FLOTTE ET DEVELOPPEMENT D' AIR INTER

 

Marc LAMIDEY 1

Le passé récent de 1977 à 1988

Au cours de ces onze années, Air Inter a considérablement augmenté la productivité et la taille unitaire de sa flotte en s'équipant d'Airbus A-300 et en retirant progressivement du service ses Fokker 27 puis ses Caravelle III (Cf. annexe 1).

Ces gains de productivité ont permis de diminuer les tarifs en Francs constants et d'obtenir une croissance très forte, malgré la pression concurrentielle du TGV (Cf. annexe 2).

En 1988, Air Inter a transporté 13,75 millions de passagers, se situant au 5ème rang pour les PKT (passagers kilomètres transportés) intra-européens, et exploitant 4 des 11 premiers courants de trafic intra-européens : Air Inter contribue ainsi largement à la place de leader de la France pour le trafic aérien domestique en Europe (Cf. annexe 3).

L'avenir immédiat de 1989 à 2000

Si l'amélioration de la productivité de la flotte reste un des objectifs fondamentaux de la compagnie, elle sera cependant moins spectaculaire que lors du remplacement des Fokker 27 et Caravelle III par des A-300, et reposera plus sur le renouveau technologique que sur l'effet taille : Air Inter a choisi de remplacer ses A-300 par des A-330 et ses Mercure et Caravelle Super XII par des A-320 et A-321, la taille unitaire de la flotte passera ainsi de 215 sièges en 1989 à 254 sièges en l'an 2000, soit un accroissement de 18 % seulement en 11 ans (Cf. annexe 4).

La raison de ce choix est double :

- d'abord l'apparition de moyens porteurs de nouvelle génération comme l'A-320, réduisant fortement l'écart de productivité entre gros porteurs et moyens porteurs ;

- ensuite la nécessité de mieux suivre le marché et ses souhaits horaires, et donc de multiplier les fréquences.

Cependant l'accroissement du nombre de mouvements se heurte à l'engorgement croissant de l'espace aérien et à la diminution des créneaux horaires disponibles, en particulier sur les aéroports parisiens.

Les apports technologiques de l'A-320 et de l'A-330 sont considérables :

- commandes de vol électriques, permettant une diminution des coûts de maintenance et de production, ainsi qu'un substantiel gain de masse (environ 200 kg sur le système de commandes de vol A-320), et mini manche latéral.

FMS (Flight Management System), transmettant au pilote automatique et aux automanettes les ordres nécessaires au bon déroulement du vol, et AIDS (Aircraft Integrated Data System), permettant l'enregistrement pendant le vol des valeurs des paramètres nécessaires pour :

- le suivi des performances moteurs ECM (Engine Condition Monitoring) ;

- l'optimisation de l'entretien des moteurs GPA (Gas Path Analysis) ;

- le suivi des performances avion (traînées parasites).

Utilisation de matériaux composites : les freins, le plan horizontal et la dérive seront entièrement en fibre de carbone, d'où un gain de masse d'environ 20 % par rapport à un alliage d'aluminium conventionnel.

Il en résulte une importante diminution de la consommation unitaire de carburéacteur (Cf. annexe 5).

Si les progrès seront plus discrets que pendant la décennie précédente, ils n'en seront pas moins significatifs, et les compagnies disposeront d'avions toujours plus économiques et plus sûrs.

ANNEXE 1

 FLOTTE D'AIR INTER AU 30 JUIN 1989

19 Airbus A-300 314 sièges

8 Airbus A-320 172 sièges

11 Mercure 156 sièges

12 Caravelle Super 12 131 sièges

 

________

Notes:

1 . Directeur des programmes et du trafic d'Air Inter.

 

 Copyright www.stratisc.org - 2005 - Conception - Bertrand Degoy, Alain De Neve, Joseph Henrotin