ALLOCUTION DE MONSIEUR BERNARD LATHIERE

 

PRESIDENT D' AEROPORTS DE PARIS

 

Je voudrais d'abord expliquer en deux mots comment nous voyons, nous, l'affaire à Aéroports de Paris sur le plan du développement. Nous avons une énorme, et quand je dis énorme c'est presque dans le sens de fardeau, une énorme perspective de développement devant nous qui ne se situe pas évidemment dans les petits aérodromes secondaires : on a 14 aérodromes qui dépendent de l'aéro-port de Paris, c'est tout ce qu'il y a jusqu'à 50 km autour de Paris qui dépend de nous, plus Etampes qui est à 53 km je crois, ça on ne l'a pas demandé mais enfin on l'a.

Le développement se fera en partie à Orly ; mais Orly il suffit de voir une carte, Orly est quand même très enserré par l'urbanisation. Orly est actuellement aux alentours de 21 millions de passagers, on le montera jusqu'à 25-28. O n'ira pas tellement au-delà ; le problème d'Orly c'est un problème d'équilibrage entre le trafic national et le trafic international et il y a un couvre-feu à Orly ; donc tous les problèmes de charters ou de fret sont des problèmes un peu difficiles.

A côté, Roissy qui pour l'instant a 1 million, ou 1,5 million à 2 millions de passagers de moins qu'Orly, c'est notre grande chance de développement, parce que là il y a 3 000 hectares, c'est le tiers de la surface de Paris, le double d'Orly, 3 000 hectares qui nous appartiennent et qui sont libres. Autour je ne dis pas que c'est le désert (autour de Roissy) mais enfin ce n'est pas la ville super dense. Donc nous avons là un potentiel de développement assez fabuleux et le plan masse tel qu'on le voit actuellement permet de penser que l'on peut porter Roissy, sans chercher un autre site derrière ou ailleurs, jusqu'à 80 millions de passagers avec 5 pistes alors qu'actuellement il y en a deux ; d'ailleurs la troisième va arriver en 1993 et la troisième aérogare en 1995.

Donc c'est là que se situe notre développement, d'autant que Roissy va constituer un noeud de transport unique au monde, où vous trouverez à la fois l'amélioration souhaitée - et paraît-il maintenant décidée - par un doublement de l'autoroute du Nord. Il y a 30 000 personnes qui, actuellement, travaillent sur la plate-forme de Roissy, c'est la même chose à Orly, et pas que des gens de chez nous mais aussi la police, la douane, les compagnies aériennes, vous enfin. Et, si tout marche normalement dans 4 ou 5 ans il y aura 60 000 personnes qui travailleront sur le site de Roissy ; alors il faut qu'ils puissent venir travailler sans empêcher les gens de prendre leurs avions parce que finalement la raison d'un aéroport - je sais bien que c'est une terre des hommes mais c'est là que le ciel commence - c'est que les gens puissent y prendre l'avion. Donc il y a ce doublement de l'autoroute du Nord, il y a le RER qui y arrive déjà et qui va être prolongé, il y a le TGV dont une gare sera sous Roissy II, entre Roissy II et le RER. Dans cette gare du TGV seront interconnectés tous les trains du réseau ou toutes les lignes du réseau TGV européen c'est-à-dire que l'on pourra faire Cologne sans passer par Paris : Cologne-Roissy, Bordeaux ou Londres-Roissy- Marseille.

Il y a ce potentiel de développement de l'aéroport lui-même, il y a le fait que nous avons lancé un important programme immobilier qui commence à très bien se vendre, et puis il y a peut-être aussi, ça on ne sait pas comment exactement en mesurer les conséquences car à 25 ou 30 km de là va s'installer Eurodisney qui prévoit 12 millions de visiteurs par an, bon voilà à peu près les perspectives pour les deux aéroports.

Je passe maintenant la parole à Monsieur Claude Goustille.

 

 Copyright www.stratisc.org - 2005 - Conception - Bertrand Degoy, Alain De Neve, Joseph Henrotin