PRÉSENTATION

 

À la différence des numéros précédents publiés par la Commission française d’histoire militaire, cette livraison française de la Revue interna tionale d’histoire militaire n’est pas thématique. Les articles qui la compo sent n’ont d’autre lien que d’avoir été écrits (à deux regrettables exceptions près) par des membres de la Commission et de présenter le large éventail des recherches des historiens militaires français.

 

Comme toujours, le bilan que l’on peut faire de l’état de l’histoire militaire en France est contrasté. On peut déplorer l’insuffisance des moyens, le faible nombre de chaires d’histoire militaire dans l’université, le manque d’intérêt de beaucoup d’historiens pour ce secteur pourtant essentiel de la recherche historique. Lamentations en partie rituelles qui ne doivent pas dissimuler un bilan somme toute largement positif. Certes, les ouvriers ne sont jamais assez nombreux vu l’ampleur de la tâche, mais ils existent et ils sont actifs. Il suffit de lire la Revue historique des armées, dirigée avec maestria par le colonel Jacques Vernet, ou les Cahiers récemment lancés par le Centre d’études d’histoire de la Défense, dirigé jusqu’au printemps dernier par le professeur Maurice Vaïsse ; de recenser les multiples colloques organisés par les services historiques des trois armées, récemment rejoints par un Service historique de la gendarmerie et un Centre d’histoire de l’armement, ou par le CEHD, par l’Institut d’histoire des conflits contemporains, par le très actif Centre d’histoire militaire et d’études de défense nationale de Montpellier ou le non moins actif Centre de Recherches des Écoles de Coëtquidan qui a notamment, sous l’impulsion d’olivier Forcade, comblé une grande partie du retard français dans le domaine, ô combien stratégique, de l’histoire du renseignement. Si l’on a encore besoin de preuves supplémentaires, que l’on fasse l’inventaire des thèses qui se succèdent à un rythme soutenu. Le passage aux thèses nouveau régime n’a pas entraîné la dégradation que beaucoup craignaient. Certes plus courtes que les anciens doctorats d’État, ces thèses nouveau régime n’en sont pas moins d’une qualité souvent remarquable.

Les initiatives sont donc nombreuses. Le bilan de 30 ans d’histoire militaire en France qui avait été présenté dans le numéro 61 de la Revue internationale d’histoire militaire, en 1985, pourrait maintenant être prolongé pour les quinze années suivantes sans rougir de la comparaison avec les périodes antérieures.

La Commission française d’histoire militaire a tenu sa part dans ce mouvement général. Le général Jean Delmas a maintenu, durant les dix années de sa présidence, le cap tracé par le général Gambiez, président d’honneur de la Commission internationale d’histoire militaire. Ce numéro s’ouvre par l’hommage qui lui a été rendu par ses amis, en mai dernier. Les réunions mensuelles de la Commission sont un forum particulièrement apprécié au cours desquelles les informations sur les recherches et les activités en cours peuvent être échangées, les résultats des travaux récents présentés. La Commission française a publié, au cours de la dernière décennie, plusieurs numéros de la Revue internationale d’histoire militaire. Elle cherche maintenant à contribuer encore davantage à la diffusion des travaux français, tant de manière traditionnelle, par le livre, que par le biais des nouvelles technologies, avec Internet. Pour 2001, ce ne sont pas moins d’une douzaine d’ouvrages qui devraient être publiés. Le site stratisc.org, qu’elle exploite en commun avec l’Institut de stratégie comparée et l’Institut d’histoire des conflits contemporains, contient l’équivalent de 15 000 pages papier. La fréquentation s’établit à plus de 500 visiteurs par jour et elle devrait s’accroître encore dans l’avenir avec la mise en ligne de plusieurs instruments de travail, notamment les dix volumes de la correspondance militaire de Napoléon et un certain nombre de classiques de l’art militaire qui feront, par ailleurs, l’objet d’impressions à petit tirage.

C’est dire que ce numéro s’inscrit dans un travail d’ensemble rendu possible par le dévouement de tous les membres de la Commission française d’histoire militaire. Les articles publiés ici, complétés par quelques communications "oubliées" par suite des aléas inhérents à l’édition des actes de colloques, témoignent de l’ampleur du champ couvert : du Moyen Âge au xxe siècle, de l’histoire militaire, de l’histoire navale, de la planification stratégique aux fabrications d’armement ou à la définition de la doctrine. Signe encourageant, beaucoup de ces études émanent de jeunes chercheurs, qui annoncent ou prolongent leurs thèses. Chacun trouvera dans ces pages, c’est en tout cas le vœu du Bureau de la CFHM, de quoi satisfaire sa curiosité et enrichir ses propres domaines de recherche.

 

 

Hervé Coutau-Bégarie

Président de la
Commission Française d’Histoire Militaire

 Copyright www.stratisc.org - 2005 - Conception - Bertrand Degoy, Alain De Neve, Joseph Henrotin