CHANGEMENTS DE CAP EN MER BALTIQUE - (1)

 

Introduction

 

 

Petite mer septentrionale presque fermée, la Baltique pourrait n’être envisagée que comme l’un des innombrables lacs – le plus grand – baignant l’Europe du Nord. En effet, elle n’a jamais représenté, pour les hommes habitant cette région, traditionnellement d’excellents marins, un obstacle infranchissable. Au contraire. cette mer a toujours eu pour principale caractéristique d’être un carrefour de communication entre les éléments de la grande diversité qui habite ses rivages. Elle a tout d’abord été vecteur de peuplement, d’invasions et de christianisation en Europe du Nord ; ce fut par exemple le point de départ des épopées vikings vers l’Est et l’ouest1, et c’est par cette voie que fut véhiculée l’influence suédoise en Finlande. La mer Baltique a également été vecteur d’échanges commerciaux, de la route de l’ambre dans l’antiquité aux routes commerciales de la Hanse au Moyen-âge et à la route contemporaine des exportations soviétiques par voie maritime. La région de la Baltique a de tous temps été un point de contact entre Scandinaves, Finnois, Slaves, Baltes, Germaniques et indirectement Anglo-saxons, c’est-à-dire entre des populations protestantes, catholiques et orthodoxes. De nombreuses ethnies sont riveraines, aujourd’hui encore de la Baltique, et pas moins de dix langues sont parlées autour de ses rivages.

Cette diversité était incluse dans sept Etats-nations – du moins jusqu’à la chute du mur de Berlin : le Danemark, la Suède, la Finlande, l’URSS, la Pologne et les Allemagne. Ceux-ci ont représenté les trois grands systèmes socio-économiques contemporains : démocratie pluraliste, démocratie socialiste et modèle "mixte" de la social-démocratie suédoise ou plus largement scandinave. Cette diversité enfin s’est accompagnée de celle, corollaire, de la palette subtile des appartenances aux alliances militaires et économiques : l’URSS, la Pologne et l’ex-RDA appartenaient au Pacte de Varsovie ; le Danemark et la Norvège sont membres de l’OTAN (avec des réserves) ; la Suède et la Finlande, sont neutres (avec la nuance, pour la Finlande du Pacte d’Amitié signé en 1948 avec l’Union soviétique et aujourd’hui caduc). Le Danemark et la RFA-RDA sont membres de la CEE, la Suède et la Finlande ont déposé leur candidature et espèrent devenir membres en 19952. De plus la Finlande et la Suède appartiennent à l’AELE et le Danemark, la Finlande et la Suède appartiennent au Conseil nordique. En somme, on peut dire que le seul lien unificateur entre les éléments de la diversité pluridimensionnelle qui caractérise la région de la Baltique est la mer.

________

Notes:

1 Régis Boyer, Les Vikings, Paris, Plon, 1992.

2 La Norvège devrait en faire autant avant la fin de l’année 1992.

 

 Copyright www.stratisc.org - 2005 - Conception - Bertrand Degoy, Alain De Neve, Joseph Henrotin