée qu'une fois, par le navire marchand Komet armé en croiseur auxiliaire entre le 14 août et le 6 septembre 1940 ; le Komet fut escorté pendant une partie du voyage par les brise-glaces soviétiques Lenin, Stalin, Malygin et Lazar Kaganovitch 110.

Les tentatives de la marine allemande pour obtenir la cession de sous-marins soviétiques furent rejetées par Hitler qui ne voulait donner au monde aucun signe de faiblesse en acceptant une telle aide111.

De même, les démarches soviétiques pour obtenir une aide des Allemands pendant la "Guerre d'hiver" contre les Finlandais ne reçurent qu'une réponse dilatoire et n'eurent pas de suite importante112.

En revanche, les demandes soviétiques adressées aux Allemands pour avoir leur assistance technique en matière de construction navale furent considérables. Déjà le 27 octobre 1939, le Commissaire du Peuple pour les constructions navales I.T. Tervosyan fit un voyage à Berlin et présenta les désirs des Soviétiques113 :

- Plans du cuirassé Bismarck et du porte-avions Graf Zeppelin.

- Achat des croiseurs lourds Prinz Eugen, Seydlitz et Lützow et de leurs plans.

- Achat de plaques de blindage, d'appareils propulsifs et de matériel d'armement pour quatre croiseurs légers.

- Achat de pièces d'artillerie de gros et de moyen calibre, y compris du 406, 380, 280 et 150 m/m pour être installés en tourelles, incluant des appareils de conduite de tir ainsi que des mines, des torpilles, des apparaux de dragage, des périscopes pour sous-marins et des batteries d'accumulateurs.

- Construction de navires ateliers, de ravitailleurs et autres bâtiments spécialisés.

Les Soviétiques offraient en échange de grandes quantités d'hydrocarbures et de grains ainsi que d'autres matières premières. Hitler, après avoir examiné la question avec le grand amiral Raeder et avec le chef de l'Oberkommando der Wehrmacht, fut d'accord pour accéder à de nombreuses demandes, si toutefois elles n'étaient pas incompatibles avec l'effort de guerre allemand, mais il voulait, à propos des plans, retarder le plus possible la réponse. Il refusa de céder les deux premiers croiseurs lourds, mais accepta finalement de vendre le Lützow non terminé. Le 11 février 1940, le traité fut signé et le 15 avril le Lützow remorqué à Léningrad où, sous le nom de Petropavlovsk, on reprit sa construction avec l'assistance d'une commission dirigée par le contre-amiral Feige114.

Quelques-unes des demandes furent refusées, mais les Soviétiques désiraient à tout prix obtenir six tourelles doubles de 380 m/m pour deux croiseurs de bataille et quatre tourelles triples de 155 m/m pour un croiseur léger ainsi que des tourelles de 280 m/m ; ils désiraient acquérir quelques équipements pour sous-marins et des navires spéciaux. Krupp fut autorisé à signer des accords pour la livraison des six tourelles de 380 m/m et une autre firme pour deux télémètres de 10 mètres de base et pour six projecteurs de 150 m/m115. Quand ce traité fut signé, les ingénieurs soviétiques commencèrent à transformer les deux croiseurs de bataille déjà commencés, Kronstadt et Sevastopol, pour les doter de cette nouvelle artillerie et de ces équipements. Le 18 octobre 1940, ce nouveau programme (projekt 69-1) reçut l'accord de l'amiral Kouznetzov116.

Malgré l'arrivée du flot continu de matières premières de la part des Soviétiques, au cours des six derniers mois de 1940, apparurent des tensions. Les Allemands eurent des craintes quand en juin 1940 les Soviétiques profitèrent des événements pour occuper les trois Etats baltes et contraindre la Roumanie à leur céder la Bucovine du nord et la Bessarabie. En août 1940, Hitler répondit en garantissant l'intégrité du territoire roumain réduit, car il avait déjà décidé de commencer son offensive au printemps 1941 pour conquérir la Russie d'Europe, et l'avait annoncé secrètement à ses chefs militaires le 31 juillet. On demanda à Krupp de retarder la livraison des documents techniques, des plans et des canons, ces derniers devant être utilisés plus tard pour réarmer les cuirassés Gneisenau et Scharnhorst 117.

Nouvelles modifications au programme naval pour renforcer l'armée

Des craintes naquirent à Moscou à propos des intentions finales d'Hitler. Dans ce contexte, il devint nécessaire d'accélérer la réorganisation de l'Armée, surtout après la décevante "Guerre d'hiver" contre la Finlande ; pour cela il fallait s'inspirer de la stratégie et de la tactique allemandes victorieuses en tentant d'identifier le fondement de leurs succès. Cela impliquait de revoir sérieusement le rôle de l'industrie d'armements et l'importance des moyens qu'elle mettait à la disposition de l'Armée, ce qui aurait pour conséquences des réductions dans l'imposant programme de constructions de la Marine.

Le 19 octobre, le gouvernement soviétique décida de fixer les modalités et les dates de ces réductions ; le 23 octobre, le Commissaire du Peuple amiral Kouznetov expédia un ordre détaillé aux destinataires concernés118. Son contenu était le suivant :

- Cuirassés et croiseurs de bataille : aucun nouveau navire ne sera mis sur cale. La construction du Sovetskii Soyouz et du Sovetskaya Ukraina sera poursuivie de façon à tenir prêts ces navires en juin 1943. Le Sovetskaya Rossiya à 12 % de sa finition sera mis à flot à Molotovsk à la fin de 1943. Les éléments prévus pour la construction du quatrième cuirassé Sovetskaya Belorossiya seront affectés aux quatre destroyers du projekt 30. Les croiseurs de bataille Kronstadt et Sevastopol à 18 % de la finition seront lancés dans les derniers mois de 1942.

- Croiseurs : l'état d'avancement de la construction des croiseurs du projekt 26 se présente comme suit : Kalinin à 30 %, Kaganovitch à 16 %. Le Kalinin doit être terminé en 1942. Pour les croiseurs du projekt 68, Jeleznyakov, 62 %, Tchapayev, 52 %, Frounze, 45 %, Kuibychev, 42,5 %, Tchkalov, 37 %, Ordjonikidze, 20 %, Sverdlov, 12 %. Les quatre premiers doivent être terminés en 1942 ; les deux derniers ont été mis sur cale dans le quatrième trimestre de 1940 à Nikolaiev. Quatre croiseurs supplémentaires du projekt 68 doivent être mis sur cale (trois à Leningrad et un à Komsomolsk) en 1941. Enfin le croiseur Petropavlovsk (ex-allemand Lützow) à 65 % d'avancement doit être terminé pour 1942.

- Destroyers conducteurs de flottille : on ne construira pas de nouvelles unités ; le numéro de chantier 542 à Léningrad qui appartient au projekt 48 ne sera pas construit. Le Kiev et l'Erivan doivent être terminés dans le troisième et le quatrième trimestre de 1942. Il n'est pas question des deux autres navires en construction à Nicolaiev.

- Destroyers : 4 unités du projekt 30 doivent être mises sur cale à Nicolaiev au cours du quatrième trimestre de 1940 ; en 1941, 9 autres doivent l'être à Leningrad, 8 à Molotovsk, 2 à Komsomolsk et 14 à Nicolaiev après la réorganisation de ce chantier. Au cours de l'année 1941, on doit terminer 4 unités du projekt 7 et 8 du projekt 7u, et en 1942 2 du projekt 7 et de 10 du projekt 30.

- Patrouilleurs : on mettra sur cale en 1940 9 unités du projekt 29 et 11 en 1941 ; 11 devront être terminées en 1942 et 8 en 1943.

- Dragueurs de mines : 20 dragueurs d'escadre du projekt 59 seront mis sur cale en 1941 ; 7 dragueurs à moteur diésel du projekt 53 doivent être lancés en 1942 ; on doit construire 6 dragueurs côtiers en 1941, 12 en 1942 et 2 en 1943.

- Sous-marins : en 1941 on doit terminer 4 unités de la série XIV, 6 de la série XIII bis, 11 de la série IX bis, 4 de la série X bis, 12 de la série XII bis et 3 de la série XV. A la place des patrouilleurs brise-glaces, on devra construire 2 sous-marins de la série X bis et 13 de la série XV ; en outre, on mettra sur cale 8 unités de la série XVI au lieu de 8 de la série IX bis ; les sous-marins de la série XVI sont ceux de la classe S dont la coque est entièrement soudée.

- Enfin, il sera prévu des dispositions particulières pour la fabrication des turbines et des moteurs diésel nécessaires.

Les derniers mois avant l'offensive allemande

L'existence d'un Pacte tripartite entre l'Allemagne, l'Italie et le Japon depuis le 27 septembre 1940 ne fit qu'augmenter les craintes de l'Union soviétique. Les 12 et 13 novembre 1940, le Commissaire pour les affaires étrangères V.M. Molotov fut envoyé à Berlin pour présenter à Hitler et à son ministre des affaires étrangères J. von Ribbentrop des exigences exorbitantes en échange de la participation de l'Union Soviétique au Pacte tripartite. Molotov, en effet, voulait qu'on revienne sur les garanties apportées par l'Allemagne à la Roumanie, que la Finlande et la Bulgarie passent dans la sphère d'intérêts soviétique et demandait la cession de bases dans les détroits danois et dans les détroits turcs. Hitler rejeta ces exigences et dans les deux camps on se prépara activement à la guerre. Staline était convaincu qu'à l'évidence Hitler ne se risquerait pas à mener une guerre sur deux fronts et retarderait son offensive au moins jusqu'en 1942 ; mais, pour des raisons économiques, Hitler signa le 18 décembre 1940 l'ordre de commencer l'opération "Barbarossa"119.

L'Armée rouge tenta de réorganiser ses forces grâce à l'expérience qu'elle avait acquise lors de la bataille de Nomonhan et pendant la "Guerre d'hiver", sans oublier les enseignements que lui apportaient la stratégie et la tactique allemandes ; il en résulta un plan d'opérations que le général G.K. Joukov présenta le 15 mai 1941 à Staline120. Mais Hitler commença son offensive le 22 juin 1941, donc bien avant que les Soviétiques aient pu prendre des mesures de réorganisation de l'Armée et bien avant que la Marine ait pu arrêter le nouveau programme de constructions.

Il fut encore une fois nécessaire de revoir ce programme. Les 9 et 19 juin, le Comité pour la Défense ordonna d'annuler provisoirement la plupart des unités non réellement commencées, bâtiments de surface ou sous-marins ; en revanche on retenait 3 cuirassés, 2 croiseurs de bataille, 8 croiseurs, 2 destroyers conducteurs de flottilles, 25 destroyers, 13 patrouilleurs, 17 dragueurs, 3 monitors de rivière, 2 poseurs de filets, 4 chasseurs de sous-marins, 2 navires expérimentaux et 42 sous-marins, toutes unités en cours d'armement ou en achèvement121.

Outre les unités des trois Plans quinquennaux terminées à la date du 22 juin 1941, (4 croiseurs, 7 conducteurs de flottille, 30 destroyers, 18 patrouilleurs, 38 dragueurs de mines, un mouilleur de mines et 8 monitors de rivière), on continua la construction de 5 croiseurs, 2 conducteurs de flottille, 18 destroyers, 2 patrouilleurs, 8 dragueurs de mines, 3 monitors de rivière, 8 poseurs de filets, 6 chasseurs de sous-marins et 49 sous-marins122.

Les théories concernant la stratégie navale, les questions opérationnelles et les procédures tactiques n'avaient pas atteint un haut niveau dans la seconde moitié des années 30. Avec les purges de Staline décimant les commandants partisans de la Jeune Ecole, des groupes influents reprirent les idées classiques liées au concept de puissance maritime ; ils voulaient quatre flottes dont chacune aurait une puissance au moins égale à celle de l'ennemi potentiel. Les grandes coupes sombres faites dans les cadres par les purges laissèrent des commandants jeunes, pour la plupart inexpérimentés du point de vue tactique et loin du niveau stratégique requis pour le sommet de la hiérarchie. Ils devaient s'en tenir aux règlements de 1930 qui soulignaient l'extrême importance des champs de mines pour la défense des côtes avec l'appui de l'artillerie de côte et l'utilisation des bâtiments de la flotte comme appui sur le flanc des forces terrestres.

Les programmes navals de grande ampleur reçurent l'aval de Staline ; mais presque personne ne prit le risque de tenir compte des vraies capacités de l'industrie, la plupart approuvaient ce programme en prenant leurs désirs pour des réalités. Même avec les réductions prévues en 1940, ce qui restait de ce programme demeurait trop lourd pour des capacités encore diminuées par la taille insuffisante des entreprises industrielles et surtout par leur rendement médiocre, provoquant des retards et des pertes matérielles dans les opérations à cause du temps consacré aux remises en état.

Il ne faut pas négliger l'existence d'un inconvénient supplémentaire dans le domaine de l'entraînement tactique : la présence de glaces dans les bases de la Baltique, du nord-ouest de la mer Noire, d'Extrême-Orient et bien entendu dans l'Arctique, dans les parages de Mourmansk.

La crainte des officiers de se voir impliqués dans les purges avait des conséquences désastreuses pour leur activité. Bien peu osaient prendre le risque d'agir sans toujours se tourner vers les supérieurs hiérarchiques ou les commissaires politiques. Les conditions étaient ainsi au commencement de la guerre ; les changements qu'elle rendait nécessaires seront le sujet d'un autre travail.

 

_______________

Notes

1 Parmi les plus récents travaux soviétiques dans ce domaine, on peut citer : Boevoi put 'Sovetskogo voenno-morskogo flota, N.A. Piterskii (éd.), Moscou, Voenizdat, 1964, 3e éd. par V.I. Achkasov et al, 1974. Istoriya voenno-morskogo iskusstva, S.E. Zakharov (éd), Moscou, Voenizdat, 1969. S. G. Gorshkov, Morskaya moshch' gosudarstva, Moscou, Voenizdat, 1960, 2e éd. 1976, 3e éd. 1979.

2 Parmi les nombreuses publications occidentales on peut mentionner : David Woodward, The Russians at Sea, Londres, Kimber, 1965 ; Robert W. Herrick, Soviet Naval Strategy : Fifty Years of Theory and Practice. Annapolis, US Naval Institute, 1969 ; Donald W. Mitchell, A History of Russian and Soviet Sea Power. Londres, Deutsch, 1974 ; Harald Fock, Vom Zarenadler zum Roten Stern, Herford, Mittler, 1985.

3 A. V. Basov, "Der Bau der Seekriegsflotte der UdSSR vor dem Zweiten Weltkrieg 1921-1941" dans The Naval Arms Race 1930-1941, Jürgen Rohwer (ed.),Revue internationale d'histoire militaire, n° 73, 1991 pp. 119-135. S.S. Berezhnoi, Korabli i suda VMF CCCR 1928-1945. Moscou, Voenizdat, 1988. V.I. Dmitriev, Sovetskoe podvodnoe korable-stroenie, Moscou, Voenizdat, 1990.

4 M. Monakov, "Sud'by doktrin i teorii. 1. Kakoi RSFSR nuzhen flot ? 1922", Morskoi sbornik, novembre 1990, pp. 15-23.

5 A.S. Bubnov, S.S. Kamenev, et R.P. Eideman, Grazhdanskaya voina 1918-1921 gg, 3 vols, Moscou 1928. A.K.Selianichev, V.I.Lenin i stanovlenie sovetskogo voenno-morskogo flota, Moscou, Nauka, 1979. A. Zakharov, "Pervyi komanduyushchii morskami silami respubliki V.M. Al'tfater", Voenno-istoricheskii zhurnal, 1983-12, pp. 80-82.

6 L. Trotsky, La révolution trahie, 1937. Boevoi put'... op. cit., 3e éd., pp. 126-136.

7 R.W.Herrick, op. cit., pp. 3-18.

8 B.B. Gervais, "Flot segodnisshnego dnia : Boevye sredstva", Krasnyi flot, févier 1922. M.A. Petrov, "Zametki i o taktiki malogo flota", Morskoi Sbornik, septembre 1923, pp. 45-61. I. Gordeev, Krasnyi morskoi flot, Moscou, Voenizdat, 1925. M. Monakov, "Sud'by doktrin i teorii. 2, 1923 1925", Morskoi sbornik, décembre 1990, pp. 7-23.

9 S. Breyer, op. cit., vol. I., pp. 103-104.

10 Société des Nations, Official Journal, février 1924. pp. 708-710. H. Fock, op. cit., p. 192.

11 V.I. Zof, "Mezhdunarodnoe polozhenie i zadachi morskoi oboroni SSSR", Morskoi sbornik, mai 1925, pp. 3-16. M.A. Petrov, Podgotovka rossii k mirovo. 1 voine na more, Moscou, Voenizdat, 1926. M.A. Petrov, Obzor glavneiskikh kampanii i srazhenii parovogo flota v sviazi s evolutsiei voenno-morskogo iskusstva, Léningrad, Gosvoenizdat, 1927. B. Gervais, "Piat' let raboty voenno-morskogo akademii RKKA", Morskoi sbornik, mars 1927, pp. 312. S. Breyer, op. cit., vol. 3, pp. 13-16.

12 John Erickson, The Soviet High Command. A Military Political History, 1918-1941, Londres, Macmillan, 1962. R.W. Herrick, op. cit., pp. 19-27. S.G. Gorshkov, Die Rolle der Flotten in Krieg und Frieden, Munich, Lehmanns, 1975. pp. 77-105. I.A. Korotkov, Istoriya sovetsk voennoi mysl'. Kratkii ocherk 1917-iiun 1941 gg, Moscou, Nauka, 1980. M. Monakov, art. cit., 2, pp. 22-23.

13 M. Monakov et N. Berezovskii, "Sud'by doktrin i teorii. 4. Flot dolzhen byt' aktivnym. 1925-1928 gg.", Morskoi sbornik, mars 1991, pp. 24-31. Postanovlenie soveta truda i oborony 26. XI 1926, O programme stroitel'stva morskikh Sil RKKA, Pr.STO n° 295. S. Breyer, op. cit., vol. 3, pp. 14-15.

14 R.A. Mouklevith, "Desiatiletie oktyabrskoi revolutsii i morskoi flot", Morskoi sbornik, octobre 1927. Ivan Ludri, "Desiat' let bor'by i stroitel'stvo", Morskoi sbornik, févier 1928, pp. 28-36. "Krasnyi flot v sostave vooruzhënnykh sil respubliki", Morskoi sbornik, octobre 1927, pp. 23-27. "Morskie operatsii", voennaya mysl,' février 1937, pp. 75-86. V.N. Orlov, "Na strazhe morskikh granits SSSR". Morskoi sbornik, mars 1937, pp. 11-21.

15 Stenogramma zasedaniya RVS SSSR s Komanduyushchimi voiskami MVO, UVO i BVO i Nachal'nikami morskikh sil Baltiiskogo i Chernogo morei ot 8-go Maya 1928 goda. ZGASA, F.4, Op.1, D.752, L.213. A.V. Basov, op. cit., pp. 120-121.

16 Boevoi ustav VMS RKKA 1930. Moscou 1931. p. 9.

17 Claude Huan et Jürgen Rohwer, La Marine soviétique, Documentation française, 3 octobre 1978. S. Breyer, op. cit., vol. 2, pp. 52-128. Un sous-marin de moyen tonnage supplémentaire fut construit grâce à une souscription publique.

18 N.N. Afonin, "Proekt pegeoborudovaniya linkora 'Frunze' i Lineynii kreiser", Sudostroenie, juillet 1989, pp. 56ff.

19 Boevoi put'... , op. cit., pp. 137-139.

20 A.V. Basov, op. cit., p. 121. Dates des mouvements et de l'armement dans S.S. Berejnoï, op. cit, pp. 42-66; V.I. Dmitriev, op. cit., pp. 89-90, 103-105, 120-126.

21 Boevoi put'... , op. cit., p. 140.

22 H. Fock, op. cit., pp. 195-200.

23 H. Fock, op. cit., p. 196.

24 H. Fock, op. cit., p. 196.

25 V.I. Dmitriev, op. cit., pp. 75-93.

26 S. Breyer, op. cit., vol. 2, pp. 75-81.

27 René Greger, "Sowjetischer Schlachtschiffbau", Marine-Rundschau, août 1974, p. 466.

28 Yarovoi, "Kreiseri tipov 'Kirov' i 'Maksim Gorkii'", Sudostroenie, juillet 1985, p. 46. S. Aleksandrovskii, "'Kirov', Pervenets sovetskogo kreiserostroeniya", Sudostroenie, novembre 1986, pp. 51 S. René Greger, "Anfänge des sowjetischen Kreuzerbaus", Marine-Rundschau, avril 1989, pp. 228 sq. Breyer, op. cit., vol. 3, pp. 25-31.

29 S. Breyer, op. cit., vol. 3, pp. 32-35.

30 S. Breyer, op. cit., vol. 3, pp. 36-54.

31 H. Fock, op. cit., pp. l97-198.

32 d'après S.S. Berezhnoi, op. cit.

33 V.I. Dmitriev, op. cit., pp. 240-264.

34 V.I. Dmitriev, op. cit., pp. 129, 149-162.

35 Eberhard Rossler, Die deutschen U-Boote und ihre Werften, 2 vol, Munich, Bernard & Graefe, 1980, vol. I, pp. 75-86. V.I. Dmitriev, op. cit., pp. 133-149.

36 On trouvera les dates de ces mouvements dans S.S. Berejnoi, op. cit.

37 A.V. Basov, op. cit., p.123.

38 Der große Ploetz. Auszug aus der Geschichte, 29e éd., Würzburg, Ploetz, 1980, pp. 864-869.

39 Der große Ploetz. op. cit., pp. 966-971.

40 S.G. Gorshkov, "Voenno-morskie floty v voinach i v mirnoe vremja", Morskoi Sbornik, 1972/1973. éd. allemande Die Rolle der Flotten in Krieg und Frieden Munich, Lehmanns, 1975, pp. 77-105. Jürgen Rohwer, "Russian and Soviet Naval Strategies", dans Philip S. Gillette and Willard C. Frank (eds), The Sources of Soviet Naval Conduct, Lexington, Heath, 1990, pp. 95-120, not. p. 104.

41 Weyers Taschenbuch der Kriegsflotten 1938, A. Bredt (ed.), Munich, Lehmanns, 1938, pp. 396-403.

42 Jost Dulffer, Weimar, Hitler und die Marine. Reichspolitik und Flottenbau 1920 bis 1939, Dusseldorf, Droste, 1973, pp. 370-434.

43 The Naval Arms Race, op. cit. avec des articles de D.K. Brown (Grande-Bretagne), D.C. Allard (USA), S. Toyama (Japon), Ph. Masson (France), A. Santoni (Italie), J. Dulffer (Allemagne) et A.V. Basov (Union soviétique).

44 N.G. Kouznetzov, Nakanune, Moscou, Voenizdat, 1966, p. 257.

45 A.M. Azurmanian, Admiral flota sovetskogo soyuza I.S.Isakov (1894-1967), Erivan, Izdat-Ajastan, 1973. S.A. Zonin, Admiral L.M. Galler. Zhisn' i flotovodcheskaya deyatel'nost, Moscou, Voenizdat, 1991.

46 Renseignements sur ces mouvements, Boevoi put'... op. cit., 3e éd, pp. 521-529.

47 J. Erickson, op. cit., p. 476.

48 D. Volkogonov, Triumf i tragedia. Politicheskii portret I.V. Stalin, Moscou, Novosti, 1989. éd allemande Triumph und Tragodie: Politisches Portrat des J.W. Stalin, 2 vols., Berlin, Brandenburgisches Verlagshaus, 1990, pp. 241-262.

49 H. Fock, op. cit., pp. 198-199.

50 B. Yevgrafov, "Dva ventsa admirala Levchenko", Morskoi Sbornik, novembre 1990, pp. 82-87.

51 René Greger, op. cit. S. Breyer, "Großkampfschiffbau in der Sowjetunion", dans S. Breyer Großkampfschiffe 1905-1970, 3 vols., Munich, Bernard & Graefe, 1977-1979, vol. 3, pp. 139-169. B. Krasnov, "Linkori tipa 'Sovetskii Soyuz'", Morskoi Sbornik, mai 1990, pp. 59-63.

52 R. Greger, op. cit., pp. 463-464.

53 Tablitsa rasiregeleniya korablei po teatrach po programme stroitel'stva voennogo flota, dans Narodnii Komissar Oborony SSSR, Marshal Sovetskogo Soyuza K.Voroshilov to Tsentral'nii Komitet BKP(b), tov. Stalin I.V. i Predsedatelyu Soveta Narodnych Komissarov SSSR tov. Molotov V.M., 7.9.1937. TsGAVMF, F.1877, op. 9, D.56.

54 Idem.

55 Idem.

56 A.V. Basov, op. cit., p. 125.

57 P.I. Mus'yakov, Flagman Konstantin Dushenov, Moscou, Voenizdat, 1966. D. Volkogonov, op. cit., pp. 241-262.

58 Narodnii komissar voenno-morskogo flota SSSR, Armeiskii Komissar 1 ranga P.A.Smirnov, i Nachal'nik Glavnoi morskogo shtaba RKKF, Flagman Flota 2 ranga Galler to Tsentralnii Komitet BKP(b), tov. Stalin I.V. i Predsedatelyu Soveta Narodnych Komissarov SSSR, tov. Molotov, V.M., 27.2.1938. TsGAVMF, F.1877, op.9, D.56, 1.37-42.

59 Boevoi put'..., op. cit., 3e ed, p. 145.

60 S. Breyer, "Sowjetischer Schlachtschiffbau", Marine Rundschau, mars 1975, pp. 141-163, part. p. 144. cit. S. Breyer, op. cit., III. R. Greger, op. cit., p. 466.

61 S. Breyer, op. cit., III, R. Greger: op. cit., pp. 467-468.

62 H. Fock, op. cit., p. 207-209.

63 S. Breyer, op. cit., II, pp. 140-146.

64 S. Breyer, op. cit., II, pp. 143-146.

65 R. Greger, op. cit., p. 467.

66 S. Breyer, op. cit., II, p. 144.

67 R. Greger, op. cit., p. 467.

68 S. Breyer II, op. cit., p.144. - Zapis' razgovora s g-nom Gibbs ot firmy Gibbs kaks ot 17 Noyabrya, 1937g, et autres rapports sur les négociations de la délégation en date du 22 novembre 1937 avec la General Electric, le ler décembre 1937 avec "Rajt" et "Vorgan" par D.A. Rozov. Rapport du chef de "Amtorg", A. Kirilyuk, adressé à P.A. Smirnov le 27/7/1938 et Otchet o rabote morskoi komissii v SShA du 20/10/38. Zapis' peregovorov Zam. Narkoma VMF flagmana 1 ranga tov. Isakov s predstaziutelem amerikanskoi firmy Gibbs i Koks g-nom Dzhois, 13 Noyabrya 1938 g.

69 H. Fock, op. cit., p. 208.

70 D. Volkogonov, op. cit.

71 N.G. Kuznecov, Nakanune, pp. 213-216. A.V. Basov, op. cit., p. 128. Claude Huan,"La fantastique carrière de l'amiral Kouznetsov", Stratégique, 47, 1990-4.

72 Cf. Boevoi put'..., op. cit., pp. 521-529.

73 Narodnii Komissar VMF SSSR, 10. 8 1939, 9911/ss/ob. (TsGYVMF, F 1877, Op.3, D.56, L.140-142.)

74 J. Rohwer, op. cit., p.105.

75 J. Rohwer, op. cit., p.106.

76 Komiteta oborony pri SNK SSSR, Ob utverzhenii pyatiletnego (1938-42gg) plana sudostroeniya dlya RKVMF i pyatiletnei programme sudostroeniya na 1943-47g.g. TsVMA, F.2, D.39526. L. 13-33.

77 W.G. Garzke and R.O. Dulin, Battleships. vol. 2, Allied Battleships in World War II. Annapolis, U.S.Naval Institute, 1980, "The Sovetskiy Soyuz-class", pp. 307-332. - V. Krasnov, op. cit.

78 Les caractéristiques viennent d'en être révélées, dans la revue Gangut, n° 3, pp. 63-70. Le porte-avions Krasnaia Zvezda fit l'objet de plusieurs esquisses, avant le projet final, qui prévoyait un déplacement de 10 600 tonnes standard (13 150 tonnes p.c.), trois machines de 55 000 ch. donnant 34 nœuds, avec une autonomie de 30 jours, 30 avions et une puissante artillerie anti-aérienne (6 x 130 mm ; 12 x 100 mm ; 12 x 37 mm ; 20 x 12,7 mm).

79 H. Fock, op. cit., p. 210.

80 V. Yu. Usov, "Tyazhelnye Kreisery Tipa 'Kronshtadt", Sudostroenie, novembre 1989, pp. 57ff. V. Krasnov, "Kreisera tipa 'Kronshtadt', Morskoi Sbornik, août 1990, pp. 53-56.

81 Komiteta oborony..., voir note 76.

82 S. Breyer, "Vor 50 Jahren, Sowjetische Schlachtkreuzer mit Krupp-Kanonen", Marine-Forum, septembre 1991, pp. 301-303.

83 J. Dülffer, op. cit., pp. 488 sq.

84 S.G. Gorshkov, op. cit., p. 98.

85 Dates de construction, M. Twardowski and B. Lemachko, op. cit., p.328

86 Komiteta oboron..., op. cit., voir note 76.

87 Komiteta oborony..., op. cit., voir note 76.

88 Pour les dates des transferts, voir S.S. Berezhnoi, op. cit., pp. 28-79.

89 Komiteta oborony..., op. cit., voir note 76.

90 S. Breyer I, op. cit., vol. 3., pp. 60-68.

91 Komiteta oborony..., op. cit., voir note 76.

92 M. Twardowski et B. Lemachko, op. cit. p. 341.

93 Komiteta oborony..., op. cit., voir note 76.

94 M. Twardowski et B. Lemachko, op. cit., pp. 341-343. t-1.

95 M. Twardowski et B. Lemachko, op. cit., pp. 343-344. - S. Breyer I, op. cit., vol. 2, pp. 39-43, vol. 3, pp. 16-20.

96 Programma stroitel'stva... korablei flota po godakhi 1938-1945 gg (1937).

97 Komiteta oborony..., op. cit., voir note 81.

98 V.I. Dmitriev, op. cit., pp. 163-178.

99 V.I. Dmitriev, op. cit., pp. 163-178.

100 V.I. Dmitriev, op. cit., pp. 191-196.

101 V.I. Dmitriev, op. cit., pp. 174-175.

102 Komiteta oborony..., op. cit., voir note 76.

103 liste dans V.I. Dmitriev, op. cit., pp. 258-264.

104 A.V. Basov, op. cit., pp. 131.

105 Shigemitsu Mamoru, Die Schicksalsjahre Japans, Fancfort/Main, Metzner, 1959, pp. 161-166, 176-180.

106 Narodny Komissar VMF SSSR, 10 août 1939, 991/ss/ob.

107 Der große Ploetz, op. cit., pp. 867-870.

108 Der große Ploetz, op. cit., pp. 215-217.

109 H. Fock, op. cit., pp. 215-217.

110 G. Hümmelchen, Handelsstörer. Handelskrieg deutscher Überwasserstreitkräfte im Zweiten Weltkrieg, 2e éd., Lehmanns, 1967, pp. 130-138.

111 Lagevorträge der Oberbefehlshabers der Kriegsmarine vor Hitler 1939-1945, G. Wagner (ed.), Munich, Lehmanns, 1972, p. 28.

112 Boevoi put..., op. cit., pp. 147-153.

113 M. Salewski, Die Deutsche Seekriegsleitung 1935-1945, vol. 1, 1939-1941, Francfort/Main, Bernard & Graefe, 1970, pp. 156-159, 375.

114 S. Breyer, "Die Kreuzer 'k' und 'L' der deutschen kriegsmarine ('Seydlitz' und 'Lützow')", Marine-Rundschau 63, 1966, pp. 20-28, 99-100 ; M.J. Whitley, German Cruisers of World War II, Londres, Arms and Armour Press, 1985, pp. 48-50. Le Lützowne fut jamais payé.

115 M. Salewski, op. cit., pp. 156-159.

116 S. Breyer, "Sowjetische Schlachtkreuzer mit Krupp-Kanonen", art. cit., p. 303.

117 W.H. Garzke et R.O. Dulin, op. cit., vol. 3, Axis and Neutral Battleships in World War II, Annapolis, US Naval Institute, 1985, pp. 127-202.

118 Prikaz Narodnogo Komissara Voenno-Morskogo Flota Soyuza SSR N° 00263, 23 octobre 1940.

119 Jürgen Förster, "Hitlers Entscheidung für den Krieg gegen die Sowjetunion", Das deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, vol. 4, Militärgeschichtliches Forschungsamt, Stuttgart, Verlagsanstalt, 1983, pp. 3-37.

120 Kommunist Voorushennykh sil', 1990.

121 A.V. Basov, op. cit., pp. 129-130.

122 A.V. Basov, op. cit., p. 130.

 

 

 

 Copyright www.stratisc.org - 2005 - Conception - Bertrand Degoy, Alain De Neve, Joseph Henrotin