LA MÉMOIRE DU DÉBARQUEMENT EN PROVENCE  DANS L'ENSEIGNEMENT DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE

 

J'ouvre mon livre d'histoire et je lis cette seule et unique phrase :  " Le 15 août en Provence, débarquement des troupes américaines et françaises dont ces dernières formèrent l'armée Rhin et Danube ", écrit en 1987 une jeune lauréate du prix Rhin et Danube. Elle ajoute : " Je dis mon étonnement à mon professeur d'histoire : pourquoi n'en parle-t-on pas plus alors que tout semble avoir été dit sur le débarquement du 6 juin 1944 ? "1

 

Or, les résultats du sondage du SIRPA, réalisé en avril 1994 auprès des jeunes de 15 à 24 ans montrent que, si les jeunes Français sont globalement très bien informés et d'abord par l'école, ils minimisent le rôle de la Provence comme région de libération, qu'ils méconnaissent l'amalgame et l'apport des troupes d'Afrique Noire2

 

On pourrait aussi relever dans les médias un déséquilibre dans les traitements du 6 juin et du 15 août, plus grave, des confusions, des erreurs, des omissions sur le rôle de la Première Armée3

 

Deux constats, qui nous obligent à examiner ce qui se passe dans l'enseignement du débarquement de Provence et du rôle de la Ire Armée dans la libération du territoire. La Seconde Guerre mondiale est enseignée au cours de la scolarité à trois niveaux : à l'élémentaire (en CM1, CM2), au collège (en Troisième), au lycée (en Première)4

 

Trois questions :

 

Tout d'abord, dans les manuels scolaires à ces trois étapes du cursus, quelle place occupe le débarquement de Provence et ses prolongements à travers une grille de lecture (texte de la leçon, documents écrits, iconographie) ? Ensuite, quels rôles peuvent jouer, au-delà du manuel, les témoins et la documentation ? Enfin, quelles perspectives s'offrent pour pallier d'éventuelles carences et mieux fortifier cette mémoire scolaire ?

 

 

La place du débarquement de Provence et de la Première Armée dans les manuels scolaires : une place réduite, la portion congrue

 

 

A l'école élémentaire

 

Dans les manuels, que nous avons examinés depuis 1945, surtout ceux du cours moyen (élèves de 10/11 ans), la mention du débarquement figure en général sur deux lignes. Le nombre de pages consacrées à la Seconde Guerre mondiale varie entre deux et quatre5

Par exemple : " L'armée française d'Italie renforcée d'éléments américains débarque en Provence, remonte la vallée du Rhône et libère la France de l'Est "6 Certains manuels n'en parlent même pas (Magnard, 1992).

 

Les soldats, qui débarquent le 15 août, ont une appellation très différente selon les ouvrages. Ce sont " le débarquement franco-américain " (Lavauzelle, 1966) ou " les troupes américaines toutes seules " (Bibliothèque d'Education, 1948), " les troupes africaines " (Hachette, 1950), " l'armée française d'Italie " (Nathan, 1946, 1948) ou " la Première Armée française " (Delagrave, 1963, 1985, Hachette, 1985).

 

Le nom du général de Lattre de Tassigny n'apparaît que dans une seule maison (Delagrave 1963 et 1985)7

 

Le rôle des troupes africaines engagées dans la Ire Armée est bien mis en valeur dans le Hachette destiné aux écoles primaires d'Afrique du Nord, " Les troupes françaises d'Algérie en Allemagne ". Celui des Américains est souligné dans les Grandes Figures et Faits de E. Bonne et fait l'objet d'un récit d'une page sur le rôle d'une résistante à Draguignan qui contacte les Américains pour éviter le bombardement de la ville8Mais rien sur les troupes françaises.

 

L'illustration concerne surtout le débarquement du 6 juin 1944. Un seul manuel publie une photo intitulée " Les troupes françaises débarquent en vue des côtes de Provence " (Nathan, 1948)9 Deux gravures figurent dans les ouvrages de l'Histoire de France et de l'Algérie (Hachette, 1950 et 1953) l'une sur le débarquement d'une unité10l'autre sur un combat en Tunisie11Des cartes plus ou moins sommaires permettent à l'élève de situer les lieux de débarquement.

 

Au total, une place réduite par rapport au débarquement du 6 juin 44 parfois non mentionné. Le nom de la Ire Armée et de son chef n'apparaissent pratiquement pas.

 

 

Au collège

 

Les dix-sept manuels consultés mentionnent tous le débarquement en Provence. Il tient en deux ou trois lignes (texte de la leçon) pour dix pages consacrées à la Seconde Guerre mondiale. Le nom du Général de Lattre de Tassigny apparaît dans douze manuels sur dix-sept. La palme revient à Istra (1989), qui lui consacre une notice biographique. Le Hatier (1969) parle du grand rôle de la Première Armée et de ses victoires en Alsace, en Allemagne et en Autriche.

 

La cartographie, une chronologie permettent de localiser le débarquement de Provence et de le situer parmi les faits saillants de la Libération.

 

 

Au lycée

 

Certains manuels consacrent entre 8 et 10 lignes au débarquement et à ses conséquences12le maximum (30 lignes) se trouve dans le Masson (1950)13

 

Un manuel évoque la résistance du Général de Lattre à l'invasion de la zone sud par les troupes allemandes en 194214Sur la vingtaine de manuels de Terminale ou de Première examinés, le nom de de Lattre est cité 11 fois. La Ire Armée est moins mentionnée encore. Le général Patch apparaît dans quelques manuels15C'est rarissime pour la 19e armée allemande. Le général Leclerc, qui est un des généraux les plus cités dans les manuels avec le général de Gaulle, est lié dans plusieurs ouvrages à la prise de Strasbourg16L'amalgame est uniquement mis en relief dans le Istra (1983) sous forme d'un document du général de Lattre. Le rôle des résistants intérieurs apparaît ailleurs dans le manuel.

 

Trop rarement traités : la campagne d'Alsace (Bordas 1988, ABC 1983), la campagne d'Allemagne et d'Autriche (Hatier 1962, Bordas 1983, Belin 1994) permettent aux élèves de mieux mesurer le rôle de la Première Armée.

 

Les Français de la Première Armée, à laquelle son chef de Lattre va donner le nom prestigieux de " Rhin et Danube ", passent le Rhin le 31 mars ", pouvait-on lire dans le Masson (1953). Cette reconnaissance de l'action menée par la Première Armée est illustrée par la signature de la capitulation allemande à Berlin.

 

En bref, un traitement plus important que dans les autres cycles, une approche dans les années 50, plus événementielle qu'aujourd'hui, mais pas encore équitable avec des carences sur l'amalgame, l'effort français dans la libération du territoire allemand et autrichien et avec des disparités entre les manuels.

 

 

Le débarquement de Provence s'enseigne aussi autrement, de manière plus volontaire et mobilisatrice

 

Car, si le manuel scolaire est un bon reflet de la place que la société assigne à tel ou tel événement, des intérêts de la recherche historique, des méthodes pédagogiques, des soucis de rentabilité éditoriale, s'il est un outil de travail irremplaçable, il n'est pas le seul. Il faudrait se garder de ne juger qu'à travers ses lacunes sur le débarquement.

 

Le maître peut pallier les carences des manuels dans son cours même par le recours à d'autres sources de documentation. Il peut inciter les élèves à une recherche dans le cadre des concours scolaires. Le concours de la Résistance et de la Déportation est un excellent moyen pour approfondir ses connaissances sur la période. En 1994, on a compté plus de 50 000 candidats17Mais il existe aussi un concours plus spécifique que nous voudrions mettre en valeur.

 

 

Le prix Rhin et Danube et le rôle des témoins

 

L'association Rhin et Danube a fondé ce prix en 197818Il entend récompenser chaque année les meilleurs travaux réalisés individuellement ou en groupe par des élèves de l'enseignement secondaire public ou privé sous contrat appartenant aux classes de Première et de Troisième et ayant pour sujet " La Première Armée française en 1944 et 1945 lors des combats de libération nationale jusqu'à la capitulation allemande ". L'objectif est de montrer la part prise par l'armée française et de faire réfléchir " les jeunes générations sur les motivations qui ont poussé leurs anciens dans cette lutte pour reconquérir le territoire national et les valeurs qui lui sont attachées. "

 

Chaque année, trois académies sont choisies pour le déroulement du concours.

 

Pour 1995, Caen, Orléans-Tours et Rouen. Les travaux peuvent être individuels ou collectifs et être présentés de manière très large19

 

Dans chaque académie, un jury sous la houlette d'un inspecteur général ou IPR, composé de membres départementaux de l'association Rhin et Danube et de professeurs d'histoire, se réunit au rectorat pour choisir les meilleurs travaux.

 

En juin, le jury national présidé par le président de Rhin et Danube et un inspecteur général décerne le prix. La distribution solennelle a lieu en juillet au ministère de l'Education nationale en présence du ministre et de la maréchale de Lattre de Tassigny.

 

Nous avons recensé les principaux thèmes abordés dans les travaux au fil des années. Parmi ceux qui reviennent le plus souvent, il faut mentionner le débarquement en Provence, la libération de l'Alsace, l'intégration des FFI20

 

Le maréchal de Lattre est aussi très souvent pris comme sujet par des collégiens ou des lycéens.

 

Les types de travaux sont des plus variés (album de photos, récits de témoins, montage audiovisuel, maquette, carte, dessins.... ).

 

Dans l'enseignement de la Seconde Guerre mondiale, l'intervention de témoins est une excellente manière de confronter et d'associer mémoire et histoire. Le collège Saint-Sulpice à Paris organise chaque année, en liaison avec l'association Rhin et Danube, un concours spécifique pour les élèves de Troisième grâce au dynamisme et à la volonté de son professeur d'histoire21

 

 

Une documentation très riche

 

En dehors des ouvrages-mêmes du maréchal de Lattre, du témoignage de son épouse et des mémoires de ses compagnons d'armes, de ses propres biographies22dont le beau portrait de Bertrand Simiot23des travaux universitaires, le dernier tome de l'Histoire Militaire de la France, sous la direction d'André Martel, mettent en perspective l'événement du débarquement de Provence et font le point sur les recherches. Les documents pédagogiques sont aussi une source d'information et de suggestion très utile pour les élèves. Le dossier Jean de Lattre, maréchal de France, conçu avec le Rectorat de l'Académie de Bordeaux, comporte des documents inédits ou peu connus, des fiches chronologiques, des cartes, des extraits de presse, des croquis24Plus précis : une série de fiches réalisées par une équipe d'anciens de la Première Armée sur le débarquement en Provence, bientôt suivie de notices sur la campagne jusqu'à Colmar et la conquête du sol ennemi éclairent les lycéens et l'enseignant sur les aspects militaires25

 

Dans le numéro spécial d'Armées d'aujourd'hui, " Il y a cinquante ans la Libération "26 plusieurs articles mettent en lumière le rôle méconnu des troupes coloniales, en particulier des tirailleurs sénégalais (Jean-Charles Jauffret) ou des 233 000 Maghrébins (Jacques Frémeaux), notamment l'apport de la quatrième division marocaine dans la bataille de Colmar (général le Diberder). Les colloques universitaires, en particulier le dernier organisé par la Commission historique de l'association Rhin et Danube sur de Lattre et les Américains, permettent de comparer et de croiser la mémoire du témoin et le regard de l'historien.

 

Les bandes dessinées sont aussi une excellente occasion de s'instruire de manière plaisante pour les adolescents. Dans la Merveilleuse Aventure du général de Gaulle, le jeune lecteur rencontre aussi les généraux Leclerc et de Lattre. " C'est l'évasion de la prison de Riom qui fait entrer de Lattre dans l'Histoire "27 La Seconde Guerre mondiale resurgit dans la Bête est morte ! la Guerre Mondiale chez les animaux sous forme d'un récit imagé opposant les méchants loups (allemands) aux lapins (français), aux dogs (anglais), aux ours (russes) et aux bisons (américains). Le rôle de notre cigogne nationale (de Gaulle), du paladin (Leclerc) et de bien d'autres est illustré de manière magistrale, imaginative et précise par Calvo : " Le fougueux général (de Lattre) à la tête d'une véritable armée de guerriers de chez nous équipés de matériel bisontin, venait de prendre pied sur le rivage de notre mer d'azur "28 Plus loin, on peut suivre la poursuite sous la plume de Dancette : " Pulvérisant les hordes de loups qui tentaient de s'opposer à sa marche, notre général remontait victorieusement vers le Nord. Bientôt les éléments avancés de cette Première Armée faisaient leur jonction avec les héros du maquis "29 Un récit plus classique, épique, rigoureux retrace l'extraordinaire épopée Rhin et Danube 30et concerne les collégiens.

 

Les albums de photo sont particulièrement intéressants. Outre les fonds très riches de la photothèque de l'ECPA31on peut consulter des recueils récents. Dans La Libération, Pierre Miquel commente sobrement 600 photos d'archives issues du fonds de l'ECPA, en particulier la préparation, le débarquement, les victoires de l'armée B, puis la Première Armée, ses rudes combats dans les Vosges et en Alsace32Dans les Libérations de la France, Jean-Pierre Azéma et Olivier Wieviorka montrent les contrastes des Frances libérées et commentent d'un oeil critique les documents d'époque " 120 000 FFI s'intègrent dans une armée qui juge avec méfiance ces soldats souvent dépenaillés et volontiers rebelles aux hiérarchies traditionnelles ". Mais " l'effort militaire français permet de siéger à la table des vainqueurs "33

 

Des monographies, comme l'album Lyon 1940-1944 de Sabine Zeitoun et Dominique Foucher, montrent aussi le rôle des FFI aux côtés de la Ire Armée dans la libération de leur ville34L'ouvrage Le Var, la guerre, la résistance 1939-1945 de Jean-Marie Guillon offre aux enseignants une analyse de la résistance dans le Var et un recueil de 200 documents originaux qui peuvent leur servir de supports pédagogiques35Il complète le dossier du CRDP de Nice, Le Var au XXe siècle36

 

Bien sûr, les archives filmées sont irremplaçables. Là encore, celles de l'INA et surtout de l'ECPA peuvent être consultées. Mais plus pratiques à destination des scolaires sont les montages du CNDP et du SIRPA sur la France Libérée, les témoignages de l'association Rhin et Danube Une armée pour la victoire, La marche glorieuse37les commentaires d'Alain Decaux38les films de Costelle Les Oubliés de la Libération39

 

Les lieux de mémoire permettent la rencontre entre le jeune visiteur et les souvenirs des derniers combattants. Ainsi le musée national des Deux Victoires et la maison natale du maréchal de Lattre à Mouilleron en Pareds font revivre le souvenir d'une grande figure de l'histoire de France. Le Musée Mémorial national du Débarquement en Provence à Toulon retrace l'arrivée des troupes franco-américaines, la libération de Toulon et de Marseille40

 

A Paris, la vitrine consacrée au colonel Fabien, ancien des brigades internationales, membre du parti communiste, FFI (métro Barbès-Rochechouart) comporte des documents intéressants sur l'intégration de la brigade Fabien dans la Ire Armée. Dans le cadre du Cinquantenaire, l'exposition Ensemble, ils ont libéré la France du musée de l'Armée ou Les Armées françaises de la Libération des Services historiques des Armées41sont une occasion d'apprendre pour les jeunes un passé trop méconnu.

 

Retracer les itinéraires de l'armée de Lattre, en visiter les stèles et monuments, les lieux de combat est aussi possible grâce aux cartes Michelin42Le Grand Atlas de la Seconde Guerre mondiale rendra aussi de bons services43

 

On pourrait multiplier les sources à la disposition des élèves et des professeurs qui contrastent avec la sécheresse, la maigreur ou l'omission des manuels scolaires ! Bilan mitigé qui appelle à présenter quelques suggestions et à ouvrir des perspectives.

 

 

Quelles perspectives ? Ne pas subir

 

Cette devise du maréchal de Lattre, nous la faisons nôtre dans ce combat pour un meilleur enseignement de l'histoire.

 

Il est nécessaire de mieux mettre l'accent sur le débarquement de Provence et sur le rôle de la Première Armée dans la libération du territoire et la victoire sur le nazisme.

 

D'abord on peut espérer dans les manuels que les éditeurs et les auteurs de manuels auront un plus grand souci de pas occulter ou réduire à la portion congrue une place essentielle de notre renaissance, que les documents ne porteront pas uniquement sur le débarquement du 6 juin, que l'on puisse parler un jour des troupes noires et nord-africaines, de l'amalgame FFI - armée d'Afrique, davantage de de Lattre et de son rôle d'éducateur.

 

Mais cela ne suffirait pas. Il faut qu'au sein des universités et des IUFM, l'enseignement de la Seconde Guerre mondiale ne soit pas négligé. Bien sûr, dans le programme des lycées, l'histoire de la Seconde Guerre mondiale figure, mais actuellement en fin d'année de la classe de Première, notamment le chapitre sur la France de 1940 à 1944. Les fins d'année sont peu propices à une étude approfondie. Aussi replacer la Seconde Guerre mondiale en début de Terminale devrait permettre de l'enseigner solidement à coup sûr44Toutefois, c'est un sujet de débat au sein de la corporation des professeurs d'histoire et des associations de résistants. Mais il ne conviendrait pas pour autant que cette mesure fasse négliger la geste militaire de la libération de la France. Il faudrait aussi que les horaires d'histoire ne soient pas sujet à des variations cycliques selon les humeurs du temps et des ministres, selon les modes pédagogiques45Surtout, cet enseignement du débarquement doit être évoqué de manière descriptive et concrète aux écoliers et collégiens.

 

 

Conclusion

 

Au total, cette étude, qui ne prétend pas à l'exhaustivité sur un sujet qui demanderait à être complété et affiné, n'aura pas été inutile si elle met en garde contre l'omission dans les manuels du rôle de la Ire Armée dans la libération du territoire et dans le combat pour les libertés.

 

Une fois la fièvre du Cinquantenaire retombée, des éclats médiatiques éphémères, il revient aux professeurs d'histoire d'enseigner dans la durée et à des moments précis de la scolarité le geste du débarquement de Provence. En tant que professeur d'histoire et d'éducation civique, comme en tant que citoyen, c'est un exemple de redressement national, d'espoir que nous ont donné les combattants Rhin et Danube, qu'il faut transmettre, un exemple de fierté et de reconnaissance envers tous ceux qui sont tombés pour notre liberté : Armée d'Afrique, goumiers, tabors, tirailleurs, pieds noirs, Légion étrangère, FFL, FFI.

 

Laissons la parole à ce groupe d'élèves d'une classe de Troisième A du collège Saint-Sulpice à Paris (premier prix 1982) : " Le général de Lattre a réussi le miracle de l'amalgame. Dans les conditions particulières de la Libération, il a réussi à faire comprendre à ses hommes, soldats de l'armée régulière et volontaires FFI, qu'il n'y avait plus qu'une seule armée comme il n’y avait plus qu’une seule France ".

 

 

Hubert Tison

Rédacteur en chef d’Historiens et géographes,

Association des professeurs d’histoire et de géographie

 

 

 

ANNEXE

 

Quelques exemples de sujets du concours Rhin et Danube

 

- Le débarquement en Provence (1994, collège Michelet de Creil, classe de Troisième).

 

- Dragoon et la Première Armée (1984, lycée Gay-Lussac de Chauny), la libération de Toulon (1994, collège Voltaire de Lourches dans le Nord).

 

- En Alsace : la bataille d'Alsace du Rhin et Danube (1994, collège Jean Macé de Bruay-en-Escaut).

 

- La libération de Colmar (1994, collège Voltaire de Lourches).

 

- Comment Strasbourg fut sauvée in extremis par l'armée française (1987, collège Henri IV de Bergerac).

 

- L'amalgame et les combattants " de la Haute Marne à Rhin et Danube ", spécificité et aspects sociaux de l'amalgame des FFI haut marnais à la Première Armée Française (1987, lycée Saint-Exupéry de Saint-Dizier).

 

- La Première Armée et l'intégration des Maquis (1984, collège Clos Mortier de Saint-Dizier).

 

- De Lattre et la Première Armée (1994, lycée Mariette de Boulogne sur Mer classe de Première S2).

 

- Les Tabors marocains de la Première Armée (1984, lycée Gambetta d'Arras).

 

SOURCES

 

 

 

Tous les ouvrages ont été consultés à la bibliothèque de l’INRP (Paris 5e). Après chaque titre, entre parenthèses, nous avons indiqué en italique : le nombre de pages consacrées à la Seconde Guerre mondiale, le nombre de lignes concernant le débarquement de Provence et la Première Armée.

 

 

Ecole élémentaire

 

- H. Guillemain, Le Steir, Histoire de France, cours moyen, Paris, l'Ecole, 1945, 381 pages (7 pages sur 1939-1945, 1 ligne sur la 1re Armée).

 

- Bernard, Redon, Nouvelle Histoire de France et de la civilisation française, cours moyen, Paris, Nathan, 1945, 320 pages (8 pages, 8 lignes).

 

- E. Bonne, Grandes figures et grands faits, cours élémentaire et classe de 9e, Paris, Bibliothèque d'Education, 1948, 11 p (1 page et 2 lignes).

 

- Bernard, Redon, Le livre unique d'Histoire, classe de fin d'études, Paris , Nathan, 1948, 390 pages (9 pages, 8 lignes).

 

- Bonnefin, Marchand, Histoire de la France et de l'Algérie, cours élémentaire et moyen, Paris, Hachette, 1950, 64 pages (2 pages, 2 lignes).

 

- Bonnefin, Marchand, Histoire de la France et de l'Algérie, cours moyen et supérieur, Paris, Hachette, 1953, 126 pages (1 ligne).

 

- E. Bonne, Notre Histoire, cours moyen, Paris, Bibliothèque d'Education, 1953, 288 pages (9 pages, 3 lignes).

 

- A. Bonifacio, P. Maréchal, Histoire, cours moyen, Paris, Hachette, 1961, 224 pages (4 pages, 0 lignes).

 

- M. et S. Chaulanges, Histoire de la France, cours moyen, Paris, Delagrave, 1963, 165 pages (3 pages , 5 lignes).

 

- Plandé et Dechappe, Histoire de France, cours moyen, Paris, Lavauzelle, 1966, 180 pages (6 pages, 1 ligne).

 

- Nembrini, Polivka, Histoire, cours moyen, Paris, Hachette, 1985, 160 pages (4pages, 2 lignes).

 

- M. et S. Chaulanges, M. Scalabrino, L'Histoire au cycle moyen, Paris, Delagrave, 1985, 176 pages (5 pages, 5 lignes).

 

- Witrth, Le Livre d'Histoire, Cours moyen, Paris, Delagrave, 1985, 144 pages (2 pages, 2 1/2 lignes).

 

- M.J. Hinnewinkel, J.C. Hinnewinkel, J.M. Sivirine, M. Vincent, Histoire, cours moyen, Paris, Nathan, 1985, 160 pages (6 pages, o ligne).

 

- Dorel, Ferré, Histoire, cours moyen, Paris, Colin , 1985, 160 pages (4 pages, 3 lignes).

 

- Vincent et alii, Histoire de 1789 à nos jours, CM2, Paris, Nathan, 1985, 128 pages (10 pages, 2 lignes).

 

- Drouet, Histoire, CM1, CM2, Paris, Magnard 1992, 160 pages (7 pages, 0 ligne).

 

 

Classe de Troisième

 

- L. Genet, L'époque contemporaine de 1789 à nos jours, Paris, Hatier, 1969, 287 pages (20 pages, 8 lignes).

 

- G. Richard, Histoire, Paris, Dunod, 1971, 286 pages (10 pages, 2 lignes).

- S. Berstein, P. Milza, Histoire, Classe de Troisième, Paris, Nathan, 1972, 288 pages (15 pages , 7 lignes).

 

- J et D. François, Histoire, Paris, Nathan, 1980, 254 pages (19 pages, 2 lignes).

 

- J. Aldebert, Kienast, Histoire, Géographie, Paris, Delagrave, 1980, 320 pages (13 pages, 1 ligne).

 

- J. Grell, Histoire, Géographie, Dossiers de l'élève, Paris, Istra, 1980, 224 pages (11 pages, 5 lignes).

 

- M. Vincent, Histoire, Géographie, Paris, Bordas, 1980, 264 pages (15 pages, 3 lignes).

 

- J.M. Lambin, Histoire, Géographie, Paris, Hachette, 1984, 336 pages (17 pages, 1 ligne).

 

- J. Guigue, Histoire, Géographie, Paris, Bordas, 1984, 320 pages (17 pages , 2 lignes).

 

- R. Knafou, M. Zanghellini, Histoire, Géographie, Paris, Belin, 1989, 376 pages (19 pages, 3 lignes).

 

- M. Roche, Histoire, Géographie, Paris, Magnard, 1989, 384 pages (25 pages, 1 ligne).

 

- Brignon, Histoire, Géographie, Paris, Hatier, 1989, 352 pages (20 pages, 3 lignes).

 

- L. Bely, M. Flonneau, Histoire, Géographie, Paris, Nathan, 1989, 368 pages (17 pages, 1 ligne).

 

- J. Grell, Histoire, Géographie, Paris, Istra, 1989, 352 pages (17 pages, 3 lignes).

 

- R. Knafou, Zanghellini, Histoire, Géographie, Paris, Belin, 1989 376 pages (19 pages, 3 lignes).

 

- Brignon, Pouliquen, Histoire, Géographie, Paris, Hatier, 1993, 352 pages (19 pages, 1 ligne).

 

- M.T. Drouillon, M. Flonneau, Histoire, Géographie, Paris, Nathan, 1993, 352 pages (23 pages, 1 ligne).

 

 

Classes de Terminales et Classes de Première

 

- Hallynck, L'époque contemporaine (1851-1939), Paris, Masson, 1950, 2e édition, 903 pages (17 pages, 30 lignes).

 

- Tapié, Genet, Le monde contemporain, Paris, Hatier, 1962, 736 pages (29 pages , 7 lignes).

 

- J.B. Duroselle, Le monde contemporain, Classes Terminales, Paris, Nathan, 1962, 256 pages (53 pages , 7 lignes).

 

- Chaulanges, d'Hoop, Sentou, Carbonnel, Histoire, Classes Terminales, Paris, Delagrave, 1962, réédition 1982, 614 pages (31 pages , 10 lignes).

 

- J. Bouillon, A.M. Sohn, F. Brunel, Le monde contemporain, Terminales, Paris, Bordas, 1980, 440 pages (62 pages, 3 lignes).

 

- D. François et alii, Histoire, Classes de Terminales, Paris, Nathan 1983, 391 pages (81 pages, 2 lignes).

 

- S. Berstein, P. Milza, Histoire de 1939 à nos jours, Paris, Hatier, 1983, 448 pages (59 pages, 11 lignes).

 

- A. Gauthier, Histoire, Classes Terminales, Paris, ABC-Bréal, 1983, 317 pages (57 pages, 8 lignes).

 

- Y. Trotignon, P. Wagret, H. Néant; Histoire, Terminale, Paris, Scodel, 1983, 352 pages (66 pages, 36 lignes).

 

- Wolikow, Histoire du temps présent, Paris, Messidor, 1983, 253 pages (19 pages, 1 ligne).

- F. Dupaquier et alii, Histoire de 1939 à nos jours, Paris, Magnard, 1983, 496 pages (88 pages, 3 lignes).

 

- J. Grell, J.P. Wytteman, Dossiers d'Histoire, Terminales, Paris, Istra, 1983, 448 pages (103 pages, 13 lignes).

 

- Sentou, Carbonnel, Aldebert, Phan, Histoire classes Terminales, Paris, Delagrave, 1982, 614 pages (31 pages, 10 lignes).

 

- J. Bouillon, D. Borne, F. Brunel. A.M. Sohn, Le XXe depuis 1939, Paris, Bordas, 1983, 448 pages (73 pages, 7 lignes).

 

- Gregh, Histoire Classe de Première, Paris, Hachette, 1988, 416 pages (68 pages, 1 ligne).

 

- Cl. Quetel, A.M. Filippi-Codaccioni, E. Brisson : Histoire, 1re, Paris, Bordas, 1988, 416 pages (65 pages, 8 lignes).

 

- P. Wagret, Histoire, Première, Paris, Istra, 1989, 352 pages (69 pages, 7 lignes).

 

 

 

[The Navigation Bar feature is not available in this web]

 

________

Notes:

1 Roselyne Deschamps, De Lattre Maréchal de France, Collège de Montmoreau, classe de 3e, 1er prix ex aequo 1987.

2 AEC, Cinquantenaire de la Libération. Etude auprès des jeunes de 15 à 24 ans en partenariat avec L’Express, France Info, TF1, Rapport de synthèse mai 1994.

3 Historia n° 573 Septembre 1994 Lettres du général Glavany pages 100-101.

4 Depuis 1988, en classe de Première. De 1962 à 1987 en classe de Terminale.

5 Nous remercions le Service d'Histoire de l'Education (INRP) et le personnel de la Bibliothèque de l'INRP pour leur accueil. Voir liste des manuels en annexe.

6 Bernard, Redon, Nouvelle Histoire de la France et de la civilisation française, Cours moyen, Paris, Nathan, 1946.

7 P. Wirth, Le livre d'Histoire, Cours moyen, Paris, Delagrave, 1985.

8 E. Bonne, Grandes Figures et Grands Faits Populaires cours élémentaire et classe de 9e, Paris, Bibliothèque d’Education, 1948.

9 Bernard, Redon, Le livre unique d'Histoire, Classe de fin d'études, Paris, Nathan, 1948.

10 A. Bonnefin et M. Marchand, Histoire de la France et de l'Algérie , Cours élémentaire et moyen, Paris, Hachette, 1950.

11 Bonnefin, Marchand, Histoire de la France et de l'Algérie, Cours moyen et supérieur, Paris, Hachette, 1953 et Bonnefin, Marchand op. cit.

12 Y. Trotignon, P. Wagret, Histoire, Terminale, Paris, Scodel, 1983 ; Tapié, Genet, Le monde contemporain, Paris, Hatier, 1962.

13 Hallynck, L'époque contemporaine (1851-1934), Paris, Masson, 1950.

14 Hatier, op. cit. p 207.

15 Hatier, op. cit. p 213, Scodel op. cit.

16 Hatier, op. cit. p 213 ; Gauthier, Histoire Terminales, Paris ABC-Bréal, 1983.

17 Rapports des concours de la Résistance et de la Déportation dans Historiens et Géographes de Louis François, puis de Jean Gavard.

18 Nous remercions vivement Monsieur René Rocher, Président National de Rhin et Danube et son Directeur Général le Colonel d'Argenlieu pour la consultation des Archives et leurs renseignements.

19 Règlement du concours Rhin et Danube à l'association Rhin et Danube 20, rue Eugène Flachat, 75017 Paris. En 1996, les académies concernées : Limoges, Nantes, Rennes ; en 1997 : Bordeaux, Poitiers, Corse.

20 Voir liste en annexe.

21 Témoignage de M. Paoli. Il s'agit de M. de Saint Aubain, professeur d'histoire.

22 Le rôle de la maréchale de Lattre de Tassigny, inlassable et opiniâtre, pour faire connaître et perpétuer l'enseignement du maréchal de Lattre à la jeunesse est exemplaire.

23 Bernard Simiot, De Lattre, Paris, Flammarion, 1994. Ajoutons, grâce à Mme Salkin, le livre sur le XXe anniversaire de la victoire 1945-1965 avec de nombreux témoignages d'acteurs, Ed. Rhin et Danube.

24 Jean de Lattre, maréchal de France, Conseiller Jean Boisseuil, Ed.Institut Jean Moulin de Bordeaux, 1987.

25 Editeur association Rhin et Danube.

26 Armées d'aujourd'hui n°190 Mai 1994. Il y a cinquante ans la libération. On pourra consulter aussi utilement la Revue Historique des Armées 1994 n°2 et n°3.

27 Henriette Chandet, La Merveilleuse aventure du général de Gaulle racontée aux enfants français (cité par A. Bendjebar, Libérations rêvées, Libérations vécues, 1994).

28 La bête est morte - La Guerre mondiale chez les animaux, Images de Calvo, texte de Dancette GP. 1945 2 fascicules (réédition Futuropolis en 1 volume 1977). Nous remercions Mme Chaminade, Proviseur-Adjoint du Lycée Jacques Decour (Paris 9e) pour nous avoir fait connaître cette étonnante bande dessinée.

29 La bête est morte, op.cit.

30 L'extraordinaire épopée Rhin et Danube, J.L. Barré, G. Brient Ed. Lavauzelle 1989.

31 Etablissement Cinématographique et Photographique des Armées, Fort d'Ivry.

32 Pierre Miquel, La Libération, Paris, Complexe, 1994.

33 Jean Pierre Azéma, Olivier Wieviorka, Les Libérations de la France, Paris, Editions de la Martinière, 1993.

34 Sabine Zeitoun, Dominique Fournier, Lyon Ouest-France, Mémorial de Caen, ville de Lyon, 1994.

35 Jean-Marie Guillon, Le Var, la guerre, la Résistance 1939-45, 2e édition, Conseil Général du Var, CDDP du Var 1994.

36 Le Var au XXe siècle, sous la direction de Ralph Schor, CRDP de Nice, 1985.

37 On peut se les procurer au siège de l'association Rhin et Danube, 20, Rue Eugène Flachat, Paris 17e.

38 Nous remercions Daniel-Jean Jay, professeur à l'IUFM d'Etiolles, spécialiste d'histoire du cinéma pour ses précieux renseignements.

39 Nous remercions Daniel-Jean Jay, professeur à l'IUFM d'Etiolles, spécialiste d'histoire du cinéma pour ses précieux renseignements.

40 Muséoguide 1939-1945, Jean Marcel Humbert, Lionel Dumarche, Sides, 1986.

41 Services historiques des Armées Château de Vincennes.

42 Cartes Michelin, Bataille de Provence n°103, Bataille d'Alsace n°104 (édit.1947, Rééd.1994).

43 Grand Atlas de la Seconde Guerre mondiale, sous la direction de John Keegan, Larousse, The Times 1990.

44 De nouveaux projets de programme d'histoire dans les lycées prévoient d'étudier la Seconde Guerre mondiale de nouveau en Terminale. Entretien avec Serge Berstein, co-président du Groupe technique disciplinaire, chargé de faire des propositions de programmes au sein du ministère de l'Education nationale.

45 Une heure sur quatre a été supprimée dans les nouveaux horaires de Première S.

 

 Copyright www.stratisc.org - 2005 - Conception - Bertrand Degoy, Alain De Neve, Joseph Henrotin