Publication de Le général Lucien Poirier et la stratégie

L’ISC a le plaisir de publier le dernier ouvrage en date de Matthieu Chillaud, consacré au général Lucien Poirier, compagnon de longue date d’Hervé Coutau-Bégarie et de l’ISC, dix ans après sa disparition.

Le général Lucien Poirier, Hommage au primitif d’un art qui reste à découvrir sera prochainement disponible à la vente, mais vous pouvez déjà consulter son sommaire, de même que son avant-propos, le mot de Madame la générale Simone Poirier, et son introduction.

 

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Publication de Le général Lucien Poirier et la stratégie

Publication des Actes du Colloque 1870 : matrice de la guerre moderne

L’ISC a le plaisir de publier les Actes du Colloque 1870 : matrice de la guerre moderne, sous la direction d’Isabelle Davion et Stéphane Faudais. Outre leur table des matières, leur préface et leur introduction ont également été mis en ligne.

 

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Publication des Actes du Colloque 1870 : matrice de la guerre moderne

Bienvenue sur notre site rénové !

Toute l’équipe de l’Institut de Stratégie Comparée vous présente ses meilleurs vœux, tout en vous souhaitant la bienvenue sur cette nouvelle version de notre site web. Il est encore en cours de montage – il compte plusieurs milliers de pages – aussi nous vous prions de nous excuser d’éventuels désagréments à sa lecture.

Par ailleurs, nous avons le plaisir de vous présenter le 129ème numéro de Stratégique. Dirigé par Martin Motte, il est particulièrement d’actualité, en revenant sur la guerre d’Ukraine. Vous pouvez consulter sa table des matières et le commander ici.

 

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Bienvenue sur notre site rénové !

Journée d’étude en hommage à Hervé Coutau-Bégarie

Le 21 septembre, l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, l’Ecole de Guerre et l’Institut de Stratégie Comparée ont organisé une journée d’étude dans la salle même où Hervé Coutau-Bégarie dispensait son cours sur l’histoire des doctrines stratégiques au profit de l’EPHE.

Les différentes interventions seront rassemblées en des actes qui seront publiés dans un numéro de Stratégique.

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Journée d’étude en hommage à Hervé Coutau-Bégarie

Notes sur la guerre en Ukraine

L’Institut de Stratégie Comparée a le plaisir de publier ses premières Notes sur la guerre en Ukraine, qui comprend des textes de Georges-Henri Soutou (« La grande rupture »), Martin Motte (« Les enjeux stratégiques de la mer d’Azov) et Joseph Henrotin (« La modernisation capacitaire russe à l’épreuve des réalités »), à la croisée des préoccupations de l’ISC : l’histoire, la stratégie comparée, les aspects technico-militaires.

 

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Notes sur la guerre en Ukraine

Les Rencontres stratégiques de la Méditerranée

La Fondation Méditerranéenne d’Etudes Stratégique (FMES) organise les premières Rencontres stratégiques de la Méditerranée, qui se tiendront les 27 et 28 septembre 2022 à Toulon. C’est un événement majeur, avec des thématiques qui ne le sont pas moins et où l’ISC sera présent. 

D’ici là, vous pouvez consulter https://fmes-france.org/perspectives-strategiques-2021-2-la-mediterranee-et-le-moyen-orient-en-quete-dune-nouvelle-boussole/ ou encore le récent Atlas stratégique de la Méditerranée et du Moyen Orient

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Les Rencontres stratégiques de la Méditerranée

Retour sur le colloque du 20 mai

Retour en images sur le colloque sur l’œuvre et l’héritage du général Ailleret, premier chef d’état-major des armées de la Ve République, organisé par l’Institut de stratégie comparée (ISC), avec l’appui de la direction de l’enseignement militaire supérieur du 20 mai 2021.
Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Retour sur le colloque du 20 mai

Le général Ailleret et la modernisation des armées françaises

Le colloque « Le général Ailleret et la modernisation des armées françaises » aura lieu à l’amphithéâtre Desvallières de l’Ecole militaire le 20 mai de 9h à 16h45.

Attention, l’inscription en ligne est obligatoire.

Tous les renseignements et le programme ici !

 

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Le général Ailleret et la modernisation des armées françaises

2024

Défense & Sécurité Internationale,hors-série n°94, février-mars 2024

Un monde d’aéronavales
Par Joseph Henrotin, directeur de recherche au CAPRI

Carte. Porte-avions et porte-aéronefs dans le monde
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Porte-avions – une chronologie
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

« Les progrès technologiques ont une tendance implacable à s’annuler mutuellement »
Entretien avec Thibault Lavernhe, capitaine de vaisseau, commandant en second du porte-avions Charles de Gaulle, membre du réseau Castex

Le porte-avions, espèce menacée ou prolifique ?
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

PANG : état des lieux
Par Yannick Smaldore, rédacteur en chef adjoint de Deftech et Space International

Combat aérien futur embarqué : les apports du SCAF
Par Yannick Smaldore, rédacteur en chef adjoint de Deftech et Space International

Le porte-avions en tant que capacité : un summum des aptitudes ?
Par Joseph Henrotin, directeur de recherche au CAPRI

La classe Ford et l’avenir de l’aéronavale américaine
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

L’aéronavale russe : Sic transit gloria mundi ?
Par Benjamin Gravisse, Politologue et auteur du blog Red Samovar (https://redsamovar.com)

Chine : la marche forcée de l’aviation embarquée
Par Alexandre Sheldon Duplaix, Co-auteur de Flottes de Combat

Japon : le tournant aéronaval
Par Joseph Henrotin, directeur de recherche au CAPRI.

Corée du Sud : des espérances déçues ?
Par Jean-Jacques Mercier, spécialiste des questions de défense

L’heure de gloire des amphibies à pont continu ?
Par Jean-Jacques Mercier, spécialiste des questions de défense

Les STOVL délivrent-ils leurs promesses ?
Par Jean-Jacques Mercier, spécialiste des questions de défense

De nouvelles aéronavales ? Les avatars de la robotisation
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Un retour à la question du convertible ?
Par Joseph Henrotin, directeur de recherche au CAPRI

Défense & Sécurité Internationale n°169, janvier-février 2024

Chronique « Penser le renseignement » – Les services face aux évolutions de la menace djihadiste
Par Roger Noël, spécialiste des questions de renseignement

Chronique « Penser la stratégie » – Stratégie et potentiel sacrificiel
Par Olivier Zajec, Professeur des universités en science politique, Université Jean Moulin – Lyon III

Chronique « Economie de défense » – Comment réconcilier l’industrie de défense avec les critères ESG (ou les banques)
Par Renaud Bellais, chercheur associé en sciences économiques à l’ENSTA Bretagne et à l’Université Grenoble Alpes (CESICE).

Chronique « L’Europe et sa défense » – La guerre en Ukraine produit-elle un effet d’engrenage pour la défense européenne ?
Par Delphine Deschaux-Dutard, Maître de conférences en science politique, CESICE-Université Grenoble Alpes

L’équilibre (nucléaire) turco-iranien : vers un basculement ?
Par Uzay Ertugay, stagiaire au CAPRI

Point de situation – La marine vietnamienne
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Priorité nucléaire pour la marine nord-coréenne
Par Alexandre Sheldon Duplaix, co-auteur de Flottes de combat

Les mutations de la force aérienne israélienne
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Tableau de Bord – La Heyl Ha’Avir
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Chronique « Penser la guerre » – Guerres, histoire et cinéma
Par Laure Bardiès, sociologue à l’ENS Rennes, enseignante-chercheuse aux Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan de 2001 à 2017

Chronique « Penser les opérations » – 7 octobre 2023 : Effondrement d’un modèle opérationnel
Par Michel Goya, colonel des troupes de marine (r), animateur du blog La Voie de l’Épée

Une Troisième Guerre mondiale « sous le seuil » ?
Par Antony Dabila, chercheur associé à l’Institut d’études de stratégie et de défense (IESD)

Chronique « Penser le cyber » – « Leaving off the land »
Par Stéphane Taillat, Maître de conférences à l’Université Paris 8 détaché aux Écoles de St Cyr-Coëtquidan, chercheur au centre de Géopolitique de la Datasphère (GEODE) et au pôle « mutations des conflits » du Centre de Recherche de l’Académie de St Cyr-Coëtquidan (CREC)

Légèreté en famille : les CVRT
Par Pierre Petit, expert en systèmes d’armes

Intelligence artificielle et commandement : retour sur un colloque
Par Gérard de Boisboissel, ingénieur de recherche, CReC Saint-Cyr

Une IA stratège ?
Par Joseph Henrotin, directeur de recherche au CAPRI

Préparation de mission
Par Jérôme Felber, capitaine, CReC Saint-Cyr

Perspectives : l’IA et mes systèmes de combat
Par Gérard de Boisboissel, ingénieur de recherche, CReC Saint-Cyr

IA et conduite des opérations
Par Gérard de Boisboissel, ingénieur de recherche, CReC Saint-Cyr

Le rôle de l’IA dans l’Analyse après action
Par Gérard de Boisboissel, ingénieur de recherche, CReC Saint-Cyr

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur 2024

De la guerre. Textes présentés et annotés par Martin Motte

Maréchal Foch. Présenté et annoté par Martin Motte

Commander l’ouvrage

Table des matières

Préface du général Benoît Durieux

Introduction. Foch ou l’insoutenable légèreté de l’historiographie
Principes d’édition
Foch par lui-même

Des principes de la guerre (1903)

Avant-propos
Chapitre premier. De l’enseignement de la guerre
Chapitre II. – Caractères originels de la guerre moderne
Chapitre III. – L’économie des forces
Chapitre IV. – Discipline intellectuelle. Liberté d’action pour obéir
Chapitre V. – Service de sûreté
Chapitre VI. – L’avant-garde
Chapitre VII. – L’avant-garde à Nachod
Chapitre VIII. – La surprise stratégique
Chapitre IX. – La sûreté stratégique
Chapitre X. – La bataille : attaque décisive
Chapitre XI. – La bataille : exemple historique
Chapitre XII. – La bataille moderne

De la conduite de la guerre (1904)

Préface de la Première édition (1904)
Chapitre Premier. – Du but à la guerre
Chapitre II. – Établissement du plan de guerre
Chapitre III. – Mesures arrêtées dès le temps de paix
Chapitre IV. – Groupement des forces
Chapitre V. – Réunion des forces dans le temps
Chapitre VI. – Passage à l’action
Chapitre VII. – Les transports
Chapitre VIII . – La marche à la Sarre
Chapitre IX . – La bataille de Spicheren
Chapitre X. – Les suites de la victoire
Chapitre XI. – La marche à la Moselle
Chapitre XII. – La surprise à la Nied

De la guerre

Chapitre XIII. – Reprise de la marche à la Moselle
Chapitre XIV. – La bataille de Borny
Chapitre XV. – Le passage de la Moselle
Chapitre XVI. – 16 août. Gravelotte.
Prise de contact avec l’ennemi.
Désastre de la stratégie réparé par la tactique
Chapitre XVII. – 17 août. La préparation de la bataille
Chapitre XVIII. – 18 août. Saint-Privat. La conduite de la bataille

[Conclusion]

Annexe I. – Foch face à l’évolution de la guerre (1905-1918)
Annexe II. – Les principes selon Foch
Annexe III. – Maximes diverses extraites des Principes de la guerre et de La Conduite de la guerre
Sources et bibliographie indicative

Remerciements

Index des noms de Personnes

Index des noms de lieux

Table des cartes

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur De la guerre. Textes présentés et annotés par Martin Motte

Précis de stratégie militaire. 2e édition revue et augmentée

Joseph Henrotin

Précis de stratégie militaire: 2e édition revue et augmentée

Commander l’ouvrage

Table des matières

Acronymes
Introduction

Chapitre premier. Définitions et éléments fondamentaux

Conduire les armées : le stratège et le stratégiste
La stratégie, art bâti sur une science
Place de la théorie
Encadré 1. Déduction et induction : quelques exemples
Encadré 2. Stratège et/ou stratégiste, militaire ou civil ?

L’objet de la stratégie : le conflit comme continuation de la politique par d’autres moyens
Politique et raisons du conflit
Encadré 3. Solution politique ou militaire ?
Encadré 4. Sécurité et/ou défense ? Les acteurs du conflit
Guerre, crise, conflit : polysémie d’un phénomène
Nature et caractère de la guerre
Encadré 5. Un exemple de darwinisme militaire : la fin des chevaliers

Le sujet de la stratégie – l’art de la guerre
Un point de départ : la définition de Beaufre
Deux définitions de la stratégie
Encadré 6. La puissance… sans la puissance militaire ?

« La » stratégie ; « les » stratégies
Encadré 7. Le piano de la puissance : la réponse aux actions russes en Ukraine, 2014-2022
Articulation de la stratégie militaire
Graphique. Le processus de génération organique
Encadré 8. Stratégie ou logistique ?

Les niveaux de la stratégie
Articulation de la stratégie militaire
Encadré 9. L’art opératif comme matrice d’intégration interarmées
L’écrasement des niveaux et ses conséquences
Encadré 10. Excellence tactico-opérative ; inefficacité politique. Le cas de la Rhodésie du Sud

Une synthèse : Shaka et la durabilité du royaume zoulou
La modernisation stratégique zouloue
Du succès à l’échec : le rôle de l’inadaptation

Chapitre 2. Le cadre de la stratégie

L’environnement de l’action : l’incertitude
Encadré 11. De la probabilité en histoire : le cas de la ligne Maginot

Les acteurs de la stratégie : la trinité clausewitzienne
Encadré 12. Le pouvoir des réseaux sociaux

Finalités de la guerre : buts absolus et limités, définition des objectifs
Encadré 13. Une meilleure paix ? Le cas de la guerre des Six Jours
Guerres à buts absolu(s) et limité(s)
Encadré 14. La guerre totale comme mobilisation systématique de la population
Encadré 15. La notion d’intérêt
Encadré 16. Le cas de la guerre de l’Ogaden
Définir l’action : les objectifs de et dans la guerre
Encadré 17. Corée, 1950-1953 : que faire ?

Les modes stratégiques
Encadré 18. La guerre du Kosovo, cas de coercition
Guerres régulières, irrégulières et hybrides
Encadré 19. Le cas des forces spéciales
Guerre régulière
Guerre irrégulière
Encadré 20. Carlos Marighella : l’aspiration à la guérilla
Synthèse : terrorisme, guérillas et insurrections
Guerres hybrides ?
Encadré 21. L’ELPS et le POLISARIO, quasi-armées
Contre-irrégularité
Tableau. Résultat de 85 conflits irréguliers
Le rôle des populations : la question de la résilience

Chapitre 3. La conduite de la guerre

Le processus stratégique
La surprise
La rupture
La poursuite
La retraite
La victoire
Encadré 22. Le paradoxe kényan
Encadré 23. « Tenir et s’adapter » : le cas du PAIGC et de la Guinée équatoriale

Les catégories stratégiques
Buts positifs/négatifs
Encadré 24. La fin de la Luftwaffe
Stratégies régulière et irrégulière
Stratégie conventionnelle et alternative
Encadré 25. Stratégie alternative pour puissance nucléaire : le cas de G. Brossollet
Stratégie directe et indirecte
Encadré 26. 50 nuances de guerre par procuration
Stratégie offensive et défensive
Encadré 27. Les avantages de la profondeur stratégique
Encadré 28. Offensive, défensive et dilemme de la sécurité
Stratégie de destruction et d’interdiction
Stratégie d’anéantissement et d’attrition
Encadré 29. La relation anéantissement-attrition : la CBO alliée et le contre-exemple japonais
Stratégie de manœuvre et linéaire
Encadré 30. La conception de la manœuvre chez John Boyd
Stratégie de domination et de contrôle

Les principes de la guerre
Tableau. Diversité des principes de la guerre
Encadré 31. La variabilité de la supériorité technologique

L’exercice de la guerre : deux exemples
Jouer du facteur temps : Mannerheim et la guerre d’hiver
Défier la géographie : la guerre des Malouines

Conduire au succès : centres de gravité, points décisifs et vulnérabilités critiques
Vulnérabilités critiques et points décisifs
La question du centre de gravité
Warden et l’anatomie de l’adversaire

Chapitre 4. De la pensée a la culture stratégique

La pensée stratégique
Encadré 32. Du bon usage de l’histoire : l’Afghanistan
Définir la pensée stratégique
La pensée stratégique pré-clausewitzienne
Encadré 33. La continuité de la pensée stratégique chinoise
Encadré 34. La guerre a fait l’État et l’État a fait la guerre
La pensée stratégique après Napoléon
Le XXe siècle : la diversification stratégique
La guerre au XXIe siècle. 1. Le pôle interétatique
La guerre au XXIe siècle 2. Le djihadisme et le retour à la guerre révolutionnaire
Encadré 35. Al-Qaïda et l’EI : les cousines ennemies

La culture stratégique
Un exemple d’influence de la culture stratégique sur les armées : les styles de commandement
Encadré 36. Le Japon : de la féodalité à l’écrasement de la Russie
L’interaction pensée/culture stratégique
Orient vs. Occident : une distinction pertinente ?
Une culture stratégique africaine ?
La prééminence de l’adaptation sur les déterminismes : le cas de la guerre irrégulière
Encadré 37. L’action intégrale en Colombie

Chapitre 5. La maitrise des facteurs d’incertitude

Se connaître

Connaître l’adversaire : le renseignement
Théorie du renseignement
Encadré 38. La valeur relative du renseignement technologique : ULTRA et Magic
Encadré 39. La difficulté du travail de renseignement en France
Le renseignement dans sa relation à l’action

S’organiser

Combattre

Chapitre 6. La stratégie des moyens

La technologie dans l’art de la guerre
La technologie : une première approche
Encadré 40. Matériel et capacité : le processus DORESE
Technologie et opérations militaires
Encadré 41. Quand les plus avancés perdent
Encadré 42. Matériels centenaires et optimums technologiques

Conduite de la stratégie des moyens
La stratégie génétique
Encadré 43. De la durée des programmes d’armement
La stratégie industrielle
La stratégie logistique

Chapitre 7. Les stratégies particulières

Introduction : le fluide et le solide

La stratégie maritime/navale
La stratégie maritime
Encadré 44. La Grande-Bretagne au XIXe siècle : un exemple de stratégie maritime
La stratégie navale
Encadré 45. La guerre russo-japonaise
Encadré 46. Quand la mer aide la terre : Yorktown
Encadré 47. La stratégie navale française, exemple pour Corbett
Encadré 48. Guerre de course ou guerre d’escadre ?
Encadré 49. Sea control et sea denial : l’exemple chinois
Géostratégie navale

La stratégie aérienne
Approche tactique et stratégique
Tableau. Nombre de bombes (équivalent Mk 84, 907 kg) nécessaires à la destruction d’un objectif de 18 x 30m
Engagement graduel et décisif
Encadré 50. La guerre aérienne du Vietnam
Graphique. Pôles de la stratégie aérienne

Stratégie spatiale

Cyberstratégie
Tableau. Formes de la guerre de l’information selon Libicki
À la charnière entre le civil et le stratégique 305
Encadré 51. Stuxnet : le cyber « appuyé par » en vue d’effets stratégiques
Les modes d’action
Encadré 52. « Orchard » : la guerre cyberélectronique
Une inversion des pôles ?

Chapitre 8. Dissuasion et maîtrise des armements

La dissuasion
Encadré 53. Les effets d’une explosion nucléaire
La crédibilité et la relation certitude/relativité
Encadré 54. La triade comme expression capacitaire
Statut nucléaire et prolifération
Encadré 55. La prolifération nucléaire à travers l’histoire

Désarmement et contrôle des armements
Encadré 56. Prolifération nucléaire : le cas nord-coréen

Bibliographie raisonnée

Index

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Précis de stratégie militaire. 2e édition revue et augmentée

2014

Défense & Sécurité Internationale hors-série n°39, décembre 2014-janvier 2015 – Bombardement et frappe stratégique

Le bombardier stratégique, symbole de la puissance aérienne
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

De Douhet à Slessor : la première génération des conceptions stratégiques de l’arme aérienne
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Carte. Du bombardement à la frappe stratégique – La situation en 2015

Rompre avec le bombardement stratégique. Une nécessité pour réellement employer l’arme aérienne au service de la stratégie
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

Deuxième Guerre mondiale : les variations du bombardement stratégique
Entretien avec Patrick Facon, chargé de mission au Centre d’Etudes Stratégiques Aérospatiales

Frappes stratégiques : la matrice américaine
Interview avec le Professeur Phillip S. Meilinger, colonel de l’US Air Force (r), docteur en histoire militaire, ancien doyen de l’US Air Force School of Advanced Airpower Studies

Du bombardement à la frappe stratégique : un glissement sémantique pour un changement de paradigme
Par le Grégory Boutherin, capitaine, chargé de projet « prospective » (division « prospective et stratégie ») au Centre d’Etudes Stratégiques Aérospatiales (CESA, armée de l’Air) ; Mickaël Aubout, capitaine, chef de la section « Recherche » (division « études et rayonnement ») au CESA ; Tony Morin, lieutenant, chargé d’étude au CESA et Aspirant Carole Herraïz, aspirant, chargé d’étude au CESA.

Itinéraire du bombardement stratégique américain
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Quand les Américains bombardaient le Nord-Viêtnam. Les opérations Linebacker I et II (1972)
Par Stéphane Mantoux, agrégé d’histoire, enseignant dans le secondaire, cofondateur du blog L’autre côté de la colline (histoire militaire).

Coercition et puissance aérienne
Par Olivier Schmitt, docteur en Relations Internationales (department of War Studies, King’s College London), et chercheur post-doctoral au Centre d’Etudes et de Recherches Internationales de l’Université de Montréal (CERIUM), associé au Centre d’Etudes sur la Paix et la Sécurité Internationale (Université de Montréal/McGill University).

Bombarder pour contraindre. La coercition aérienne et ses effets stratégiques selon Robert Pape
Par Jean-Patrice Le Saint, colonel (air), officier d’échange au sein du Strategic Studies Group du chef d’état-major de l’US Air Force, Pentagone

Frappes stratégiques : la mutation américaine vers la polyvalence
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

BUFF ! Un demi-siècle de records pour le bombardier multirôle B-52
Par Romain Mielcraek, spécialiste des questions de défense

Frappes stratégiques américaines : quels projets ?
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Bombardiers soviétiques/russes : priorité à la dissuasion
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Bear, Blackjack et Backfire : le poing volant de Moscou
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

L’orient est rouge. L’évolution de la famille H-6
Par Jean-Jacques Mercier, spécialiste des systèmes d’armes

Défense & Sécurité Internationale n°109, décembre 2014

La Norvège, premier de la classe de l’OTAN
Par Romain Mielcarek, spécialiste des questions de défense

De la finalité des opérations militaires
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

De l’histoire militaire américaine et de ses conséquences aujourd’hui
Entretien avec Matthew S. Muehlbauer, maître de conférence invité en histoire au Manhattan College de New York ; et David J. Ulbrich, maître de conférence en histoire à la Rogers State University, Oklahoma.

Forces aériennes : l’ennemi intérieur
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Ravitaillement à la mer. Carnet de bord
Par Véronique Sartini, journaliste spécialiste des questions de défense

Ejército de Chile. La meilleure force terrestre d’Amérique latine ?
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Tableau de bord – Ejército de Chile
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Euronaval 2014 : les tendances
Par la rédaction

Le M-1 Abrams, monture de l’Armor. Quatrième partie :
Par Pierre Petit, adjudant-chef, instructeur à l’école de cavalerie de Saumur

GMV 1.1 : le nouveau véhicule léger de l’USSOCOM
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Défense & Sécurité Internationale n°108, novembre 2014

La possibilité d’une défaite
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Histoire brève d’une victime conciliante
Par Vincent Desportes, Général (r), ancien directeur de l’Ecole de Guerre, professeur de stratégie à Sciences Po et à HEC

De l’Irak à la Syrie : convergence de feux aériens contre l’Etat islamique
Par Romain Mielcarek, spécialiste des questions de défense

Techno-guérilla : le pire des deux mondes
Entretien avec Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI, auteur de La techno-guérilla et la guerre hybride. Le pire des deux mondes

Menace sur les systèmes spatiaux et technologie « hit-to-kill » chinoise : histoire d’un revirement américain
Par Guilhem Penent, chercheur associé au programme Espace de l’Institut Français des Relations Internationales, auteur du blog De la Terre à la Lune

L’impossible équation stratégique de la Republic of China Air Force
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Taïwan – Force aérienne de la République de Chine (Republic of China Air Force)
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Le M-1 Abrams, monture de l’Armor. Troisième partie : sa mise en service dans l’US Army, l’évolution des premières versions, les M1 de l’USMC.
Par Pierre Petit, adjudant-chef, instructeur à l’école de cavalerie de Saumur

Les destroyers de la classe « Luyang » : de la lutte antisurface à la polyvalence
Par Corentin Houchet, étudiant à l’IEP de Paris en deuxième année du master « International Security

Résilience des flottes : le point faible ?
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

F-35 Lightning II : les déboires d’un rêve aéronautique
Par Joseph Henrotin et Philippe Langloit, chargés de recherche au CAPRI

Défense & Sécurité Internationale hors-série n°39, octobre-novembre 2014 – Euronaval 2014

Mutations de la guerre navale
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Carte : Rangs et puissances navales au 1er octobre 2014
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Une marine en pleine transformation
Entretien avec l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la Marine

Tableau de bord : quelle évolution pour les marines européennes ?
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Frégate Aquitaine. Bienvenue dans la marine du 21e siècle
Par Véronique Sartini, journaliste spécialiste des questions de défense

Carte : Les grands bâtiments de combat de surface dans le monde au 1er octobre 2014
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Combattre en Manche pendant la Seconde Guerre mondiale. Un cas d’école pour les opérations littorales
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Violence et puissance maritime en 2014
Entretien avec le capitaine de vaisseau (à la retraite) Hugues Eudeline, Master of science, docteur en histoire, membre de l’Académie royale de Marine suédoise (KÖMS).

Guerre littorale : l’expérience suédoise
Entretien avec J. J. Widen, professeur associé de War Studies et directeur de recherche pour les opérations navales au Collège de défense nationale suédois.

La piraterie maritime en Afrique : d’un golfe à l’autre
Par Louis-Arthur Borer et Edouard Pflimlin, avec la collaboration de Dirk Steffen, capitaine de frégate, RiskIntelligence

AirSea Battle : à la recherche de la contre-guerre littorale
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Concevoir des bâtiments de guerre littorale ?
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

DCNS : quelle place dans la lutte littorale ?
Entretien avec Stéphane Frémont, directeur délégué de la division Systèmes navals de surface, DCNS

Aviation de surveillance maritime : la guerre littorale par les airs
Par Jean-Jacques Mercier, expert en systèmes d’armes

Guerre hybride en mer : l’expérience de la Jeune Ecole
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Défense & Sécurité Internationale n°107, octobre 2014

D’Al-Qaïda en Irak à l’Etat Islamique (2003-2014).
Par Stéphane Mantoux, agrégé d’histoire, enseignant dans le secondaire, cofondateur du blog L’autre côté de la colline (histoire militaire).

Les forces spéciales irakiennes
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Face à l’EI, les inconnues d’une guerre totale. Vers l’Orient compliqué, la coalition volait avec des idées simples
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Distribution stratégique des forces
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Les « trois guerres » d’influence de l’armée populaire de libération
Par Romain Mielcarek, spécialiste des questions de défense

« La nécessité de se rassembler finira par s’imposer »
Entretien avec Henri Bentégeat, ancien chef d’état-major particulier du Président de la République, ancien Chef d’Etat-Major des Armées et ancien président du Comité militaire de l’Union européenne.

Penser la surprise stratégique
Par Vincent Desportes, général (r), ancien directeur de l’Ecole de Guerre, professeur de stratégie à Sciences po et à HEC

Les ambitions contrariées de la Marine royale canadienne
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Tableau de bord : Canada – Marine royale canadienne/Royal Canadian Navy
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

L’emploi des formations blindées de gendarmerie : histoire et perspectives
Par Philippe Dettori-Campus

Le M-1 Abrams, monture de l’Armor. Deuxième partie : le XM-1
Par Pierre Petit, adjudant-chef, instructeur à l’école de cavalerie de Saumur

Les nouvelles armes d’appui de l’infanterie US
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Les Patsas à Eurosatory 2014
Par Stéphane Ferrard, spécialiste des questions de défense

Le Gerfaut, passeport pour un C-130 à capacité d’appui aérien
Entretien avec Patrick Gaillard et Fanny Turgis, fondateurs d’AA/ROK et responsables du projet SSA-1101 Gerfaut

Défense & Sécurité Internationale n°106, septembre 2014

Le commandement, reflet d’une conception de la guerre
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Echec des opérations d’information en Afghanistan : la guerre n’est pas une affaire de marketing
Par Romain Mielcarek, spécialiste des questions de défense

Des flottes paramilitaires en première ligne des conflits en Asie
Par Alexandre Sheldon-Duplaix, conférencier à l’Ecole de guerre, chercheur au service historique de la défense

John Boyd, un militaire intégral. Dernière partie. Le Marine et le philosophe
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Une mort trop distante ?
Par Philippe Vittel, capitaine de frégate, stagiaire au sein de la 21ème promotion de l’école de guerre.

L´évolution de la puissance navale brésilienne comme levier du développement de l´État
Par Gustavo Leite Cypriano Neves, capitaine de frégate (Brésil), stagiaire de la 21ème promotion de l’Ecole de guerre

La Royal Australian Air Force : une suprématie contestée ?
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Tableau de bord. Australie – Royal Australian Air Force
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

B61-12 : Un programme en débat
Par Nicolas Giacometti, Master en Strategic Studies de l’Université du Pays de Galles, Aberystwyth.
Frappes aériennes et furtivité : du F-117A aux drones furtifs
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Vers la fin du Prowler
Par Jean-Jacques Mercier, expert en systèmes d’armes

Le Famas bientôt appelé à faire valoir ses droits à la retraite
Par Jean-Louis Courtois

Le M-1 Abrams, monture de l’Armor. Première partie : la genèse.
Par Pierre Petit, adjudant-chef, instructeur à l’école de cavalerie de Saumur

Défense & Sécurité Internationale hors-série n°38, août-septembre 2014 – Université d’été de la défense 2014

De la tétanie stratégique de l’Europe et de la place de la France
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

« Un costume taillé au plus juste »
Entretien avec le général Pierre de Villiers, Chef d’Etat-Major des Armées

« MRTT/activité », le slogan que martèle le CEMAA
Entretien avec le général Denis Mercier, Chef d’Etat-Major de l’Armée de l’Air

La DGA dans un contexte budgétaire serré
Entretien avec Laurent Collet-Billon, délégué général pour l’armement

Carte : forces françaises déployées hors-métropole

Les armées orphelines d’une vision de long terme
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Ulysse, cyber-combattant ?
Commandant (air) Emmanuel Singaraud, stagiaire de la 21ème promotion de l’Ecole de guerre.

Le Maintien en Condition Opérationnelle dans l’armée de Terre en question
Par Stéphane Ferrard, spécialiste des questions de défense

Le MCO aéronautique relève le défi
Par Patrick Pacorel, général de division aérienne, sous-chef activité de l’état-major de l’armée de l’Air.

Opérations aériennes stratégiques : changer la culture de l’armée de l’Air
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

L’accélération des processus de ciblage : facteur de succès des dernières campagnes aériennes
Par Raphy Szternberg, master 2 en histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité, Premier prix Armée de l’Air René Mouchotte 2012

Ravitaillement en vol : l’Airbus A330 MRTT
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Les avions ravitailleurs français hors d’âge. Alerte rouge !
Par Véronique Sartini, journaliste spécialiste des questions de défense.

Quelle place pour les TACP dans l’armée française ?
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Entretien avec le lieutenant-colonel Christophe Aubé, commandant le Centre de Formation à l’Appui Aérien, sur la Base Aérienne 133 de Nancy.

Vers un concept de C2 « distribué » et d’opérations aériennes décentralisées
Par Jean-Patrick Gaviard, général (2S)

Que rôle faire jouer à la R&T pour que la France reste une puissance aérospatiale ?
Par Bruno Sainjon, président-directeur général de l’ONERA

Effort de défense : Où en sommes-nous en Europe ?
Par Renaud Bellais, ENSTA Bretagne et Euro-défense France

Défense & Sécurité Internationale n°105, juillet-août 2014

Inquiétudes face au rêve d’indépendance de l’Ecosse
Par Romain Mielcarek, spécialiste des questions de défense

Réhabiliter l’organique
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

John Boyd, un militaire intégral. Troisième partie. Le stratégiste et le réformateur
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

La naissance du commandement des opérations spéciales aériennes aux Etats-Unis
Par James Doyle, commandant, Corps des Marines des Etats-Unis, stagiaire de la 21ème promotion de l’Ecole de guerre

Quel avenir pour le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires ?
Par Christophe Danielo, capitaine de frégate, stagiaire de la 21ème promotion de l’école de guerre.

L’opération clandestine est-t-elle un outil d’action légal ?
Par Eric Pourcel, docteur en droit, délégué des Hauts de Seine de l’ASAF (Association de Soutien à l’Armée Française).

Le Porte-avions Charles de Gaulle regonflé après l’opération « Bois Belleau »
Par Véronique Sartini, journaliste spécialiste des questions de défense

Australian Army : une armée pour le Pacifique
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Tableau de bord. L’Australian Army
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Eurosatory 2014. Quelles nouveautés ?
Par la rédaction

StratoBus : un dronigeable pseudolite pour Thales
Entretien avec Jean-Philippe Chessel, program manager du projet Stratobus, Thales Alenia Space

Close Air Support : quels gunships aujourd’hui ?
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Défense & Sécurité Internationale n°104, juin 2014

« L’approche indirecte », histoire d’une imposture
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

John Boyd, un militaire intégral. Deuxième partie. Le concepteur devient stratégiste
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Gagner les batailles dans l’infosphère
Par Jérôme Dufour, lieutenant-colonel (Air), stagiaire de la 21ème promotion de l’Ecole de guerre

De la difficulté à penser la guerre réelle
Par Vincent Desportes, général (r), professeur de stratégie à Sciences Po et à HEC, ancien directeur de l’Ecole de guerre

Dans les secrets d’un Atlantique 2
Par Véronique Sartini, spécialiste des questions de défense

Les Green Berets de demain : le programme Volckmann
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Force aérienne polonaise, la force de frappe de Varsovie
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

Tableau de bord : Siły Powietrzne (Forces aériennes polonaises)
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

Le graphène, nouvel eldorado de l’industrie de défense et source d’une nouvelle RMA ?
Par Joseph Henrotin et Philippe Langloit, chargés de recherche au CAPRI

Héliportage : le transport aéromobile français équipé par une entreprise britannique
Par Romain Mielcarek, spécialiste des questions de défense

De Londres à Riyad, Raytheon UK célèbre le succès de son Paveway IV
Par Romain Mielcarek, spécialiste des questions de défense

Plaidoyer pour l’acquisition par l’Allemagne de drones armés
Commandant André Polplatz, Stagiaire de la 21 ème Promotion de l’Ecole de Guerre

Situation des constructions navales russes (2e partie)
Par Alexandre Sheldon-Duplaix, service historique de la défense, conférencier à l’école de guerre

Défense & Sécurité Internationale hors-série n°36, juin-juillet 2014 – Eurosatory 2014

Combat terrestre : l’enjeu de la survie des forces classiques
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Les combats de l’armée de Terre
Entretien avec le général Bertrand Ract Madoux, chef d’état-major de l’armée de Terre

Quel mentoring pour l’Afghanistan de demain ?
Par Romain Mielcarek, spécialiste des questions de défense

Armement de l’infanterie : la transformation silencieuse
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

Transmissions : vers le combat cyber-électronique
Entretien avec Stéphane Dossé et Aymeric Bonnemaison, officiers des transmissions, co-auteurs de : Attention : cyber ! Vers le combat cyber-électronique. Saint-Cyriens, officiers des Transmissions de l’armée de Terre et brevetés de l’École de guerre.

Occuper le terrain dans les médias sociaux : la Digital Engagement Team de l’USCENTCOM
Par Rémy Hémez, chef de bataillon.

Soutien : quelques réflexions sur la JEA
Par Philippe Kossowski, Capitaine de frégate, FRMARFOR, section logistique

L’adaptation du génie à la lutte contre-guérilla. De l’Indochine à l’Afghanistan : le génie face aux EEI
Par Christophe Lafaye, docteur en histoire, lieutenant de réserve attaché au CDEF

Exercice chimique « Douros Europos ». Toute ressemblance avec une situation récente…
Par Véronique Sartini, journaliste spécialiste des questions de défense

Forces conventionnelles, forces spéciales : équilibre et complémentarité
Par Vincent Desportes, général (r), professeur de stratégie à Sciences Po et à HEC, ancien directeur de l’Ecole de guerre

Armement terrestre : la croisée des chemins
Entretien avec Christian Mons, président du GICAT

Adaptation par la France d’un dispositif américain de contrat d’Etat à Etat. Un outil pour booster les exportations françaises d’armement ?
Par Frédéric Gérard, ingénieur en chef de 2° classe des études et techniques d’armement, stagiaire de la 21ème promotion de l’Ecole de guerre

Une histoire de PATSAS
Par Stéphane Ferrard, spécialiste des questions de défense

MRAP : l’avenir d’un concept
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Piranha : une histoire de famille
Par Pierre Petit, expert en questions de défense

Matériels terrestres : l’éternel retour des mascottes
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Défense & Sécurité Internationale n°103, mai 2014

Libérer la pensée stratégique pour limiter la guerre
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

La force expéditionnaire franco-britannique (CJEF), des limites à repousser…
Par le Christophe Mailhac, capitaine de corvette, stagiaire de la 21ème promotion de l’Ecole de Guerre

La Crimée et la flotte de la mer Noire
Par Alexandre Sheldon-Duplaix, chargé de recherche et d’enseignement au service historique de la défense

Merci, professeur Poutine !
Par Vincent Desportes, général (CR), professeur de stratégie à Sciences Po et HEC, ancien directeur de l’Ecole de Guerre

Analogies historiques en termes de prises de décision : la Crimée, la Première guerre mondiale et l’Asie de l’Est
Par Bernard Fook Weng Loo, Professeur associé à l’Institute of Defence and Strategic Studies, S. Rajaratnam School of International Studies (RSIS), Nanyang Technological University.

La mode, la guerre, et l’informatique.
Par Thomas Secher, capitaine de corvette, stagiaire de la 21ème promotion de l’Ecole de Guerre

S’adapter au combat : accepter l’incertitude
Entretien avec Michel Goya, colonel de l’armée de Terre, docteur en histoire, directeur du bureau recherche du CDEF, auteur de Sous le feu. La mort comme hypothèse de travail et de Israël contre le Hezbollah. Chronique d’une défaite annoncée

John Boyd, un militaire intégral. Première partie. La théorie E-M
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Les Forces terrestres de l’Armée populaire de libération (Zhōngguó Rénmín Jiěfàngjūn Lùjūn)
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

La transformation négligée des forces terrestres chinoises
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

Lazar II, un véhicule blindé d’infanterie qui se rêve comme le symbole d’un industrie serbe rescucitée
Par Romain Mielcarek, spécialiste des questions de défense

2014, une année sans réelles nouveautés dans le domaine des armes
Par Jean-Louis Courtois, ancien commissaire de police et expert auprès des tribunaux

Gripen : en attendant la nouvelle génération
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Le pilote, une alternative au drone ?
Par Rémi Thomas, capitaine de frégate, stagiaire de la 21ème promotion de l’Ecole de guerre

Défense & Sécurité Internationale n°102, avril 2014

Doctrines importées
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

La mutation des forces spéciales américaines. Le Global SOF Network. Deuxième partie
Par Pierre Roty, capitaine de frégate, commando marine, officier de liaison opérations spéciales à l’United States Special Opérations Command depuis l’été 2012.

De la nécessité du débat stratégique
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

L’armée dans les cités : pour quoi faire ?
Par Gwénaël Loquet, chef d’escadron, cavalier blindé, stagiaire de la 21e promotion de l’Ecole de guerre.

Le meilleur des mondes ? Evaluation des alternatives aux choix stratégiques des Etats-Unis après le 11 septembre
Par Olivier Schmitt. Doctorant au département des War Studies du King’s College London, associé à l’Irsem. Animateur du blog « War Studies Publications »

Planification opérationnelle et lutte informatique défensive
Par Hervé Mermod, commandant (Air), officier systèmes aéronautiques, diplômé du centre de formation à la sécurité des systèmes d’information du secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale stagiaire de la 21ème promotion de l’Ecole de guerre

Quitter les montagnes pour entrer en ville : le combat contre-irrégulier au 21ème siècle
Entretien avec David Kilcullen, expert en contre-insurrection, PDG de Caerus Associates, auteur de Out of the Mountains. The Coming Age of the Urban Guerrilla

L’avenir incertain de la Marina Militare
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

Tableau de Bord – La Marina Militare
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint d’Histoire & Stratégie

LRASM : bientôt un nouveau missile antinavire pour l’US Navy ?
Par Jean-Jacques Mercier, expert en systèmes d’armes

A400M : vers le régime de croisière
Entretien avec Cédric Gautier, directeur du programme A400M chez Airbus Defence and Space

Ravitaillement en vol : les grandes manœuvres
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

La situation des constructions navales russes (1ère partie)
Par Alexandre Sheldon-Duplaix, chargé de mission au Service historique de la Défense

Défense & Sécurité Internationale hors-série n°35, avril-mai 2014 – La dissuasion nucléaire

Dissuasion : les fondamentaux d’une stratégie de non-emploi
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

De l’armement nucléaire à la prolifération : quand la technique révèle le politique
Par Jean-Jacques Mercier, expert en systèmes d’armes

Carte. La prolifération nucléaire dans le monde

Dissuasion nucléaire : dictionnaire des principaux concepts et acronymes
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

« Nous sommes entrés dans l’ère de la ‘contre-dissuasion’ »
Entretien avec Bruno Tertrais, chercheur senior, Fondation pour la Recherche Stratégique

Pourquoi faut-il conserver les forces aériennes stratégiques ?
Par Philippe Wodka-Gallien, Institut Français d’Analyse Stratégique, auteur du Dictionnaire de la dissuasion (Marines Editions, 2011)

Force aérienne stratégique : pour tout savoir (ou presque)
Entretien avec le général de corps aérien Patrick Charaix, commandant des Forces Aériennes Stratégiques (FAS)

Repenser le rôle de l’arme nucléaire dans la stratégie française
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint d’Histoire & Stratégie

L’avenir du nucléaire préstratégique en Europe
Par André Dumoulin, Attaché à l’Institut Royal Supérieur de Défense (IRSD-Bruxelles), professeur à l’Université de Liège. N’engage pas les institutions de référence.

Russie/Etats-Unis : les évolutions d’un duopole
Par Joseph Henrotin et Philippe Langloit, chargés de recherche au CAPRI

Grande-Bretagne : bientôt la fin de la puissance nucléaire ?
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Russie : une modernisation bien engagée
Interview avec Pavel Podvig, docteur en sciences politiques (Moscou), maître de recherche à l’Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement et directeur du projet « Forces nucléaires russes ».

La puissance nucléaire chinoise
Interview avec Michael Chase, docteur en relations internationales, politologue senior, RAND Corporation

Asie du Sud : entre stabilisation et conflit nucléaire limité
Interview avec Vipin Narang, professeur assistant de sciences politiques au Massachusetts Institute of Technology.

L’inconnue nord-coréenne
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

De l’avenir du concept de dissuasion et de celui d’arme absolue
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Défense & Sécurité Internationale n°101, mars 2014

2013 : fin des rêves militaires
Par Vincent Desportes, Général (R), professeur de stratégie à Sciences Po et HEC, ancien directeur de l’Ecole de Guerre

Usure et anéantissement
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de Histoire & Stratégie

Surveiller le cyberespace comme le trafic aérien ?
Par Thiery Kessler-Rachel, commandant (Air), 21è promotion de l’école de guerre.

La mutation des forces spéciales américaines. Le Global SOF Network. Première partie
Par Pierre Roty, capitaine de frégate, commando marine, officier de liaison opérations spéciales à l’United States Special Opérations Command depuis l’été 2012.

Contrer le loup solitaire auto-radicalisé : un nouveau paradigme ?
Par Kumar Ramakrishna, Professeur associé et directeur du Centre d’excellence pour la sécurité nationale à la S. Rajaratnam School of International Studies (RSIS), Nanyang Technological University.

Les prisonniers dans la guerre : tuez, monnayez… pourvu que ca serve !
Par Romain Mielcarek, spécialiste des questions de défense

Remplacement des F-16 belges : par quoi et comment ?
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

« Le Mouvement Réformateur n’a pas arrêté son choix »
Entretien avec Denis Ducarme, député fédéral belge (Mouvement Réformateur), Vice-président de la commission de la défense du Parlement fédéral belge.

« Il faut donc arrêter de faire croire aux citoyens que tout est possible »
Entretien avec Christophe Lacroix, député fédéral belge (PS)

La défense de la France sur la corde raide. Seconde partie : l’épuisement d’un modèle
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint d’Histoire & Stratégie

Le Leopard 2, fer de lance de la Bundeswher (7ème partie). Les versions spécialisées
Par Pierre Petit, adjudant-chef, instructeur à l’école de cavalerie de Saumur

Le point sur le programme de porte-avions chinois
Par Alexandre Sheldon-Duplaix, chargé de mission au CEHD

Tejas : quel avenir pour le chasseur indien ?
Par Jean-Jacques Mercier, expert en systèmes d’armes

Défense & Sécurité Internationale n°100, février 2014

Guide de la survie en environnement médiatique
Par Carl von C., chroniqueur

De la planification à l’exécution. Comment se prépare un Défense & Sécurité Internationale ?
Par Joseph Henrotin, rédacteur en chef

Cent numéros en quelques photos
Par Véronique Sartini, rédactrice en chef adjointe

L’abécédédaire de Défense & Sécurité Internationale
Par la rédaction

Airlift. Un fantasme militaire exemplaire
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint d’Histoire & Stratégie

De l’utilité des études stratégiques
Par Olivier Schmitt, doctorant au department of War Studies du King’s College, chercheur associé à l’IRSEM

Les drones : petit tour d’horizon des récents débats
Par Grégory Boutherin, capitaine (air), Chef de l’équipe « Prospective et études de sécurité » du Centre de recherche de l’armée de l’air (CReA), docteur en droit public.

La Personnel Recovery : un outil essentiel du commandement au service des personnels sur le terrain
Par Nicolas Chalons, commandant (air), stagiaire de la 21e Promotion de l’Ecole de guerre, pilote d’hélicoptère dans l’Armée de l’air.

Les femmes dans les forces spéciales
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

La défense de la France sur la corde raide. Première partie : l’impéritie stratégique
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint d’Histoire & Stratégie

Quels drones pour les forces spéciales américaines ?
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Le Leopard 2, fer de lance de la Bundeswher (6ème partie). Le PzH 2000
Par Pierre Petit, adjudant-chef, instructeur à l’école de cavalerie de Saumur

Le PPLOG, le « VBCI du train », débarque au Mali
Par Romain Mielcarek, spécialiste des questions de défense

S-125 : une nouvelle jeunesse pour le tueur de F-117
Par Jean-Jacques Mercier, spécialiste des questions de défense

Défense & Sécurité Internationale hors-série n°34, février-mars 2014 – Les opérations héliportées

Combattre en trois dimensions. L’hélicoptère de combat, roi du champ de bataille ?
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Carte. Les hélicoptères de combat en service et commandés dans le monde.

Hélicoptères de combat : une expérience américaine à tâtons
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

« L’ALAT va bien ! »
Entretien avec le général de brigade Olivier Gourlez de La Motte, COMALAT

Carte. Parc des aéronefs de l’ALAT

L’arrivée du Tigre HAD et du NH90 Caïman au 1er RHC. Du punch pour l’ALAT !
Par Véronique Sartini, journaliste spécialiste des questions de défense

La vision russe de l’emploi des hélicoptères de combat.
Par Stéphane Mantoux, agrégé d’histoire, enseignant dans le secondaire, cofondateur du blog L’autre côté de la colline (histoire militaire), membre de l’Alliance Géostratégique

Tableau de bord. Les hélicoptères de combat léger
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

La fin des unités aéromobiles ?
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint d’Histoire & Stratégie

Armées émergentes : la question de l’aviation légère
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

L’hélicoptère en contre-insurrection. La solution ultime ? Le cas britannique
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Munitions : l’autre défi
Par Jean-Jacques Mercier, expert en systèmes d’armes

Tableau de bord. Les hélicoptères de combat lourds
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

De nouveaux emplois pour les hélicoptères de combat
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint d’Histoire & Stratégie

Hélicoptères hybrides. A la recherche du Saint Graal
Par Philippe Langloit, chargé de recherche au CAPRI

Encadré. L’hybride de combat en remplacement de l’avion de combat embarqué : examen d’une hypothèse

Armées américaines : quels hélicoptères à l’horizon 2025 ?
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense

Airbus Helicopters. L’après-Tigre
Entretien avec Régis Magnac, Vice-président promotion des ventes produits et services, Airbus Helicopters

Hélicoptères : quels nouveaux concepts ?
Entretien avec John Gordon, docteur en politique publique, analyste senior des politiques à la RAND Corporation, professeur à la Pardee RAND Graduate School.

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur 2014

Introduction

Je suis le primitif d’un art qui reste à découvrir – Paul Cézanne

Fasciné par l’art en général, et la peinture en particulier, le général Lucien Poirier aimait faire appel à cette citation de Paul Cézanne pour illustrer la modestie de son approche à la stratégie. Un rapide coup d’œil à sa littérature démontre, pourtant, une réflexion sur le sujet autant abondante que percutante. Les très nombreux ouvrages et articles qu’il a écrits sur la stratégie témoignent d’une force, et même d’une puissance, absolument phénoménales dans son travail intellec­tuel. François Géré parla de lui comme l’un des « quatre généraux et l’apocalypse » pour montrer à quel point l’influence de sa pensée stratégique fut déterminante sur la doctrine nucléaire française[1]. N’est-ce pas celui d’entre eux dont la réflexion avait permis, au milieu des années 1960, de mettre en musique, alors qu’il officiait « seulement » en qualité de lieutenant-colonel, au Centre de prospective et d’évalua­tions (CPE) du ministère des Armées, la conception théorique du faible au fort sur laquelle s’était appuyée la doctrine nucléaire de notre pays ? Mais, il serait erroné de la circonscrire aux seules questions nucléaires puisqu’il travailla sur la pluralité de l’ensemble des formes de la guerre et sur la diversité de la globalité des aspects de la stratégie.

L’originalité de l’itinéraire intellectuel du général Poirier est à la mesure de l’atypisme du personnage et du chemin sinueux qui balisa son parcours au sein de l’armée entre 1938, année durant laquelle il commença sa scolarité à Saint-Cyr, et 1992 lorsqu’il se retira dans sa maison à Versailles. Soixante années dans l’armée dont trente-six en activité (il fut en 2e section entre 1974 et 1998) apparaît, à première vue, comme une période particulièrement riche dans la vie d’un offi­cier[2]. Pour autant, un examen plus attentif de son parcours démontre ce qui s’apparente surtout à une inadéquation entre, d’une part, ses capa­cités intellectuelles et, d’autre part, ses affectations – et son avancement – au sein de l’armée. À la lecture de ses notations militaires, peut-on lire des jugements de ses supérieurs soit parfois dithyrambiques, soit souvent critiques ; tous, en tout cas, faisaient état de son « hypertro­phie » intellectuelle, pour les uns, les plus nombreux, un handicap et pour les autres, les quelques rares clairvoyants, un atout.

Pour autant, eût-il fallu qu’il eût été uniquement un guerrier dépourvu d’intellect pour que ses chefs pussent accepter un avancement plus rapide dans la hiérarchie militaire ? Tant il est vrai que, tout au long de sa carrière, son caractère entier, son indépendance intellec­tuelle, son esprit permanent de recherche et d’ouverture, son expression écrite très recherchée et « verrouillée » ont visiblement perturbé plu­sieurs de ses supérieurs. Il affectionnait, avec un brin de raillerie, de qualifier ceux-ci de « têtes carrées », davantage normatives et bien plus sensibles à la dimension de commandement opérationnel qu’intellec­tuelle.

Né en août 1918 à Ingré dans la banlieue orléanaise, il grandit dans le régime fondé par la IIIe République laquelle portait sur les fonts baptismaux une vocation républicaine de l’école, ouverte aux jeunes Fran­çais, nonobstant leur statut social. Cette école dispensait son enseigne­ment grâce à ses « hussards noirs », de véritables missionnaires laïcs d’une révolution par la loi du système éducatif français. Celui du jeune Lucien s’appelait Monsieur Ledentu.

Je me rappelle de mon instituteur Monsieur Ledentu auquel j’estime devoir tout ce que j’ai fait par la suite et en particulier les études que j’ai faites à mon lycée et dans les conditions que j’ai faites. […] Je lui dois tout c’est-à-dire que s’il ne m’avait pas introduit dans la curiosité des choses, je n’aurais rien fait au lycée Pothier[3].

La famille de Lucien était une famille de minotiers. Si elle était loin d’être antimilitariste, elle n’en était pas, pour autant, un milieu propice à la réalisation de son rêve d’entrer dans les armes.

Je n’ai jamais eu d’autre vocation que celle d’être mili­taire. À l’école primaire, avant que je passe mon certificat d’études, je voulais être général. Pour moi, c’était le sum­mum. Je n’ai jamais envisagé d’être autre chose[4].

Mais ses parents ne tenteront pas de le détourner de cette voca­tion « à laquelle rien, dans ma famille et mon heureuse enfance ter­rienne ne me prédestinait »[5]. Parlant de son père :

La vocation militaire ne le séduisait pas du tout mais il ne m’en a jamais détourné. Mon père m’a dit « fait ce que tu veux à condition de réussir ». C’était la mentalité élitiste. On faisait de bonnes études, on avait tous les droits et on avait accès à ce qu’on voulait[6].

Autre anecdote : ami de son père, Jean Zay, alors élu d’Orléans et ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts du Front popu­laire, tenta sans succès de persuader Georges Poirier de convaincre son fils de faire Normale sup’ comme ses prédispositions intellectuelles semblaient le prédestiner : non ! Lucien, faraud à l’idée de porter l’uniforme, voulait être militaire.

Entré à l’École spéciale de Saint-Cyr en octobre 1938, le sous-lieutenant Lucien Poirier de la promotion « La Plus Grande France » dont la formation n’aura duré qu’une seule année, fut affecté au 113e régiment d’infanterie le 1er septembre 1939. Il fut fait prison­nier, comme bon nombre des fantassins de sa promotion[7], par l’ennemi. Le 17 octobre, soit deux semaines après son baptême du feu, il fut interné à l’Oflag IV-D situé sur le territoire de la commune d’Elsterhorst (aujourd’hui Nardt), à 50 kilomètres au nord-est de Dresde. Puis, à partir de février 1945, il fit partie de ces 1 200 prisonniers français transférés – alors que lui-même était si épuisé par la maladie qu’il ne dut son salut que grâce à un camarade qui le transporta sur son dos –, à la forteresse de Colditz (Oflag IV-C) à mi-chemin entre Leipzig et Dresde, jusqu’au 16 avril de la même année, jour de sa délivrance par les troupes américaines du 5e corps de la 9e Armée.

Après sa libération, craignant que sa période de captivité ne le privât d’une réintégration dans l’armée, il voulut rattraper ses années « gâchées » sur un plan opérationnel – mais certainement pas sur un plan intellectuel. Cependant, il fut sabré à la notation lors de son passage à l’École d’état-major par des officiers qui, vraisemblablement, ne comprenaient en rien le personnage lequel, par nature, ne faisait d’ailleurs aucun effort pour dissimuler sa condescendance, voire son mépris, pour ceux qui ne le déchiffraient pas. Les postes auxquels il pouvait prétendre étaient subalternes et ne l’intéressaient d’ailleurs pas à l’exception, peut-être, de son court passage au cabinet militaire du ministère de la Guerre à la Section des informations militaires ; il était alors en charge des rubriques bibliographiques de la Revue militaire d’information. Mentionnons aussi, et surtout, la période durant laquelle, durant la guerre d’Indochine, il travailla, en qualité de chef d’informa­tion et de presse au Cabinet militaire du général de Lattre de Tassigny alors gouverneur de l’Indochine et de commandant en chef du corps expéditionnaire français en Extrême-Orient. Les relations entre le capi­taine Poirier et le futur maréchal étaient excellentes mais le décès pré­maturé de ce dernier, en janvier 1952, le priva d’un sérieux appui pour la poursuite de son parcours. Ses affectations ultérieures, en Algérie, qui, même si elles démontraient sa valeur, ne lui permirent pas de gravir plus rapidement les échelons. Ainsi, ce n’est qu’à l’âge de 40 ans qu’il quitta le monde des officiers subalternes. En plus, ce fut grâce à une intervention du Cabinet du ministre qu’il fut inscrit à « titre excep­tionnel » au tableau d’avancement. Il passera commandant (chef de bataillon dans l’Infanterie) le 1er janvier 1959, soit après … onze années au grade de capitaine ce qui n’était certes pas si exceptionnel à cette époque mais qui dénotait, tout de même, un certain malaise de la hiérarchie militaire pour promouvoir un officier aussi atypique alors même qu’il était pourtant reconnu comme le meilleur spécialiste de la guerre subversive. Ainsi, affecté au Service d’action psychologique et d’information du cabinet du Ministre, son potentiel était carrément estimé à celui de « général de division ».

Pressentant la défaite, il n’en restait pas moins un militaire léga­liste mais craignant d’être marginalisé et enfermé dans un cul-de-sac, il songea à quitter l’armée lors de la fin de la guerre d’Algérie. Mais pour faire quoi ? Anticipant des difficultés matérielles pour subvenir aux besoins de sa famille, il préféra raisonnablement patienter. Sa sagesse fut récompensée : alors que l’état-major de l’Armée de terre le sollicita pour qu’il présentât les doctrines américaines en matière d’armes nucléaires tactiques et, de façon plus générale, la pensée stratégique de l’âge nucléaire, il fut affecté au 2e bureau de l’Armée de terre où il se consacra à la physique et à la stratégie nucléaires. Grâce à son cama­rade de promotion à Saint-Cyr et compagnon d’armes Maurice Prestat qui le fit connaître à son ami d’enfance Pierre Messmer et appuyé en cela par le directeur de cabinet du Ministre qui avait été prisonnier de guerre avec Lucien Poirier, ce dernier, promu le 1er juillet 1963 lieute­nant-colonel, entra au Centre de prospective et d’évaluations (CPE) en 1965. Cette période fut particulièrement féconde puisqu’il put mettre son talent de théoricien de la stratégie au service du politique. Les travaux séminaux qu’il y entreprit, notamment ceux ayant trait à la dissuasion, rencontrèrent un écho favorable auprès des responsables politiques au point de former l’ADN du futur Livre blanc (1972). Ron­geant son frein dans l’espoir de devenir général, il aura finalement, après avoir été admissible à la liste d’aptitude en 1972 et 1973, ses deux étoiles en 1974, mais, encore une fois, sur intervention du cabinet du ministre, ce coup-ci, en plus, à condition qu’il démissionnât dans les six mois. Lucien Poirier n’aura donc pas eu la possibilité de concrétiser son rêve d’avoir un « grand » commandement. Il parviendra, cependant, à parachever sa carrière militaire dans la réflexion et l’enseignement au service de la promotion de la pensée stratégique que ce fût à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) comme chef de la section des études militaires, à la Fondation pour les études de défense nationale (FEDN) en qualité de directeur des études ou bien à la Sor­bonne (Paris I), à Assas (Paris II), à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et à l’École normale supérieure (ENS) comme enseignant.

Le militaire dans l’âme que je suis aurait aimé un commandement, disons un commandement de division, ou Saint-Cyr par exemple, mais j’ai eu une vie pleine comme un œuf. J’ai rencontré des personnes passionnantes qui ont satisfait ma boulimie de connaissances sans trop savoir ce que j’allais en faire[8].

Cette insatiabilité allait se concrétiser par la production d’une pléthore d’études, certaines publiées, d’autres restées en l’état de ma­nuscrit ou de tapuscrit, d’articles et d’ouvrages consacrés à la stratégie[9].

Leur point commun est d’être empreint d’un style particuliè­rement complexe qui pouvait expliquer que des apprentis stratégistes préféraient jeter l’éponge après la lecture des premières lignes de ses écrits, jugés trop hermétiques, plutôt que de tenter de le comprendre tant il semblait effectivement affectionner la culture d’un style d’une exceptionnelle complexité et d’un vocabulaire hyper-sibyllin, abscons, nébuleux, en tout cas malaisément abordable[10], héritage d’une pluralité de différentes disciplines quelles qu’elles fussent. Remarquons, d’ail­leurs, que les détracteurs du général Poirier qui tempèrent l’influence de ce dernier sur la pensée stratégique française mettent d’ailleurs souvent en avant ce qu’ils croient déceler comme étant une certaine fatuité, attestée, en tout cas, par le caractère confus du style « poiriesque », comme pour mieux le démonétiser. Plaquer un discours pompeux sur des idées, d’après eux, ne font pas de celles-ci de bonnes idées même si, ou plutôt surtout si, elles sont assorties d’un jargon indéchiffrable, mâtiné d’arguties précieuses et spécieuses, comme pour mieux cacher le creux de la pensée, voire l’absence réelle d’arguments. Par exemple, Jean Guisnel et Bruno Tertrais notent, d’un style mâtiné de gouaille, que « le colonel Poirier a écrit plusieurs études, assez théoriques, et parfois même absconses, entre 1965 et 1967. Il fera connaître l’essen­tiel de ses idées dans des publications au cours des années 1970. Mais ses textes ne sont pas un livre saint »[11]. Sic !

Le style « poiriesque », de premier abord, peut s’avérer effective­ment difficile, tant il semble contredire le sage conseil de Nicolas Boileau lorsque ce dernier écrivit « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément ». Caracté­ristique d’une époque où la nécessité de jargonner doctoralement était syno­nyme de qualité ? Manifestation d’un certain pédantisme ? Emploi d’archaïsmes superflus ? Ou bien s’agissait-il simplement d’un style qui lui était propre ? Aurait-il pu faire de la rigueur théorique, n’en déplai­sant aux sycophantes, pour mieux mettre en avant la « réalité » domi­nante et obturante, avec un style ne relevant pas d’un « charabia philosophique journalesque »[12] ? Même s’il est vrai que « la pensée stratégique suppose une tournure d’esprit tournée vers l’abstrac­tion »[13], le général Poirier n’aurait-il pas pu rendre plus intelligible ses écrits pour mieux les rendre abordables et éviter ainsi un « galimatias-repoussoir » ?

Mais, Poirier se défendait d’être un « diseur de phébus ». Parlant de critiques de son ouvrage, La Crise des fondements, il rapporta que ceux-ci…

ont observé que je ne faisais aucune concession au lecteur, que « (mon) style et (mon vocabulaire) sont malheureuse­ment rébarbatifs et qu’il est dommage que je … ne (m)’ exprime pas dans la langue de tout le monde ». Comment écrirais-je sur la stratégie comme tout le monde puisque je ne la pense pas comme tout le monde ? Je tente, au con­traire, d’ajouter ma pierre […] à l’édifice toujours en chantier des discours stratégiques ; d’étendre et d’affiner la connaissance d’un objet-stratégie qui ne cesse de se transformer dans l’espace et le temps, et dont les morpho­génèses successives ne sauraient être dites avec l’outillage intellectuel usité par des états antérieurs. […] J’admets volontiers qu’accorder un statut aussi souverain au lan­gage n’est pas sans inconvénient pour Monsieur-tout-le-monde […] Quiconque consent à me lire doit admettre que je suis toujours en recherche […] Le langage m’est donc un outil d’expression et de découverte plutôt que de pro­positions assurées sur mon objet. Sa puissance herméneu­tique et heuristique m’oblige à ne pas craindre de m’aven­turer dans le choix de sémantèmes apparemment insolites quand ils me semblent les seuls capables de formuler les nouveaux êtres stratégiques[14].

Le général Poirier unissait « plus que tout autres la culture du philosophe et la rigueur du logicien à l’expérience du planificateur »[15] pour mieux penser la stratégie. Son camarade, le général Claude Le Borgne, aimait citer Paul Valéry pour expliquer le très haut degré d’abstraction de la pensée du général Lucien Poirier : « s’il est des obscurités qui tiennent à l’impuissance de celui qui parle, d’autres tiennent aux choses dont on parle »[16]. Affectionnant les effets de style, les procédés rhétoriques et les audaces sémantiques, il aimait donner une expressivité particulière à ses écrits, bien qu’hostile aux tournures superfétatoires. Donnant parfois l’impression d’être « capillotractées », ses subtilités langagières étaient pourtant calculées au plus juste. « La formation des figures est indivisible du langage lui-même, dont tous les mots abstraits sont obtenus par quelque abus ou quelque transfert de signification, suivi d’un oubli du sens primitif » aimait à dire le même Paul Valéry[17]. Encore fallait-il être conscient de la nécessaire rigueur de son langage ! « Je n’écris pas pour être lu » aimait dire le général Poirier avec un mélange de malice et d’ironie. De toute façon, s’il n’était certes que parfois lu, il était rarement compris.

L’éclectisme recouvert par son champ mental, qu’il s’agît des sciences ou des arts, avait pour vertu d’infuser sa réflexion. Profondé­ment influencé par le général Poirier, Hervé Coutau-Bégarie écrivit dans son opus Traité de stratégie :

Le stratège peut faire usage de tout. A priori, on ne son­gerait pas à inclure le Portrait de Monsieur Pouget dans une bibliothèque stratégique. Ce livre de Jean Guitton a pourtant joué un rôle décisif dans l’itinéraire intellectuel du général Poirier. La stratégie, plus qu’aucune autre science, tire profit de n’importe quelle discipline[18].

Certes, la stratégie bénéficie de toutes les disciplines. Mais, en plus, la littérature sur la stratégie ne s’arrête pas à celle des livres ; Poirier avait ainsi forgé le néologisme « stratégothèque », à savoir « la mémoire des siècles, le stock d’informations constitué par les œuvres des générations de stratèges et de stratégistes »[19], pour suggérer l’ana­logie avec la bibliothèque. Il existe aussi une pluralité et une variété de supports que l’on peut inclure dans cette « stratégothèque ».

par littérature, j’entends non seulement les écrits, mais aussi les autres langages de représentation donnant à voir quelques aspects de la violence armée : les bas-reliefs assyriens comme la colonne Trajane, les toiles de van Der Meulen comme celles de Goya et du baron Lejeune, le Guernica de Picasso. L’Espoir est le titre d’un roman de Malraux, mais aussi celui de son film sur la guerre d’Espagne. Les actualités cinématographiques tournées au cours des deux guerres mondiales et sur les conflits posté­rieurs, les films de documentation technique et d’instruc­tion, les scénarios d’anticipation sur une éventuelle guerre claire, ne sont-ils pas des documents signifiants sur la guerre et la stratégie militaire ?[20]

Tirant sa réflexion de l’éclectisme de ces disciplines, et de ces divers supports, le général Poirier a abondamment publié. Il est même l’officier-général qui a probablement le plus publié[21], du moins dans le champ de la théorie stratégique, ce qui d’ailleurs peut apparaître a priori singulier lorsque l’on sait qu’inversement à la période de la IVe République d’une richesse inouïe en matière de production d’articles et d’ouvrages traitant de questions stratégiques, celle de la Ve République est nettement plus chiche.

Le politologue Samy Cohen, dans son ouvrage La Défaite des généraux, rapporte une réflexion malicieuse d’un ancien chef d’état-major du Président Giscard d’Estaing : « Les Présidents et leurs minis­tres de la Défense sont d’accord pour que les militaires s’expriment mais seulement pour glorifier leurs prises de position. Le reste est assimilé à de l’insubordination et conduit à un arrêt de la carrière »[22]. Le général Lucien Poirier est une exception mais qu’il convient, en même temps, de relativiser : il commença à mener à bien sa réflexion pour publier en menant son exceptionnelle carrière d’écrivain et de pédagogue sur les questions stratégiques seulement après qu’il eut été nommé général en 1974 pour partir à la retraite six mois après[23]. Même si, comme le relevait Hervé Coutau-Bégarie, en stratégie « la margi­nalité résulte rarement d’un choix délibéré »[24], ce marginal, « mais non hérétique »[25] avait une réputation qui le mettait à l’abri de toutes pres­sions, qu’elles fussent militaires ou politiques. En plus, comme c’était lui-même qui avait porté sur les fonts baptismaux la doctrine française en matière de dissuasion nucléaire, personne ne pouvait sérieusement le suspecter de mécréance et qu’il voulût la remettre en cause d’autant plus qu’il a toujours été soucieux de publier des articles et des ouvrages de manière extrêmement posée. Si « les armées sont faites comme pour les jésuites Perinde ac cadaver, comme « un cadavre a l’autorité politi­que » »[26], lui, a toujours été suffisamment précautionneux pour ne jamais publier des articles d’humeur ou à l’emporte-pièce[27].

Je ne fus inquiété qu’une seule fois, durant la guerre d’Algérie. J’ai publié, dans la Revue militaire d’informa­tion, deux articles sur l’organisation politique ou adminis­trative du FLN[28], pour lesquelles j’utilisais mes travaux effectués à Alger, au 2e bureau de l’état-major du com­mandant en chef ce contre quoi celui-ci protesta fort juste­ment[29]. Mais comme ces articles m’avaient été demandés par mon nouveau patron, à Paris, cet incident n’eut pas de suite[30].

Il n’est jamais intervenu dans les médias pour critiquer ad homi­nem qui que ce fût, a fortiori un responsable politique, à l’exception, peut-être, de son article « Le deuxième cercle » dans Le Monde diplo­matique (juillet 1976). On peut d’ailleurs s’étonner de la virulence de son article contre le discours que venait de tenir le chef de l’État, Valéry Giscard d’Estaing, à l’IHEDN. Mais, comme il l’expliqua…

la plupart de mes écrits de circonstance n’ont pu éviter de dériver vers l’interface politique stratégie. Dans mon article du Monde diplomatique (juillet 1976) – le deuxième cercle –, j’ai dénoncé le non-sens du concept de sanctua­risation élargie avancée par le chef de l’État et le chef de l’EMA de l’époque. Je fondais bien ma critique sur les implications logiques du risque nucléaire et la formulais dans le langage objectif de l’analyse stratégique ; mais celle-ci touchait […] aux orientations concrètes de notre politique étrangère. Cette fois encore, on ne m’en tint par rigueur…[31]

Même les nombreux militaires de l’Armée de terre, notamment ceux de la 1e Armée, en tapinois hostiles à ses prises de position en matière d’armements nucléaires tactiques[32] n’ont jamais pu lui couper les jarrets dans ses publications[33].

L’action et la réflexion du général Lucien Poirier se sont cons­truites dans un contexte, national et international, particulier. Né alors que se profilait la fin de la Grande Guerre, il a grandi dans l’atmosphère de la France victorieuse et fut le témoin, par la suite, de tous les conflits armés dans lesquels notre pays fut belligérant et dans lesquels, lui-même, fut un belligérant, la seconde guerre mondiale, l’Indochine et l’Algérie, sans parler du désastre de Suez même s’il n’y participa pas. Lui dont la promotion de Saint-Cyr portait le nom de « La Plus Grande France », a vu l’Empire français, à la mesure du mouvement de déco­lonisation, se réduire comme peau de chagrin.

Transformer l’échec en expérience pour mieux préparer la victoire sera ainsi sa motivation. Le traumatisme de la défaite est, à cet égard, un aspect profondément psychologique dans sa démarche.

La grande affaire qui m’a mobilisé et marqué, c’est l’opération de Suez en 1956, et la collusion implicite de Washington et de Moscou. Je suis de la génération des « plus jamais ça » : plus jamais la défaite de 1940 et l’occupations du territoire. Plus jamais l’Indochine ni l’Algérie. Plus jamais Suez. Ma génération d’officiers n’a fait que recevoir des coups de pieds au cul. Mais les traumatismes sont à l’origine de toutes les grandes écoles de pensée[34].

Observateur affuté et analyste infatigable des grands événements internationaux dans lesquels notre pays était à la fois acteur et spec­tateur, il lisait abondamment et réfléchissait tout aussi profusément. Il fut aussi le témoin de la mutation des conflits et surtout de la rupture que constitua l’apparition du nucléaire et de la dissuasion.

La guerre froide ne fut donc pas seulement un affron­tement entre deux blocs stabilisés par l’équilibre nucléaire car elle fut traversée par une série de crises et de guerres révolutionnaires que le monde, dont la France, dut affron­ter. Le contexte à cette époque était donc double : d’une part, la rupture politico-stratégique provoquée par l’équi­libre nucléaire ; d’autre part, les guerres mettant fin aux empires coloniaux. Nous devions donc traiter deux types de conflits internationaux impliquant deux pensées straté­giques différentes : l’une, la liquidation d’un ordre établi – l’ordre colonial ; l’autre, la réflexion sur l’avènement d’un nouvel ordre mondial[35].

La stratégie classique, « celle développée, durant deux siècles, à partir de la théorie fondatrice de Guibert, de la pratique créatrice de Bonaparte et de la théorie critique de Clausewitz »[36], n’est plus depuis 1945. « Jadis, la victoire était le critère de validité du modèle straté­gique élaboré. Avec la dissuasion, il n’y a plus de critère. On ne sait jamais si la paix et le statu quo sont dus à l’efficacité propre du modèle stratégique ou à d’autres causes »[37].

Se rattachant, « pour inventer des stratégies concevables pour l’avenir »[38], aux stratèges qui exploitent les matériaux de ceux qui analysent l’action stratégique et l’expliquent, Lucien Poirier répétait, « j’insiste sur cette référence praxéologique » : la connaissance et la réflexion conduisent à des conclusions opératoires. « La pensée straté­gique n’est pas réductible à une pensée pour dire, décrire et expliquer les choses. Il ne tire sa nécessité et ses attributs que de la fonction instrumentale des armes »[39].

Les deux parties qui structurent notre ouvrage seront ainsi basées sur la dualité et l’unité de la pratique (l’action) et de la théorie (pensée de et sur cette action). Cette dichotomie qui reprend celle, classique, de la science et de l’art de la guerre reflète les deux visages de Janus-Poirier, celui des stratèges et celui des stratégistes, les premiers « prati­ciens impliqués, par fonction, dans l’action actuelle ou future […] l’ »agir » » et les seconds « qui ruminent l’action passée, engrangée par l’histoire, ou qui se projettent dans un futur imaginaire sur lequel ils n’ont aucune prise »[40]. Il aimait à dire « comme Valéry, je distingue le « faire » et le « dire ». Le « dire » ne vaut que par le « faire » mais le « faire » ne peut pas se passer du « dire ». C’est faire la jonction qui est intéres­sant »[41]. Pour le « faire », nous nous baserons sur l’observation de Gérard Chaliand qui parle d’« itinéraire en saisons » pour qualifier le parcours de Lucien Poirier. C’est donc d’abord à son parcours « saison­nier » que nous nous intéresserons. Puis, pour le « dire », nous nous baserons sur une formule chiasmatique, « stratégie théorique et théorie stratégique » pour mieux englober la pensée stratégique de notre « général Janus ».

La jonction sera ainsi faite entre Lucien Poirier le stratège et Lucien Poirier le stratégiste, le savoir du premier étant au service de l’action du second et réciproquement.

Comprendre la trajectoire insolite du général et déchiffrer sa pensée stratégique sont le défi que nous ambitionnons de relever dans cet ouvrage lequel s’inscrit, par ailleurs, dans un vaste travail que des chercheurs français ont entrepris ces dernières années consacré aux grands penseurs stratégiques français du xxe siècle. Ce premier travail d’envergure sur Poirier parachève, modestement, ceux consacrés à chacun des « Quatre généraux (et l’apocalypse) ». Le regretté Christian Malis avait ainsi entrepris un travail séminal consacré au général Pierre Marie Gallois[42]. De son côté, le général Hervé Pierre a travaillé sur la pensée stratégique du général André Beaufre dans le cadre de sa thèse en science politique[43]. Mentionnons aussi le colloque très riche consa­cré au général Ailleret[44].

C’est aussi rendre hommage à ce que Hervé Coutau-Bégarie qualifiait de « riches heures de la pensée stratégique française »[45].

 

[1]        François Géré, « Quatre généraux et l’apocalypse : Ailleret-Beaufre-Gallois-Poirier », Stratégique, n° 53, 1992, p. 75-115. Remarquons que, par la suite, dans l’usa­ge courant, le « de » a largement remplacé le « et » faisant ainsi disparaître la valeur coordinatrice de la conjonction de coordination au profit d’un génitif comme pour mieux associer les quatre généraux français qui ont travaillé sur le nucléaire aux per­sonnages célestes et mystérieux mentionnés au sixième chapitre du livre de l’Apo­calypse dans le Nouveau Testament. Pourtant, François Géré parlait, non pas de « quatre généraux de l’apocalypse » mais de « quatre généraux et l’apocalypse ».

[2]        Notamment lorsqu’on voit sa participation à toutes ces campagnes : France contre Allemagne (du 2 septembre au 16 octobre 1939) ; Allemagne (captivité du 17 octobre 1939 au 15 avril 1945) ; Allemagne (occupation du 15 novembre 1949 au 26 novembre 1950) ; Indochine (10 février 1951 au 21 mai 1953) ; Allemagne (occupation du 14 septembre 1953 au 4 mai 1955) ; Algérie (du 18 octobre 1955 au 13 août 1957) et Algérie (4 août 1960 au 30 novembre 1962). Il est, de surcroît, titulaire de six citations.

[3]        Entretien avec le général Lucien Poirier, Partie 1 « Une jeunesse d’avant-guerre », Thierry Garcin, émission À voix haute, France culture, 10 novembre 2008.

[4]        Ibid.

[5]        Lucien Poirier, Le Chantier stratégique. Entretiens avec Gérard Chaliand, Paris, Pluriel, 1997, p. 177.

[6]        Entretien avec le général Lucien Poirier, Partie 1, … op. cit.

[7]        Bernard Philippe (général), « Une promotion s’est éteinte de « La Plus Grande France » », Le Casoar, n° 238, juillet 2020, p. 53.

[8]        Entretien avec le général Lucien Poirier, Partie 5 « L’œuvre », Thierry Garcin, émission À voix haute, France culture, 11 novembre 2008.

[9]        Mais aussi des romans, des poèmes et des pièces de théâtre que nous avons retrouvés dans le Fonds Poirier.

[10]       Lors de la rencontre que nous avions eue le 16 janvier 2012, nous avions répondu à la question du général Poirier qui nous demanda si nous avions lu ses œuvres « oui, sans forcément avoir tout compris ». Il répliqua du tac au tac « pourquoi donc ? C’est pourtant écrit en français ». Sic ! Nous étions déjà impressionné de dialoguer avec lui et, soudainement, nous nous demandâmes d’un coup si nous étions capable de converser avec lui.

[11]       Jean Guisnel et Bruno Tertrais, Le Président et la bombe, Paris, Odile Jacob, 2016, p. 207.

[12]       Délicieuse formule signée Charles Lacheroy qui, alors qu’il lisait un texte de Poirier, marqua d’une apostille son désaccord. Capitaine Poirier, Un instrument de guerre révolutionnaire. Le FLN. Nous remercions ici Paul Villatoux qui a une con­naissance encyclopédique de la guerre révolutionnaire de nous avoir mis à disposition ce texte, une ébauche de l’article de Poirier « Un instrument de guerre révolutionnaire : le FLN », dans la Revue militaire d’information, n° 289, décembre 1957 et sa suite dans le n° 290, janvier 1958, p. 69-92. En tout cas, nombreux ont été les Lacheroy, suant d’ahan, à se heurter au caractère difficultueux du style Poirier.

[13]       Hervé Coutau-Bégarie, Traité de stratégie, Paris, Economica, 1999, p. 137.

[14]       Lucien Poirier, Le Chantier stratégique…, op. cit., p. 191-192. Osons une compa­raison. En matière de « langage », la recherche de la rigueur du raisonnement, associée à une force de style et d’écriture fait que Lucien Poirier est à la stratégie ce que Michel Audiard est au cinéma. Les expressions savoureuses alternent avec un usage extrême­ment riche de la langue française emprunt, pour l’un, d’argot titi parisien et, pour l’autre, de références à une pluralité de disciplines et de champs scientifiques. L’usage d’un dictionnaire peut souvent s’avérer nécessaire pour comprendre autant l’officier que le dialoguiste de cinéma.

[15]       Jacques Vernant, « Réflexions sur la stratégie », Défense nationale, n° 426, novembre 1982, p. 127. À travers les livres – Essai de stratégie théorique.

[16]       Paul Valéry cité par Claude Le Borgne, « Le chantier stratégique », Défense nationale, n° 461, janvier 1986, p. 129. À propos de l’ouvrage de Lucien Poirier, Les Voix de la stratégie, Fayard, 1985, 490 p.

[17]       Paul Valéry, Variété V, Paris, Gallimard, 1944, p. 290.

[18]       Hervé Coutau-Bégarie, Traité de stratégie, op. cit., p. 131. L’ouvrage, écrit durant les années de captivité de Jean Guitton, relate l’histoire du religieux lazariste Guillaume Pouget, pétri d’érudition grâce à son intérêt pour l’étude d’une pléthore de disciplines.

[19]       Lucien Poirier, Le Chantier stratégique, op. cit., p. 26.

[20]       Ibid.

[21]       Sans pour autant être le plus connu en France et surtout à l’étranger. Remarquons, en plus, que ses œuvres n’ont été étonnement jamais traduites en anglais. Même si lui-même avait traduit en français Basil Henry Liddell Hart – B. H. Liddell Hart, Stratégie, « Introduction » (p. 7-63) et traduction de l’anglais par Lucien Poirier, Paris, Perrin, 1998, 436 pages. Notons qu’une précédente édition de cet ouvrage traduit par Lucien Poirier avait été publiée en 1962, sous le titre français de Histoire Mondiale de la stratégie aux éditions Plon – il préférait, prétextant pudiquement des problèmes d’audi­tion, ne pas s’aventurer à s’aventurer dans la langue de Shakespeare. Nous avons recen­sé une seule publication de Lucien Poirier en anglais : « Deterrence and the medium sized powers », Military Review, vol. 52, n° 11, 1972, p. 22-34. Mais cet article étant une traduction de celui paru originellement dans La Revue de défense nationale (mars 1972) sous le titre « Dissuasion et puissance moyenne », on ne peut pas vraiment la qualifier d’œuvre originale publiée en anglais. Un rapide coup d’œil dans les moteurs de recherche universitaires révèle en tout cas une écrasante majorité d’occurrences en français et les quelques-unes que l’on peut trouver en anglais sont essentiellement des publications de Français, traduites. Si, à l’étranger, on connaît Raymond Aron et les généraux André Beaufre et Pierre Marie Gallois, c’est surtout parce qu’ils parlaient anglais et que certains de leurs opus avaient été traduits et publiés dans cette langue. Mais à Londres ou à Washington, ou même dans les autres capitales, à part quelques très rares francophones, qui connaissait le général Lucien Poirier ? Il parlait du « syndrome de Polybe » pour mieux critiquer la fascination des pays européens pour la puissance impériale américaine. Or, quel meilleur canal que des publications en anglais pour faire connaître des idées alternatives ? Mais ceci est une autre histoire…

[22]       Samy Cohen, La Défaite des généraux. Le pouvoir politique et l’armée sous la VRépublique, Paris, Fayard, 1994, p. 92.

[23]       Il avait certes publié dans la Revue militaire d’information et dans l’Armée avant qu’il n’eût rejoint le CPE mais c’était avant et pendant la fin de la guerre d’Algérie.

[24]       Hervé Coutau-Bégarie, Traité de stratégie, op. cit., p. 236.

[25]       Samy Cohen parle ainsi des généraux Gallois et Poirier : « marginaux mais non hérétiques ». Samy Cohen, La Défaite …, op. cit., p. 94.

[26]       Entretien avec le général Lucien Poirier, Thierry Garcin, émission À voix haute, France culture, 13 novembre 2008. La locution latine Perinde ac cadaver, qui signifie par extension « d’une obédience aveugle », en référence à l’époque des moines du désert au ive siècle lorsque l’idéal ascétique d’obéissance parfaite (dite « aveugle ») était présenté comme la voie permettant au religieux d’accomplir infailliblement la volonté de Dieu dans sa vie. La référence du général à cette locution se comprend aisément dans le contexte militaire.

[27]       Rappelons que les officiers-généraux en 2e section peuvent s’exprimer en dehors de toute autorisation ministérielle mais le statut général des militaires d’alors les astreignait, tout de même, au respect du devoir de réserve.

[28]       Lucien Poirier, « Un instrument de guerre révolutionnaire : le FLN », Revue militaire d’information, n° 289, décembre 1957, p. 7-33 et dans le n° 290, janvier 1958, p. 69-92.

[29]       Il s’agissait du général Raoul Salan.

[30]       Lucien Poirier, Le Chantier stratégique, op. cit., p. 143-144

[31]       Ibid.

[32]       Le général Poirier, comme nous le verrons, n’était pas vraiment favorable à l’arme nucléaire tactique car il estimait qu’elle recélait un aveu implicite de l’échec de la dissuasion.

[33]       Dans ses publications certes mais peut-être pas dans son avancement dans la hiérarchie ? Ainsi, les représentants de la 1e Armée auraient-il voulu barrer le chemin du colonel Poirier pour qu’il ne décrochât pas ses deux étoiles ? Comme nous le verrons, c’était la théorie de Poirier pour expliquer ses deux déboires successifs, en 1972 et 1973 alors même qu’il était sur la liste d’aptitude pour devenir général.

[34]       Lucien Poirier cité par Jean Guisnel dans Les Généraux. Enquête sur le pouvoir militaire en France, Paris, La Découverte, 1990, p. 181.

[35]       Lucien Poirier, « Entretien avec le général Lucien Poirier », propos recueillis par Emmanuel-Marie Peton, Défense nationale, Hors-série, juillet 2009, p. 50.

[36]       Lucien Poirier, Des Stratégies nucléaires, Paris, Hachette, 1977, p. 12.

[37]       Intervention du général Poirier à la 11e réunion du CA de la FEDN le 20 juin 1974. Document retrouvé dans les archives de la FEDN, Dossier GR21S1.

[38]       Gérard Chaliand, « Une stratège dans le siècle » (p. 10), dans Lucien Poirier, Le Chantier stratégique…, op. cit.

[39]       Lucien Poirier, Le Chantier stratégique, op. cit., p. 18.

[40]       Ibid., p. 21.

[41]       Entretien enregistré de l’auteur de ces lignes avec le général Lucien Poirier, le 16 janvier 2012, à Versailles (domicile).

[42]       Christian Malis, Pierre Marie Gallois – Géopolitique, histoire, stratégie, Lau­sanne, L’Âge d’homme, 2009, 760 p.

[43]       Hervé Pierre, Entre Paix et guerre : Variations sur la pensée stratégique du général Beaufre, Jean-Vincent Holeindre (dir.), Thèse de science politique, Paris II, soutenue le 16 septembre 2020.

[44]       Colloque Le Général Ailleret et la modernisation des armées françaises, le 20 mai 2021 à l’École militaire.

[45]       Hervé Coutau-Bégarie, La Recherche stratégique en France, date inconnue (probablement fin des années 1990), document polycopié (non publié).

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Introduction