L’Escadrille Lafayette : 

Unité Volontaire de Combat Oubliée de l’Amérique

 

Chapitre Deux

L’Escadrille Lafayette : Unité Volontaire de Combat Oubliée de l’Amérique

 

L’Amérique a-t-elle oublié les hommes de l’Escadrille Lafayette et du Corps d’Aviation Lafayette ? Les historiens de l’aviation qui connaissent leur histoire ne seraient pas de cet avis. Peut-être feraient-ils référence à nombre de livres écrits par eux et à leur sujet. Ils mentionneraient peut-être Raoul Lufbery, le plus grand héros de l’Escadrille Lafayette et citeraient le Mémorial qui leur a été dédié. Cependant, la vérité est que les aviateurs de Lafayette ont disparu du paysage de l’histoire américaine.

 

L’Histoire Américaine des Unités Volontaires

 

L’Amérique a une tradition ancienne et riche de volontarisme et d’unités de combat composées de volontaires. Le « citoyen soldat » a représenté une part importante de l’histoire militaire américaine depuis la Révolution Américaine lorsqu’un groupe de colonies se sont battues pour être libérées des Anglais. Par la suite, les nouveaux états ne voulaient pas d’armée imposante et les volontaires sont demeurés le pivot des forces armées américaines au début de son histoire. Cette tradition a continué avec des Américains se portant volontaires si nécessaire pour participer aux guerres impliquant leur pays et pour défendre sa liberté. L’esprit de volontarisme a eu une énorme influence à travers l’histoire américaine.

Du début du siècle jusqu’au début de la Seconde Guerre Mondiale, nombre d’Américains se sont portés volontaires pour se battre à l’étranger. En fait, cette période pourrait s’appeler l’âge d’or des unités volontaires de combat américaines. Les unités spéciales de volontaires ont été créées pour combattre les Espagnols à Cuba durant la Guerre hispano-américaine. Nombreux sont ceux qui ont quitté par groupe l’Amérique neutre pour conduire des ambulances en tant que volontaires ou pour combattre sous les drapeaux d’autres pays en 1914, 1915 et 1916, avant que l’Amérique n’entre officiellement dans la Grande Guerre en 1917. Des Américains ont volé aux côtés des Polonais en 1919 contre les Russes. Dans les années 30, ils sont partis en Espagne combattre les fascistes durant la guerre civile de ce pays. Des Américains ont volé et ont combattu les Japonais bien avant Pearl Harbor. Ils ont volé pour la Royal Air Force contre les Allemands durant la Bataille d’Angleterre. Et bien entendu, les hommes de l’Escadrille Lafayette ont volé et ont combattu aux côtés des Français une année avant que l’Amérique n’entre dans la Première Guerre Mondiale.

Nombre de ces unités de volontaires ont une tradition glorifiée en Amérique. La 1ère Unité de Cavalerie de Volontaires, connue sous le nom de « Rough Riders », conduite par le futur Président des Etats Unis, Theodore Roosevelt, a attaqué San Juan Hill à Cuba dans une des plus célèbres attaques de l’historie américaine. Le Corps Motorisé de Volontaires américain fondé par Richard Norton et leur unités jumelles de la Première Guerre Mondiale, le Service au Sol Américain et le Corps d’Ambulances Américain comprenant des volontaires américains célèbres comme Ernest Hemingway, Ford Maddox Ford et d’autres futurs auteurs célèbres. Le Groupe de Volontaires Américain également connu sous le nom de « Tigres Volants » a enchanté l’Amérique avec ses exploits contre les Japonais et le Général Chennault et l’as du combat « Pappy » Boyington, sont devenus des noms connus de tous. La Brigade Abraham Lincoln, qui a combattu pendant la Guerre Civile Espagnole, a été rendue célèbre par Ernest Hemingway et d’autres écrivains qui ont rapporté au monde ce qu’ils avaient vu.

L’Escadrille Lafayette n’a jamais conquis l’imagination et l’esprit américain comme l’ont fait ses cohortes. Pourquoi l’histoire de l’Escadrille Lafayette n’a t-elle pas résisté au temps ? Pourquoi ces hommes ne représentent-ils pas une part aussi formidable de la tradition et mémoire du volontarisme américain ? Qu’est-ce qui a été perdu dans la traduction de l’histoire de la vie de ces nobles hommes ? Pourquoi ne sont-ils pas aussi connus que d’autres unités de volontaires du XX ème siècle – unités qui dans certains cas n’ont accompli ni plus ni moins que ce qu’a fait l’Escadrille Lafayette ? Pourquoi l’Amérique n’a-t-elle pas tenu sa promesse de se souvenir de ces hommes et de leur noble contribution ? Pourquoi leur Mémorial a-t-il sombré dans un tel état de négligence ?

 

Un sur Cinq

 

La suspicion et les observations de l’auteur sont-elles justifiées ; Les aviateurs Lafayette sont ils-oubliés ? Afin de tester la légitimité de son hypothèse, l’auteur a songé à approcher la question d’une façon basique – par le biais d’une simple enquête.

Trois groupes totalisant 500 Américains ont été choisis comme cible. La majorité des 500 personnes étaient militaires et avaient un niveau universitaire ou supérieur. Le but de l’auteur était d’établir que même avec une formation à dominante militaire, les résultats montraient que l’Escadrille Lafayette et le Corps d’Aviation Lafayette sont considérablement moins connus que d’autres organisations de volontaires.

L’auteur a tenté, avec toute l’impartialité possible, de rester en totale conformité avec les techniques d’enquête appropriées. Le premier groupe de personnes sondées n’avaient pas de contact direct avec l’enquêteur. Ces personnes, choisies parmi une population générale, ont reçu les questionnaires par courrier ; questionnaires qui devaient être immédiatement remplis et retournés à l’auteur. Aucune influence de l’auteur n’était possible. Les deux autres groupes sondés étaient des cadets militaires. Ces groupes ont été sondés par les officiers militaires, utilisant un processus similaire ; l’auteur est certain que la même fidélité a été apportée.

L’enquête en elle-même était composée de cinq questions de type « Oui ou Non » ; soit la personne savait la réponse, soit elle ne la savait pas et il/elle devait répondre en conséquence. Cinq unités de volontaires américaines de diverses tendances et significations historiques ont été choisies pour l’enquête. L’Escadrille Lafayette était bien entendu l’une d’entre elles : le célèbre 1er Régiment Volontaire de Cavalerie de la Guerre Hispano-américaine, le célèbre Service au Sol Américain et le Corps d’Ambulances Américain de la Première Guerre Mondiale, la Brigade Abraham Lincoln de la Guerre Civile espagnole et le célèbre Groupe de Volontaires Américaines de la période précédant la Seconde Guerre Mondiale ont été choisis comme autres unités volontaires.  L’enquête demandait simplement si la personne sondée avait déjà entendu parler de l’unité de volontaires – « Oui » ou « Non » était la seule réponse possible à cette question. L’enquête est présentée ci-dessous.

 

Enquête/questionnaire sur les Organisations Volontaires Américaines

Merci de bien vouloir répondre aux questions suivantes en entourant simplement « oui » ou « non ». Il est important pour la recherche en cours que vous répondiez aussi honnêtement que possible, aussi merci d’indiquer « oui » seulement pour celles que vous connaissez effectivement.

 

  1. Avez-vous entendu parler du 1er Régiment Volontaire Américain, les « Rough Riders » qui ont participé à la Guerre Hispano-américaine ? Oui Non
  2. Avez-vous entendu parler du Service au Sol Américain du Corps d’Ambulances Américain qui a pris par à la Première Guerre Mondiale ? Oui Non
  3. Avez-vous déjà entendu parler de l’Escadrille Lafayette ou du Corps d’Aviation Lafayette  qui ont pris part à la Première Guerre Mondiale ? Oui Non
  4. Avez-vous déjà entendu parler de la Brigade Abraham Lincoln, qui a participé à la Guerre Civile Espagnole ? Oui Non
  5. Avez-vous déjà entendu parler du Groupe de Volontaires Américains, les « Tigres Volants », qui ont participé à la guerre contre le Japon ? Oui Non

 

 

Le premier groupe représentait la population générale ; il était constitué de 100 personnes de formation, sexe, race, et éducation différentes, âgés de 17 à 70 ans. Ce groupe a été sondé par questionnaires envoyés par courrier. Le second groupe, composé de 233 cadets de l’United States Air Force Academy (USAFA) [Académie des Forces Aériennes des Etats Unis] à Colorado Springs, Colorado, ayant de 18 à 22 ans, a été sondé en mai 2002 par un officier enquêteur désigné personnellement, le lieutenant colonel stationné à l’Académie en tant que conseiller. Ce groupe représentait une audience militaire captive spécialisée dans l’étude de l’histoire de l’aviation et des traditions USAF [Forces Aériennes Américaines]. Le dernier groupe de 167 comprenait des cadets de l’USMA [Académie Militaire des Etats Unis] à West Point, New York. Les membres de ce groupe avaient entre 18 et 22 ans et représentaient une audience militaire captive spécialisée dans l’étude de l’histoire militaire et des traditions de l’Armée américaine. Les cadets ont été questionnés par un officier désigné personnellement, un professeur de l’université USMA. L’enquête a également été menée en mai 2002. Ce groupe a été choisi pour contre-balancer le groupe de contrôle de personnel militaire pour compenser le groupe USAFA.

Parmi toute la population des 500 personnes interrogées, seulement 18% reconnaissaient le nom d’Escadrille Lafayette ou Corps d’Aviation Lafayette. En comparaison, 86% reconnaissaient les Rough Riders, 76% reconnaissaient les Tigres Volants et 43% reconnaissaient le Service au Sol ou le Corps d’Ambulances Américain de la Première Guerre Mondiale. Seule la Brigade Abraham Lincoln, organisation relativement obscure aux Etats Unis et peu populaire à raison de ses connections communistes, a obtenu un score inférieur avec 15%.

Sur le groupe de 100 civils interrogés, seul un sur 4 ou 25% ont reconnu le nom de l’Escadrille Lafayette. Dans cette population, 81% ont reconnu les Tigres Volants, 77% ont reconnu les Rough Riders, 47% ont reconnu le nom d’organisations d’ambulances et 23% ont reconnu le nom de brigade Abraham Lincoln. Parmi cette population, on a pu percevoir deux autres tendances : sur la population qui est allée à l’Université de Virginie – que deux des membres de l’Escadrille Lafayette ont fréquentée – James Rogers McConnell et Andrew Courtney Campbell – et qui ont des statues et plaques érigées en leur honneur sur le campus – 13 sur les 15 personnes interrogées n’avaient jamais entendu parler des aviateurs Lafayette. Sur 18 aviateurs militaires interrogés représentant l’USAF, la Marine Américaine et le Corps de Marine des Etats Unis, 8 des personnes interrogées n’avaient pas entendu parler d’eux.

Des résultats très surprenants sont venus de l’USAFA. Parmi les 233 cadets interrogés, 47 avaient entendu parler de l’Escadrille Lafayette, ce qui veut dire que 186 ont répondu qu’ils n’avaient jamais entendu parler des hommes de Lafayette – seulement 20% de l’institution qui inculque les traditions de l’USAF. En comparaison, 100% avaient entendu parler des Tigres Volants et 98% avaient entendu parler des Rough Riders. 46% avaient entendu parler d’unités d’ambulances et seulement 11% avaient entendu parler de la brigade Abraham Lincoln.

L’USMA a suivi la tendance des autres groupes interrogés, seulement cette fois l’Escadrille Lafayette a eu des résultats encore pires. Seuls 9% avaient entendu parler des aviateurs Lafayette. En comparaison, 75% des 167 qui avaient entendu parler des Rough Riders, 45% des Tigres Volants, 36% des unités d’ambulances et 16% de la Brigade Abraham Lincoln.

Le tableau ci-dessus présente les résultats de l’enquête.

 

Nom de l’organisation                population civile (100)   USAFA (233) USMA (167)

1)1er Régiment Volontaire de cavalerie             77%                             98%                 75%

2) Service ambulances 1ère GM                  47%                             46%                 36%

3) Escadrille Lafayette                                  25%                             20%                 9%

4) Brigade Abraham Lincoln                         23%                             11%                 16%

5) Groupe de Volontaires Américains            81%                             100%               45%

Note :

a)      population civile : 100 questionnaires retournés sur 187.

b)      USAFA : 233 questionnaires retournés sur 300.

c)      USMA : 167 questionnaires retournés sur 200.

 

L’auteur n’a pas été mesure de désigner une organisation indépendante professionnelle pour mener son enquête, malgré ses efforts, le coût étant prohibitif. Cependant, l’auteur a pu consulter une source indépendante sur la validité de l’enquête. Il a été estimé par le critique indépendant que l’enquête était sujette à  une marge d’erreur de 3 à 5%. 1 Néanmoins, il est considéré que les chiffres parlent d’eux-mêmes. Trois différents groupes de contrôle, constitués de 500 personnes sont arrivés aux mêmes proportions et à la même conclusion. Un sur cinq, soit 20%, renforce la suspicion que l’Escadrille Lafayette a été oubliée.

 

Raisons possibles

 

Aucune fiction ne pourrait être écrite qui dépasserait l’histoire des membres de l’Escadrille Lafayette. C’est l’histoire d’une unité pittoresque d’hommes, seuls Américains sur le Front Ouest, se battant pour les Français sans le consentement de leur nation. Ils ont véritablement montré le chemin dans un combat contre un ennemi commun, tout cela au nom de la liberté. Ce qui rend cette histoire encore plus incroyable est le fait que ces hommes se battaient dans une nouvelle arène, l’air, et pour un service de l’air qui en était à ses balbutiements lors de cette guerre. Le Service de l’Air des Etats Unis (USAS) n’existait même pas encore techniquement à l’époque où ces hommes se sanglaient à leur machine et s’envolaient pour combattre l’ennemi. Ils étaient véritablement les pionniers américains dans ce nouveau domaine.

Cependant, le fait que les actions héroïques d’une poignée d’hommes courageux formant une unité unique soient oubliées par la nation n’est pas réellement significatif de ce qui s’est passé à grande échelle.  Toutes les nations ont leurs unités, hommes ou guerres qui ont été oubliés au fil du temps. Peut-être l’Escadrille Lafayette est-elle une de ces unités destinées à être oubliées. Il y a sans doute des raisons plus probables qui les ont rendues moins mémorables. Il faut considérer le contexte historique de l’unité. La Grande Guerre n’était pas une guerre populaire. Elle a en effet créé une grande aversion pour tout ce qui concerne la guerre parmi la génération qui a suivi. Les périodes entre deux guerres produisent les plus grands mouvements anti-guerre et contre culturel au XX ème siècle. La guerre et ses coûts étaient des choses que nombre de personnes ont oubliées très rapidement. Et l’aviation, toute nouvelle arme de combat qu’elle était, a joué un rôle relativement peu important dans l’intégralité du conflit. En comparaison de tous les efforts massifs déployés sur le sol, les aviateurs ne représentaient qu’un petit pourcentage sur la totalité. Pendant des années, les stratégistes n’ont pas compris le rôle de l’aviation et l’aviation a continué à être traitée comme un service d’arme de renfort nouvelle et de seconde catégorie.

Il y a des raisons plus tangibles qui ont influencé la situation historique des hommes de Lafayette. A l’origine, l’Escadrille Lafayette était de petite taille ; seulement 38 hommes volaient dans ses rangs pendant ses quelques 23 mois d’existence. Le nombre a sensiblement augmenté pour atteindre 42 si on compte les commandants français qui ont volé pour l’Escadrille également pendant cette même période. Seuls 209 hommes ont volé pour le Corps d’Aviation Lafayette durant toute la guerre. 209 hommes ne représentent qu’un petit iota en comparaison des centaines de divisions comprenant des millions d’hommes qui se sont battus pendant tout le conflit. Qu’est-ce que ce petit nombre d’hommes pouvait bien accomplir qui resterait dans l’histoire ? A moins qu’ils aient pu avoir une influence significative quelconque sur l’histoire de la guerre ou qu’ils aient abattu un nombre qu’aucune autre unité d’aviation sur le front ne pouvait égaler, ils étaient destinés à l’oubli. Malheureusement, les archives de combat ne sont pas remarquables.

Une partie du déclin de l’unité peut être attribuée à des événements pendant la guerre et après l’entrée des Etats Unis dans la guerre. Bien qu’ils aient été les premiers réels aviateurs de combat américains, l’Escadrille Lafayette a souffert d’un sort honteux lorsque le Service de l’Aviation des Etats Unis (USAS) est finalement arrivé en Europe. L’USAS voulait faire les choses à sa guise et la Force Expéditionnaire Américaine également (AEF). L’unité de l’Escadrille Lafayette a été disloquée et les hommes ont été intégrés dans des unités différentes et bien que le 103ème Escadron de Poursuite Aérienne était sensé porter ses couleurs, ses traditions et son histoire, l’Escadrille Lafayette s’est perdue dans la bataille. C’est presque comme si l’Escadrille Lafayette était une curiosité destinée à être traitée comme un orphelin ou une pièce rapportée non désirée par l’USAS. Le fait que l’USAS n’ait pas honoré et intégré l’Escadrille Lafayette en l’incluant dans ses rangs a scellé le sort historique de l’unité.

Le manque de signification historique donnée à l’Escadrille Lafayette a continué longtemps après la guerre et jusqu’à nos jours. Aucune unité ne porte les traditions et couleurs de l’Escadrille Lafayette, ni de son successeur le 103ème Escadron de Poursuite Aérienne. Aucun monument collectif n’a été érigé aux Etats Unis pour honorer ces hommes. Il n’existe que des statues, monuments et plaques financés par des fonds privés. Ces derniers sont dédiés à des individus et non pas à l’unité. Aucun musée n’est dédié à leur mémoire. Aucun bâtiment, ou institution centrale ne relate leur histoire ou leurs exploits. Les musées de l’aviation américaine ne font rien pour rendre hommage à ces hommes et à leur héritage. Ce qui existe en termes d’institutions de recherches est limité, incomplet et souvent mal organisé. La plupart des histoires et archives de l’USAS et de l’USAF  ignorent l’Escadrille Lafayette, bien que le personnel de direction de l’USAF en parle souvent comme étant l’unité pionnière de combat de l’aviation américaine. Comme les résultats des enquêtes de l’Académie USAF pourraient le suggérer, l’USAF ne parle même pas à ses jeunes officiers de ses premiers pionniers. Et il est triste de constater que l’héritage global des membres de l’escadron n’est pas heureux. Comme dans toutes les unités, il existait des dissensions et discordes et l’Escadrille Lafayette avait un problème d’egos, de jalousie et de partage de la gloire qui  devait souiller son héritage. L’escadron était partagé en cliques et les hommes pouvaient être méchants et méfiants les uns à l’égard des autres. Certains des hommes détestaient être en escadrille et certains même détestaient voler et étaient considérés comme des tire-au-flanc qui évitaient les combats. Malheureusement, le mauvais sang devait se répandre dans les années futures et affecter le moral et la cohésion de l’unité. Il y a même eu une querelle concernant la construction du Mémorial de l’Escadrille Lafayette et au sujet de la liste des hommes qu’il était supposé honorer. Nombre des membres du groupe initial de 38 hommes devaient mourir jeunes, alcooliques, reclus et/ou hors la loi. Ceux qui ont réussi à mener une vie normale n’ont pas fait suffisamment d’efforts pour promouvoir leur héritage face aux détracteurs et aux arnaqueurs. Lorsqu’un petit nombre de survivants se sont retrouvés pour sauver leur réputation et leur nom, le groupe était trop faible et c’était trop tard. Avec un héritage malheureux, l’histoire et la mémoire de l’unité devaient souffrir encore plus. Tous ces points devaient contribuer à la mort de l’Escadrille Lafayette et du Corps d’Aviation Lafayette. Pris séparément, aucun de ces facteurs n’aurait porté atteinte à la vie de ces hommes mais ensemble, ces problèmes constituaient des obstacles trop importants à surmonter. C’est pour ces raisons et d’autres que les hommes et leur héritage se sont ternis.

 

Note au sujet de cette dissertation

 

Le but du chercheur dans cette dissertation n’est absolument pas de fustiger ou critiquer ce qu’il pense être une unité d’hommes réellement inspirés. C’est une des histoires les plus originales et irrésistibles de l’histoire du volontarisme américain. Cependant, l’auteur considère qu’il est important de déterminer la raison pour laquelle l’Escadrille Lafayette n’a pas généré le même support et la même admiration de la part des Américains que certaines des unités de volontaires dans son histoire. C’est seulement en comprenant ce qui a porté atteinte à la gloire de ces hommes que l’on peut commencer à rectifier l’histoire de Lafayette.

Le but de cette dissertation n’est pas d’arriver à des conclusions précises ; il est impossible pour l’auteur de parler au nom de l’Amérique dans sa globalité. Le but de l’auteur est plutôt de présenter des preuves aux quelques lecteurs qui connaissent l’Escadrille Lafayette et le Corps d’Aviation Lafayette pour leur permettre de comprendre peut-être pourquoi ces hommes n’ont pas trouvé dans l’histoire la place à laquelle ils pouvaient assurément prétendre. Bien que les documents étudiés de façon complète par le chercheur soient apparus dans d’autres endroits avant, dans d’autres endroits, les mêmes documents n’ont, à la connaissance de l’auteur, jamais en Amérique ou en France, été étudiés avec un tel objectif. L’auteur pense qu’il a consulté pratiquement toutes les sources principales disponibles dans les musées, archives et collections spéciales (les collections privées constituent des exceptions car elle sont inaccessibles à l’auteur). En conséquence, l’auteur a tenté de relier les documents disponibles de toutes ces collections afin de générer une piste à suivre par le lecteur.

Les personnes qui ont aidé l’auteur, lui ont manifesté une grande part d’intérêt pour sa recherche. Il espère seulement qu’il sera à même de fournir un éclairage intéressant sur cette question embarrassante. Il espère que tous comprendront mieux les hommes de Lafayette.

 

  1. La source indépendante : Le Major Brandi S. Barham USAF, diplomé d’un « Bachelor of Science Degree in Behavioral Sciences » de l’U. S. Air Force Academy, 1992.

 

 

 Copyright www.stratisc.org - 2005 - Conception - Bertrand Degoy, Alain De Neve, Joseph Henrotin